En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 3 heures 41 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 7 heures 45 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 9 heures 15 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 11 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 13 heures 4 sec
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 14 heures 34 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 5 heures 14 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 8 heures 37 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 12 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 14 heures 18 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
56% des Français ne souhaitent pas faire d’efforts pour redresser les comptes du pays.
© Reuters
56% des Français ne souhaitent pas faire d’efforts pour redresser les comptes du pays.
C'est le tarif !

Etat, riches, pauvres, classes moyennes : qui a le plus payé pour redresser les comptes du pays ?

Publié le 07 novembre 2013
D'après un récent sondage Atlantico, 24 % des ouvriers souhaitent faire des efforts pour relever les comptes du pays, contre 65 % des travailleurs libéraux. Dans les faits, ce sont jusqu'ici les classes moyennes, les familles et les épargnants qui ont principalement été mis à contribution pour tenter de réduire le déficit public.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après un récent sondage Atlantico, 24 % des ouvriers souhaitent faire des efforts pour relever les comptes du pays, contre 65 % des travailleurs libéraux. Dans les faits, ce sont jusqu'ici les classes moyennes, les familles et les épargnants qui ont principalement été mis à contribution pour tenter de réduire le déficit public.

Consultez le sondage Atlantico Ifop du 7 novembre : 84% des Français estiment que le gouvernement ne fait actuellement pas suffisamment d’efforts pour réduire les dépenses de l’État.

Atlantico : Un sondage publié jeudi 7 novembre par Atlantico révèle que 56% des Français ne souhaitent pas faire d’efforts pour redresser les comptes du pays. Plus étonnant, 65% des travailleurs libéraux souhaitent y participer, contre 24% des ouvriers. Quelles sont les catégories de Français qui ont le plus participé à cet effort jusqu’à maintenant ? A quelle hauteur ?

Philippe Crevel : Les Français sont partagés face aux efforts à réaliser en matière d’assainissement des comptes publics. Le sentiment d’exaspération des Français les incite à accuser l’autre, l’État, les fonctionnaires, le voisin. Les augmentations fiscales, la stagnation des rémunérations et la montée de l’individualisme expliquent ce taux de 56 %. Si les ouvriers sont les plus réticents à participer à l’effort d’assainissement des comptes publics, c’est évidemment lié à leur situation pécuniaire et à leur vulnérabilité face au chômage. Par ailleurs, il y a chez les ouvriers un sentiment anti-riche que le Front de Gauche ou le FN encouragent, et en vertu duquel les patrons et les cadres doivent payer car ils sont responsables de la dégradation.  

Dans les faits, les classes moyennes, les familles et les épargnants ont été mis à contribution pour tenter de réduire le déficit public. Depuis trois ans, les majorations d’impôts et de taxes de toutes natures ont porté sur près de 60 milliards d’euros. Aggravation des prélèvements sociaux, diminution du quotient familial, réduction des niches fiscales dont celle sur les emplois familiaux, gel du barème de l’impôt sur le revenu en 2011 et 2012… ont touché les cadres moyens et supérieurs dont le pouvoir d’achat a d’ailleurs diminué en 2012. Les retraités ont été également mis à contribution avec l’instauration d‘une taxe de 0,3 % et avec une non-indexation des pensions complémentaires.

Par ailleurs, seuls 16% des Français jugent que l’Etat fait assez d’effort pour rééquilibrer ses propres comptes. Qu’en est-il vraiment dans le plan de réduction des déficits et de redressement des comptes publics ?

Les dépenses de l’Etat ne diminuent pas ; elles progressent moins vite qu’auparavant. Quand le Gouvernement annonce 9 milliards d’euros d’économies , c’est par rapport à l’évolution naturelle des dépenses.

Il est aisé d’affirmer que l’Etat ne réalise pas suffisamment d’efforts, le problème est de savoir quels sont les efforts à réaliser. Faut-il licencier des fonctionnaires ? Faut-il réduire les subventions aux collectivités locales qui représentent 40 % de leur budget ? Faut-il réduire les dépenses en faveur de la solidarité nationale ? Pouvons nous diminuer les dépenses d’éducation ? Non ! Pouvons nous diminuer les dépenses de sécurité ? Non ! De ce fait, bien souvent les coupes budgétaires concernent l’investissement public et  les dépenses militaires.

Aujourd’hui, ce sont avant tout les dépenses de retraite et de santé qui progressent. Or, nul n’accepte réellement de remettre en cause les pensions ou la prise en charge des dépenses de santé. Avec 57 % de dépenses publiques, avec des dépenses sociales qui atteignent le tiers du PIB, les Français ont l’impression d’être moins bien soignés ou traités par l’Etat et les régimes sociaux qu’il y a quelques années - Insatisfaction chronique à mettre en parallèle avec une montée continue des prélèvements.

Quelles sont les autres "institutions intermédiaires" qui ont fait des efforts pour rétablir les comptes publics ? Quelle forme et quelle ampleur cela a-t-il pris ?

Aujourd’hui, la réduction du déficit public a surtout pesé sur l’Etat. Les régimes sociaux et les collectivités locales concourent  fortement à l’augmentation des dépenses publiques. Les dépenses de retraite, les dépenses d’assurance-maladie et les dépenses locales progressent du fait du vieillissement de la population et du fait, c’est vrai, des transferts de charges opérés par l’Etat. Il y a un grand jeu de bonneteau des dépenses publiques et du déficit public. L’Etat a été le plus frugal quand les collectivités locales et les régime sociaux ont embauché des milliers d’emplois ces dernières années. La Cour des comptes a souligné à plusieurs reprises que ce sont les agences, les organismes recevant des subventions et les collectivités locales qui ont contribué à la dérive des dépenses publiques.

Quelle marge reste-t-il pour chacune de ces parties ? De quelle manière est-il encore possible de "dégraisser" les dépenses publiques ?

L’Etat doit redevenir modeste et être le garant en dernier ressort de la solidarité nationale. Il faut à cet effet simplifier les structures, réduire les interventions et le nombre de fonctionnaires. Le Canada et certains pays d’Europe du Nord ont réussi ce tour de force. Nous ne pouvons pas vivre indéfiniment ave 57 % de la richesse nationale captée par la sphère publique et avec plus de 5 millions d’agents publics même si leur qualité n’est pas en cause. L’Etat moderne se doit d’être modeste et efficient.

Nous devons accepter de revenir sur des dépenses sociales qui aujourd’hui ne sont pas assez ciblées sur les publics en très grande difficulté. Il faut mettre un terme à l’automaticité des aides pour aboutir à des traitements individualisés, ce qui suppose une refonte de notre mode d’organisation publique.

Les collectivités publiques locales doivent revoir leur mode d’action en acceptant de limiter leurs investissements. En effet, l’investissement d’aujourd’hui génère bien souvent la création de nouveaux emplois publics. La multiplication des musées, des équipements sportifs, des salles culturelles… est fort sympathique mais n’est pas sans conséquence. Il faut cesser d’accumuler les équipements ; il faut sérier. Certains musées sans visiteurs doivent fermer comme certains équipements devenus obsolètes ou moins utiles. Il faut par ailleurs redonner de l’espace au privé. Les collectivités publiques ont faussé les prix dans de nombreux domaines empêchant le privé de pouvoir fournir des prestations compétitives. Les collectivités publiques doivent aider les contribuables modestes à accéder à des équipements de qualité et non financer tous les équipements et en assurer la gestion.

Dans quelle mesure cette logique consistant à couper, trancher dans les dépenses est-elle structurellement limitée ? Sommes-nous arrivés au point où il faut profondément repenser l’Etat pour que celui-ci continue de fonctionner ?

Le problème de la dépense publique est de nature structurelle. Il faut cesser de penser que face à un problème, seuls les pouvoirs publics ont la solution. Il faut cesser de croire que tout peut se régler par de l’argent public. La France manque cruellement de corps intermédiaires privés. Le caractère laïc de notre pays, la faiblesse des syndicats et la centralisation expliquent cette incapacité à mettre en œuvre des solutions économes pour régler au plus près du terrain les problèmes de la vie courante. Les collectivités locales ne sont dans les faits que des courroies de transmission de l’État, qui continue de fixer les normes, à distribuer les subventions et à contrôler. Les marges de manœuvre des collectivités locales sont d’autant plus faibles qu’elles sont nombreuses. La France se caractérise par un nombre sans équivalent de strates locales et d’un découpage géographique extrêmement fin. 36 500 communes, des milliers d’agglomérations et de syndicats de communes, une centaine de département, 26 régions, la France est un mille-feuilles. Cette juxtaposition et cette superposition ne favorisent pas la prise de décision et génère d’importants surcoûts. Si, sur le papier, tout le monde comprend qu’il faudrait au minimum supprimer les départements, fusionner les régions, et en milieu urbain supprimer les communes, le passage à l’acte est impossible en raison des hostilités des élus et des populations qui veulent à plus ou moins juste titre défendre leur clocher.

Pour réaliser de véritables économies, il faudrait passer de la décentralisation à l’Etat fédéral. La décentralisation n’est qu’un transfert de compétences du pouvoir central vers  des pouvoirs locaux encadrés. Le fédéralisme suppose que ce sont les États fédérés qui confèrent à l’État central des missions essentiellement régaliennes.

A défaut d’instituer un Etat fédéral, il serait nécessaire de clarifier les compétences entre Etat et collectivités territoriales. Il faudrait également supprimer les doublons qui se sont multipliés entre agences, autorités administratives dites indépendantes et directions centrales. Le Ministère de la santé est aujourd’hui doublé par des agences techniques comme l’agence en charge du médicament ou de la prévention… Les agences  n’ont d’intérêt que si elles peuvent être réellement indépendantes, ce qui suppose des sources de financement spécifiques.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
çàcloche
- 08/11/2013 - 05:31
Qui peut payer chez les salarié(e)s ?
1 les fonctionnaires avec la garantie à vie de leurs salaires et retraites
2 les salariées des grandes entreprises mondialisées.

3 les autres petits salaires,précaires du privé et publique sont dans l'incapacité de payer !
ignace
- 08/11/2013 - 02:49
Merci pour cet excellent- article ...................
Conseils prodigués par les compagnie d'assurance privée dont Generali (bien connu de l'auteur)mais egalement AXA,
N'oublions pas les banques BNP, CA, SG , BPCE et ...........
Parmi tous ces établissements la moitié fera faillite (2014 a 2016) ils l'ont déjà frôlé en 2008 (sans l’état..nous.... ils étaient cuits) depuis rien a été fait et vous verrez que les centaines de milliards que ces zombies nous couterons.........vous les paierez......d'ailleurs on nous y prépare tous les jours
honte aux politiques de la droite décomplexée et de la pseudo-gauche au pouvoir, de nous endormir en attendant l’inéluctable
mogg
- 07/11/2013 - 23:42
toujours le "social"
belle propagande (ou dogme) libérale qui, une fois de plus, ne voit au final que le social a couper.

par exemple; quand les frais de santé explosent, on nous rabâche qu'il faut moins dépenser, c'est a dire à rembourser moins de monde et toujours moins pour des cotisations qui elles ne cessent d'augmenter.
par contre on entends JAMAIS pourquoi ces couts explosent. peut être que les prix des médicaments ne sont pas si justifiés que ca. que les prix des équipements de plus en plus complexes le sont encore moins. que les marchés d'attribution ne sont pas si clairs non plus.
bcp d'argent de l'Etat est dilapidé dans des appels d'offre catastrophiques souvent malhonnêtes et corrompus. (dernière exemple en date l'ecotaxe)

on pourrait ajouter les subventions à des entreprises qui mènent grand train de vie et font des bénéfices! par exemple Leclerc sera le principal bénéficiaire de la prime a l'emploi. franchement est ce que c'est normal?!

voila ou part vraiment l'argent!
et moins l'État est clair et compétent et plus l'argent publique peut être détourné sans que ca se voit vraiment.