En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

03.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

07.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 22 min 56 sec
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 2 heures 50 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 3 heures 30 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 4 heures 14 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 5 heures 19 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 6 heures 28 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 7 heures 27 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 50 min 55 sec
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 3 heures 11 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 3 heures 41 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 6 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 6 heures 43 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 7 heures 1 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 7 heures 42 min
© Reuters
es grands patrons à la manœuvre pour influencer le programme économique d’un éventuel retour de Nicolas Sakozy
© Reuters
es grands patrons à la manœuvre pour influencer le programme économique d’un éventuel retour de Nicolas Sakozy
Edito

Les grands patrons à la manœuvre pour influencer le programme économique d’un éventuel retour de Nicolas Sarkozy

Publié le 21 décembre 2013
Si le retour de Nicolas Sarkozy reste pour l'instant suspendu à une annonce claire et officielle, certains ont déjà pris en charge la consistance que devra avoir son programme économique pour sortir le pays de l'asphyxie. Certains grands patrons français sont déjà à la manœuvre.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le retour de Nicolas Sarkozy reste pour l'instant suspendu à une annonce claire et officielle, certains ont déjà pris en charge la consistance que devra avoir son programme économique pour sortir le pays de l'asphyxie. Certains grands patrons français sont déjà à la manœuvre.

Le monde des affaires regarde avec effarement le spectacle politique. A gauche comme à droite. Et passons sur les organisations syndicales, Medef et CGPME, qui essaient de contenir la grogne et la colère de leurs adhérents en maintenant un semblant de dialogue avec le gouvernement. Le plus important se passe comme toujours en coulisse.

Vis-à-vis de la gauche, une dizaine de grands patrons du CAC 40 ont cette semaine prévenu le chef de l’Etat de la dégradation de la situation économique. Vendredi matin, les prévisions de l’Insee indiquaient clairement que la croissance ne serait pas au rendez-vous en 2014. Bref, on s’est déjà planté en 2013. On va à nouveau se planter en 2014. Les chefs de très grandes entreprises françaises ont donc demandé, toutes affaires cessante au président de changer de politique économique. Ne parlons pas des filiales étrangères dont les sièges sociaux ne veulent plus travailler avec Paris. L’enjeu, c’est la fiscalité, la visibilité, la compétitivité, et donc les dépenses publiques. L’enjeu, c’est aussi l’Europe qui n’a toujours pas un règlement interne qui donnerait un peu plus de cohérence à la banque centrale. Pour simplifier, on dira qu'il y a deux hommes qui sont en France à la manœuvre pour essayer d'infléchir François Hollande, Maurice Lévy, le président de Publicis, et Jacques Attali, l’ancien conseiller de François Mitterrand.

Dans le gouvernement, tout le monde est aux abris. Pierre Moscovici, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve sont à peu près les seuls ministres importants à avoir du poids pour infléchir la politique, mais ils ne sont plus écoutés à l'Elysée… « on fait des notes, beaucoup de notes, on les envoie la haut, mais rien de redescend ». Arnaud Montebourg qui participe très correctement, selon les patrons au règlement sociaux des dossiers difficiles, travaille pour lui. Politiquement, il veut offrir désormais aux chefs d’entreprise une image de pragmatique et de sérieux. Mais il est à son compte. Donc il n’aidera pas le président.  

Vis-à-vis de la droite maintenant, le monde des affaires c’est-à-dire la centaine de grands patrons français qui travaillent autant à l’international que dans l’hexagone, ce monde-là est dans une position très prudente. Il observe la montée de Nicolas Sarkozy vers une position de candidat incontournable. Son énergie, sa détermination, sa capacité à occuper le terrain médiatique l’ont installé en tête de gondole dans l’hypermarché de la politique. Pour l’opinion publique, c’est le seul à droite capable de résister à Marine Le Pen et de battre un François Hollande épuisé. Le seul.   

Selon les sondages, Jean-François Copé est trop jeune, François Fillon trop pressé et Alain Juppé encore trop rigide...  Les clichés ont la peau dure mais ils s’imposent. Si Nicolas Sarkozy s’installe durablement en pole position, il n’y aura évidemment pas de primaire. Il n’en voudra pas et personne n’osera le demander. Et sauf accident, dans cette France découragée, et appauvrie, Nicolas Sarkozy aura beaucoup de chance d’être élu. Le monde des affaires a parfaitement intégré ce scénario politique d’accès au pouvoir. Reste une inconnue de taille : cette reconquête du pouvoir qui semble facilement acquise, à quoi servira-t-elle ?

D’où la question qui court les salons parisiens et les antichambres d’entreprises : Sarkozy oui !!! Mais pour quoi faire ? Avec quel programme ?

Le premier quinquennat n'a pas délivré les promesses de campagne. Loin s'en faut. Tout le monde le sait. Nicolas Sarkozy n’a pas opéré les ruptures qu’il avait annoncées. Sur les retraites, on n’a pas fait la moitié du chemin, sur les 35 heures, on a évité le problème via les heures supplémentaires mais on n’a rien fait pour gommer cette culture du non-travail. Les patrons se souviennent encore que le rapport Attali proposait un tas de reformes pour libérer le modèle français mais il est reste en partie lettre morte. Le pouvoir a toujours reculé devant les mécontentements manifestés par les lobbies.

Si le candidat Sarkozy limite sa campagne à des postures dynamiques, un propos anti-Le Pen et des positions radicales sur les dossiers de société, cette candidature ne servira à rien d'autre qu’à animer le théâtre politico-médiatique qui passionne les journalistes politiques. L’entourage immédiat de Nicolas Sarkozy est monté au front cette semaine afin d’entretenir la flamme, Brice Hortefeux et Jean-Pierre Raffarin notamment, mais aucun n’a pu lever le voile sur le programme qui pourrait être celui d’un Sarko 2… 

Or, c’est sur ce programme que travaillent des groupes de patrons afin de donner une visibilité et une ambition a la politique. Trois axes se dessinent :

- Sur la mondialisation, quel peuvent être le rôle et la place de l’industrie Française dans la concurrence internationale.

- Sur l’Europe, comment mettre plus de cohérence et de coordination politique. Si on doit passer par des institutions fédérales, pourquoi pas mais avec qui, selon quel périmètre et quelles règles budgétaires et fiscales.

- Sur la compétitivité, il faudra avoir le courage de dire que le modèle social ne peut plus être payé par des recettes calculées sur le salaire mais sur la consommation, la TVA, etc. Avoir le courage de dire que le risque est nécessaire mais qu’il doit être rémunéré, entre autres choses.

A droite, c’est Alain Minc qui est à la manœuvre pour expliquer qu'un homme politique a la responsabilité de convaincre l’opinion de par qui et comment la valeur est créée mais la plupart des grands patrons sont désormais mobilisés. Pour l’instant, ils n’ont pas compris que l’UMP travaillait à des mesures capables de sortir le système économique de l’asphyxie. Ils n’ont pas entendu Nicolas Sarkozy passer commande de projets et d’idées.

Le seul parti de droite à avoir publié un programme, c’est le Front national... Ce programme est une caricature de programme. Une monstruosité de démagogie et d’incohérence qui serait complètement inapplicable. Marine Le Pen est difficilement fréquentable non pas parce qu’elle porterait un risque fasciste, mais parce que son projet de gouvernement est une pure folie pour le système économique français. Or, aujourd'hui aucun parti politique de droite ou de gauche ne s’est sérieusement penché sur son programme. Bizarre, non ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
arbat
- 22/12/2013 - 20:45
CHER MONSIEUR SILVESTRE!!
comme on dit du coté de Toulouse vous n avez pas mal aux couilles
vous souvenez vous de l époque ou vous et d autres lorsque vous receviez des industriels a la telé qui n avaient pas encore délocalisé vous les faisiez passer pour des idiots qui ne comprenaient rien a la marche de l économie et ou il fallait se diriger vers une société de services et laisser la production aux chinois tout juste bons a produire et incapables de concevoir quoi que ce soit ?
pour ce qui est des frères Attali, leur passage chez air france est resté dans les mémoires ainsi que dans cette banque creee pour la reconstruction des pays de l est et qui a réussi l exploit de faire faillite sans avoir preté un centime
ça donne une idee de la credibilité de ces parasites
ce n est pas avec les conseils avises de ces personnages que francois le conquerant va nous sortir de la merde
Vincennes
- 22/12/2013 - 19:43
@fengel qui prend MEDIAPART, comme références, pour expliquer
la dette laissée par SARKO!!! quel bel exemple!!
Ce cher Pleynel qui n'a eu de cesse de vomir sur Sarko pour aider son pote Hollande, avec lequel il a même écrit un bouquin( qui n'a pas eu de succès d'ailleurs)!!......la queue entre les jambes ce petit Mr prétentieux dont nous attendons, toujours, les preuves imparables contre Sarko.....préférant se faire porter pâle que de se rendre aux convocations où il aurait pu "déposer" lesdites preuves.....préférant montrer, vite fait, chez son grand pote (lui aussi)
RUQUIER un papier sans entête avec des fautes d'orthographe à Sarkozy et dans le texte.......et depuis il s'est pris une branlée pour l'affaire Béthencourt et on attend toujours la suite du reste!!
Quelles références, en effet!!
cerfvolant
- 22/12/2013 - 16:44
.....TEPA?
vous vous souvenez de la loi TEPA?
on n'a pas fini de la payer:
heures supplémentaires exonérées de taxe,oui mais ne compte pas pour la retraite
auto-entrepreneur:spas de cotisations mais à l'âge de la retraite ce sera les impôts qui leur donneront le minimum vieillesse et ils seront encore les premiers à se plaindre
primes pour le remplacement du parc auto: aujourd'hui,il faut payer ces dettes,et remettre en route l'industrie
des exemples de ce genre seraient par milliers...
c'est le seul gouvernement qui a fait une loi et a été obligé de l'annuler!
c'était çà le régime UMP