En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Start-ups filantes

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 1 heure 58 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 2 heures 33 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 6 heures 12 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 10 heures 36 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 11 heures 2 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 2 heures 15 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 2 heures 44 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 6 heures 1 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 7 heures 52 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 11 heures 22 min
© Reuters
"Les idées ne sont pour Breivik qu'un prétexte pour justifier son projet criminel."
© Reuters
"Les idées ne sont pour Breivik qu'un prétexte pour justifier son projet criminel."
Au cœur du mal

"Dans le massacre d’Utoya, les idées ne comptent pas. Breivik aurait pu être un militant écologiste"

Publié le 03 septembre 2013
Laurent Obertone, auteur du très controversé "La France Orange mécanique", revient avec son nouveau livre qui ne devrait pas laisser la société française indifférente. Après avoir adopté le point de vue des victimes de la violence gratuite dans notre pays, il entre dans la tête du tueur de masse norvégien Anders Breivik.
Laurent Obertone est journaliste diplômé de l’ESJ de Lille. Après avoir travaillé pour un hebdomadaire français, il s'est consacré à l'écriture de "La France orange mécanique" (2013, Editions Ring). Il est l'auteur de "La France Big Brother"...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Obertone
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Obertone est journaliste diplômé de l’ESJ de Lille. Après avoir travaillé pour un hebdomadaire français, il s'est consacré à l'écriture de "La France orange mécanique" (2013, Editions Ring). Il est l'auteur de "La France Big Brother"...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Obertone, auteur du très controversé "La France Orange mécanique", revient avec son nouveau livre qui ne devrait pas laisser la société française indifférente. Après avoir adopté le point de vue des victimes de la violence gratuite dans notre pays, il entre dans la tête du tueur de masse norvégien Anders Breivik.

Atlantico : Après le très controversé La France Orange mécanique, qui  décrivait de manière politiquement incorrecte l’explosion de la violence gratuite en France, votre deuxième livre aborde le parcours du tueur de masse Anders Breivik qui a fait 77 morts sur l’île d’Utoya en Norvège. Pourquoi avoir de nouveau choisi un thème aussi polémique ? N’avez-vous pas peur de vous enfermer dans le personnage du provocateur qui pourrait occulter votre travail d’écrivain et de journaliste d’investigation ?

Laurent Obertone : Je vais répondre comme Stephen King : « Qu'est-ce qui vous laisse penser que j'ai le choix ? » Ce sont les thèmes qui nous choisissent. Le massacre d'Utøya est dans ma tête depuis le 22 juillet 2011. La décision d'écrire ce livre était prise l'été dernier, bien avant la sortie de La France orange mécanique.

Je ne crois pas qu'il n'y ait de provocation dans mon travail. Que certains considèrent la réalité comme une provocation n'est pas mon problème. Des dizaines de milliers de lecteurs me font confiance justement parce que je dis les choses telles qu'elles sont.

Pour en savoir plus, retrouvez les bonnes feuilles d'Utoya sur Atlantico

Y-a-t-il une part de voyeurisme dans votre projet ? Le risque n’est-il pas de nourrir la fascination pour Breivik ?  

J'aborde le thème de la fascination dans mon livre, qui est écrit pour ceux qui veulent comprendre. On ne sort de l’ambiguïté qu'à son détriment, disait le cardinal de Retz. En exposant précisément la réalité, on met fin à certains mythes, qui pouvaient donner à Breivik une dimension épique. Rien de pire que d'en faire un tabou, de le sacraliser.

Breivik étant devenu célèbre, il a automatiquement des fans, qui feront feu de tout bois pour nourrir leur admiration. Ils n'ont pas eu besoin de mon livre pour ça. Et ils ne sont pas un motif suffisant pour que l'on s'interdise d'écrire sur cette affaire. Ce n'est pas pour eux que j'écris.

Vous avez choisi de raconter l’histoire à la première personne du point de vue de Breivik. Pourquoi ce choix ? Peut-on vraiment se glisser dans le cerveau d’un tel criminel ?

On le peut dans une certaine mesure, jusqu'à ce qu'il appuie sur la gâchette. Pour comprendre Utøya, le cerveau de Breivik était l'endroit où il fallait être. Utøya repose sur neuf ans de secret mental. La focalisation interne me permettait de montrer ce que Breivik a ressenti, comment il a fonctionné, à quel point il a été un instrument de lui-même, dépassé par ce qu'il a accompli.

On retrouve dans Utøya une critique acerbe du multiculturalisme qui était déjà présente dans votre livre précédent. Avez-vous eu la tentation de vous réfugier derrière Breivik pour faire passer vos propres idées ? Ne craignez-vous pas que certains lecteurs vous confondent avec lui ?

Je ne crois pas que les idées soient importantes dans Utøya. Les effets dépassent les causes. L'acte balaie les idées. Des centaines de milliers d'Européens sont conservateurs. Jamais ils n'auront l'idée de tuer. Breivik aurait tout aussi bien pu être un militant écologiste.

Étant donné que j'écris le récit à la première personne, j'espère qu'ils me confondront avec lui, c'est mon objectif littéraire, comme celui d'un acteur qui se met dans la peau d'un personnage. Une fois le livre refermé, mes lecteurs feront la part des choses. Je n'allais tout de même pas mettre une note de bas de page sous chaque meurtre pour leur expliquer tout le mal qu'il faudrait en penser.

Même si tous les conservateurs ne sont pas des Breivik en puissance, celui-ci a réalisé son acte pour promouvoir ses idées. Pourquoi dites-vous que l'acte balaie les idées ?

Le massacre est trop gigantesque pour que l'on en retienne quoi que ce soit d'autre. Les idées ne sont pour Breivik qu'un prétexte pour justifier son projet criminel, qui est son entreprise très personnelle d'accession au pouvoir. Avec Utøya, Breivik a d'abord fait sa propre promotion.

Parler seulement de l'acte n'est-il justement pas une façon de ne pas débattre de ces idées ?

Dans Utøya je parle tout de même des idées de Breivik, de son climat intellectuel. Nous pouvons débattre de ses idées, bien entendu, mais elle n'expliquent pas Breivik, ce qui est le sens de ma démarche. La source de sa motivation n'est pas là. Il faut absolument distinguer le criminel de ses idées. Ne pas le faire revient à ajouter un nouvel argument de type point Godwin dans le débat public.

On a déjà connu en France un massacre perpétré par un militant écologiste, à Nanterre en 2002, où les idées n'avaient aucune importance puisqu'il a agi par simple haine. Richard Durn peut-il être comparé à Anders Breivik ?

Oui, dans une certaine mesure. Les deux individus ont vécu dans un univers où leur volonté de puissance ne pouvait exister, en tout cas ne pouvait se construire dans le sens de leur contexte social. Ils sont motivés par un coup d'éclat. Mais la motivation de Breivik est beaucoup plus pensée et prolongée. Il y a un très long avant, et il y aura un très long après. Durn a accumulé, n'a pas tenté d'intellectualiser son geste, et n'a pas souhaité lui survivre. Les attentats de Breivik sont certes le point culminant de son programme, mais ce programme n'est pas terminé.

Dans la France Orange mécanique, vous preniez le parti des victimes de l’insécurité. Cette fois, vous êtes dans la tête du bourreau et les victimes sont donc déshumanisées, traitées comme de simples numéros interchangeables. Le risque n’est-il pas de manquer d’empathie pour ces derrières ? Pensez-vous avoir une responsabilité morale à leur égard ?

Il est compliqué de trouver un équilibre acceptable. Vu de Norvège, le fait d'écrire les prénoms des victimes est déjà choquant. L'acte est tellement gigantesque qu'il déshumanise les victimes. Je suis dans la tête du tueur : pour aller au bout de ses objectifs, il est obligé de se verrouiller mentalement, d'agir comme s'il était dans un jeu vidéo. Je donne aussi la parole aux victimes, mais je crois que dans un massacre d'une telle ampleur, ce qui peut le mieux nous rapprocher d'elles, c'est paradoxalement d'être dans la tête du tueur.

Sans tomber dans la culture de l’excuse, considérez-vous malgré tout que la violence peut parfois être liée à un certain déterminisme social ?

Tous nos comportements sont régis par des appétences biologiques. Nous sommes violents, la société doit canaliser cette violence. Mais notre programme biologique est conçu pour s'adapter à toute situation. Par exemple, sans éducation, sans socialisation, sans limites, avec l'effet de groupe, la violence n'est plus canalisée. Nous n'avons aucune chance de comprendre les comportements sociaux sans avoir compris la mécanique humaine. Breivik n'est pas du tout le produit d'un déterminisme social.

Après deux ouvrages très noirs, savez-vous déjà quel sera le thème de votre prochain livre ? Allez-vous poursuivre votre exploration de la violence, ou pour vous le vrai défi est-il d’aborder un thème plus consensuel ?    

Je m'intéresse avant tout à la nature humaine. La violence en est un versant capital, car elle est théoriquement canalisée par la société. Ses formes, sa persistance, veulent dire beaucoup de choses, soit sur le fonctionnement de l'homme, soit sur l'état d'une société. Pour l'avenir, j'ai quelques projets, mais rien d'arrêté pour l'instant.

Breivik est un thème consensuel : il fait l'unanimité contre lui. Ce sont les médias qui inventent des clivages là où ils ne sont pas. Les « polémiques », « controverses » ou « dérapages » leur servent à stigmatiser celui qui n'a pas l'air de dire exactement la même chose qu'eux. Tout dans Utøya, de la première à la dernière ligne, respecte la réalité, jusqu'aux expressions des protagonistes.

La polémique, c'est Breivik.

A lire : "Utoya", de Laurent Obertone (Editions Ring), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Start-ups filantes

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
belou43
- 04/09/2013 - 14:15
@ laïcité
Entre Guy Béart et sa fille, tu sembles bien aimer les insultes (en particulier à l'encontre de la fille).
Tu es d'accord avec Obertone. OK, on savait déjà à quoi s'en tenir de ta part. Tu nous le prouves encore une fois.
Tu préfère une dictature d’extrême droite. C'est vrai, elle sent bien moins mauvais !!!
En 1940, je me pose la question si tu aurais été SS ou collabo. Quoi que, pour être SS, il fallait un minimum de "co...les au c.l".
gauchiste patenté
- 04/09/2013 - 00:38
tu veux etre un con tout
tu veux etre un con tout simplement, et ben soit fier t'a obtenu un beau résultat.
oui je suis un bobo de gauche si tu veux mais individualiste, non je regrette je ne suis pas de droite, il y a un monde autour de moi dont je profite de ma liberté sans dieu ni maitre pour aider chaque fois que c'est possible. voila le bienfait d'une totale liberté qui n'a besoin d'aucun maitre.
Equilibre
- 03/09/2013 - 22:10
@gauchiste patenté
C'est BO le copier/coller. J'aime bien quand tu dis la même chose, sauf que tu n'as pas compris.
Au fait, Tu comprends ce que je raconte, ou tu fais un concours avec un copain? Nan, c'est pour savoir.
Il est possible d'être arraché à tous les déterminismes?
A la naissance?
En cours de route?
Qui? où çà?
M'ouarrffffffff
M'ouarrffffffff
M'ouarrffffffff
M'ouarrffffffff
M'ouarrffffffff
La liberté n'est pas de choisir son maître. Énorme, celle-là. SI tu ne veux pas de maitre, direction où tu veux et autarcie complète. Si c'est çà ta liberté, OK, tu es libre, seul et con. Et seul, tu ne peux rien.
Mowgli est effectivement arraché à tous les déterminismes. Ni sexe, pardon, genre pour toi, ni race, ni dieu, ni maitre, ni argent, ni mot en isme d'aucune sorte. Et tu ne sais même pas que tu es libre, vu que tu n'as pas les moyens de t'en apercevoir.
.
Pôvre bobo gaucho individualiste. Je m'en fous d'être un vieux con. D'abord parce que je ne suis pas vieux. Et que des débilités à la chaîne dans ton style en reprenant mes arguments ("comment peux-tu exercer ton libre arbitre et ton esprit critique" remplacé par "réflexion" chez toi), j'ai de la marge.