En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 39 min 31 sec
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 3 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 4 heures 15 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 4 heures 46 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 5 heures 22 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 49 sec
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 2 heures 58 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 3 heures 22 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 3 heures 54 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 4 heures 25 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 5 heures 32 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 6 heures 49 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 7 heures 36 min
Fonds européen de stabilité financière

Dettes souveraines : la stratégie de la patate chaude

Publié le 06 mai 2011
Le Fonds européen de stabilité financière (FESF), créé en mai 2010, est chargé de fournir une assistance financière aux états de la zone euro en difficulté économique. Mais pour l'économiste Pascal de Lima, cette institution est pourtant loin de réduire le risque systémique sur les dettes souveraines. Décryptage du dernier avatar de l'ingénierie financière.
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Fonds européen de stabilité financière (FESF), créé en mai 2010, est chargé de fournir une assistance financière aux états de la zone euro en difficulté économique. Mais pour l'économiste Pascal de Lima, cette institution est pourtant loin de réduire le risque systémique sur les dettes souveraines. Décryptage du dernier avatar de l'ingénierie financière.

Depuis deux ans, il a été abondement souligné le rôle de l'ingénierie financière dans la capacité des banques d'investissement américaines à dissimuler des actifs toxiques et à manipuler les bilans. Du subprime jusqu'aux astuces du Repo 105 en passant par le trucage des comptes publics grecs. Nous avons là, l'apologie des plus grandes incarnations de cette activité d'ingénierie. Un instrument très utilisé en la matière était « l'entité fictive » centralisant des actifs à haut risque financés par des investisseurs institutionnels (les Special Purpose Vehicles), ces « firmes-robots », qui n'ont souvent pas d'employé, ne prennent aucune décision, ni n'ont de localisation physique. Du coup, elles ne peuvent pas faire faillite puisqu'elles n'existent pas ! Récemment, les dernières révélations sur ce système se sont faites en toile de fond d'incapacité à résorber l'endettement public. Plus jamais d'entités ad-hoc était presque le message fort des leçons de la crise.

Les réformes à l'épreuve de l'ingénierie financière

Ici, il est évident que les solutions à la crise passent par les réformes structurelles des économies, les politiques financières, bancaires et budgétaires, toutes préventives et qualitatives à long terme et non quantitatives et curatives à court terme. La question d'une restructuration des dettes doit aussi être posée.

Mais l'ingénierie financière est sans limite, en voici la preuve : le Fonds européen de stabilité financière (FESF) créé en mai 2010. Il a pour objectif de préserver la stabilité financière de l'Union économique et monétaire européenne en offrant une assistance financière aux États-membres en difficulté... Celui-ci a émis ses premières obligations le 1er février 2011 mais il y a quelque chose d'assez stupéfiant dans ce FESF : le FESF pourrait lever 250 milliards d'euros en obligations avec... seulement 12 personnes à temps plein dit-on, c'est plus que le 0 de nos fameuses entités fictives.

La menace d'un risque systémique

Ainsi le FESF, tout comme les entités fictives, récupère les dettes des Etats en difficulté, en lieu et place d'actifs toxiques, et les transforme en émissions obligataires financées par les Etats membres dont le principal contributeur est l'Allemagne. Ici, il est à craindre que les Etats les plus solvables ne jouent le rôle d'assureur de crédit via le principe de la garantie non conditionnelle. Espérons que ces derniers ne soient pas confrontés à la situation d'AIG en se portant garant des pays qui viendraient à faire défaut. Que se passerait-il si un Etat, par exemple le Portugal, entrait en cessation de paiement ? L'Espagne qui a prêté au Portugal à l'aide d'un emprunt à l'Allemagne serait elle-même dans la difficulté à rembourser l'Allemagne qui se verrait dans l'obligation de se porter garant de tous, tout en renflouant les caisses du FESF. Ceci aurait probablement des conséquences pour le moins surprenantes sur le respect des critères de Maastricht... En période de hausse des primes de « CDS souverain », la menace d'un risque de système devient rationnellement crédible.

Enfin, tout comme l'étaient les entités fictives, cette institution bénéficie d'une notation triple A. On peut là encore s'interroger sur le bien fondé de cette notation. En effet, une dette publique ou un actif toxique mal noté par les agences de notation est très sujet à la critique parce que cette note peut faire paniquer les marchés financiers et déstabiliser tout un système. En revanche dès qu'il s'agit du FESF, ces agences semblent renaître de leurs cendres dans l'indifférence générale. Avant la crise financière, elles avaient aussi noté triple A bon nombre d'entités fictives qui sont tombées... et le système fut étranglé par la rumeur.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sarlatg
- 06/05/2011 - 16:40
L'urgent et l'important
Il faut traiter l'urgence = le risque systémique des dettes souveraines. Et là sans doute le dispositif technique peut être améliorer.

Il faut en même temps traiter l'important = la politique monétaire, qui nous a amené à cette situation et qui continue à préparer la prochaine bulle

France Energies

http://www.france-energies-2012.fr/xwiki/bin/view/Socracy/Arreter-de-vivre-a-credit