En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Le pire du pire
L'action gouvernementale va-t-elle détruire plus d'emplois que la crise ?
Publié le 12 octobre 2013
Suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires, fermeture des magasins le soir et le dimanche, modification du statut d'auto-entrepreneur, etc. Le gouvernement hypothèque ainsi l'activité et l'emploi.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires, fermeture des magasins le soir et le dimanche, modification du statut d'auto-entrepreneur, etc. Le gouvernement hypothèque ainsi l'activité et l'emploi.

La majorité des chefs d’entreprise français sont remontés contre le gouvernement comme ils ne l’ont jamais été. Lundi à Lyon, ils étaient 5000 réunis à l’initiative du Medef et de la CGPME pour protester contre la politique du gouvernement, la surfiscalité et le manque de visibilité.

C’est extrêmement rare que les chefs d’entreprise descendent ainsi dans la rue et obligent leurs représentants à faire pression sur les membres du gouvernement. Du coup, Pierre Gattaz (Medef) et Jean-François Roubaud (CGPME) ont eu quelques difficultés à calmer les plus en colère et surtout à les dissuader de lancer des grèves de l’impôt. Des groupes entiers de chefs d’entreprise de la région Midi-Pyrénées étaient prêts lundi dernier à suspendre le paiement des cotisations sociales. "Une sorte de Shutdown à l’envers".

Pour les dirigeants patronaux en arriver à de telles extrêmes ne serait pas responsable mais l’Elysée et Matignon ont été informés de ce climat de fronde, difficile à maîtriser. L’Etat avait pourtant fait une offensive de charme à la fin du mois de septembre lors de l’université d’été du Medef à HEC. A la fin de l’été, Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg avaient tenté une offensive de charme en direction des patrons et le président de la République leur avait annoncé la pause fiscale. Depuis, rien n’a changé. La promesse d’une fiscalité plus light n’a pas été tenue. Loin sans faut. Et cela, les patrons ne le supportent plus.

Le projet de taxer l’excèdent brut d’exploitation les avait fait bondir, la suppression de cette fiscalité aberrante par une augmentation de l’IS qui passera à 38%,  record mondial, ne les a pas rassuré du tout. Pour les patrons, le personnel politique est désormais d’une incompétence rare.

Bref, la relation entre les patrons et le pouvoir est désastreuse à un moment où le ciel de la conjoncture s’assombrit à nouveau pour cause  d’incertitude sur la politique monétaire américaine. Ce qui inquiète surtout les patrons c’est l’incapacité dans laquelle se trouvent les services gouvernementaux de favoriser la création d’emplois dans le privé "le chômage va nous pourrir les chances d’un redressement" disent-ils. Alors le gouvernement peut certes réussir à inverser la courbe du chômage, mais il le fera avec des emplois publics, emplois d’avenir. C’est bien mais mieux vaudrait un travail.  A la limite dans une telle logique on n'aurait qu'à distribuer à chaque français un revenu de la naissance à la mort  et la gauche penserait avoir réussi son pari …mais l’économie ne marche pas comme cela. Le Qatar marche comme cela, mais on n’est pas né au Qatar dans la famille régnante. 

L’économie crée des vraies emplois si, et seulement si, les entreprises créent de la richesse. Le gouvernement s’y prend tellement mal, qu’il en arrive à détruire plus d’emplois que la crise ou la conjoncture.

Les services d’études qui travaillent dans les grandes entreprises, les banques notamment, trouvent assez peu de mesures gouvernementales qui pourraient encourager la création d’emplois. L’inventaire n’est pas exhaustif mais il explique le découragement général. Le pays est découragé parce que le président est décourageant. Au-delà de la crise. Au-delà de la conjoncture.

Côté fiscalité, toutes les mesures prises alourdissent le poids de l’impôt ou les charges sociales. Or, si on veut que les chevaux de l’industrie se mettent à courir évitons de trop les charger…

Côté social, la visibilité n’est pas bonne. La suppression des heures supplémentaires n’a évidemment pas créé d’emplois. Elle a supprimé du pouvoir d’achat donc diminué la consommation d’autant qu'elle a parallèlement augmenté la fiscalité directe sur les particuliers à revenus modestes. Ajoutons à cela les décisions de faire fermer les magasins le soir et interdire le travail le dimanche. Cela apparaît comme une vraie campagne pour travailler moins auprès de populations qui auraient voulu travailler plus. Là encore c’est aberrant. Mais ce n’est pas tout. Quand le gouvernement s’attaque au statut des auto-entrepreneurs pour les empêcher de travailler, quand il réduit la liberté des chauffeurs et des motos taxis pour protéger le monopole des compagnies de taxis, il encourage le non-travail. Si encore les taxis faisaient correctement leur travail mais ce n’est pas le cas. A Paris, les taxis s’agglutinent dans les gares et les aéroports mais sont absents de partout ailleurs. En province, ils gagnent leur vie dans le transport des malades c’est-à-dire avec l’argent de la sécurité sociale. Quant aux jours de pluie, n’en parlons pas, les taxis doivent craindre de glisser, ils disparaissent à la premier goutte. Autrefois, André Rousselet, un des proches de François Mitterrand s’émerveillait de la disponibilité des taxis à New York. Pourquoi ne l’a-t-il pas installée à Paris ? Peut-être parce qu'il  était le fondateur et le dirigeant de la G7 et que la concurrence aurait fait mal à son bilan.

Sur le front de la compétitivité, le rapport Gallois, remarquable, semble avoir été oublié. Le crédit d’impôt démarre très doucement  parce qu’il est trop compliqué à percevoir. Pour les entreprises, pour les banques et pour les services de L’Etat.

Passons sur toutes les mesures initiées, suggérées ou prises directement par les responsables écolos, elles sont toutes, ou presque, inspirées par le bien fondé du ralentissement de l’activité et la non-croissance. Les exemples sont innombrables. A chaque fois que Cécile Duflot intervient, ça coûte un bout de PIB, un morceau de déficit budgétaire en plus et quelques plans sociaux en plus. Ce n’est pas grave puisque ça participe au développement durable.

Dernière décision en date, l’interdiction d’aller fouiller le sous-sol pour vérifier si nous avions du gaz de schiste. Incapable de faire confirmer l’interdit seul, le gouvernement a laissé le Conseil constitutionnel renouveler l’interdit. Non pas parce que c’était néfaste mais parce que ça ne serait pas conforme à la constitution. Dans n’importe quel pays sensé, on aurait révisé la constitution ou changé la loi. Et bien pas en France. Le comble dans cette affaire c’est qu’au départ, la loi d'interdit avait été voulue et votée par l’ancienne majorité (loi Jacob) tout comme le principe de précaution, que l’on brandit à tout instant pour effrayer le diable porteur de croissance et de progrès. Les curés autrefois brandissaient des crucifix pour éloigner les mauvais esprits. 

L’opposition actuelle n’est pas très courageuse pour se battre contre des textes qu’elle avait défendus. Elle ne se voit pas dans ce rôle. La majorité qui soutient Hollande et qui ne sait pas quoi faire pour plaire aux ayatollahs de l’écologie ne va pas en rajouter.

Autre exemple, sorti directement du cabinet de Cécile Duflot : la loi sur le logement. Tout le monde sait aujourd’hui qu'en sécurisant sur fonds publics les locataires, elle va décourager les investisseurs d’investir dans le logement et les propriétaires de louer leurs appartements. Tout le monde le sait mais tout le monde laisse passer la loi.

Résultats : ce gouvernement encore plus que le précèdent utilise les peurs de l’opinion publique française pour ne rien faire. Il sera contre la mondialisation oubliant ce qu'on lui doit … Du coup, Alcatel n’a pas le droit au plan social ce qui l’empêche de se redéployer. Il sera contre le progrès technique en omettant tout ce qu' il nous a apporté, donc pas d’OGM, pour doper l’agriculture végétale,  pas de gaz de schiste, pour faire baisser les prix de l'énergie,  pas de compétitivité. Il sera contre la concurrence en niant l’effet bénéfique qu' elle peut avoir pour obtenir le meilleur service au meilleur prix. Donc pas d’ouverture le dimanche, pas d’ouverture de la profession de taxis, etc. …

Ce gouvernement oublie seulement qu'en se fermant ainsi, il hypothèque l'activité et l’emploi. Cette semaine, l’une des seules manifestations qui a brillamment marché c’est le "red carpet day". Une manifestation qui a eu lieu au tapis rouge à Paris, un ancien magasin transformé en salle de congrès. Cette semaine des patrons français émigrés à Londres ont vanté les structures d’accueil qui existent en Grande Bretagne  (fiscalité, droit social, financement) et qui normalement devraient tenter les entrepreneurs français, le tout avec la bénédiction et le sponsoring de l’ambassade britannique. James Cameron avait dit qu’il déroulerait le tapis rouge. Il l’a fait et les Français le foulent avec gourmandise.

Le chiffre le plus inquiétant de la semaine, c’est le nombre de jeunes diplômés qui partent à l’étranger en sortant de leurs écoles. Des grandes écoles d’ingénieurs et de commerce. L’année dernière, 80 % des promos se sont expatriées en Amérique du nord, en Asie ou en Australie. Cette année, plus de 85% veulent partir… Et depuis 5 ans,  70 % des jeunes (bac+ 5) ne veulent pas revenir parce que pour la plupart,  ils ne peuvent pas revenir faute de travail en France.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (35)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 13/10/2013 - 11:25
La question EST la réponse
L’abyssale incompréhension de l'équipe gouvernementale quant aux mécanismes non seulement de l'économie mais qui plus est la vie en société n'augure rien de bon.
Guff
- 13/10/2013 - 09:37
Hélas, Hélas, trois fois mélasse!
Le problèmes est , dans un monde où l'humanité s'entasse sur une terre de plus en plus épuisée, de changer les modes de propriété du sol, des usines, des banques et services. L'autogestion (non l'étatisation) s'impose ainsi qu'une programmation raisonnée des objectifs de production... Les socialistes essaient de pallier leur pusillanimité en augmentant les taxes des patrons (et aussi des salariés), qui regimbent, c'est bien normal... C'est l'actionnariat patronal qu'il conviendrait d'invalider...
anticip
- 13/10/2013 - 09:03
peut etre pas
l'action gouvernementale va créer des emplois sans avenir ,des emploi de fonctionnaires pour compenser les emplois marchands, les emplois productifs qui sont tout les jours perdu . hier heuliez ,aujourd'hui l'abattoir breton ,chaque jour une nouvelle annonce