En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Flickr
De quel poids notre pays dispose-t-il encore auprès des grandes institutions internationales ?
Bon pied, bon œil
FMI, OCDE, OMC, OIT : le poids économique de la France lui permet-il encore de se faire entendre dans les instances internationales ?
Publié le 08 novembre 2013
Les organisations internationales siégeant au G20 sont reçues ce vendredi par François Hollande. Contrairement à ce que l'on pourrait penser au vu de la conjoncture et de la montée en puissance des économies émergentes, la France reste bel et bien la cinquième puissance mondiale, et donc un interlocuteur incontournable.
Sylvie Matelly est Docteur en sciences économiques et directrice-adjointe de recherche à l'IRIS, spécialiste des questions d'économie internationale et d'économie de la Défense. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Matelly
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Matelly est Docteur en sciences économiques et directrice-adjointe de recherche à l'IRIS, spécialiste des questions d'économie internationale et d'économie de la Défense. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les organisations internationales siégeant au G20 sont reçues ce vendredi par François Hollande. Contrairement à ce que l'on pourrait penser au vu de la conjoncture et de la montée en puissance des économies émergentes, la France reste bel et bien la cinquième puissance mondiale, et donc un interlocuteur incontournable.

Atlantico : François Hollande reçoit ce vendredi 8 novembre les dirigeants des grandes institutions économiques du monde : FMI, Banque mondiale, Organisations internationales du Travail et du Commerce et OCDE. Quels sont les enjeux d’une telle rencontre ? Compte tenu de la situation économique de la France qui n’est pas reluisante, de quel poids notre pays dispose-t-il encore auprès de ces grandes institutions internationales ?

Sylvie Matelly : Sur la question des enjeux, il est clair que ce genre de rencontre relève essentiellement de la diplomatie économique puisque les décisions qui sont prises par ces grandes organisations le sont autour des "grand-messes ou dans le cadre du travail régulier des représentants politiques et économiques.Quant à la question de notre poids, il faut comprendre que le poids des pays dans ces institutions n’est pas directement lié à la conjoncture économique immédiate mais au poids global de d'une économie sur une durée donnée, et celle de la France reste la cinquième au monde. Ainsi, aussi surprenant que cela puisse paraître la France a plus de poids au FMI que n’en a la Chine, au critère que l’organisation a été créée en 1944 et que la France y était représentée en fonction d’un PIB bien plus fort que celui de la Chine à l’époque. La France dispose ainsi de 4,5 % des droits de vote, là où la Chine n’en a que 3,9, et reste ainsi le quatrième pays le plus important auprès du Fonds monétaire internationale.

C'est là que se trouve l’un des grands paradoxes de ces organisations. Tout l’enjeu des réformes qui y sont en cours est de réviser le poids des pays pour que chacun y soit représenté à sa juste valeur mais cela s’avère extrêmement complexe. Le bénéfice reste donc aux vieilles puissances, dont fait partie la France. La réforme du FMI par exemple est totalement en panne, malgré la pression des pays émergents qui jugent légitime d’y prendre une place plus importante.

Autre élément, dans certaines institutions comme l’OMC, la France est représentée par le biais de l’Union européenne, ce qui dans une certaine mesure peut être considéré comme réduisant notre influence puisque nous ne sommes représentés en tant que "la France".

L’Union européenne agit-elle justement comme un amplificateur de la voix française ou au contraire comme une sourdine ? La France y dispose-t-elle d’un pouvoir de nuisance qui l’y rend incontournable ?

Cela dépend évidemment des organisations, mais à l’Organisation mondiale du commerce, que j’évoquais précédemment, les choses sont assez surprenantes et très avantageuses. En effet, chaque pays y dispose d’une voix : les pays de l’Union en ont donc 27 en tout… plus une pour l’Union européenne elle-même, sachant que c’est elle qui négocie pour l'ensemble des pays, puisqu’ils ont une politique commerciale commune. Soit un total de 28 voix là où les États-Unis et la Chine n’en ont qu’une chacun. Ainsi, indiscutablement dans ce cas-là, l’appartenance à l’Union européenne n’est pas négligeable.

Notre statut d’économie développée et de marché potentiel nous donne-t-il encore l’avantage sur les économies émergentes qui, si elles sont puissantes, ne peuvent pas compter sur leurs marchés intérieurs ?

On peut contester la pertinence du PIB comme base des classements économiques, mais quoi qu’on en dise, les pays émergents, en dehors des BRICS, ont du mal à se faire respecter de ce point de vue-là. Donc, entre d’une part l’économie de ces pays, et d’autre part les règles inscrites dans le marbre des organisations internationales, pour l’instant les économies dites "avancées" conservent une forme de primat. Par ailleurs, ces économies ont pour elles, comme vous l’évoquiez pour la France, le fait de posséder, c’est-à-dire d’être, d’importants marchés, alors que les BRICS, malgré leur potentiel énorme souffrent encore de la faiblesse de leurs marchés intérieurs. Cela finira par changer, bien sûr, mais pour l’instant il faut bien composer avec les économies avancées, tant nous représentons une part colossale de la consommation.

Au-delà des organisations et de ces règles "gravées dans le marbre", l’état de son économie fait-il encore de la France concrètement un poids lourd dans une négociation commerciale ?

La force des économies occidentales, et donc de l’économie française, dans la négociation est d’être des économies diversifiées. C’est une économie de l’offre et de la demande, de l’offre et de la production, de consommation et de marchés. Cela permet donc de faire des concessions sur certains points au profit d’autres. A l’inverse, la particularité des pays émergents et des économies en développement est d’être peu diversifiés. Cela conduit donc, par cette défense d’un intérêt très spécifique, à un manque de souplesse dans la négociation et donc à des marges de manœuvres réduites.

La présence de nombreux Français, notamment madame Lagarde au FMI, dans ces organisations ajoute-t-elle à notre influence, ou celles-ci sont-elles totalement hermétiques aux différents nationalismes ?

C’est un véritable débat que celui de l’influence ou pas de la nationalité du dirigeant d’une grande organisation internationale. Certains pays comme la France, la Grande-Bretagne ou les États-Unis ont développé une véritable culture qui consiste à placer leurs ressortissants à la tête de ces dernières mais le résultat est discutable. A l’inverse, certains pays comme la Suède ou les Pays-Bas ne jouent pas ce jeu-là et préfèrent y avoir de nombreux fonctionnaires à des niveaux intermédiaires. Il y a donc deux écoles sur la façon d’influencer ces organisations, ce qui mène à un recrutement extrêmement attentif afin de répartir le pouvoir en leur sein.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
La droite après Les Républicains
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 08/11/2013 - 13:26
se faire entendre ???
un mégaphone, sur un pédalo, avec une forte houle ......
... ça ne porte pas très loin !
Ravidelacreche
- 08/11/2013 - 10:17
FMI, OCDE, OMC, OIT
UMP, PS, CD, PD