En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
De plus en plus de personnes souffrent de dépression au moment de Noël.
Au fond des chaussettes
Qui sont les dépressifs de Noël ?
Publié le 24 décembre 2013
Les fêtes de Noël sont souvent propices à la résurgence de souvenirs douloureux et à l'exacerbation de problèmes personnels. La dépression qui peut en résulter n'est pas différente, dans sa manifestation, des autres états dépressifs. Bien que le phénomène soit de plus en plus fréquent, notamment chez les personnes âgées et les hommes veufs, des solutions simples existent.
David Gourion est médecin psychiatre à Paris. Il est l'auteur avec le Pr Henri Loo de Guérir de la dépression : Les nuits de l'âme (Odile Jacob) et de Le meilleur de soi-même: empathie, attachement et personnalité (Odile Jacob).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Gourion
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Gourion est médecin psychiatre à Paris. Il est l'auteur avec le Pr Henri Loo de Guérir de la dépression : Les nuits de l'âme (Odile Jacob) et de Le meilleur de soi-même: empathie, attachement et personnalité (Odile Jacob).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les fêtes de Noël sont souvent propices à la résurgence de souvenirs douloureux et à l'exacerbation de problèmes personnels. La dépression qui peut en résulter n'est pas différente, dans sa manifestation, des autres états dépressifs. Bien que le phénomène soit de plus en plus fréquent, notamment chez les personnes âgées et les hommes veufs, des solutions simples existent.

Atlantico: Certaines personnes connaissent des épisodes dépressifs, tout particulièrement au moment des fêtes de Noël. Y-a-t-il des profils plus sujets que d'autres à entrer en dépression au moment de Noël ? 

David Gourion : La période de Noël est une période bien particulière ; paradoxalement, alors qu'il s'agit de la plus belle fête de l'année, elle correspond parfois, pour certains d'entre nous, à une période douloureuse, notamment lorsque nous avons perdu des proches, ou que nous sommes seuls. C'est le cas en particulier chez les personnes dépressives, qui voient parfois leur état s'aggraver. L'isolement, l'âge, la maladie, les difficultés économiques, socio-professionnelles, les tensions familiales et de couple sont alors ressenties de façon exacerbée.
 

Qu'est-ce qui est à l'origine de ces épisodes dépressifs au moment des fêtes ? 

Il a été montré que d'un point de vue neuropsychologique, la mémoire à long terme fonctionne différemment durant une dépression. Le cerveau a alors plus tendance à faire resurgir les souvenirs douloureux ou bien à attribuer des émotions négatives à ces souvenirs. Comme dans un vieil album photo, chaque fin d'année vient rappeler le souvenir des Noël passés, heureux ou malheureux, et notre mémoire fait resurgir, souvent de façon non consciente, des émotions passées et des souvenirs révolus.

Ajoutons à cela qu'il existe un pic de dépression hivernale du fait de la baisse de la luminosité et du raccourcissement des journées. Notre organisme a, durant cette période, naturellement tendance à ralentir son métabolisme ; l'appétit augmente, le sommeil est plus lourd, le moral et l'énergie diminuent. 

Comment s'exprime, chez ces personnes, cette dépression liée aux fêtes de Noël ? 

Les patients décrivent un sentiment d'oppression diffuse, de regrets, de gâchis. Ils évoquent les souvenirs d'enfance, les vieilles blessures, ce qui leur semble inaccompli dans leur existence.En réalité, ces états dépressifs ne sont pas très différents des autres dépressions dans leur expression: ils se caractérisent par un sentiment de tristesse, de perte du plaisir et des envies, des troubles du sommeil, de fatigue et d'insomnie. Il peut exister des idées morbides, un sentiment de déréliction et des envies de mourir.
 

S'agit-il d'un phénomène dont nous sous-estimons l'ampleur, notamment au sein de la population française ? 

Rappelons que le suicide est la première cause de mortalité chez les jeunes, et qu'une personne sur cinq expérimentera au cours de sa vie une dépression. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que la dépression est au second rang des maladies les plus coûteuses pour les sociétés occidentales (années de vie perdues par suicide, journées d'arrêt de travail, perte de productivité...). Par ailleurs, le vieillissement de la population française, ajouté à la distension des liens familiaux, fait que de nombreuses personnes âgées passent les fêtes seules. Or ces dernières sont particulièrement sensibles à la dépression, notamment les hommes veufs.  
 

Comment remédier à cet état dépressif au moment de Noël ?

S'il s'agit d'un véritable état dépressif, il faut se faire soigner : le médecin généraliste et le psychiatre sont là pour diagnostiquer et établir un programme de soins. De façon plus globale, la relation sociale est un facteur protecteur : nous sommes, comme tous les mammifères, des êtres qui supportons mal la solitude ! N'hésitons pas, si nous connaissons des personnes seules et malheureuses, à prendre de leurs nouvelles, à les solliciter, à leur parler, et pourquoi pas, à les inviter à notre table.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
06.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
07.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Fredus
- 25/12/2013 - 09:55
@ coucou.cmoi35
Votre réaction montre que vous ne savez pas ce qu'est une dépression, et que vous ne savez rien des statistiques de mortalité. Vous feriez mieux de vous taire.
coucou.cmoi35
- 25/12/2013 - 00:55
Moi je ne fais rien, mais alors rien. C'est grâve docteur ?
Demain des crèpes pour les enfants et des galettes de sarrazin. On reste tous au chaud, température 24 degrés.
Les commerçants me haïssent. Les psychologues me haïssent. Les psys et les marchands travaillent à me faire cracher mes sous et ils se cassent les dents. J'ai besoin de rien et surtout pas qu'on me dise quoi faire.
M. Gourion, au lieu de droguer des gens qui vous font confiance, mettez leur un coup de pied au derche. Ça leur fera plus de bien que vos molécules bizarres. Vous trouvez pas qu'il y a de plus en plus de suicides et de meurtres familiaux ?
ignace
- 24/12/2013 - 18:39
Loupdessteppes...vous fetez noel ?
l'auteur ne vous demande pas de vous adapter a une société malade, mais d'ouvrir les yeux sur le monde qui vous entoure.....en un mot avoir un peu d'humanisme