En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 1 heure 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 42 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 40 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 47 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 6 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 42 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 27 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 3 heures 11 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 4 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 42 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 6 heures 17 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 6 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Crise financière : ce qui a permis la mise en place d'un système bancaire fantôme

Publié le 21 décembre 2013
Satyajit Das est un financier mondialement connu, spécialiste du risque bancaire. Avec "Extreme Money" (Editions Le Jardin des Livres), il raconte comment la crise a été vécue au sein de Wall Street par les traders et pourquoi leurs réactions et leurs actions ont été "surréalistes". Extrait (1/2).
Satyajit Das
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Satyajit Das travaille sur les marchés financiers depuis plus de 30 ans. Depuis 1994, il est consultant auprès d'institutions financières et de sociétés en Europe, Amérique du Nord, Asie et Australie. Il est aussi l'auteur de nombreux ouvrages...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Satyajit Das est un financier mondialement connu, spécialiste du risque bancaire. Avec "Extreme Money" (Editions Le Jardin des Livres), il raconte comment la crise a été vécue au sein de Wall Street par les traders et pourquoi leurs réactions et leurs actions ont été "surréalistes". Extrait (1/2).

La titrisation, que l'on appelait dorénavant finance structurée ou crédit structuré, impliquait de plus en plus des niveaux d'effets de levier complexes, qui utilisaient à plusieurs reprises la même dette comme garantie. Le nouvel alphabet de la dette que créait le processus était de la malversation élevée au rang de nouvelle forme d'art. La dette achetait davantage de dette tandis que le même prêt sous-jacent était exploité et ré-exploité dans une spirale d'emprunts apparemment sans fin. À chaque étape, les banques facturaient des frais et gagnaient des marges sur l'argent qu'elles prêtaient.

$$$ La soupe à la dette Alpha

La demande des investisseurs pour la dette titrisée diminuait le coût des prêts pour l'emprunteur, puis faisait baisser les retours sur investissement. Les banquiers étaient alors obligés de créer constamment des obligations bien cotées avec des rendements attractifs, de recomposer des obligations à haut risque invendables et rances, dans des chaînes complexes de dettes. Les titres adossés à des effets de commerce (ABS CP), les intermédiaires (« arbitrage » d'émetteurs d'ABS CP hors-bilan), les véhicules d'investissement structurés (SIV) et les fonds spéculatifs achetaient des ABS. Les SPV émettaient des reconnaissances de dettes à courte échéance pour les investisseurs du marché monétaire, prenant indirectement le risque des ABS et des MBS qu'ils n'étaient pas autorisés à acheter. Le schéma suivant expose une structure typique d'émissions d'ABS CP. Dès le début de 2007, 1,2 trillion de dollars, soit 53% des 2,2 trillions de dollars des effets de commerce du marché américain, étaient garantis par des actifs, environ 50% par des prêts hypothécaires. Il y avait un décalage entre la dette titrisée de 5 à 30 ans et la vie des ABS CP (en général moins de six mois). Si les effets de commerce ne pouvaient pas être émis (ce qui était hautement improbable), alors la banque commanditaire finançait les actifs par une facilité de crédit en stand-by. Les SIV achetaient des ABS de grande qualité en les finançant par l'émission de leur propre dette notée AAA. Une SIV avait même acheté de la dette à taux très élevé auprès d'une autre SIV, dans une chaîne de risque étonnante.Les fonds à risque achetèrent des ABS financés en empruntant jusqu'à 98 % de la valeur d'actifs cotés AAA. Chez Bear Stearns, Ralph Cioffi, un vendeur d'obligations, mit en place le Fonds de Crédit Stratégique à Haut Degré de Structuration et le Fonds de Crédit Stratégique Amélioré par Effet de Levier. Promettant aux clients des retours stables à risque limité, les fonds achetaient des ABS et des MBS de grande qualité, empruntant lourdement contre leur garantie afin d'augmenter les rendements.

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

Les Ralphie"s Funds contrôlèrent jusqu'à plus de 15 milliards de dollars d'actifs, financés par 14 milliards de dollars empruntés à Merrill Lynch, Goldman Sachs, Bank of America et JP Morgan. Les commissions (2% des actifs gérés et 20% des profits) contribuèrent aux trois quarts aux revenus de Bear Stearns Asset Management en 2004 et 2005. La dette titrisée existante était achetée par une autre SPV, puis ré-agencée comme une nouvelle dette titrisée. Il s'agissait de nouvelles re-titrisations – des financements CDO, ABS CDO ou CDO structurés 2. Il y avait également des re-re-titrisations – CDO3. Le tableau 12.3 présente une ABS CDO ou CDO2. Les chaînes complexes de dettes et de leviers signifiaient que les mêmes prêts étaient mixés par un tourbillon d'investisseurs et de banques qui chassaient des rendements en réaménageant et en utilisant de nouveaux leviers constamment pour la même dette.

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

Figure suivante Structure ABS CDO or CDO2


1 Un portefeuille d'hypothèques et de prêts sous-jacents est assemblé. Ce portefeuille est ensuite réaménagé et titrisé, compartimenté en ABS principaux cotés AAA, en mezzanines cotées BBB et en capitaux.
2 La mezzanine cotée BBB de la première titrisation est combinée avec des titres similaires d'autres opérations pour créer un nouveau portefeuille. Ce portefeuille est ensuite réaménagé de nouveau et re-titrisé en un nouvel ensemble ABS principaux cotés AAA, mezzanine cotée BBB et capitaux.

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

$$$ Dans l'ombre de la dette

Il s'agissait du système bancaire fantôme1. De même que les banques, les supports non régulés prêtaient de l'argent levé à partir d'emprunts à court terme et des titrisations. Au fur et à mesure que le système grandissait, le risque passait des banques régulées vers des supports non régulés, bien plus difficiles à identifier. Comme les banques, les supports assumaient le risque que l'emprunteur puisse ne pas rembourser le prêt, ou bien que le déposant qui finance le prêt réclame le remboursement de son argent. Les supports disposaient de faibles capitaux ou de réserves contre ces risques. Les supports étaient dépendants de la valeur de leurs avoirs demeurant stables, ainsi que du fonctionnement d'un marché où les actifs pouvaient être vendus en cas de besoin.

1) Le terme shadow banking system est attribué à Paul McCulley de Pimco qui l'a utilisé à Jackson Hole en 2007, cf Paul McCulley Teton reflections 07-2007 Pimco Global Central Banking Focus.

Extrait de "Extreme Money", Satyajit Das (Editions Le Jardin des Livres), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Daniel carton
- 21/12/2013 - 20:16
La cuisine banquère
Est il vrai que c'est un ex marchand de pizza devenu banquier qui a eu l'idée de mélanger(comme dans une pizza) des obligations pourries avec d'autres dans des montages opaques , pour les écouler ?
Stef41
- 21/12/2013 - 17:25
@vangog
Tout à fait d'accord....
Le soucis c'est que la première strate est l'économie réelle. Si elle s'effondre (guerre, crise économique), on reprends les mêmes et on recommence....Double peine.
vangog
- 21/12/2013 - 16:01
Je n'ai pas tout compris, mais cela ressemble à une
pyramide de Ponzi!
Son intérêt est de diluer les responsabilités, camoufler les traders derrière des paravents opaques, et favoriser l'enrichissement légal grâce a de la création monétaire.
Le problème est de savoir:
Les coupables( sachant que la recherche de culpabilité ne vient qu'après l'effondrement de la pyramide!) sont- ils ceux qui profitent de la création monétaire pour s'enrichir, ou ceux qui font de la création monétaire?
En bref, sont coupables les Madoffs ou ceux qui permettent aux Madoffs de prospérer?...