En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Bridgestone ne ferme pas son usine de Béthune à cause du Covid-19 mais de l’incompétence de ses dirigeants...

07.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

04.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 39 min 37 sec
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 3 heures 1 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 5 heures 20 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 19 heures 19 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 20 heures 23 min
light > Culture
Reconstruction
Gallimard va reverser 40.000 euros provenant des ventes de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo pour la restauration de l'édifice religieux
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 2 heures 49 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 3 heures 3 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 4 heures 22 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 5 heures 6 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 5 heures 56 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 19 heures 47 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 20 heures 47 min
pépites > International
Investigations
Alexeï Navalny aurait été empoisonné à son hôtel à l'aide d'une bouteille d'eau, selon les proches de l'opposant
il y a 23 heures 21 min
Dans le secteur de l’énergie, la libéralisation du marché a été très décevante.
Dans le secteur de l’énergie, la libéralisation du marché a été très décevante.
Ouverture à la concurrence

La libéralisation du marché de l'énergie en Europe est un échec

Publié le 21 avril 2011
L'électricité au prix de gros augmentera de plus de 20 % au 1er janvier 2012. L'ouverture à la concurrence du secteur de l'énergie coûte au final plus cher aux consommateurs.
Pascal Perri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'électricité au prix de gros augmentera de plus de 20 % au 1er janvier 2012. L'ouverture à la concurrence du secteur de l'énergie coûte au final plus cher aux consommateurs.

Depuis sa création, l’ambition de l’Europe économique et politique est de favoriser des coopérations mutuellement  profitables entre les États membres, et de créer des conditions de marché plus efficaces pour les consommateurs.

Dans le secteur de l’énergie, la libéralisation du marché a été très décevante. La concurrence tant espérée est restée strictement théorique. Les entreprises dominantes, souvent d’anciens monopoles, sont parvenues à conserver leur pouvoir de marché et dans certains cas, comme la France, à accroitre les privilèges de la rente.

Dans les faits, les monopoles perdurent malgré l'ouverture à la concurrence

En Allemagne, la libéralisation du marché en 1998 a épargné le réseau de distribution. Les droits d’utilisation du réseau physique payés par les nouveaux opérateurs étaient tels que les prix sont restés élevés pour les particuliers et pour les entreprises. L’expérience montre ici que la séparation des activités de production et de distribution devrait être un préalable aux réformes de déréglementation. A défaut, l’ancien monopole en tire partie pour verrouiller le marché et imposer une politique tarifaire élevée. Les concurrents, pour ceux qui survivent, profitent du partage de la rente au prorata de leur influence commerciale. Les experts estiment qu’en Allemagne, il faut 100 € de marketing à un opérateur pour prendre un client aux concurrents. Autant dire que dans ces conditions, la géographie générale du marché évolue peu.

En France, la libéralisation du marché va se traduire par un renforcement du monopole d’EDF. En décidant de fixer à un niveau très élevé le prix de cession d’une partie de son électricité d’origine nucléaire aux nouveaux entrants, l’État a fait clairement arbitré en faveur de SON entreprise au mépris de ses engagements en matière de pouvoir d’achat. L’État a servi son intérêt patrimonial au détriment des intérêts des consommateurs d’énergie, ménages et entreprises. Au passage, la CGT peut se frotter les mains, elle qui gère le CE d’EDF et perçoit à titre dérogatoire 1% du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Libéraliser pour stimuler la concurrence

La libéralisation n’a de sens que si elle stimule la concurrence. Si elle aboutit à renforcer les monopoles ou les oligopoles, elle perd son intérêt. Les pays européens avaient le choix entre deux options.

    • Le soutien à de très grandes entreprises en situation de monopole. Quand l’investissement de départ est important, le monopole naturel peut se justifier. Il doit cependant être contrôlé. Les rendements croissants lié au monopole doivent se traduire par des prix bas offerts aux consommateurs. La rente doit être correctement rendue aux « usagers ».
      • Une politique de concurrence ouverte dans laquelle les barrières d’entrée disparaissent. Dans toutes les activités en réseau comme c’est le cas de la distribution des fluides, la concurrence impose le démantèlement des monopoles de production et de distribution. La concurrence ne peut pas être homéopathique. Elle doit être radicale pour produire des effets durables sur le marché.
      1. Il reste peu de chose des intentions de départ. Dans tous les grands pays européens, les entreprises historiques sont parvenues à contrarier l’ouverture des marchés. Les consommateurs doivent s’attendre à en payer le prix. 
      Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
      Commentaires (1)
      Ecrire un commentaire
      Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
      Abonnez-vous
      «Vos abonnements garantissent notre indépendance»
      Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
      Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
      ZOEDUBATO
      - 21/04/2011 - 20:45
      Quelle libéralisation ?
      Pour pouvoir parler de libéralisation et de défense des consommateurs il eût fallu que les lois correspondantes n'impose pas le statut d'EDF mais respecte la dignité des travailleurs sur la base des services ressentis par leurs clients.