En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Quand les centristes font planer un parfum de Jasmin sur l’Assemblée…

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 6 heures 29 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 8 heures 59 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 10 heures 51 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 11 heures 26 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 12 heures 12 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 13 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 15 heures 21 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 56 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 6 heures 47 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 10 heures 22 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 11 heures 3 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 12 heures 50 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 14 heures 45 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 15 heures 27 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 16 heures 8 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 17 heures 9 min
© Reuters
Depuis 2008 une vaste opération de "pacification des favelas de Rio de Janeiro" a été lancée au Brésil
© Reuters
Depuis 2008 une vaste opération de "pacification des favelas de Rio de Janeiro" a été lancée au Brésil
Petits conseils pour Marseille

Portrait de 5 villes qui sont parvenues à vaincre une violence endémique : l’exemple de Rio de Janeiro

Publié le 04 janvier 2014
Depuis 2008 une vaste opération de "pacification des favelas de Rio de Janeiro" a été lancée au Brésil. La méthode est d'une part militaire, et de l'autre, éducative et sociale. Mais les dérives violentes et les compromis avec les gangs ne sont jamais loin. Troisième épisode de notre série.
Stéphane Monclaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Monclaire est Maître de conférences à Paris-I Sorbonne et chercheur au Centre de recherche et de documentation sur l'Amérique latine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 2008 une vaste opération de "pacification des favelas de Rio de Janeiro" a été lancée au Brésil. La méthode est d'une part militaire, et de l'autre, éducative et sociale. Mais les dérives violentes et les compromis avec les gangs ne sont jamais loin. Troisième épisode de notre série.

Atlantico : Depuis 2008, et vraisemblablement à l'approche des grands évènements qui vont s'y tenir, le Brésil a lancé une grande opération de "pacification des favelas de Rio de Janeiro". Ainsi, selon une étude publiée en 2012 par le Laboratoire d'analyse de la violence, les morts violentes auraient baissé de 70 % dans les quartiers ayant déjà fait l'objet de cette opération. En quoi consiste cette pacification dans les faits ? Par quels moyens policiers et techniques s'est-elle mise en place ? Quel type de criminalité a-t-elle combattu ?

Stéphane Monclaire : Avant de comprendre l'opération de pacification, il convient de faire un point sur la violence au Brésil d'une façon générale. Aujourd'hui encore, le Brésil détient un taux d'homicides de 20.4 pour 100.000 habitants. On dénombre 36.624 assassinats, ce qui fait 1.000 assassinats par jour. Certes les Brésiliens sont 200 millions. Mais le Brésil est classé 80e au rang mondial des pays violents pour les 100 pays pour lesquels il existe des statistiques fiables. Les première victimes sont les plus jeunes : le taux d'homicide des 15-29 ans est de 44.2 pour 100.000 habitants. L'Etat de Rio fait partie des 27 Etats fédérés au Brésil. Il est classé 8e sur 27 avec un taux d'homicide de 26.4. Ainsi, le taux d'homicides à Rio est supérieur à la moyenne nationale mais ce chiffre (en baisse depuis dix ans) reste relativement raisonnable par rapport à d'autres endroits du pays. La ville de Rio – capitale fédérée de Rio de Janeiro – est au 19e rang des capitales, sur 27. Certes, si on compare entre capitales, ce classement est relativement mauvais, mais dans d'autres capitales, telle Victoria, le taux d'homicide est triplé, atteignant 60.7. En conclusion, le problème de la violence n'est pas seulement un problème carioca. A cette violence (homicides et tentatives – lesquels ne sont pas pris en compte dans les chiffres ci-dessus) s'ajoute la violence conjugale. Le problème général est que cette violence est culturelle. Le seuil de sensibilité sociale à la violence n'est pas le même. La ville de Rio est historiquement une ville violente du fait qu'elle est un port, c’est-à-dire un endroit où s'opèrent les trafics. Cela nourrit des mafias locales, des bandes organisées, qui luttent pour garder le monopole d'un trafic. La drogue accroît également la violence. Le Brésil est une plaque tournante du trafic de drogue et de la consommation. Les centres urbains sont principalement touchés mais également les favelas. La drogue y est répartie en petite dose. Ensuite, les dealers apportent la drogue aux clients.

A lire également dans la série des 5 villes qui sont parvenues à vaincre une violence endémique :

>>>L'exemple de New York

>>>L'exemple de Los Angeles

Le problème qui touche Rio est donc un problème de sécurité ainsi qu'un problème de santé publique. Ce qui a motivé l'action des forces de l'ordre n'est pas uniquement l'envie de pacifier, de nettoyer la ville à l'approche des grands événements (il s'agit là de l'avis outre-Atlantique mais ce n'est pas la réalité). La drogue a des effets nocifs sur la santé publique et sur le lien social. Le trafic de drogue s'accompagnait d'un mouvement de protection des familles liées aux membres des trafics et, de ce fait, d'autres personnes n'étaient plus admises dans certains quartiers des favelas. Or les favelas sont des endroits de mixité sociale, où on trouvent des couches populaires et des couches moyennes basses. Il devenait impératif de ne plus laisser à la dérive un ensemble de populations, de ne plus laisser de territoire hors du contrôle de l'Etat. L'opération a aussi pour but de reconquérir ces territoires pour sécuriser les populations qui y vivent et maintenir ses habitants dans un réseau citoyen.

Les favelas sélectionnées pour faire l'objet de l'opération de pacification relèvent d'une stratégie militaire : certaines favelas étant plus accessibles que d'autres, elles ont été visées en premier. En commençant par celles-ci, les forces armées et les forces de police ont acquis un savoir-faire.

Les moyens mis en place étaient les brigades d'intervention rapide organisées et formées à ce genre d'opération. Cela fonctionne comme une démonstration de force. Une partie des trafiquants se réfugiaient dans les favelas voisines mais petit à petit, plusieurs favelas se sont tranquillisées. A Coppa Cabana – quartier de classes moyennes intermédiaires et hautes, une favela a été pacifiée. Depuis sa pacification il y a quatre ans, le prix du m² a triplé. Cela s'explique par le fait qu'avant la pacification il y avait  des échanges de tirs entre la police et les trafiquants,  une insécurité ambiante et des balles perdues. La hausse des prix montre que les opérations ont réussi sur plusieurs objectifs : sécurisation et avenir.

Les favelas se caractérisent notamment par un niveau de pauvreté extrêmement élevé. Des opérations de soutien social et éducatif ont-elles accompagné les opérations policières ? Lesquelles ?

Cette reconquête s'est effectivement accompagnée de mesures sociales. Après les mitraillettes et la démonstration de force, il y a eu un ensemble de structures municipales, de services sociaux de la mairie qui ont développé des politiques publiques : aide à la scolarité, développement de micro-crèches, structures de micro-crédit pour développer des activités… Comme en plus le pays connait un taux de croissance confortable, les populations des favelas sont confortées dans l'idée d'avoir un emploi et un avenir.

La rapidité et l'efficacité dans les chiffres est assez surprenante quand on connait le niveau de violence et sa dimension endémique dans ce type de quartier. A-t-elle été véritablement éradiquée ou a-t-elle été déplacée ?

La violence a, bien sûr, seulement été déplacée. Même si la pacification fonctionne bien pour un ensemble de favelas, le trafic et la consommation de drogue n'ont pas diminué. Au Nouvel An, nombre de touristes se sont fait agresser sur les plages par des gangs. Il y a encore beaucoup à faire à l'approche des grands événements tels la coupe du monde de football en 2014 et les jeux olympiques en 2016. De plus, la police ne parvient pas à arrêter tous les coupables. Le taux d'impunité élevé nourrit la violence. Certes, les violences meurtrières dans les favelas ont diminué, mais l'ordinaire de la violence (conjugale) est resté le même. 

L'arme de la police est de négocier directement avec les trafiquants. Au sommet de Rio, en 1992, la ville avait négocié indirectement avec des gangs. L'idée était d'instaurer une espèce de trêve pendant le sommet pour ne pas qu'il y ait trop de problèmes (les forces de l'ordre acceptent de fermer les yeux sur certaines affaires à condition de ne pas avoir de gangs dans les rues durant un temps déterminé). La police a fait de même cet été lors des JMJ. On peut penser que pour le mondial de football et pour les jeux olympiques, il y aura ce genre de négociations. Ce procédé habituel ne règle pas la violence sur le fond mais il solutionne sur le moment.

La même étude du Laboratoire d'analyse de la violence précise que le nombre de morts dues aux interventions policières est désormais proche de zéro. Que faut-il conclure d'une pareille information ? Quelle est la place de la police brésilienne dans le niveau de violence du pays ?

Ce n'est pas aussi simple. Lorsqu'on comptabilise les personnes décédées par violence, on les comptabilise en se référant à la force de l'ordre qui a tué le trafiquant. On peut donc maquiller un ensemble de chiffres. Les actions qui consistent à entrer dans les favelas pour les pacifier font moins de morts car l'asymétrie de force est telle que les trafiquants n'engagent pas le combat et préfèrent fuir.

Toutefois, la violence policière reste forte. On l'a vu lors des manifestations de rues du mois de juin : la police est mal préparée et est donc violente. Il ne faut pas croire que la police brésilienne est davantage professionnelle, sûre de ses actes et pondérée dans ses interventions. Il faut garder à l'esprit que la police est violente.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
YvesB
- 05/01/2014 - 01:36
Un contre exemple : l'Afrique du Sud
La violence (contre tous) y a explosé depuis la fin de l'apartheid (d'abord tournée contre les opposants noirs à l'ANC, elle est devenue endémique).

http://www.pouruneécolelibre.com/2014/01/histoire-mandela-un-simple-intermede.html

un_lecteur
- 04/01/2014 - 19:40
un oubli
pourquoi ne parle t'on que de la police ?
Et la justice ? Si la justice ne suit pas, l'action de la police ne sert à rien.
Ou bien alors on entre dans une logique de guerre, l'objectif étant la destruction physique de l'ennemi, et la conquête de territoires.
C'est peut-être cette logique de guerre qui est appliquée.
Dans ce cas, la justice n'intervient effectivement plus.
Au fait, il me semble bien qu'il y a eu une demande d'intervention de l'armée à Marseille...
Sophile
- 04/01/2014 - 11:26
En voilà
Une solution radicale. Que ne faisons-nous de même ???
Il est vrai qu'il faut nettoyer les écuries avant le Mundial de foot !!!