En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 32 min 51 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 1 heure 12 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 3 heures 36 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 4 heures 51 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 53 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 6 heures 29 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 19 heures 14 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 52 min 27 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 3 heures 24 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 4 heures 4 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 5 heures 59 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 6 heures 18 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 18 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 20 heures 34 min
© REUTERS/Andrew Biraj
Si le travail des enfants est un acte grave et condamnable, il représente malgré tout pour certaines familles un revenu nécessaire à la sécurité de celles-ci.
© REUTERS/Andrew Biraj
Si le travail des enfants est un acte grave et condamnable, il représente malgré tout pour certaines familles un revenu nécessaire à la sécurité de celles-ci.
Eclairage

Travail des enfants : pourquoi l’interdire n’aide pas forcément ceux qui ne commandent pas de cadeaux de Noël mais les fabriquent

Publié le 22 décembre 2013
Aussi provocatrice qu'elle soit, l'idée que l'interdiction du travail des enfants soit improductive ou puisse avoir des effets pervers se répand parmi de nombreux observateurs du phénomène dont des ONG. Elle pourrait notamment faire baisser les revenus des enfants exploités. Pour Bénédicte Manier, la règlementation, si elle ne suffit pas toujours, reste néanmoins la moins mauvaise solution .
Bénédicte Manier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bénédicte Manier est journaliste à l'AFP, spécialisée dans les questions sociales, et le développement. Elle est l'auteur de Quand les femmes auront disparu. L'élimination des filles en Inde et en Asie, aux éditions La Découverte (2008) et ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aussi provocatrice qu'elle soit, l'idée que l'interdiction du travail des enfants soit improductive ou puisse avoir des effets pervers se répand parmi de nombreux observateurs du phénomène dont des ONG. Elle pourrait notamment faire baisser les revenus des enfants exploités. Pour Bénédicte Manier, la règlementation, si elle ne suffit pas toujours, reste néanmoins la moins mauvaise solution .

Atlantico : En dépit des réglementations internationales, selon un récent rapport de l'Organisation internationale du travail, il y a toujours près de 168 millions d'enfants qui travaillent, dont 85 millions dans des conditions dangereuses (OIT 2013). Comment expliquez-vous que la pléthore de lois prohibant le travail des enfants n’a pas réussi à le faire disparaître ?

Bénédicte Manier : D'abord parce que le premier facteur qui oblige les enfants à travailler est la pauvreté : dans le monde, 1,3 milliard d’habitants vivent toujours sous le seuil de pauvreté extrême (environ un euro par jour) et tant que celle-ci n'aura pas disparu, il y a aura toujours des enfants qui devront aider leur famille à survivre. Les lois sont souvent impuissantes face à cette réalité.

D'autres facteurs jouent aussi, comme les faibles moyens des fermiers des pays en développement, qui ont besoin de bras (65% des enfants actifs travaillent dans l'agriculture), ainsi que des investissements publics insuffisants dans l'éducation. Quelques 100 millions d’enfants ne sont toujours pas scolarisés en primaire dans les pays en développement et émergents, faute d'équipements suffisants.

Pourtant, il y a eu des progrès : en Afrique par exemple, les ins­crip­tions à l’école sont cinq fois plus élevées qu'il y a vingt ans. Mais le système scolaire ne parvient pas à absorber le nombre croissant de jeunes et il manque encore 1,7 million de classes, selon l'Unesco. De plus, le taux d'abandon est élevé (seul un élève sur trois y achève le cycle primaire), à la fois en raison de la pauvreté, mais de l'éloignement des écoles ou de la faible qualité de l'enseignement.

La situation est similaire en Inde : en 2009, le pays comptait 80 millions d'enfants ayant quitté l'école avant la fin du primaire. A cela s'ajoute l'âge précoce de la fin de la scolarité obligatoire : il est de 14 ans et à cet âge, 40% des élèves indiens quittent l'école pour aller travailler.

Des études récentes faites sur le sujet (voir ici) montrent qu'en Inde, les interdictions feraient baisser le salaire des enfants : les employeurs du secteur manufacturier les paient moins, sachant qu'ils devront payer des amendes. Étant donné que dans les sociétés du Sud, dépourvues de protection sociale, les revenus des enfants viennent partiellement amortir l’insécurité des familles, les réglementations peuvent-elles se révéler contre-productives ?

Cet effet pervers me paraît être extrêmement limité. D'abord parce qu'en Inde, les lois sont très peu appliquées. Le pays n'a pas beaucoup d'inspecteurs du travail et ils n'ont pas les moyens de contrôler une population d'enfants travailleurs qui est importante : environ 60 millions. Il y a bien des ONG actives dans ce domaine, mais de toute façon, l'immense majorité des employeurs échappe aux poursuites.

D'autre part, l'emploi d'enfants dans le secteur manufacturier est très réduit (sans doute moins de 5% du total) et il a encore diminué ces dernières années, au profit d'une hausse dans les services (domesticité, restaurants...). Enfin, pour éviter les amendes, ce secteur a redéployé le travail des enfants, il y a déjà plusieurs années, dans des activités à domicile, plus faciles à dissimuler et qui n'entrent pas dans la sphère des lois du travail. Si bien que les effets pervers que vous évoquez doivent être très mineurs. Et d'une manière générale, les réglementations sont rarement contre-productives : quand elles sont bien appliquées et assorties d'efforts de scolarisation, on constate qu'elles arrivent à extraire les enfants du travail, ce qui s'est produit dans plusieurs pays.

La mondialisation a-t-elle accru le phénomène du travail des enfants ou au contraire a-t-elle permis certains progrès ?

Difficile à dire, d'autant que la mondialisation a complexifié les circuits de production : on produit une matière  première dans un pays, on la fait transformer dans un autre – avec des sous-traitances souvent opaques – avant de lui faire passer d'autres frontières pour la commercialiser. Tout cela rend difficile d'évaluer la part du travail des enfants. On constate simplement qu'ils interviennent à certains stades de ce processus. Par exemple, en Ouzbékistan, gros producteur mondial de coton, celui-ci est souvent récolté par des enfants. Ensuite, ce coton est transformé au Bangladesh ou en Chine, où d'autres enfants peuvent intervenir, dans la teinture par exemple. De même pour le cacao, qui est surtout produit en Afrique de l'Ouest, où on sait qu'une main d’œuvre enfantine contribue aux récoltes. Ou pour d'autres produits courants comme le thé.

Cela dit, on ne sait pas au juste si la mondialisation des échanges a accru ce recours aux enfants ou non. Si elle l'a fait, c'est sans doute parce que la concurrence internationale oblige les producteurs à produire moins cher, en employant une main d’œuvre peu coûteuse. Mais en même temps, les ONG qui traquent le travail des enfants sont aussi plus actives depuis que les échanges se sont internationalisés. On ne peut donc donner qu'une réponse prudente.  

Certains pays ont-ils, malgré tout, réussi à réduire le travail des enfants ? Lesquels et comment ?

Oui, et le meilleur exemple est le Brésil, qui mène une politique cohérente depuis 20 ans. Il a commencé par réunir les acteurs concernés - syndicats, ONG, employeurs - autour d'objectifs ciblés : retirer les enfants des usines de chaussures, puis des usines de jus de fruits, etc. Le pays a ensuite fait appliquer les lois avec rigueur, en créant des unités mobiles d'inspecteurs du travail, de policiers et de magistrats pour vraiment sanctionner les employeurs d'enfants.

Puis, il a créé des allocations, les Bolsa Familia, qui ont eu un double effet : elles ont réduit la pauvreté, ce qui chez des millions de familles a rendu inutile l'apport financier du travail des enfants. Et elles ont amélioré l'assiduité à l'école, puisqu'elles ne sont versées que si les enfants sont scolarisés.

Parallèlement, le pays a massivement investi dans le système éducatif, ce qui a permis d'augmenter les inscriptions dans le secondaire de +10% par an entre 1995 et 2004, un niveau inégalé dans le monde. Cette politique d'ensemble a réduit le nombre d'enfants actifs de 8,2 millions à 5 millions entre 1992 et 2006. Il a encore diminué depuis.

Et beaucoup de pays ont suivi cet exemple : au Mexique, au Chili, au Nicaragua ou en Colombie, des allocations similaires ont permis d'augmenter de 30% la fréquentation scolaire. On le voit, la lutte contre le travail des enfants passe d'abord par l'éducation et la lutte contre la pauvreté.   

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
deb
- 27/12/2013 - 17:39
présentation tendancieuse
est-ce que c'est parce qu'une femme répond que ce journaliste se permet de déformer le sens de l'article, en osant introduire son interview de façon provocatrice ?
Les réponses de Bénédicte Manier montrent qu'elle connait le sujet, alors que l'idée avancée dans la présentation n'est démontrée nulle part: quelles sont les "nombreux observateurs du phénomène dont des ONG" qui disent ça ? On aimerait savoir...
Et moi qui croyait qu'Atlantico était un site sérieux !
jules123
- 27/12/2013 - 17:20
Publié sans autorisation !
Quoi ? on apprend en lisant les commentaires que Mme Manier a été obligee de faire une mise au point parce que Atlantico a publié sans son autorisation ? En relisant l article après coup, on s aperçoit que le titre est trompeur, c vrai ! Alors Atlantico, c est quoi ces méthodes ?
myc11
- 23/12/2013 - 15:52
En France, nombre d'enfants travaillent dans le métro,
faire la manche, jouer de la musique, et même pris dans des réseaux de crimes organisés. Quand on aborde le problème des enfants, on doit mettre en avant le problème des parents, et forcément le l'organisation gouvernementale du pays où vivent ces familles. Aux Etats-Unis les enfants distribuent des journaux très tôt le matin avant l'école pour se faire de l'argent de poche, travaillent dans les supermarchés après l'école pour les mêmes raisons(ils rangent les courses des clients dans des sacs en papier et les leur portent à la voiture moyennant pourboire plus ou moins important selon le client). Le sujet des enfants qui travaillent dans les pays pauvres est lié à tout le contexte social et politique, et c'est cela le problème véritable. Un enfant ça travaille déjà à la maison, pour aider à diverses tâches.
Le problème de base n'est pas là. Prenons les enfants qu'on voit mendier ou dont les parents se servent pour mendier. Ensuite il y a la responsabilité, de qui, des parents, du gouvernement en question s'ils en sont citoyens?