En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 8 heures 46 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 11 heures 16 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 13 heures 8 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 13 heures 43 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 14 heures 29 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 15 heures 36 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 17 heures 38 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 18 heures 12 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 9 heures 4 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 12 heures 39 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 13 heures 20 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 14 heures 12 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 15 heures 7 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 17 heures 1 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 17 heures 44 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 18 heures 25 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 18 heures 49 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 19 heures 26 min
© wikipédia
"La dépense publique demeure le socle de la politique officielle et la quête des économies reste confinée aux oubliettes."
© wikipédia
"La dépense publique demeure le socle de la politique officielle et la quête des économies reste confinée aux oubliettes."
Éditorial

Taxer pour mieux finir par subventionner : la schizophrénie fiscale d'un gouvernement sans boussole

Publié le 11 octobre 2013
Le gouvernement n’a toujours pas trouvé le bon discours parce qu’il ne sait pas où il va, tiraillé entre les pôles moderniste et archaïque du Parti socialiste.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement n’a toujours pas trouvé le bon discours parce qu’il ne sait pas où il va, tiraillé entre les pôles moderniste et archaïque du Parti socialiste.

Jamais dans les annales de la cinquième République les débats sur la fiscalité n’ont atteint un tel niveau d’incohérence. Chaque jour, l’administration de Bercy sécrète de nouveaux prélèvements qui sont lancés sur la place publique sans la moindre étude préalable, mettant le Parlement devant le fait accompli. On assiste à une véritable frénésie, qui donne le tournis aux spécialistes devant tant d’amateurisme. Heureusement, bon nombre des idées saugrenues qui émergent d’une administration qui cherche par tous les moyens à racler les fonds de tiroir pour générer une recette qui se dérobe sont remises en cause et disparaissent parfois aussi vite qu’elles ont été émises en raison de leur incapacité à résoudre les problèmes. Mais elles traduisent bien le désarroi du pouvoir.

On agit au coup par coup pour boucher successivement les trous qui se creusent car la machine à redistribuer continue de fonctionner sans relâche. On veut par exemple donner maintenant une indemnité aux jeunes sans travail, on lance une nouvelle usine à gaz pour gagner des points de retraite en fonction de la notion difficile à définir de la pénibilité, etc.

La dépense publique demeure le socle de la politique officielle et la quête des économies reste confinée aux oubliettes. Depuis trois ans, quatre-vingt quatre impôts ou taxes ont vu le jour, la droite étant aussi responsable que la gauche de cette diarrhée fiscale avalisée par des parlementaires qui ont fait leur cette devise : "je dépense, donc je suis".

Avec les entreprises, c’est le grand écart permanent et l’incapacité de fixer une ligne de conduite claire. Depuis peu, on avait cru déceler un discours plus favorable envers ceux qui assurent la bonne marche de l’économie ; mais, au moindre incident, affolé par son audace, le pouvoir fait volte-face pour ne pas être accusé par sa base de collusion avec les patrons.

D’un côté, il déploie un crédit d’impôt recherche, de l’autre il invente une nouvelle taxe qui réduirait encore les marges déjà maigres des entreprises. D’un côté, il subventionne, de l’autre, il ponctionne. Le gouvernement n’a toujours pas trouvé le bon discours parce qu’il ne sait pas où il va, tiraillé entre l’aile moderniste du parti socialiste, la moins nombreuse, qui comprend la nécessité d’adapter le pays à son temps et les archaïques du parti, qui ont une génération au moins de retard sur leurs camarades allemands ou britanniques et restent obnubilés par l’idéologie de la lutte des classes.

Ce serait au chef de l’Etat de déciller les yeux de ses partisans plutôt que de s’enfermer dans une stratégie qui rappelle les jeux de la quatrième République dont on connaît le destin peu glorieux. Il se contente pourtant d’élaborer des scénarios lointains pour 2035 en se réfugiant dans le conservatisme le plus étroit des situations acquises dans l’immédiat, dans l’espoir chimérique que la reprise mondiale permettra de faire l’économie d’une réforme en France. Ce n’est pourtant pas l’avis d’une opinion de plus en plus exaspérée par l’inaction de ses dirigeants, comme en témoigne des sondages désastreux pour les têtes de l’exécutif avant les manifestations plus concrètes que fourniront les urnes dès le printemps prochain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
charlesingalls64
- 12/10/2013 - 12:29
@Isga
Alors parlons de taxer pour changer les comportements puisque tel est votre credo mais je crains que votre exemple soit à l'inverse que ce que vous essayez de démontrer. En l'occurence, l'argent pompé sur les voitures les plus polluantes atterri directement dans les poches des riches qui sont les seuls à prétendre aux bonus d'achat d'une Hybrid à 40.000 euros ou d'une électrique à 25.000 euros.

Vous pouvez vous permettre d'être schizophrène tant que les français resteront masochistes mais le vent commence à tourner.

Votre petit air de flûte sur la "redistribution" qui finit dans les poches des associations, des syndicats, des commissions, des agences étatiques et des régimes spéciaux publics plus personne n'est disposé à l'entendre. Prendre sur le régime général pour payer le malheureux jour de carence des fonctionnaires pendant qu'on s'en prend 3 dans le cul est un exemple de votre belle "redistribution". Vous pouvez nous insulter mais vous mentez et nous allons tous vous foutre dehors.... Tous.
Phlt1
- 12/10/2013 - 11:38
@isga
Isga me fait penser à ces bourgeois déglingués qui fumaient du hash en cachette, jouaient de la musique (mal) étaient d'une condescendance sans borne devant les plus pauvres qu'eux, avaient pour idole le "Ché" plaqué sur leurs tee shirts, et se battaient pour... l'Angola.!!!
C'était au lycée, ils avaient 15-16 ans en moyenne, c'était vraiment des ringards, et à lire ses commentaires, je pense que Isga doit avoir environ 15 ans d'âge mental.
Michel.
- 12/10/2013 - 10:59
La 1ère phras de l'article prévoyait la qualité des commentaires
"Jamais dans les annales de la cinquième République les débats sur la fiscalité n’ont atteint un tel niveau d’incohérence."