En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 48 min 44 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 2 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 34 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 41 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 5 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 34 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 18 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 44 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 51 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 3 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 37 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 52 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 12 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 53 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 4 min
La députée UMP des Yvelines et ancienne ministre Valérie Pécresse.
La députée UMP des Yvelines et ancienne ministre Valérie Pécresse.
Livre programme

Valérie Pécresse : "En 2012, on savait ce qu'il fallait faire pour le pays mais on ne savait pas comment le dire aux Français et être élu après"

Publié le 23 septembre 2013
Dans son livre sorti ce mois-ci, Valérie Pécresse explique qu'elle veut incarner "une droite réformiste et progressiste qui n'a pas peur de parler d'économie et d'emploi".
Valérie Pécresse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancienne ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche puis du Budget, Valérie Pécresse est députée de la deuxième circonscription des Yvelines.Diplômée de HEC et de l'ENA, elle est aussi présidente du Labo des idées, un collectif de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son livre sorti ce mois-ci, Valérie Pécresse explique qu'elle veut incarner "une droite réformiste et progressiste qui n'a pas peur de parler d'économie et d'emploi".

Sur le même sujet : Souhaits des sympathisants UMP pour 2017 : Sarkozy progresse encore, Fillon chute et Juppé le devance 

Atlantico : Votre dernier livre, sorti le 11 septembre, s’intitule Voulez-vous VRAIMENT sortir de la crise ? (Albin Michel). Les solutions que vous avancez (TVA antidélocalisation, abrogation de la loi des 35 heures ou création d’un contrat-formation pour les jeunes) s’inscrivent dans le logiciel traditionnel du social-libéralisme. On y retrouve beaucoup du programme de Nicolas Sarkozy. Que proposez-vous de vraiment nouveau ?

Valérie Pécresse : Je ne suis pas d’accord. Les propositions de mon livre sont justement celles que Nicolas Sarkozy aurait dû proposer en 2012 ! On savait ce qu’il fallait faire pour le pays mais on ne savait pas comment le dire aux Français et être élus après. Face au risque de déclin, les réponses doivent être fortes et sans ambiguïtés. Ainsi par exemple, pour réduire vraiment les dépenses publiques, il est indispensable de revenir aux 39 heures (payées 37,5 heures) dans la fonction publique et les administrations sociales. Je raconte dans le livre les réunions animées durant lesquelles nous avons tergiversé avant de finalement renoncer à toucher à ce totem des 35h jusqu’à 6 mois avant les élections. Je propose également une règle d’or fiscale qui consiste à s’interdire de modifier un impôt plus d’une fois tous les 5 ans et surtout de porter atteinte de manière rétroactive à des situations déjà constituées. Cette règle d’or fiscale permettra de restaurer la confiance dans l’impôt, aux français de consommer et aux entreprises d’investir. NI Nicolas Sarkozy, ni François Fillon n'en ont voulu en 2011.

Je propose aussi en matière de service à la personne de changer complètement de logique : le particulier employeur est un chef d’entreprise comme les autres, il devrait pouvoir défiscaliser l’intégralité du revenu de son salarié de son impôt sur le revenu. C’est comme cela que l’on créera des emplois. Je propose également d’aligner pour les employeurs particuliers les règles d’allègement des charges sociales qui sont pratiquées dans les entreprises. Enfin, je propose de mettre fin a l’ultra précarité des stages et de transformer le stage en véritable contrat-formation en gardant la souplesse du stage, l’absence de charges sociales. C’est la contrepartie nécessaire à la souplesse de l’organisation du travail que je demande. Je propose également des réformes radicales de la formation professionnelle, du BAC et de l’école, de l’Etat. Au total, 70 milliards d'euros de baisse des dépenses publiques si les mesures du livres étaient appliquées.

Etant donné le caractère exceptionnel de la situation actuelle et l'immobilisme dans lequel se complaisent les élites, les solutions convenues et convenables sont-elles suffisantes ? La situation n'appelle-t-elle pas un changement complet de logiciel idéologique ?

Je crois que nous avons besoin d'un sursaut national. Il faut que s’ancre dans l’esprit des Français que nous ne sortirons pas de la crise sans collectivement travailler davantage et dépenser moins. Il faut aussi que le travail paie plus que l’assistance. Cela veut dire que la droite doit s’engager dans une logique de hausse des salaires net et donc de baisse des charges patronales et salariales. Cela suppose de réformer profondément le financement de la sécurité sociale. Je pense qu’il faut également en finir avec l’idée que la fiscalité du capital doit être la même que la fiscalité du travail. Aujourd’hui, une convergence fiscale européenne sur la fiscalité du capital est absolument indispensable. Le capital, c’est du travail qui a déjà été taxé. L’équivalence entre fiscalité du capital et fiscalité du travail est une équivalence qui est fausse. Il faut une harmonisation entre les différents pays européens parce qu’on est dans un monde ouvert, et sinon le capital s’en va. 

Vous attribuez la défaite de 2012 à un manque de pédagogie pour imposer dans l’opinion publique la nécessité de certaines réformes. Mais plus qu’à un problème de méthode, l’échec de la droite n' est-il pas lié à un déficit d’idées et à un manque de vision ?

Il n’y a pas de consensus aujourd’hui sur les reformes que je propose. Regardez le "non" au référendum alsacien sur la fusion région département. La France est une société qui connaît une violence paralysante, qui prend en otage le politique : je raconte ainsi comment nous avons tenus face à la rue lors des 9 mois de blocage des facs. Dans ces moments d'extrême tension, le pouvoir politique manque singulièrement d’alliés ! La France silencieuse doit désormais s’exprimer, notamment via les réseaux sociaux. A nous de convaincre les Français du bien fondé de nos réformes. Et de définir notre ligne politique très en amont de l'élection présidentielle.

Si votre livre multiplie les mesures pragmatiques, on a justement parfois du mal à discerner votre vision de la France. Quelle est-elle ?

Ma France c’est une France qui gagne dans la mondialisation en se réformant et c’est une France des valeurs. Nous devons les faire vivre : le travail, la liberté, l’autorité et la justice. Je vous l’ai dit, le travail doit être davantage récompensé. Les libertés économiques confortées, notamment la liberté d’entreprendre, d'innover, de créer. Tous les maillons de la chaîne de l’autorité qui va de la famille à la justice, doivent être renforcées car sans elle nous n’avons plus de repères et la République est fragilisée. Enfin, la justice n’est pas l’apanage de la gauche : nous seuls proposons des solutions crédibles pour sauver notre modèle social avec des efforts équitablement répartis entre les Français. Enfin j’assume de donner une priorité à la jeunesse. pour moi, les réformes en matière d'éducation,de formation ou d'insertion professionnelle des jeunes sont les clés d'un retour de l'optimisme collectif.

Le Général de Gaulle, mais aussi Margaret Thatcher et plus récemment Tony Blair, étaient capable de formuler en seulement quelques mots l’offre politique qu’ils proposaient. N’est-ce pas justement ce type de leader qui manque aujourd’hui à la France ? Qui pourrait aujourd’hui ainsi porter une vision simple et forte comprise par tous ?

La question du leadership nous la trancherons en 2016. Le temps aujourd’hui doit être au bouillonnement des idées et des solutions neuves et pas encore aux slogans.

Vous-même, en quelques mots simples, pouvez-vous nous résumer l'offre politique que vous voulez incarner ?

Je veux réhabiliter le mot réforme. Incarner une droite réformiste et progressiste qui n’a pas peur de parler d’économie et d’emploi. Les envolées lyriques ne suffisent plus aux Français. Et j’assume l’idée que la droite puisse être clairement une droite réformiste. Je pense comme Winston Churchill qu’il ne faut plus dire que nous avons fait de notre mieux (même si c’est vrai) mais « qu’il faut réussir à faire ce qui est nécessaire ».

On vous compare parfois à Angela Merkel. Est-ce une comparaison que vous assumez ?

Oui j’assume sa détermination, j’assume aussi son pragmatisme libéral-social et en même temps son style modeste et sérieux. Je pense qu’il faut une ou un Angela Merkel pour la France, c'est-à-dire un Président qui ait la volonté de la réforme,l’obstination de faire et en même temps l’empathie nécessaire pour accompagner le changement.

Dans le dernier chapitre, vous prônez justement davantage de convergence avec l’Allemagne. De la convergence à l’alignement, il n’y a parfois qu’un pas. On a le sentiment que les élites françaises n’arrivent plus à penser la France en dehors de l’Allemagne. Pourquoi ne pas trouver en nous-même les conditions de notre redressement ?

Je sais que nous sommes uniques. En tant qu'ancien ministre des universités et de la recherche, je mesure plus que quiconque les formidables atouts de notre pays. Mais, je crois que beaucoup de choses ont été faites chez nos voisins qui permettent de trouver des pistes de redressement. Si vous ne voulez pas parler d’Allemagne parlons du Canada, parlons de la Suède, parlons de tous les pays qui ont redressé leur économie, leurs finances, qui sont aujourd’hui conquérants dans la mondialisation, qui ont sauvé leur protection sociale. L’intérêt des comparaisons internationales c’est de montrer que réforme ne rime pas avec austérité et punitions mais avec guérison. Simplement les Français doivent accepter l’ordonnance des médicaments à prendre.

Vous présentez également votre livre comme un droit d’inventaire. Pourtant Nicolas Sarkozy est rarement évoqué et le débat autour de la ligne Buisson est éludé. Pourquoi ?

Il ne s’agit pas d’un portrait de Nicolas Sarkozy, même si je décris au fil des pages certaines coulisses du quinquennat. L’inventaire porte sur ce que nous avons réussi et sur ce qui a bloqué. Je crois que cet inventaire est nécessaire et utile pour répondre à tous ceux que nous avons déçus et pour nous rendre crédibles à l’avenir. François Hollande emmène le pays dans le mur faute d’avoir fait l’inventaire des 35 heures, des emplois jeunes, de la décentralisation ou de la retraite à 60 ans. La gauche n’a pas brisé ses totems. Nous devons faire cet inventaire utile. Nous comprendrons pourquoi sur certaines réformes nous avons reculé faute d’avoir un cap clair, celui de la compétitivité des entreprises (pour la TVA anti-délocalisation), faute d’avoir résisté au corporatisme des élus (pour la fusion département-région) ou faute d’avoir trouvé suffisamment d’alliés dans la société civile (pour la réforme du lycée).

L’ombre de l’ancien chef de l’Etat empêche-t-elle aujourd’hui la droite de se reconstruire ?

Le leadership, je l'ai dit, nous le trancherons le moment venu. Mais cette question ne doit pas occulter le débat d’idées. Pour moi 2013 et 2014 c’est le temps du débat d’idée à l’UMP. Sommes-nous le parti de la croissance ? Sommes-nous le parti du pouvoir d’achat et du travail qui paie ? Sommes-nous le parti de l’autorité et du respect de la loi oeuvrant pour réduire les délais de justice et donner un droit aux victimes à l’exécution des peines ? Aujourd’hui la droite se reconstruira sur une ligne politique !

Ces derniers jours, le débat à droite s’est focalisé sur la petite phrase de François Fillon concernant le FN. Poser ces questions autour du FN sur un plan moral intéresse-t-il vraiment les militants et les Français ?

Je crois que les socialistes sont les moins bien placés pour nous donner des leçons de morale quant à nos rapports avec les extrêmes. Ils sont alliés avec l’extrême gauche dont je montre, dans le livre, toute la violence, et ils viennent de modifier les règles électorales pour favoriser le FN dans toutes les élections. Pour éviter le vote extrême nous devons mettre toute notre énergie dans la recherche de vraies solutions aux problèmes de la France. Sans en occulter aucun : immigration, laïcité, sécurité, chômage,…

A travers cette phrase, François Fillon s’est-il finalement tacitement rallié à la ligne de droitisation défendue par Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy ?

Je vous le répète je ne crois pas que nous ayons perdu l’élection de 2012 parce que nous étions trop a droite ou trop au centre. Nous avons perdu parce que nous n’avons pas osé présenter aux Français les réformes nécessaires au redressement du pays.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

A lire : "Voulez-vous vraiment sortir de la crise ?", Valérie Pécresse, (Editions Albin Michel), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (53)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 24/09/2013 - 16:55
Maintenant que pécresse ne sera plus obligé de parler
de l'Islam, des juifs, des roms, des bobos, des homosexuels...
 
Elle pourra se recentrer, parler de ce qui intéresse les français, à savoir : l'économie, la dette, l'emploi.
 
Espérons que la ligne Fillon - Pécresse - NKM - Borlo - Bayrou l'emporte sur la ligne Buisson ! Sinon, le Fnump est condamné à perdre toutes les élections..;
Finot18
- 24/09/2013 - 16:03
V . Pécresse ...
Voila , ça c'est dit - Mais enfin , vous prouvez bien que vous travaillez tous pour vous intérêt personnel et non pas pour celui de l'intérêt de la France ... voila le résultat ... il vaut mieux être " viré " ... mais la tête haute ... le balancier reviendra toujours ... les Français ne sont pas tous amnésiques ... Vous avez perdu mon adhésion ... et mon confiance ...
fabien775
- 24/09/2013 - 12:49
Changer de métier
Marre de ses gens et leur incompétence crasse et leurs ambitions personnelles qui ne servent qu'à eux.