En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Règles strictes

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

il y a 13 min 1 sec
décryptage > France
Libertés publiques

Non la démocratie n’a pas été dissoute en France. Mais des questions sérieuses se posent sur l’État de droit

il y a 42 min 42 sec
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 21 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 14 heures 45 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 15 heures 27 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 17 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 18 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 21 heures 11 min
décryptage > High-tech
Confiance

Espionnage et renseignement par temps de Coronavirus (ou comment ne pas rater informations et matériels essentiels quand il faut même se méfier de ses alliés)

il y a 29 min 43 sec
pépites > Politique
Lucidité
Baccalauréat, confinement, élections municipales, pénurie de masques : les principales annonces d’Edouard Philippe sur TF1 sur la crise du coronavirus
il y a 10 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 12 heures 11 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 15 heures 1 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 16 heures 46 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 18 heures 16 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 19 heures 9 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 20 heures 55 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 21 heures 36 min
© Flickr
© Flickr
Le peuple à la rescousse

Petites leçons de survie pour éviter le pire en temps de crise

Publié le 16 novembre 2013
Alors que la situation économique du pays ne cesse de s'aggraver, faute de réformes structurelles nécessaires, l'image de la France, elle aussi, en prend un coup tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Pourtant, les Français semblent bien déterminés à sortir de la spirale infernale dans laquelle est plongé le pays. Par leurs propres moyens.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la situation économique du pays ne cesse de s'aggraver, faute de réformes structurelles nécessaires, l'image de la France, elle aussi, en prend un coup tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Pourtant, les Français semblent bien déterminés à sortir de la spirale infernale dans laquelle est plongé le pays. Par leurs propres moyens.

Lorsque Barak Obama rencontre un chef d’État étranger, on raconte qu’il lui pose toujours la même question. François Hollande n’aurait pas récemment échappé au dialogue :

"Alors François, aurait dit le président américain, comment va la situation française, en un mot... ? 

- En un mot, répond le président français qui hésite, en un mot : bien.

- Et en deux mots, François ? 

- Barak, tu sais, en deux mots : pas bien !"

Le Wall Street Journal  raffole de ce genre d’anecdote. D’autant que pour le journal de la bourse, la situation évolue de mal en pis. Pour les Américains de New York, la France est un champ de ruines.

"C’est vrai qu’à Paris, l’impôt prélève 75 % du revenu… ?

 - C’est vrai, oui, mais pas à tous les contribuables !

- Mais c’est  75%  toutes taxes confondues ? 

- Non madame, c’est hors taxe !"

A ce moment-là du diner très chic dans un appartement luxueux à l’angle de la 5ème avenue et de la 68ème rue, l’hôtesse se tourne alors vers son mari banquier à Wall-Street :

"Darling, ce n’est peut-être pas une bonne idée que d’aller en vacances à Paris. On ferait mieux de rester en Italie avant de rentrer faire des courses à Londres. De toute façon, on m’a dit aussi que tous les magasins des Champs-Elysées étaient fermés. C’est vrai cela ???".

A ce moment-là, vous,  petit Franchie de passage, vous  faites semblant de ne pas avoir entendu. Mais quelle image ! Quel diner ! Combien de temps va-t-on laisser se dégrader ainsi l’image de la France ?

Pas facile de décrire la situation économique du pays. Pour les étrangers, elle est désastreuse.  Pour la majorité des Français  elle est mauvaise, sans visibilité,  sans espérance, ni projets. Ils ont raison. Tous les indicateurs sont au rouge. La croissance pique du nez à nouveau, l’emploi ne décolle pas, le pouvoir d’achat, les dettes, le déficit … tout part en vrille. Et pour couronner le tout, l’impôt apparait comme la dernière variable d’ajustement des finances publiques. Ce qui devient insupportable.

Quand on demande aux Français, comment ils vont, eux personnellement, la plus part répondent : " Moi ? Je me débrouille, ça pourrait être mieux mais on fait avec !! ". Les Français  sont pessimistes pour les autres, et pour le pays mais pour eux, ils  sont plutôt résignés, déçus.

"  Les Français sont découragés » disaient récemment  Valery Giscard d’Estaing, et l’ancien président de la République de répondre du tac au tac, avec son humour grinçant : « Les Français sont découragés, mais c’est normal, nous avons un président décourageant… "

Il y a du vrai bien sûr. La responsabilité du président de la République est énorme. Il a plombé son quinquennat dès le départ avec des tonnes de promesses irréalisables qui l’ont d’emblée privé de légitimité quand il s’est agi de demander un effort aux Français. Résultats : pas de politique, pas de stratégie, pas de perspectives, pas d’ambitions, pas de rêve.  La gouvernance est paralysée.

Le communiqué de Standard&Poor’s  était assassin la semaine dernière. L’agence de notation ne dénonçait pas la situation économique, elle dénonçait un pouvoir politique désormais incapable -compte tenu de la situation sociale- de proposer des reformes structurelles qui,  elles seules, pourraient faire en sorte que le pays se remette à créer de la richesse.

Faut-il pour autant sombrer dans la fatalité du déclin. L’ensemble de la classe politique spécule aujourd’hui sur des solutions politiques. Un remaniement gouvernemental, une dissolution. Bref tout balayer et essayer de retrouver une nouvelle légitimité. Possible ! Sauf qu'on retomberait dans les débats politiciens, les luttes intestines aux partis politiques pour l’accès au pouvoir. Des formes de cohabitation qui ajouteraient du chaos au chaos. Dans la mesure où aucune personnalité capable de porter un effort de redressement et de dépasser les corporatismes qui paralysent tout n’émerge, les solutions politiques paraissent vouer à l’échec.  Certains expliquent que ce n’est pas les politiques au pouvoir qu’il faut changer, mais la politique qu’ils conduisent qu’il faut revoir. Évidemment, mais comment changer de cap sans changer les pilotes, sans perdre définitivement toute crédibilité ?

Il y a donc assez peu de solutions sauf à admettre que dans l’Histoire, la crise, la vraie, la dure, a souvent rendu intelligent les gens de pouvoir. Sauf à penser que la crise rend l’opinion publique capable d’entendre un langage de vérité... Des larmes, du sang et de la sueur. François Hollande ne peut plus jouer les Churchill.

 Depuis le début de la crise, en 2008, le système économique mondial a pourtant échappé à la catastrophe par deux fois. La première fois, en octobre 2008, quand il a fallu restaurer la confiance dans le système bancaire complètement fracassé. Les chefs d’État du monde entier ont réussi à se mettre d’accord en très peu de temps sur un ensemble de garanties capables de sécuriser le système financier.

La deuxième fois quand l’Europe a signé des accords pour éviter l’explosion en raison des difficultés par la Grèce, l’Italie et l’Espagne. Fin 2011, on a enfin instauré en Europe des dispositifs d’alerte et de correction pour éviter les incendies. La France et l’Allemagne ont réussi à s’entendre sur un minimum de solidarité. On a même réussi à s’entendre sur une Banque centrale qui s’est mise à fonctionner comme les autres Banques centrales.  Ce jour-là il y avait assez peu de place à la querelle  idéologique, c’est le pragmatisme qui a permis de sauver la construction européenne. Personne ne le regrette aujourd’hui.

Le traité a été révisé. François Hollande, qui avait beaucoup menacé de le rejeter pendant la campagne, l’a accepté et l’a fait ratifier. Les faits sont têtus, les chiffres ne mentent pas. La crise rend intelligent dès qu'elle est assez grave pour mettre en jeu la survie d’un peuple ou d’une nation. L’Histoire rendra peut être justice à cette poignée d’hommes d’État et chefs de gouvernement qui ont sauvé le système. Les opinions publiques ont été ingrates. Ils ont tous été balayés par le suffrage universel. Tous, sauf Angela Merkel, qui a survécu brillamment. Décidément, l’Allemagne n’aura jamais rien fait comme les autres. Même sa démocratie ne fonctionne pas à la démagogie.

Au-delà de ces réactions de survie collective dont l’Histoire nous a souvent gratifié, il y a aussi des réactions individuelles, égoïstes. L’instinct de survie des peuples a ses limites. L’instinct de survie des hommes en a beaucoup moins. Aujourd’hui, en France beaucoup souffrent de difficultés et parfois même de la misère. Mais beaucoup aussi s’arrangent avec le ciel ou avec la loi. les Espagnols ont fait jouer les solidarités familiales, les Italiens ont réactivé les réseaux, ils sont champions du monde des réseaux. Quant aux Français les plus démunis, ils se raccrochent aux générosités du  modèle social. Ils basculent dans l’illégalité pour échapper en partie à la pression fiscale, D’autres, parce qu’ils le peuvent, s’expatrient là où la fiscalité est plus soft ou tout simplement là où ils peuvent travailler. Pour ce qui est des jeunes diplômes, des bac +7, des très riches et des retraités, on s’arrange, on se débrouille mais tout cela ne fait pas une économie forte.

Le pouvoir a fait deux erreurs énormes.

Un, il n’a pas voulu expliquer la réalité et la gravite de la crise structurelle. Il n’en a pas eu le courage, parce qu'il n’a pas voulu assumer la nécessité d’une politique d’offre qui seule pouvait nous faire gagner en compétitivité. Pour ne pas avoir à affronter le mécontentement, la gouvernance a, au contraire, nier la crise, et prétendu qu' il existait des portes de sortie.

Deux, il sous-estimé la capacité des chefs d’entreprise à s’adapter aux contraintes, à  réagir. Les responsables politiques  ne connaissaient ni l’entreprise privée, ni ceux qui les dirigent. Ils pensaient que l’Etat et les énarques pouvaient tout régler. Plus grave, ils ont considéré les chefs d’entreprise comme les responsables du fiasco. Quelle erreur que d’avoir pensé cela ! Les chefs d’entreprise sont et seront les instruments du redressement pourvu qu'on les laisse travailler.

Dans un de ses films, le réalisateur américain Spielberg fait donner à un de ses personnages un cours de management d’entreprise. Le film, c’est Catch me if You Can. Dans la pénombre d’une salle de conférence, Di Caprio écoute, ébahi, un professeur raconter l’histoire de deux petites souris.

"  Deux petites souris tombent dans un sceau plein de crème. La première désespérée se laisse mourir immédiatement. La seconde refuse ce destin funeste et se débat. Elle se débat tant et tant qu'elle transforme la crème en beurre…et ainsi elle sort du sceau.  Je vous propose, dit le professeur, d’appartenir à la famille de la deuxième petite souris.".

Les chefs d’entreprise sont de cette espèce-là.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ilmryn
- 18/11/2013 - 02:57
Ganesha - areu areu
Par Ganesha - "Ma ''réponse standard'', c'est que vous nous offrez l'image d'un bon bourgeois français, bedonnant, vivant en 1830"
.
Tu n'as rien à répondre sur le fait que jamais le communisme n'a marché et qu'il n'a laissé que des pays en ruine et des champs de cadavres.
.
Je cherche encore quel substance psychotrope te font lier le fait de refuser un système meurtrier avec être "un bourgeois monarchiste de 1830" mais c'est de la bonne certainement.
Ganesha
- 17/11/2013 - 18:32
Guillotine
En fait, il y avait un petit temps que votre argumentation anti-communiste primaire n'était plus apparue dans ces colonnes...
Ma ''réponse standard'', c'est que vous nous offrez l'image d'un bon bourgeois français, bedonnant, vivant en 1830, sous le règne du bon roi Louis-Philippe...
Vous êtes convaincu que la guillotine, Robespierre, la Terreur de 1792, vous protègent définitivement contre le retour des idées et l'idéal de 1789 : monarchie éternelle !
Ganesha
- 17/11/2013 - 17:54
Chauve-Souris
Il y a longtemps que j'ai compris que le but des discussions sur internet ne pouvaient être de faire changer d'avis un interlocuteur...
Cependant, ce qui ''cloue'' votre argumentation, comme une chauve-souris sur un mur, ce sont les mots ''chômage en hausse'' et ''inégalités sociales en perpétuelle accentuation''.
Pour ces motifs, le Capitalisme est condamné à mort !