En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 6 heures 23 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 9 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 15 heures 11 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 15 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 17 heures 8 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 7 heures 35 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 12 heures 23 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 14 heures 45 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 15 heures 18 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 15 heures 53 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 16 heures 37 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 16 heures 46 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 17 heures 16 min
© Reuters
François Hollande s'embrouille dans sa communication sur le chômage.
© Reuters
François Hollande s'embrouille dans sa communication sur le chômage.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Chômage : pourquoi le président ne dit toujours pas la vérité

Publié le 29 novembre 2013
Le nombre de chômeurs a reculé de 20 500 en octobre. Sauf que le président a fait des commentaires tellement alambiqués hier que l'on ne comprend plus très bien si la courbe du chômage va s’améliorer ou pas et surtout quand.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nombre de chômeurs a reculé de 20 500 en octobre. Sauf que le président a fait des commentaires tellement alambiqués hier que l'on ne comprend plus très bien si la courbe du chômage va s’améliorer ou pas et surtout quand.

La précision Élyséenne venait recadrer des propos du Président particulièrement désinvoltes. « Si le chômage ne baisse pas à la fin de l’année, il baissera bien plus tard… ». Les faits ne sont pourtant pas difficiles à assumer. Le chômage a reculé en octobre, c’est la première fois depuis avril 2011. Michel Sapin ajoute que le nombre de chômeurs de catégorie A a baissé en moyenne de 3500 personnes par mois ces trois derniers mois, alors qu'il avait augmenté de 18.270 au deuxième trimestre et de 33.070 au premier trimestre. Le chômage des jeunes recule également pour le sixième mois consécutif.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE ÉDITION ATLANTICO BUSINESS]
   Suivre @atlanticobiz

Voilà l’essentiel du résultat. C’est vrai que la moisson a un goût amer. Le chômage baisse mais elle s’explique, pour partie, par un changement de catégorie des chômeurs et par le chômage des jeunes, sans oublier le nombre d’emplois aidés qui augmente. Le gouvernement touche donc les effets des emplois d’avenir. Ca marche un peu mieux mais ça coûte tellement cher à la collectivité que mieux vaut ne pas s’en vanter trop fort.

Pour le reste, le nombre de chômeurs seniors (ceux qui ne sont plus éligibles aux emplois d’avenir) augmente et la durée du chômage s’allonge à plus d’un an. Au bout d’un an, les conseillers de Pôle Emploi estiment que le type est déclassé, très difficile à placer sur le marché du travail.

Il n’y a donc pas de quoi pavoiser et l’imbroglio des chiffres explique que le Président se soit un peu mélangé les pinceaux dans la description du tableau de l’emploi en octobre. On retiendra que ça ne s’arrange pas mais que ça pourrait s’arranger. Cette façon de promette des résultats impossibles à atteindre est un travers du président de la République qui horripile tous les milieux d’affaires.

"C’est insupportable", dit on a l’AFEP. Que le Président fasse la politique de ceux qui l’ont élu, c’est normal, qu’il se livre à quelques propos démagogiques pour avoir la paix avec certaines ailes à droite ou à gauche pourquoi pas. Qu’il ne cherche pas de compromis pour ne pas froisser des amis un peu rigides passe encore, mais ce qui est profondément critiquable c’est de faire des promesses irréalisables.

Les propos sur l’emploi en France sont une caricature. Marteler tous les quinze jours à l’opinion publique que la courbe va se retourner est un non-sens politique. Mais il n’y a pas qu’avec le chômage que le Président surf ainsi sur les faits de la réalité. Sur le déficit budgétaire, il avait promis de le ramener à 3,5% du PIB et il a été obligé de demander à Bruxelles un délai supplémentaire.

Pour les impôts, on a assisté à une corrida permanente sur les promesses de baisse puis de stabilité pour finir au dessert, par un chariot de taxes supplémentaires et d’augmentations dont certaines ont dû être annulées en catastrophe. Avec au café, du festin fiscal l’annonce d’un grand rendez-vous, de mise en forme.

Pour un chef d’entreprise, la gestion de l’État n’est pas une cours d’expérimentation, ça devrait être une affaire sérieuse, crédible, transparente et loyale. Le patron d’une entreprise ferait le dixième de ces erreurs techniques que son comptable s’affolerait et appellerait le Samu.

Le patron d’une entreprise raconterait le tiers de ce que raconte un ministre sans être capable de le délivrer qu’il serait viré par les actionnaires en 24 heures. On dit que le monde des affaires est très solidaire, on dénonce les petits arrangements entre amis des conseils d’administration, on gausse sur les retraites chapeau des uns et le salaire des autres mais globalement le monde de l’entreprise est plus impitoyable que le monde politique. Il y a des contre-pouvoirs qui, quoi qu’on raconte, finissent par fonctionner.

Si Vincent Bolloré prend le pouvoir chez Vivendi, c’est bien parce que Jean-René Fourtou n’a pas délivré la stratégie promise. Si le groupe Accor a changé quatre fois de PDG en dix ans, c’est bien parce qu'aucun n’a réussi à mettre la stratégie gagnante. Du coup, exit Gilles Pélisson, Denis Hennequin, et bonjour Sébastien Bazin. On pourrait faire la même liste ou presque chez Carrefour, Air-France, PSA… L’autorégulation réussit à fonctionner beaucoup plus souvent que ne le croit Arnaud Montebourg.

Au bout du compte, le monde de l’entreprise ne supporte pas le mensonge et on a l’impression que le monde politique lui, s’en nourrit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Roban
- 30/11/2013 - 18:41
Baisse du chômage ?
Tout d'abord, même si on ne tient compte que de la catégorie A (chômeurs n'ayant jamais travaillé) ce n'est pas une baisse mais une moindre augmentation : 0,6% ald 0,8. Cette moindre augmentation est due d'une part aux contrats aidés qui ne déboucheront pas nécessairement sur un contrat de travail et, d'autre part, au fait qu'un certain nombre des chômeurs en catégorie A ont trouvé un travail éphémère et se sont retrouvés au chômage en catégories B.
Si l'on tient compte de toutes les catégories de chômeurs (il y en a quatre), le chômage s'est accru de 55900 personnes !
Et encore, il n'est pas tenu compte des chômeurs en fin de droit qui ne sont plus inscrits au Pole Emploi, donc non répertoriés, sinon ce serait près de 100000 chômeurs en plus.
MauvaiseFoi
- 30/11/2013 - 06:35
Dialogues en mairie
- B'jour, m'sieu.
- Ouais.
- Où qu'il est l'chef ?
- Qu'est-ce que ça peut te foutre ?
- Ben, euh, j'suis un emploi d'avenir et on m'a dit d'aller voir le chef.
- L'chef, il est pas là. Il est en arrêt maladie.
- Ben, euh, qu'est-ce que j'dois faire ?
- Oh, Paulo, t'as une idée de ce qu'on doit en faire de c'ui-là ?
- Aucune. Dis-lui qu'il aille à la mairie.
- Mais m'sieu, j'en viens.
- Ben oui, et alors ? T'as qu'à y r'tourner et leur dire que l'chef il est malade.
A la mairie
- M'dame, y m'ont dit de revenir vous voir parce que ...
- Germaine, t'as une idée ?
- Aucune, mais bon envoie-le voir la secrétaire du maire.
Au secrétariat
- B'jour, m'dame. Ben voilà, ...
- Bon écoute. Tu retournes au Service Technique dans 2 semaines. Bébert devrait être revenu si son toubib ne lui a pas filé une rallonge.
15 jours + tard
- B'jour, on m'a dit de voir Bébert.
- C'est moi et toi, t'es qui ?
- J'suis un emploi d'avenir ...
- Bon. T'es bon en quoi ?
- Euh, en rien sauf en télé-réalité.
- Même pas pour la belote ou le tiercé ?
- Ben, euh, non.
- Vu. Tu rentres chez toi et tu y restes.
On t'fera signe si on a besoin de quelqu'un pour servir l'apéro.


Liberdom
- 30/11/2013 - 05:25
Marre
Cette cervelle ultra-simplifiée d'énarque vient de prouver au monde qu'il était possible d'acheter des statistiques en créant des emplois fictifs avec du fric qu'on a pas.

Voilà expression la plus répugnante du pouvoir politique en France en 2013 : le règne d'une technocratie merdique devenue la norme.

"Les cons ça ose tout; c'est même à ça qu'on les reconnait" (M. Audiard)