En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

06.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 10 heures 42 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 13 heures 6 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 14 heures 20 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 16 heures 57 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 17 heures 55 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 18 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 19 heures 11 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 19 heures 35 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 20 heures 10 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 13 heures 31 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 15 heures 32 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 18 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 18 heures 56 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 19 heures 28 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 20 heures 10 min
© Reuters
La question de l'éthique financière vient de nouveau à se poser.
© Reuters
La question de l'éthique financière vient de nouveau à se poser.
Bien fait ?

Bonus en folie, amendes faiblardes malgré la crise : avons-nous les banquiers que nous méritons ?

Publié le 06 décembre 2013
Dans un article de Foreign Affairs, l'économiste Charles Calomiris révèle que depuis les années 1970 certains pays comme le Canada n'ont pas connu de crises financières, un fait qui s'expliquerait par des raisons historiques et politiques.
Benoit Lallemand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoit Lallemand est analyste senior pour Finance Watch, spécialisé dans les marchés financiers. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un article de Foreign Affairs, l'économiste Charles Calomiris révèle que depuis les années 1970 certains pays comme le Canada n'ont pas connu de crises financières, un fait qui s'expliquerait par des raisons historiques et politiques.

Atlantico : Alors que l'affaire de l'Euribor vient de prendre un nouveau tournant avec la condamnation par Bruxelles de 8 banques dont la Société Générale, la question de l'éthique financière vient de nouveau à se poser. Dans un article de Foreign Affairs, l'économiste Charles Calomiris révèle que depuis les années 1970 certains pays comme le Canada n'ont pas connu de crises financières, un fait qui s'expliquerait par des raisons historiques et politiques. Peut-on dire finalement que chaque pays a le système bancaire qu'il mérite ?

Benoit Lallemand : On peut affirmer cela dans la mesure où il revient effectivement aux gouvernements de fixer le cadre réglementaire dans lequel les banques développent leurs activités. A cet égard nous pensons que les raisons "historiques et politiques" pèsent moins dans le caractère stable ou non du système financier que le cadre réglementaire. Ce fait est rendu évident par les travaux de Reihart et Rogoff : les crises financières à répétition qui conduisent au crash de 1929 sont quasiment absente entre 1940 et 1980 - sous un cadre réglementaire très contraignant - et reprennent de plus belle avec la dérégulation des années 1980 et 1990. Par ailleurs, le mythe d'un système bancaire canadien infaillible a été remis en question par de nombreux analystes ces dernières années. On remarquera également que les banques canadiennes ont bénéficié d'injections d'argent public à hauteur de 114 milliards de dollars entre 2008 et 2010... 

Dans cette même veine, l'auteur de l'article dénonce les conflits d'intérêts qui existent de fait dans plusieurs pays (dont les États-Unis) entre gouvernements et instituts bancaire, puisque le premier régule le second tout en le considérant comme une source de financement. Quels sont les conséquences de cette imbrications des pouvoirs politiques et financiers sur la stabilité économique ?

Le cercle vicieux entre crise bancaire et crise des dettes souveraines est malheureusement très clair en Europe. Dans une direction d'abord: les États doivent éponger les pertes des banques, augmentant la dette publique (en Irlande, par exemple, cette dernière passe de 25% du PIB en 2007 à 110% du PIB en 2011). Dans l'autre ensuite: si l'Etat vient à rencontrer des difficultés à rembourser sa dette, les banques (domestiques, mais pas seulement) sont directement impactées car elles sont les principales détentrices de ces dettes! On a le cas de la Grèce, qui fait défaut sur sa dette publique, au point de mettre ses banques en situation de faillite, avec un Etat qui n'a plus les ressources nécessaires pour les sauver.

Il faut tout de même préciser que les crises financières les plus violentes (dont les cas extrêmes sont 1929 et 2007-2008) trouvent leur source dans le système bancaire et financier - c'est donc le premier cas de figure de la contagion, dans lequel les citoyens européens sont empêtrés (payant via l'austérité pour les prises de risques excessives des banques). 

Toujours selon M. Calomiris, le succès du modèle bancaire canadien s'explique par une forte centralisation bancaire au lendemain de l'indépendance du pays tandis que la faiblesse du système américain serait du à la mosaïque de banques locales dont les intérêts s'opposent. Partagez vous cette théorie ?

Absolument pas. Ou plutôt, cela dépend de ce qu'on entend par "succès". Il y a certes eu un grand nombre de faillites de petites et moyennes banques américaines suite à la crise, mais elles n'ont absolument pas impacté les finances publiques (contrairement aux risques de faillites des "géants" financiers comme AIG). Les mécanismes de "redressement et résolution" des banques (le FDIC, aux Etats-Unis), fonctionne très bien jusqu'à une certaine taille. Sous cet angle la 'mosaïque de banques locales' est une force, pas une faiblesse! Par ailleurs les banques locales sont très peu engagées dans les activités de marché, qui accroissent non seulement la taille des banques mais aussi leur interconnectivité, leur appétit au risque, et leur uniformisation (les marchés ont tendance à être moutonniers). Or les crises graves sont justement la conséquence de ces caractéristiques de la finance de marché.

Si l'on part du principe qu'un système bancaire trop peu uniformisé est forcément générateur de crise, quelles leçon doit-on en tirer pour l'Europe ?

Les grands banquiers européens se régaleraient de cette question, car elle occulte la réalité: c'est au contraire l'uniformité qui créer l'interconnection qui mène à la contagion rapide des chocs (pertes) à travers le système. La leçon a tirer de la crise de 2007-2008 c'est que les faillites bancaires ne sont pas un problème en soi. Elles feront toujours partie de la réalité, comme les faillites d'entreprises dans tous les secteurs de l'économie. Ces faillites deviennent un problème quand les institutions concernées sont systémiques et que l'Etat est obligé de venir à leur secours. Il y a une solution de bon sens à cela: séparer les activités de marchés (utiles, mais dont on peut perdre un acteur, qui sera remplacé par un concurrent) des activités de dépôts/crédits/gestion du système des paiements (dont on ne peut se passer même quelques heures). Les banques d'investissements devront alors se financer au prix du marché (pas à un prix "subventionné" par la garantie de l'Etat) et seront forcées par leurs investisseurs à diminuer, relocaliser et diversifier leurs activités, tout en améliorant drastiquement la gestion du risque. Au bénéfice direct de l'économie réelle et de la société.    

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 06/12/2013 - 22:38
Pas très clair! On part de l'exemple du Canada
pour nous expliquer, sans grande cohérence, que les activités de marché doivent être séparées des activités de dépôt/crédit/gestion.
Mais le départ de la crise des supprimes fut provoqué essentiellement par ces banques, qui n'avaient pas d'activité de marché!
Alors, quelle explication et quelles leçons cohérentes les gouvernements ont-ils tirés de cette bulle spéculative, alors que nous allons bientôt affronter une bulle des dettes souveraines, bulle des dettes obligataires, avec les mêmes socio-démagogues au pouvoir?....
rmgl
- 06/12/2013 - 16:01
Nous avons les banquiers
que nous méritons, la preuve :
- Quand nous voulions emprunter pour construire notre maison, les banques calculaient ce qu'il était possible de faire, sans que nous ayons à pâtir des remboursement impossibles.
- Aujourd'hui, on demande aux gens, parfois illettrés de vérifier s'ils peuvent honorer l'emprunt car toute dette doit être remboursée.
- Détail écrit en gros caractère et non petits !!.
Gonflés tout de même ces banquiers qui ne font pas leur travail correctement. Si le remboursement s'avère impossible pour ceux qui sont renvoyés de leur entreprises, ou ceux qui n'ont pas été capable de calculer, elles font comme aux USA : mettre les gens dehors, saisir la maison et la vendre.
On dira ensuite que c'est la crise mondiale!
lexxis
- 06/12/2013 - 09:29
FINANCES ET CRAPULES
Si fortes soient-elles les amendes ne sont pas la solution, car elles pénalisent essentiellement les actionnaires, dont la responsabilité pénale n'est pas avérée et en plus elles enrichissent les autorités publiques alors qu'elles ont failli quelque part dans l'efficacité préventive de leurs contrôles. Enfin les victimes, c'est à dire les clients ne sont pas indemnisées (d'ailleurs on n'a manifestement pas réfléchi à la valeur exemplaire de la juste sanction qui consisterait à devoir par priorité rembourser toutes les victimes, sans même qu'elles aient à déposer plainte!).

Par contre on se demande en vertu en vertu de quelle loi, les pouvoirs quels qu'ils soient n'engagent pratiquement jamais les poursuites pénales individuelles contre les dirigeants douteux et les fraudeurs à l'origine des dérives observées.

Il y a dans ce laxisme une sorte de collusion, dont le pouvoir politique ferait bien de se méfier. Dans tous les cas, il est clair désormais que le milieu financier est devenu un inquiétant vivier de crapules et de fripouilles, sans que cela inquiète outre mesure une profession guère pressée de faire le ménage dans ses rangs et pour qui seul l'argent compte.