En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 2 heures 42 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 4 heures 3 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 7 heures 58 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 8 heures 13 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 10 heures 26 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 3 heures 29 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 4 heures 40 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 7 heures 50 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 10 heures 26 min
Tribune

UMP : l'heure du choix

Publié le 17 septembre 2013
Une tribune de Julien Miro, ancien responsable des études de Dominique de Villepin.
Julien Miro
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Miro est ancien responsable des études de Dominique de Villepin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une tribune de Julien Miro, ancien responsable des études de Dominique de Villepin.

Les propos controversés prononcés par l’ancien Premier ministre vendredi dernier vont rendre service  à la droite dans son ensemble : ils vont obliger les élus à se positionner vis-à-vis du front national.

Depuis le 6 mai 2012, la droite française vit dans un état de léthargie. La défaite de Nicolas Sarkozy  génère deux interprétations, l’une et l’autre au fondement de stratégies diamétralement opposées.

Certains considèrent que le tournant droitier du candidat a été trop tardif et aurait pu permettre, effectué plus tôt, la victoire. D’autres estiment au contraire que ce tournant a empêché le candidat de rassembler un centre vital pour atteindre la barre des 50%.

L’élection pour la présidence de l’UMP d’octobre dernier devait avoir le mérite de clarifier cette ambiguïté. Avec d’un coté, un Jean-François Copé se réclamant d’une stratégie droitière et de l’autre un François Fillon, incarnant une droite sociale. Malheureusement, les différents rebondissements qui suivirent laissaient peu de place à une bataille des idées. La bataille, devenue celle des chefs, se concluait alors par un accord entre deux autorités morales du parti, laissant les questions de lignes sans réponse.

La droite tentait depuis, d’écuries en écuries, d’actualité en actualité, de construire un programme, de relayer des idées. Force est de constater qu’un an plus tard, les messages ne parviennent toujours pas à être audibles : depuis vendredi, la droite vient de s’apercevoir qu’avant de construire un programme, elle doit être sûre de ses valeurs.

François Fillon, bien malgré lui, en déclarant appeler à voter « pour le moins sectaire » en cas de duel PS-FN aux municipales, donne aux élus l’opportunité de se positionner sur des valeurs plutôt que sur un leader.

Plus d’un an après, l’UMP va avoir droit à un nouveau vote. Un vote entre deux droites. L’une sortant enfin du bois, portée par Buisson, et incarnant le tournant idéologique décrit par Geoffroy Didier.

L’autre, celle des non alignés d’octobre, devenant les faiseurs de ligne de septembre : Alain Juppé, Jean Pierre Raffarin ou encore Bruno Le Maire.

Cette droite, héritière des années Chirac, qui pourrait reprendre ces derniers mots d’un président que personne n’a oublié : « ne composez jamais avec l’extrémisme, le racisme, l’antisémitisme ou le rejet de l’autre. Dans notre histoire, l’extrémisme a déjà failli nous conduire à l’abîme. C’est un poison. Il divise. Il pervertit, il détruit. Tout dans l’âme de la France dit non à l’extrémisme. »

Alors oui, l’UMP va connaitre des remous et se déchirer, mais de l’abîme sortira une droite digne et sûre de ses valeurs. Pour ensuite pouvoir engager la seule bataille qui compte, celle des idées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
prochain
- 17/09/2013 - 19:47
La droite veut-elle le pouvoir par les temps qui courent...
Etatisme,centralisme, économie administrée tous azimut à gauche à droite au N et au S.
Leucate
- 17/09/2013 - 15:35
@ Fausto (suite)
Pour les grincheux qui vont couiner "et la IV° république" quand on leur parle de proportionnelle.

Les conditions étaient différentes. Il existait un parti important, le PCF, qui représentait 25% des électeurs et qui pronait un changement radical de société sur le modèle soviétique, 75% des autres électeurs votant pour les partis républicains peut-être un peu trop divisés.
Avec en plus les conditions de l'après guerre, avec les grèves insurrectionnelles de 1947/48, la guerre froide à/c de 48 également (à l'extérieur, la Corée et l'Indochine) plus, à partir de 1954, l'affaire algérienne qui entraîna le putsch de 1958, le retour de De gaulle comme président du Conseil et la fin de la IV° république.
Leucate
- 17/09/2013 - 15:20
@Fausto - mauvaise représentation politique
Il y a peu de différences entre FN et UMP en ce qui concerne la politique intérieure et extérieure. il n'y a que pour la politique européenne que ces différence existent.
En 2012, si nous avions voté à la proportionnelle comme en 1986 selon les mêmes modalités (le département est la circonscription), l'ensemble de la droite était majoritaire sur l'ensemble de la gauche.
Nous aurions eu, au soir du premier tour (la proportionnelle est à tour unique):
DROITE: 289 députés (204 UMP, 85 FN) + 11 centristes Total = 300
GAUCHE: 247 députés (223 PS + 24 EELV) + 30 FdG - Total = 277

La proportionnelle oblige les partis à avoir un accord de gouvernement pour avoir une majorité parlementaire.
L'UMP avait donc le choix soit de gouverner avec le PS (mais difficile à l'expliquer aux électeurs) soit avec le FN.
Il revenait au FN, dans ce cas, de mettre de l'eau dans son vin concernant l'Europe, dans le genre: on accepte provisoirement votre politique sur l'Europe ou l'Euro à condition que, si cela mène à l'impasse que nous prévoyons, vous n'insistiez pas et que nous nous engagions sur une autre politique. Pour tout le reste, il n'y a pas de raison pour que cela ne marche pas