En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

03.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

07.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 22 min 17 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 1 heure 52 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 2 heures 59 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Heurs et malheurs du guerrier au crépuscule du Moyen Age

il y a 3 heures 40 min
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 21 heures 24 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 22 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 56 min 44 sec
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 2 heures 6 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 2 heures 39 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 2 heures 55 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Europe
Exemple historique

Eurobonds et survie de l’Europe : cette vieille histoire américaine que l’UE ferait bien de sérieusement méditer

il y a 3 heures 42 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 20 heures 45 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 22 heures 8 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 22 heures 38 min
Bonnes feuilles

Révoltes et insurrections : les éléments déclencheurs

Publié le 28 décembre 2013
Depuis une décennie, les Etats s'emploient à se réapproprier les principes généraux de la contre-insurrection en se concentrant sur l'expérience de ceux qui ont dû y faire face dans le passé (Français, Britanniques, Américains, Soviétiques) et sur les mécanismes de fonctionnement des insurgés eux-mêmes (IRA, Black Panthers, Oussama Ben Laden etc.). Extrait de "Dans la tête des insurgés" (1/2).
Saint-Cyrien, breveté de l'Ecole de guerre, Hugues Esquerre appartient à une génération d'officiers qui a été confrontée à des problématiques insurrectionnelles partout où la France est intervenue militairement depuis une quinzaine d'années....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Esquerre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Saint-Cyrien, breveté de l'Ecole de guerre, Hugues Esquerre appartient à une génération d'officiers qui a été confrontée à des problématiques insurrectionnelles partout où la France est intervenue militairement depuis une quinzaine d'années....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis une décennie, les Etats s'emploient à se réapproprier les principes généraux de la contre-insurrection en se concentrant sur l'expérience de ceux qui ont dû y faire face dans le passé (Français, Britanniques, Américains, Soviétiques) et sur les mécanismes de fonctionnement des insurgés eux-mêmes (IRA, Black Panthers, Oussama Ben Laden etc.). Extrait de "Dans la tête des insurgés" (1/2).

La première de ces causes est politique. Toute société oscille en permanence entre deux démarches antagonistes : l’autorité et la liberté. Un régime privilégiant l’autorité se fonde généralement sur la force pour exister. Les règles sociales y sont nombreuses, les forces de l’ordre sont puissantes et le droit leur est favorable. Toute infraction ou déviance est lourdement sanctionnée. Tôt ou tard, il sombre dans l’arbitraire, humilie des hommes et bafoue la liberté, même inconsciemment. Mais il ne contrôle jamais la pensée et ne peut limiter l’esprit. En privilégiant l’autorité sur la liberté, il pose les bases du despotisme et, par réaction, donne naissance aux hommes qui se battront contre lui. Le reste n’est plus que question de temps et d’occasion. Les philosophes des Lumières, Montesquieu, Rousseau, Voltaire, ont tenté sans succès de faire évoluer la noblesse en dénonçant ses excès qui écartaient de toute vie publique une majorité de Français. La noblesse ne voulant rien entendre, la Révolution de 1789 vint comme une conséquence logique. À l’opposé du spectre, un régime qui privilégie la liberté peut très facilement arriver à briser tout lien social et toute contrainte. C’est alors l’anarchie et la loi du plus fort qui risquent de s’installer. Incapable de répartir les charges publiques et d’imposer la notion de mérite, un tel régime renforce par sa faiblesse les égoïsmes et les intérêts partisans. La corruption s’installe et l’atomisation du corps social est alors inévitable. Sans cohésion, sans notion d’intérêt général, la légitimité des institutions est ébranlée et le pouvoir peut sembler facile d’accès pour qui s’organise. C’est ainsi que la dynastie carolingienne s’installa sur le trône franc. Alors que la dynastie mérovingienne est en pleine décadence, le pouvoir est exercé par le maire du palais, Pépin le Bref, premier sujet du royaume après le roi. En 750, Pépin dépose Childéric III, le dernier roi mérovingien, en se faisant reconnaître par le pape Zacharie qui déclare que « celui qui exerce véritablement le pouvoir porte le titre de roi ». L’anarchie consacre souvent le plus fort. Même si un régime équilibre harmonieusement autorité (ordre public, respect de la loi, impôt…) et liberté (expression, mouvement, association…), il n’est pas pour autant à l’abri des troubles qui viennent d’être décrits. Ceux-ci trouvent simplement leur source ailleurs, tout en profitant des latitudes offertes par la liberté et en amplifiant les contraintes imposées par l’autorité.

La religion est la deuxième des trois causes évoquées. Le fanatisme est porteur de désordres et de crimes presque sans limites. Combiné à l’ignorance, il engendre la haine. Chacun se croit porteur d’une vérité absolue et perçoit l’autre tel un ennemi de dieu et de la vertu. La diffusion de sa vision devient alors un absolu qui est vu comme un bienfait à imposer à ceux qui le refusent. Inversement, tout acte contraire à la foi est vécu comme une attaque. Si c’est une loi, elle devient brimade. Si c’est une déclaration, elle devient insulte. Si c’est une politique, elle devient discriminatoire. La religion est certainement le facteur d’insurrection le plus simple et le plus facile à manier et le plus difficile à combattre. Les exemples d’insurrections religieuses ne manquent pas et rares sont les religions qui n’ont pas été concernées. L’histoire de l’Europe est jalonnée par ces poussées de violence : croisade contre les Albigeois au XIIIe siècle, révolte des Rustauds et révolte iconoclaste au XVIe, Camisards au XVIIIe, etc. Au XXe siècle ce sont les Cristeros mexicains qui se sont battus au nom de la chrétienté, tandis que l’insurrection sikh a été vaincue en Inde dans le courant des années quatre-vingtdix. Aujourd’hui, les insurrections contemporaines touchent essentiellement l’islam : Boko Haram au Nigéria, Abu Sayyaf aux Philippines, Al-Shabbaab en Somalie, Jemaah Islamiyah en Indonésie, talibans en Afghanistan et bien d’autres. Dans tous ces exemples historiques, la religion ne joue bien entendu pas le même rôle : des fidèles s’insurgent pour défendre leur liberté de culte quand celle-ci est attaquée, d’autres veulent imposer à tous leur seule pratique religieuse, d’autres encore veulent abolir les lois civiles et les remplacer par une loi religieuse. Pour certains enfin, elle n’est qu’un facteur de solidarité parmi d’autres au sein d’un groupe combattant pour d’autres motifs. Ainsi en est-il des Karens de Birmanie qui, majoritairement chrétiens, luttent depuis plus de soixante ans contre le pouvoir central essentiellement pour leur reconnaissance et leur survie. Quelle que soit sa position et son influence dans l’idéologie d’une insurrection, la religion n’en demeure pas moins un facteur extrêmement utile de cohésion et d’identification. Pour cette raison, savoir l’utiliser à son profit lorsqu’elle est compatible avec ses positions philosophiques est essentiel. Elle permettra de fédérer ses alliés et surtout de désigner ses ennemis en ajoutant une condamnation spirituelle à un désaccord politique.

La dernière cause de trouble est économique. Les crises économiques, la spéculation, l’inflation et les hausses de prix, le chômage et les taxes constituent un danger social important. La cohésion de la société peut facilement être détruite, notamment lorsqu’une minorité étale ouvertement une richesse excessive face à une masse économiquement en difficulté. Ceci est encore accru en période de crise lorsque les perspectives se détériorent, que le pouvoir d’achat baisse et que le chômage bondit. Si le contraste devient indécent, il porte les germes de l’explosion sociale. Naturellement exaspérant, ce mécanisme peut devenir profondément déstabilisant s’il est correctement instrumentalisé. Souvent, même si une insurrection a une cause politique ou religieuse, son ampleur sera démultipliée si elle se conjugue à une situation économique qui lui offre le soutien des classes populaires les plus pauvres. Un insurgé cherchera à tirer profit d’une situation économique dégradée. Il lui faudra attiser la haine des « riches » en dénonçant leur mépris des classes populaires et leur mode de vie corrompu. Il poursuivra en dénonçant la collusion du pouvoir et de l’argent : les politiques ne cherchent qu’à s’enrichir et légifèrent au profit des puissances de l’argent qui constituent une caste protégée ne prenant aucune part à la solidarité nationale. La déclinaison de cet argument est sans fin, des impôts inégaux pénalisant les plus modestes aux mécanismes complexes permettant l’évasion fiscale des plus gros revenus. « La domination sans partage du capital financier sur le monde » pour reprendre les termes employés par le Front de gauche2 aux élections présidentielles françaises de 2012 peut alors être accusée de tout, et surtout d’aliéner les citoyens. Parallèlement, comme le fit Mao pour la redistribution des terres, le mouvement insurgé veillera à intégrer dans son manifeste des propositions pour rétablir une situation jugée économiquement équitable : confiscations, redistributions, nationalisations, etc. Maurice Duverger, éditorialiste au journal Le Monde, écrivait dans ce journal le 12 juillet 1968 que avant mai 1968, on jugeait une révolution impossible dans les pays industrialisés. On disait que l’élévation générale du niveau de vie y avait embourgeoisé les travailleurs et atténué la violence de la lutte des classes. On estimait que les masses populaires refuseraient de sacrifier leur bien-être présent, même médiocre, à la perspective aléatoire d’un mieux-être futur obtenu au prix d’une longue période de difficultés.

De fait, aucune société n’étant épargnée par les inégalités économiques, les troubles qui leur sont liés constituent un levier systématique de pourrissement.

Extrait de "Dans la tête des insurgés", Hugues Esquerre (Editions du Rocher), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

03.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

07.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MauvaiseFoi
- 29/12/2013 - 07:56
"Docteur, c'est grave ?"
Bonne plume le Cyrard et bonne synthèse.
Et maintenant, on attend que ça se passe ou on fait tout péter ?
mich2pains
- 28/12/2013 - 23:58
Quels sont les éléments dcélencheurs ....
Des révoltes et des insurrections ?
Par exemple , vouloir interdire les spectacles d'un Humoriste , genre DIEUDONNE ou inviter son illégitime et ses copines pour 2 jours à New-York pour y faire du shopping aux frais des Contribuables et pour la modique somme de 930.000 euros ou encore , ordonner au Juge DUCHAINE de se " hâter " très lentement d'instruire les affaires mafieuses de la clique Socialo du CG13 , présidé par le GUERINI Jean-Noël , ou encore ne pas envoyer les pittbulls de Bercy enquêter sur la valeur REELE des biens personnels du présigland HOLLANDE , ou encore .......etc.....
Il y a tellement " d' éléments déclencheurs " ici , en France qu'on se demande pourquoi les journaleux ont cru bon de nous parler de l' IRA , de Ben-Couscous , ou encore , des Panthères-toutes-noires !
Que vous le vouliez ou pas , NOTRE prochaine "Insurrection Française " se fera paisiblement , démocratiquement ....dans les URNES ! Puis le " Changement " suivra .
sbgf43
- 28/12/2013 - 17:15
Et de 4
Et en France c'est le cumul de ces 4 facteurs grâce a l'action ou plutôt l'inaction des gouvernants.....politique au fil de l'eau..ou après moi le déluge c'est au choix