En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Bonnes feuilles
Dégradation du commerce extérieur : comment résoudre le principal problème économique français
Publié le 07 décembre 2013
Contrairement à d’autres pays, la France a trop longtemps différé les réformes et n’a pas encore consenti les efforts indispensables à son redressement. Pour le mener à bien, il s’agit maintenant de dissiper la confusion des diagnostics et de mettre de l’ordre dans les mesures à envisager. Extrait de "La France doit agir" (1/2).
Jean-Louis Beffa est président d’honneur de la Compagnie de Saint-Gobain et coprésident du Centre Cournot pour la recherche en économie. Il est notamment l’auteur de La France doit choisir (Seuil, 2012)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Beffa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Beffa est président d’honneur de la Compagnie de Saint-Gobain et coprésident du Centre Cournot pour la recherche en économie. Il est notamment l’auteur de La France doit choisir (Seuil, 2012)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à d’autres pays, la France a trop longtemps différé les réformes et n’a pas encore consenti les efforts indispensables à son redressement. Pour le mener à bien, il s’agit maintenant de dissiper la confusion des diagnostics et de mettre de l’ordre dans les mesures à envisager. Extrait de "La France doit agir" (1/2).

Le principal problème économique français, si l’on avait à le résumer en un mot, est que, chaque jour, la France achète pour plus de 150 millions de plus qu’elle ne vend. L’objectif à se fixer est donc de résorber cet écart, car il est à la source de la dégradation de la plupart de nos indicateurs économiques. Le déficit extérieur, à l’instar de tous les déficits, doit être financé. La crise a montré que les financements, que l’on pensait éternels, pouvaient menacer de s’interrompre.

Après une année 2011 record, accusant un déficit de 74 milliards d’euros, 2012 est la deuxième plus mauvaise année de notre histoire commerciale. Le déficit a alors atteint 67 milliards. Les soldes géographiques et sectoriels renseignent sur la perte de vitesse française. D’un point de vue géographique, la Chine et l’Allemagne sont les pays avec lesquels la France enregistre les plus mauvais résultats. Le déficit cumulé atteint l’équivalent de la charge d’intérêt de la dette française, soit 45 milliards d’euros. Les partenaires commerciaux de la France sont également ses premiers concurrents, majoritairement situés dans la zone euro. D’un point de vue sectoriel, les déficits les plus préoccupants relèvent des équipements électroniques et informatiques et de l’industrie textile. Mais, dans ces mauvais résultats, la facture énergétique, qui s’est appréciée de 7 milliards, représente la part du lion. Hors énergie, le déséquilibre est passé entre 2011 et 2012 de 29 à 15 milliards. Mais cette médiocre amélioration de la balance commerciale constatée l’année dernière est un trompe-l’œil. Elle répond davantage à la baisse des importations, sous l’effet d’une demande déclinante, qu’à une hausse des exportations, restées stagnantes.

Il y a encore une dizaine d’années, en 2002, la balance hors énergie était positive, à 17 milliards d’euros. La dégradation est donc récente et vertigineuse. Les chiffres sont sans appel.

Or le commerce extérieur reste le critère majeur pour se faire une idée de la santé d’une économie et de sa capacité à trouver sa place dans le commerce mondialisé. Et quel que soit le mode de calcul suivi, le constat français est alarmant. Le déficit de sa balance commerciale est bel et bien devenu le talon d’Achille de l’économie française. Au début des années 2000, les exportations françaises représentaient 5 % des exportations mondiales, contre 3 % aujourd’hui. Même si l’ensemble, des exportations mondiales a crû et, partant, le volume des exportations françaises, ce chiffre traduit bien la perte de vitesse de l’économie française. En quinze ans, la valeur ajoutée des exportations françaises dans les exportations de l’OCDE s’est effondrée de 43 %. Comment expliquer ce décrochage ?

Au moment où l’environnement mondial connaissait une mutation profonde qui faisait des excédents commerciaux une nouvelle arme du rapport de force entre les États, la France a vu ses comptes extérieurs virer au rouge. Avant la crise, un État pouvait vivre longtemps en déficit et l’endettement public, tant qu’il restait dans des proportions acceptables, ne faisait pas question dans les pays de l’OCDE. Mais les banques américaines qui semblaient les plus respectables, comme Lehman Brothers, ou des États membres de l’Union européenne, comme la Grèce, ont subitement connu faillite et défaut. L’insouciance qui a prévalu, avant ces chocs dans les pays avancés, n’était pas partagée par les pays émergents. La crise financière de la fin des années 1990 en Asie, qui a contraint certains pays à se soumettre au contrôle du Fonds monétaire international, a poussé le continent à accumuler des excédents commerciaux pour éviter à l’avenir le risque d’une telle déconvenue. À partir des années 2000, s’est alors mise en place une nouvelle répartition des rôles de l’économie mondiale : les pays émergents se sont mis à financer les déséquilibres des pays développés. Ils soutiennent alors leur décollage économique en subventionnant leurs clients.

Ce qui se joue depuis 2008 est la recherche d’un nouvel équilibre. D’un côté, les taux d’endettement ont franchi des seuils excessifs. De l’autre, les prêteurs, une fois atteint un degré de développement jugé suffisant, commencent à se recentrer sur leur marché intérieur. Les pays émergents connaissent en effet un recul de leurs excédents. Le colossal excédent commercial chinois montre aujourd’hui ses premiers signes de ralentissement. L’Inde présente pour sa part une balance des échanges gravement déficitaire.

Les pays endettés comme la France n’ont donc que deux options. Soit ils décident de restreindre leur demande intérieure, mesure difficile à faire accepter sur le plan social, et donc politiquement dangereuse, soit ils choisissent, devant l’impossibilité de créer artificiellement de la croissance en gonflant la consommation interne par un recours à la dette, d’aller chercher ailleurs la croissance. Autrement dit, la seconde option réside dans une hausse des exportations. Certains pays de l’OCDE ont amorcé ce virage. C’est le cas des États-Unis ou du Japon qui chacun suivent, comme on le verra, des stratégies différentes. L’Europe, elle, réagit avec retard et en ordre dispersé. Même si, dans son ensemble, le continent européen peut se prévaloir d’un solde positif, ce bon résultat cache de grandes disparités. Tandis que la locomotive allemande connaît un net surplus et que les pays du Sud, comme l’Espagne, commencent à réajuster le tir, la France est toujours à la traîne. L’effort de compétitivité reste à accomplir. Et il passe par un rétablissement de la balance commerciale. Comment, dès lors, redresser les exportations françaises ? Sur quels secteurs faut-il parier en priorité ?

Les deux grands blocs du déficit commercial français correspondent à l’énergie et à l’industrie. Ce sont, par conséquent, à ces deux priorités qu’il faut s’attaquer.

Extrait de "La France doit agir", Jean-Louis Beffa (Editions du Seuil), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
07.
Maltraitance dans les Ehpad : pourquoi des formations des personnels soignants peuvent faire une grande différence pour les personnes âgées
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pourquoi-pas31
- 07/12/2013 - 18:04
Merci Martine
La balance était à l'équilibre puis Martine est arrivée, sur de bonnes idées de DSK entre autres elle décide de réduire la productivité de 4 heures. Soit (4 / 39) x 100 = 10,25% d'augmentation de la part main d'œuvre de nos produits. On peut penser raisonnablement a une augmentation d'environ 5% sur le produit fini. Avec cette brillante initiative, nos exportations ne pouvaient que s'effondrer.
DES VESSIES POUR DES LANTERNES
- 07/12/2013 - 15:45
Qu'en des termes choisis celà fut dit Mr Beffa
Vous ..... enfin vos potes du cac 40 et autres zélites n'aviez à la bouche que délocalisations ,mondialisation ,entreprise sans usine ....
et donc .....textile,acier ,aluminium ,électronique etc ... tout s'en fut et en vertu du profit immédiat "vos " salaires furent multipliés au quasi-infini.(entre nous c'était le but de ces opérations!)
Voyant celà et pensant qu'il y avait du pognon nos zélus multiplièrent leurs petites cours et baronnies diverses .......
L'HIVER EST VENU ! Monsieur :il n'y a plus d'emploi !!!!!
Et si rolex avait délocalisé en prc serait-il aussi florissant aujourd'hui !!! Méditez celà !( et eux embauchent à 6000 FS)
Benvoyons
- 07/12/2013 - 15:36
Pourquoi la France en est arrivée là ? Et bien la cause est
que nos anciens à la Révolution avaient interdit qu'un Fonctionnaire soit élu.
Alors que depuis 30 ans nous avons 55 à 60% des élus (députés, sénateurs, régions etc... qui sont fonctionnaires. Maintenant avec le non cumul des mandats, nous aurons forcément encore plus de fonctionnaires élus.
Nous sommes en pleine gestion de la France par conflits d'intérêts. Despotisme.
Puisqu'ils ont tous les pouvoirs et les contrôles et aussi la trésorerie avec votre argent pour être élu (achat des votes)( exemple 3 mois avant les élections à Marseille 3 milliards€, Paris 300 policiers en plus dans le XX etc) et qu'après si cela ne va pas un reclassement avec ancienneté. En plus il faut placer le cousin de la cousine à la tante du toton du copain , donc augmentation des effectifs.
La vraie réforme commence par l'interdiction pour un fonctionnaire d'être élu. Donc il doit démissionner et ne plus revenir dans la fonction Public. Comme cela existe dans toutes les démocraties ( UK, Allemagne, Pologne, Autriche,Pays-Bas,etc. sauf la France.