En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 12 heures 44 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 14 heures 45 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 16 heures 17 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 17 heures 41 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 20 heures 14 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 21 heures 3 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 22 heures 23 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 22 heures 47 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 14 heures 23 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 15 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 17 heures 5 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 20 heures 3 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 21 heures 46 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 22 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 22 heures 51 min
© Reuters
Il y a encore un an, le seul mot "libéral" était considéré comme un gros mot
© Reuters
Il y a encore un an, le seul mot "libéral" était considéré comme un gros mot
Edito

Tout arrive, les Français sont (peut-être) en train de se convertir aux idées libérales

Publié le 11 janvier 2014
Il y a encore un an, le seul mot "libéral" était considéré comme un gros mot. Un mot tabou. Dangereux même. Aujourd’hui, les Français acceptent l’idée que l’entreprise pourrait être à l’origine de la richesse créée, donc de la croissance et de l’emploi... Si c’est vrai, c’est une révolution.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a encore un an, le seul mot "libéral" était considéré comme un gros mot. Un mot tabou. Dangereux même. Aujourd’hui, les Français acceptent l’idée que l’entreprise pourrait être à l’origine de la richesse créée, donc de la croissance et de l’emploi... Si c’est vrai, c’est une révolution.

Il s’est sans doute passé quelque chose d’important dans l’opinion publique en 2013. Pour cause de crise, d’échec de la politique suivie et de la déception engendrée par François Hollande. Elle accepterait aujourd'hui une politique économique libérale qu’elle a en fait toujours refusée et repoussée depuis la nuit des temps. C’est très nouveau.

François Hollande connaissait cette mutation, ce qui explique qu’il ait amorcé dans son discours du 31 décembre, ce virage à 180 degrès par rapport à un discours fondateur de campagne très démagogique. Virage qui répond évidemment à l’attente des marchés… Le président n’avait certes pas le choix, il a pu se dire que l’opinion aussi attendait un changement mais il sait aussi - revers de la médaille - que si l’opinion attend une politique pro-entreprise, cette ambition est rejetée par sa propre majorité. D’où la décision, un peu surprenante pour des militants de la démocratie, de passer par la voie des décrets et des ordonnances.

A deux jours de la conférence de presse du président de la République, la situation croisée entre les contraintes politiques et les objectifs politiques n’aura jamais été aussi tendue et complexe.

1er point : L’opinion publique d’abord, se révèle, désormais beaucoup plus candidate à une politique économique de l’offre, c’est-à-dire qui serait tirée par les entreprises et les entrepreneurs. Les différents sondages (notamment celui publie par Challenges cette semaine) mais aussi des analyses en profondeur de l’état de la population indiquent qu'il existe une forte majorité pour admettre qu'il faut changer de politique. En gros, l’opinion est prête à acheter une baisse des dépenses publiques (c’était impensable il y a un an) ; l'opinion est prête à admettre que c’est l’entreprise qui crée de la richesse, donc de la croissance, donc de l’emploi. Il faut donc lui donner de la liberté et des moyens (souvenons-nous qu'il y a dix-huit mois les patrons étaient ravalés au ban de la société : trop riches, trop arrogants dans une société trop injuste).

2ème point : La mutation va plus loin. Une majorité de Français commence à penser que l’entreprise ne pourra embaucher et créer des emplois que si elle bénéficie de flexibilité (liberté d’embauche, oui mais à condition de pouvoir débaucher plus facilement). Il y a moins d’un an, ce simple concept aurait déclenché la 3ème Guerre mondiale. Aujourd'hui, c’est presque une évidence.

Mais ce n’est pas fini. Sur les riches par exemple, jadis considérés comme des ennemis de classe, les Français ne sont ni envieux ni haineux, la majorité est indifférente et beaucoup pensent qu'après tout c’est bien de gagner beaucoup d’argent.

En bref, tout se passe comme si la crise conjuguée à l’échec de la politique socialiste avait accéléré la conversion des Français à l’économie de marché. Et même à la mondialisation et au progrès technique.

3e point : Les Français convertis sont dans tous les partis. Les libéraux en France sont convaincus depuis le premier jour mais ils représentent moins de 10% de la population. La droite française n’a jamais été très libérale. La droite française n’a jamais aimé beaucoup l’entreprise. Le premier dirigeant politique à avoir protégé et encouragé l’entreprise, c’est Napoléon III. C’est un titre de gloire qui n’a jamais impressionné les Français. Les Français préféraient les faits d’armes. La droite française était étatique, colbertiste, souverainiste et fallait pas trop la pousser pour qu’elle soit protectionniste.

La gauche n’a pas fait mieux. La gauche était clivée de la même façon. Il y a toujours eu un petit courant libéral au PS mais la majorité de gauche était socialiste, étatiste, corporatiste, conservatrice, opposée à la mondialisation, à la concurrence des marchés privés et même au progrès technique. Dominique Strauss-Kahn a failli en faire un courant majoritaire. Mais l’histoire en a décidé autrement.  

Les clivages se sont néanmoins estompés. A droite comme à gauche, il existerait une majorité de libéraux qui croient que la mondialisation est incontournable, que le progrès technologique est porteur de progrès tout court et que la concurrence mondiale est un fort stimulant à la croissance .

Par pur pragmatisme face aux positions idéologiques qui bloquent toutes les initiatives, l’opinion publique française n’est pas loin de penser comme Tony Blair. « Il n’y a pas de politique de droite et de politique de gauche, disait l’ancien Premier ministre britannique, il n’y a que des bonnes politiques bénéfiques au plus grand nombre ». Ce pragmatisme amène les Français à défendre ou attendre des décisions de bon sens qui redonnent au chef d’entreprise le rôle-clef pour promouvoir la croissance.

Que François Hollande ait adopté ce credo, tant mieux ! Le patronat, les gouvernements européens et une partie de l’opposition approuvent. Le problème de François Hollande est que si la population est partante, le parti socialiste, les syndicats, les cadres du PS, l’extrême gauche et le Front de gauche, eux, crient à la trahison. Donc, le président de la République n’aura pas de majorité parlementaire.

Le problème pour François Hollande c’est que si une majorité de Français de droite comme de gauche sont d’accord avec un virage libéral  ou social-libéral, ils ne croient pas que François Hollande soit capable de le négocier. Sa parole est donc complètement démonétisée, son crédit est épuisé. A croire qu'il fait tout pour être inaudible. A peine le dossier Dieudonné pourrait-il se refermer qu'il se retrouve dans l’œil d’un cyclone sur sa vie privée. Tout se passe comme si la communication officielle avait toujours un sujet en réserve pour occulter les vrais problèmes. Jouer une nouvelle séquence qui ravira la presse et détournera l’attention.

Le président de la République est donc complètement coincé sauf à essayer de passer en force, ce qui serait très arrogant et dangereux.  

Mais l’opposition n’est pas en meilleure posture, la mutation de l’opinion la prend aussi à contre-pied. Politiquement, l’opposition ne partait pas à la bataille avec un discours libéral, elle partait avec un discours sécuritaire et protectionniste.

Nicolas Sarkozy lui-même, qui apparaît à l’heure qu'il est comme le candidat incontournable, n’a jamais laisser filtrer des éléments de programme. Plus grave, Nicolas Sarkozy n’a jamais fait campagne avec des mesures libérales pour l’entreprise. Il a toujours préférer labourer le sillon sociétal.

La mutation de l’opinion va peut-être lui donner des idées. Toujours est-il que la crise a été tellement sévère qu'elle a engendré une sorte de pédagogie de la réalité. Elle a aussi mis en évidence qu'il n’y avait pas d’autres acteurs que les chefs d’entreprise pour créer de la richesse et donc des emplois. Il faudra donc, à gauche comme à droite, les laisser faire. Quelle leçon ! Le peuple est une fois de plus plus courageux que ses élites et ses dirigeants. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (50)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 12/01/2014 - 16:55
On recapitule
le liberalisme de sylvestre au regard des evolutions en cours:
1- le smic en allemagne
2- le score pisa britannique et suédois en dessous du francais malgre le liberalisme pour l'embauche des profs
3- des salariés de la mal bouffe qui reclament aux mecanismes "naturels" du marché un doublement des salaires

et on oubliera pas les casseroles des gouvernements Rajoy et berlusconi
jerem
- 12/01/2014 - 16:52
@gliocyte - 12/01/2014 - 11:34
"Et quand une personne n'a les oreilles ouvertes"qu'à la haine, l'infamie et la laideur""

C'est dire le niveau de dévotion à l'humanitaire.

Quant au service médical ..... mon pauvre en liberalisme on nefait pas des implantations a tous les coins de rue .... peut etre que dans votre quartier l'etude de marché a revelé un tres fort potentiel commercial avec un clientele nombreuse et avide de soins sans fin.
jerem
- 12/01/2014 - 16:47
@vangog - 12/01/2014 - 10:40
vivement l'odorama que vous nous présentiez la diarhée à la rose. cela vous donnera de l'imagination entre les oreilles pour vos commentaires qui ont un fond , à la hauteur d'un trone