En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 5 min 56 sec
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 46 min 17 sec
décryptage > France
Politique territoriale

Cette case qui manque aux élites françaises pour trouver le remède à l’impuissance politique et à la crise de défiance généralisée

il y a 1 heure 23 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 15 heures 18 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 16 heures 45 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 17 heures 36 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 20 heures 2 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 21 heures 8 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 32 min 32 sec
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 1 heure 1 min
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 14 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 15 heures 43 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 17 heures 4 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 20 heures 10 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 21 heures 33 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 22 heures 35 min
Au pilori

Aurait-on dû laisser la crise avoir la peau de plus de banques ?

Publié le 19 novembre 2013
Trop de banques européennes ont survécu à la crise financière, estime le président de l'Autorité bancaire européenne (ABE), Andrea Enria, dans un entretien au quotidien allemand "Frankfurter Allgemeine Zeitung". Une position lapidaire non dénuée de fondements économiques.
Eric Lamarque est Professeur à l'Université Paris 1 Sorbonne - IAE et directeur du Master Finance.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Lamarque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Lamarque est Professeur à l'Université Paris 1 Sorbonne - IAE et directeur du Master Finance.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trop de banques européennes ont survécu à la crise financière, estime le président de l'Autorité bancaire européenne (ABE), Andrea Enria, dans un entretien au quotidien allemand "Frankfurter Allgemeine Zeitung". Une position lapidaire non dénuée de fondements économiques.

Atlantico : Une quarantaine d’établissements bancaires ont disparus en Europe depuis la crise contre près de 500 aux Etats-Unis, a rappelé le président de l’Autorité bancaire européenne (ABE). Comment expliquer ces différences de traitements sur les deux continents ?

Eric Lamarque : Je trouve les paroles du président de l’EBA pour le moins approximatives et assez provocatrices. La comparaison des Etats – Unis avec l’Europe me paraît difficile à faire compte tenu de la différence de structure des secteurs bancaires dans les deux pays.

Aux USA, il existe de nombreuses banques de toute petite taille à côté des grands acteurs internationaux comme JP Morgan ou Bank of América. Il existe au total autour de 8000 banques avec 75 % des actifs détenus par les dix premières. L’Europe compte un peu plus de 6000 établissements recensés mais ce nombre tombe à un peu plus de 2600 en intégrant les filiales dans les maisons mères. Donc la structure est bien différente.

Ensuite il existe aux USA beaucoup de banques spécialisées sur le crédit à la consommation ou le crédit immobilier et l’on sait que leurs conditions d’octroi de financement ont été beaucoup plus généreuses que chez nous.

Enfin ce sont essentiellement les banques régionales ou locales qui ont fait faillite aux USA alors qu’en Europe ces banques font souvent partie de groupes plus larges qui leur assurent une forme de sécurité.

La volonté des gouvernements européens de maintenir leurs banques en vie à tout prix a-t-elle pu freiner la reprise économique ? Si oui comment ?

Je n’en suis pas convaincu. Le déficit des Etats européens s’est beaucoup plus creusé entre 2008 et 2010 en raison des plans de relance macro économiques qu’en raison du soutien direct aux établissements. En France, les prêts en fonds propres faits par l’Etat ont été remboursés. Il reste en Europe des banques où l’Etat est encore présent mais encore une fois les montants en jeu ne sont pas la principale raison des déficits budgétaires.

Ces interventions étaient-elles souhaitables ? Comment ont-elles été justifiées ?

En 2008, ces interventions étaient souhaitables en Europe. Le principe fondamental reste la sécurité des dépôts et les mécanismes alors en place étaient insuffisants pour assurer une résolution sans panique des éventuelles défaillances. Aux USA, le Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), organisme de garantie des dépôts et de résolution des faillites, a toujours eu les ressources nécessaires pour absorber les chocs. Le nombre important de défauts enregistré entre 2008 et 2011 a donc pu être géré sans avoir recours à une intervention directe de l’Etat.

Paradoxalement, comment un plus grand nombre de défaillances aurait-il pu favoriser la relance et l’assainissement du marché ?

Les défaillances des banques sont principalement dues à des politiques de crédit imprudentes ainsi qu’a une dégradation de la qualité des emprunteurs en raison de conditions économiques défavorables. Organiser la faillite d’établissements mal géré de ce point de vue est donc une bonne chose.

Par contre, il faut bien prendre soin à la préservation des dépôts, d’où la nécessité d’avoir un mécanisme de résolution et de garantie des dépôts. Car, en l’absence de ces garanties, les défaillances de banque aggravent les crises bien plus qu’elles ne favorisent une quelconque relance.

Quel rôle devra jouer l'Union bancaire telle qu'elle est actuellement envisagée dans la restructuration et le démantèlement des banques non viables ?

Il est aujourd’hui essentiel de disposer d’un système proche de celui des USA. En effet, le FDIC est alimenté en fonds par les banques elles-mêmes et les revenus générés par ses propres placement. L’Etat n’est donc pas sollicité tant que l’on assiste pas à une faillite d’un très gros acteur. Mais encore une fois, il faudra un dispositif adapté à la structure du secteur bancaire européen qui reste plus concentré que l’américain.

Les mécanismes de résolution comprennent plusieurs niveaux. Le premier est celui des groupes bancaires eux-mêmes qui sont les premiers responsables de la résolution des problèmes de leurs propres filiales et des entités de leur groupe. Ensuite au niveau de chaque pays, il doit exister un mécanisme de résolution entre banques nationales. C’est l’objet de l’Autorité de Contrôle Prudentiel auquel on vient d’ajouter la mission de résolution des faillites, l’ACPR. Enfin, il reste à structurer le niveau européen pour voir dans quelles conditions il interviendra lorsque les banques du pays concerné ne pourront pas tout assumer. Pour pouvoir arriver à cette structure européenne, il faut que les Etats membres se mettent d’accord sur son financement et les conditions de son intervention. Ce qui suppose une vision partagée des risques auxquels les banques sont réellement exposées. C’est sans doute dans ce contexte que les propos du président de l’EBA ont été tenus, afin de préparer le terrain pour faire passer une conception très dure des principes d’évaluation des risques pouvant mettre en difficulté plusieurs acteurs européens.

Propos recueillis par Pierre Havez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rmgl
- 19/11/2013 - 18:14
Le problème est antérieur. Il
Le problème est antérieur. Il faut réfléchir avant que le vase soit cassé et non après. un vase cassé ne peut être recollé.
Ce sont les banquiers qui gèrent l'argent déposé par les Français. Obligation leur est faite de ne pas le dilapider.
Malheureusement, l'argent fait tourner bien des têtes.
un_lecteur
- 19/11/2013 - 13:27
"Organiser la faillite
"Organiser la faillite d’établissements mal géré de ce point de vue est donc une bonne chose.
Par contre, il faut bien prendre soin à la préservation des dépôts, d’où la nécessité d’avoir un mécanisme de résolution et de garantie des dépôts. Car, en l’absence de ces garanties, les défaillances de banque aggravent les crises bien plus qu’elles ne favorisent une quelconque relance."
Nous faisons le contraire : piquer dans les dépôts pour éviter la faillite de banques mal gérée.
C'est l'exemple de Chypre.
Nous avons un cas concret d'un pays qui a laisse ses banques mal gérées faire faillite : l'Islande.
Ce pays est en train de s'en sortir rapidement, bien mieux que ceux qui font tout pour sauver les banques.
Le cas de l'Islande est intéressant : la représentation dite représentatif avait coté pour le sauvetage des banques. Il y a eu alors deux miracles.
- le président de la république à lance un référendum, et une large majorité à vote pour laisser les banques faire faillite. Premier miracle.
- deuxième miracle : le choix des citoyens a été respecté.
naejnaej
- 19/11/2013 - 13:17
C'est quand même incroyable...
ces gens qui prônent le libéralisme que quand il faut baisser les salaires des plus démunis, retirer les aides sociaux ou remettre en cause les services public. Dans le libéralisme, normalement, une entreprise qui coule doit couler et une autre prendra sa place telle le phénix... Mais on voit bien que les libéraux ne sont pas dérangé par les interventions de l'Etat quand il faut sauver leur business...