En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

ça vient d'être publié
pépites > Science
Prouesse
Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles
il y a 15 min 57 sec
light > Science
Age bonifié ?
Des scientifiques écossais ont utilisé la datation au carbone 14 afin de prouver l'âge réel des bouteilles et pour lutter contre les fraudes
il y a 1 heure 22 min
pépites > Terrorisme
Terrorisme
L'Etat islamique annonce une "nouvelle phase de son jihad" et menace Israël
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr : du rififi chez les Grecs !

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Pourquoi les Américains et les Chinois sont-ils meilleurs que nous ?

il y a 4 heures 36 min
pépite vidéo > Sport
Immense tristesse
Kobe Bryant, la légende des Los Angeles Lakers, est décédé à l'âge de 41 dans un crash d'hélicoptère
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Politique
Projections financières lacunaires

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Politique
Calendrier électoral

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

il y a 7 heures 36 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Le vrai coût de l’utilisation de Google et Facebook : notre vie privée et nos données
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Economie
Matières premières

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

il y a 9 heures 7 min
pépites > Justice
Justice
Patrick Balkany reste en prison après le rejet de la cour d'appel
il y a 49 min 30 sec
décryptage > Société
Insultes et menaces

#JeSuisMila : la France en plein naufrage relativiste

il y a 2 heures 5 min
pépites > France
"Lutter contre l'oubli et le négationnisme"
Emmanuel Macron a inauguré le Mur des Noms rénové au Mémorial de la Shoah
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les feux de l'amour et du hasard" : ce Marivaux revisité en soap américain ne fait pas dans la nuance

il y a 3 heures 58 min
pépites > Politique
Bras de fer politique
Municipales à Paris : Stanislas Guerini, délégué général de LREM, estime que Cédric Villani n'est plus "adhérent"du parti
il y a 5 heures 22 min
décryptage > France
Perception

Bonheur, sens du travail et raison d’être : les attentes légitimes des Français et.... celles qui le sont moins

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Economie
Inquiétudes sur les marchés

Récession mondiale : une forme de virus ? Comment la traiter ?

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Politique
Une mémoire très sélective…

Quand Macron assimile la guerre d’Algérie à la Shoah !

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Religion
Paradoxe

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

il y a 9 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Noir c'est noir... ou pas

Explosion du travail au noir : le “black” est-il en train de devenir le dernier amortisseur social de la France ?

Publié le 08 décembre 2013
Avec
Le dernier baromètre O2-Market Audit révèle que plus d'un tiers des Français a travaillé au noir contre seulement 13%, il y a cinq ans. Une explosion qui n'est pas sans rappeler le chemin qu'ont suivi les PIGS, Italie et Espagne en tête.
Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I. Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I. Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier baromètre O2-Market Audit révèle que plus d'un tiers des Français a travaillé au noir contre seulement 13%, il y a cinq ans. Une explosion qui n'est pas sans rappeler le chemin qu'ont suivi les PIGS, Italie et Espagne en tête.
Avec

Atlantico : Selon le dernier baromètre O2-Market Audit réalisé fin novembre, un Français sur trois déclare travailler ou avoir travaillé au noir, contre seulement 13% en 2008. Une tendance plus marquée dans les services à personne. Comment expliquer cette progression ? 

Gilles Saint-Paul : Cette évolution est sans doute le reflet de l'élimination graduelle des niches fiscales, dont certaines avaient été mises en place sous le gouvernement Balladur, précisément pour inciter les ménages à déclarer leurs services à domicile. Le gouvernement de l'époque avait conscience que seul un gros rabais fiscal pouvait dissuader les ménages de faire faire ces travaux au noir. On semble être en train de l'oublier et donc ces activités rejoignent à nouveau l'économie parallèle, ce qui est somme toute peu étonnant. 

A cela, il faut rajouter l'existence de minima sociaux (RSA) et des droits associés (APL, CMU), qui sont soumis à des conditions de ressources et n'exigent aucune contrepartie de la part de leurs bénéficiaires ; et que l'on est donc tenté de cumuler avec un travail au noir. Le fait de se trouver en dehors des circuits réguliers de l'emploi est moins pénalisant que par le passé depuis l'introduction de ces formes de protection sociale qui, contrairement aux retraites ou à l'assurance-chômage, ne sont pas liées au fait d'avoir un emploi. En augmentant le nombre de personnes titulaires de ces minima, la crise augmente naturellement le travail au noir, et on peut se demander si elles auront réellement intérêt à chercher un emploi régulier lors de la prochaine reprise.

François Taquet : Sur le plan pratique, la réponse est aisée à apporter : des cotisations de sécurité sociale trop élevées et des impôts à la hausse. En outre, du côté des particuliers, on constate la réduction des avantages fiscaux attachés au travail à domicile (suppression du régime au forfait en 2013, abaissement du plafond des niches fiscales...). On comprend dans ces conditions pourquoi le travail au noir a connu un tel développement. Qui plus est, du côté du salarié, maintes personnes choisissent de ne pas déclarer toutes leurs heures, soit afin de ne pas dépasser le  seuil de revenu qui est susceptible de  bloquer l’accès à certaines aides, soit pour échapper à l’impôt sur le revenu. Finalement rares sont les situations ou le salarié et l’employeur ont un intérêt commun. Malheureusement, le travail au noir, fait partie de ces cas de figure.

On notera également que dans le langage populaire, on fait la différence entre le travail au noir (travail non déclaré) et le travail gris (travail partiellement déclaré). Le seul problème est que
notre droit ne fait pas une telle différence puisque le travail dissimulé ou le travail illégal concerne ces deux types de situations. Et  les redressements de cotisations de sécurité sociale dont se
targuent les URSSAF concernent tant le travail au noir que le travail gris sans que l’on puisse à notre avis assimiler les deux phénomènes.

Source : Le Figaro

Faut-il s'en réjouir ou s'en inquiéter ? Face à l'explosion du chômage, le travail au noir est-il train de devenir le  dernier amortisseur social en France ?

Gilles Saint-Paul : Le chômage est un phénomène "artificiel" dans la mesure où les réglementations et la fiscalité créent un écart important entre le coût du travail pour l'employeur et le revenu de l'employé. Cet écart n'existe plus lorsque les relations sont informelles. Il y a donc naturellement des transactions avantageuses pour les deux parties qui ont lieu dans le secteur informel mais qui ne seraient plus profitables si elles devaient être déclarées. 

D'aucuns s'inquiètent de la hausse du travail au noir parce qu'elle représente une mauvaise nouvelle pour les finances publiques. Mais sur le strict plan économique, elle nous indique qu'il y a une demande et une offre qui sont mises en relation par un marché, ce qui est en soi efficace. Plus fondamentalement, si l'on pense, comme c'est mon cas, que les dépenses publiques et donc le poids de la fiscalité ont tendance à augmenter systématiquement et excessivement au cours du temps, alors il est bon d'avoir des "garde-fous" et la menace d'une explosion de l'économie parallèle en est un. (D'ailleurs il s'établit à la longue un "modus vivendi" entre le secteur informel et le secteur formel, ce dernier profitant indirectement du premier lorsque l'argent est réinjecté dans l'économie formelle et engendre ainsi des rentrées fiscales.)

François Taquet : Il convient incontestablement de s’inquiéter de tous les phénomènes de fraude sociale où la législation du droit du travail, de la sécurité sociale et fiscale se trouve éliminée. Finalement les hommes politiques feraient mieux de se poser la question de savoir pourquoi y a-t-il fraude et pourquoi les employeurs sont-ils prêts à prendre de tels risques pour éviter le paiement de ces charger sociales.

Les employeurs sont-ils les seuls à y trouver leur compte ? Quels sont les avantages du travail au noir pour les salariés ?

François Taquet : Les salariés en ne payant ni charges ni impôts y trouvent également leur intérêt. Certes, il est fréquemment invoqué le fait que les dites sommes ne produisent pas des droits à assurance retraite. Toutefois, les intéressés invoquent souvent le fait qu’ils n’ont pas de visibilité en la matière, que dans tous les cas, les cotisations de retraite ne représentent qu’une infime partie de leurs cotisations et qu’enfin, rien ne les empêche d’utiliser partiellement l’argent gagné pour cotiser à des régimes de retraite privée.

Gilles Saint-Paul : Les travailleurs au noir pâtissent de la précarité et du manque de recours légal en cas de contentieux (ce dernier point affectant d'ailleurs aussi leur employeur). En revanche, cela leur permet d'échapper à la pauvreté, par exemple lorsqu'ils cumulent RSA-socle et travail au noir. En fait, ironiquement, ils se retrouvent précisément dans la situation de "workfare" que les promoteurs du RSA-activité et de la prime à l'emploi ont toujours cherché à obtenir ; c'est à dire une situation où l'on redistribue en faveur des moins riches sans pour autant détruire leurs incitations au travail. Mais compte tenu de la fiscalité et des effets délétères du SMIC sur l'embauche, le RSA-activité a des effets limités et reste loin d'offrir les mêmes incitations qu'une activité non déclarée.

Cette augmentation du travail au noir est-elle directement liée à l'augmentation du coût du travail soit +12% depuis la réforme fiscale ? D'autres raisons peuvent-elles expliquer cette augmentation ?

Gilles Saint-Paul : Lorsque fiscalité et réglementation vont trop loin, la société développe spontanément des formes d'organisation parallèles qui permettent de maintenir un niveau d'efficacité acceptable dans les échanges. Il peut s'agir de contrebande pure et simple, comme c'est le cas désormais pour les cigarettes, de diverses formes de troc, qui bien qu'encensées par les tenants de "l'économie solidaire" échappent autant à la fiscalité que le travail au noir, de transactions informelles entre membres d'une même famille, de recours accru par les entreprises aux rémunérations en nature, etc. Comme la fiscalité ne cesse de s'alourdir, ces formes d'activité se développent tout naturellement. 

François Taquet : Certes, l’augmentation des impôts et des charges a accéléré  le mouvement et a fait exploser le travail au noir. Mais soyons clairs, le travail au noir a toujours existé, qu’il s’agisse des services à la personne (baby-sitting, etc.) ou encore dans certains secteurs (hôtels, cafés, restaurants, bâtiment, travaux publics etc.). Le phénomène n’est donc pas nouveau.

Sous l'effet de la crise, la France risque-t-elle de connaître la même situation que les PIGS ?

Gilles Saint-Paul : La réponse à cette question dépend avant tout de ce que sera l'état d'esprit des marchés. Mais une fois que la société s'organise pour recourir plus fréquemment à l'emploi informel, il est difficile de revenir en arrière. On peut donc s'attendre à ce que, si ces tendances se confirment, l’État ait de plus en plus de difficulté à se financer grâce à la fiscalité, ce qui risque de conduire à une nouvelle crise.

François Taquet : Il convient effectivement d’être très vigilant en la matière sachant qu’un pays comme l’Italie a toujours été montré du doigt pour son travail au noir. Si personne n’y prend garde, la France, doucement est en train de suivre la même trajectoire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

Commentaires (65)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fanche
- 09/12/2013 - 19:03
travail noir ou gris sur leboncoin.fr !
Les premières victimes du travail noir ou gris sont : Les Entreprises pour “perte de chiffres d’affaires”.
Aux risques de fermer , devant tous ces parasites qui travaillent au noir / gris .
Les sites internet comme leboncoin.fr valident des annonces de travail illégal .
Combien ! exercent une activité non autorisé en A-E ou Micro ?
Combien ! exercent une activité sans statut légal ?
J’ai fermé mon entreprise de location de matériel de loisirs pour concurrence déloyale .
Faire de la publicité pour “arrondir ses fins de mois”… c’est du travail noir !
Pour limiter le travail noir , il faut supprimer la TVA sur la main-d’oeuvre ou récupérer un avantage à employer .
la saucisse intello
- 09/12/2013 - 18:46
Finalement, les plus heureux.......
Dans ce bordel, ce sont les retraités. Qu'en est-il ? Une fois votre rythme pris (entrées-sorties), vous avez calé définitivement votre petit budget. Votre relevé bancaire vous donne la liste de vos prélèvements, vous y ajoutez le 1/12ème de ce que vous payez une fois par an (T.H, T.F entre autre) et vous voyez ce qu'il vous reste. Aprés, vous avez tout le temps qu'il vous faut pour trouver des plans, troquer, combiner avec le voisin ou le paysan du coin. Et outre l'interêt intellectuel de la chose, ça peut devenir une activité trés prenante et bien plus valorisante que les assos, les clubs de ci ou de ça et j'en passe ! Et là au moins, c'est tout bénef pour vous. Si vous vous demmerdez bien, vous pouvez épargner (dans la boite en fer, pas à la banque, ça va de soi !) autant sinon plus qu'avec vos revenus d'activité(s).
la saucisse intello
- 09/12/2013 - 18:36
Suite à un gros souci......................
De fosse septique, je suis allé un matin faire la ramasse. Je voulais du viet ou du chinois car ils sont petits et maigres et pour descendre dans le trou avec une corde autour des pieds, c'est le meilleur matériel sur le marché. Je m'attendais à revenir bredouille, que nenni ! Ils se seraient battus pour venir ! Il faut dire que suite aux évènements du cambodge, il y en a un nid au patelin un peu plus haut. Le mec baragouinait le français et quand il a eu compris le deal, il a décidé d'amener son gamin avec lui au cas où ça serait vraiment merdique (!!!). Ca m'a coûté un billet de 20 euros, un peu d'eau au puits pour qu'ils se lavent et trois pommes pour le moutard. Si je fais venir un camion spécial, c'est un billet de 1000 ! Vous réalisez l'économie ! Ah oui, au fait, merci pol pot ! Bon, c'est dommage pour eux mais depuis on a fait une extension du tout-à-l'égoût et j'ai pu m'y raccorder. Mais de temps à autre ils passent pour voir si on n'a rien à déboucher ! Putain, qu'est ce qu'on ferait sans eux !