En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 31 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 33 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 49 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 9 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 50 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 21 heures 7 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 31 min 6 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 38 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 30 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 14 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 6 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 27 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 22 heures 5 min
© Reuters
"Taper", c'est le ralentissement progressif des achats de bons du Trésor et d'actifs par la Fed.
© Reuters
"Taper", c'est le ralentissement progressif des achats de bons du Trésor et d'actifs par la Fed.
Kézako ?

Le "taper", ce revirement de la politique de la Fed qui fait trembler les marchés

Publié le 29 août 2013
Depuis quelques jours, médias et marchés n'ont plus qu'un seul mot en bouche : "taper, taper, taper". Ils sont tout simplement très inquiets. Eclairage sur le sens de ce barbarisme.
Cécile Chevré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques jours, médias et marchés n'ont plus qu'un seul mot en bouche : "taper, taper, taper". Ils sont tout simplement très inquiets. Eclairage sur le sens de ce barbarisme.

Le "taper", qu'est-ce que ce barbarisme ?

Le "taper" s'il ne fait pas encore partie de votre vocabulaire courant devrait rapidement l'intégrer. "Taper", c'est le ralentissement progressif des achats de bons du Trésor et d'actifs par la Fed. Jusqu'à présent, ces achats se montaient à 85 milliards de dollars, mais devant la montée des protestations, les craintes inflationnistes et la lente et pénible reprise de l'économie américaine, Ben Bernanke, le président de la Fed, s'est déclaré prêt à ralentir ses achats.

D'après les dernières rumeurs, et les déclarations faites mi-août par le président de la Fed d'Atlanta, Dennis Lockhart, la Fed pourrait ralentir ses achats de 10 milliards de dollars dès septembre prochain, puis de nouveau en décembre pour mettre fin au quantitative easing (la planche à billet, ndlr) en 2014. Les marchés sont donc suspendus au moindre mouvement de la Fed.

Mercredi 21 août, la publication des dernières minutes de la dernière réunion du FOMC, le comité monétaire de la banque centrale américaine, n'a rien livré de palpitant. Certains des membres de la Fed prônent un ralentissement du quantitative easing au plus vite, d'autres préféreraient attendre un peu. Quoiqu'il en soit, l'annonce d'une réduction est largement anticipée par les investisseurs depuis mai dernier et les premières déclarations de Ben Bernanke dans ce sens.

Taper n'est pas sans conséquences

Immédiatement, la perspective de l'arrêt de l'argent facile a eu plusieurs conséquences :

  • des mouvements baissiers répétés sur les marchés actions

  • une remontée des marchés obligataires (aussi bien US que dans le reste du monde)

  • une fuite des actifs "spéculatifs" ou "anti-inflation", comme le pétrole ou les métaux précieux

  • un tabassage des économies émergentes : entre la fuite des capitaux étrangers (qui se découvrent une véritable allergie au risque, le recul de leurs monnaies face au dollar (qui renchérit les importations, en particulier d'énergie), les pays émergents souffrent.

L'indice MSCI (Morgan Stanley Capital International, un indice développé par la banque d'affaire américaine Morgan Stanley qui mesure la performance d'un marché boursier donné, ndlr) des marchés émergents dégringole de 9% en 3 mois et, d'après L'Agefi, la semaine dernière, ce ne sont pas moins de 760 millions de dollars qui ont quitté les fonds émergents. Depuis le début de l'année, l'hémorragie se monte à 8,4 milliards de dollars.

Hémorragie chez les émergents

Economies et Bourses émergentes subissent de plein fouet cette vague de "taper". Le Monde cite l'exemple des compagnies aériennes brésiliennes, dont les recettes sont en dollars et qui sont au bord de l'asphyxie alors que le real s'effondre face au billet vert. La bourse indonésienne enchaîne quant à elle les séances de forte baisse, et perd plus de 15% sur la semaine.

Est-ce grave docteur ?

Oui, le phénomène n'est pas à sous-estimer. L'addiction des marchés aux liquidités de la Fed est profonde et bien ancrée. Leur réaction face à un arrêt est à la hauteur de leur besoin. Cependant, deux points d'importance sont à souligner.

Premièrement, même si la Fed ralentit effectivement ses achats dans les semaines ou les mois qui viennent, elle pourra très difficilement les arrêter complètement. La principale raison est l'endettement américain important (106% du PIB) et surtout en constante progression. Il ne vous aura pas échappé que le gouvernement US n'a toujours pas résolu le problème de la falaise fiscale et qu'une réduction de ses dépenses n'est pas à l'ordre du jour. Pour empêcher le marché obligataire de prendre le mors aux dents et les rendements d'exploser, la Fed doit continuer ses achats. C'est (presque) aussi simple que cela.

Deuxièmement, cette fuite des capitaux n'affecte pas de la même manière tous les pays. Ceux de l'Amérique latine sont particulièrement touchés à cause de leurs liens historiques avec les Etats-Unis. Certains pays de l'Asie du Sud-est aussi même si dans une moindre mesure.

Et surtout, cette fuite va permettre une purge. Les liquidités qui avaient afflué vers les économies émergentes trop rapidement et de manière trop spéculative. S'en étaient suivis flambée de l'inflation, et des bulles boursières, immobilières, du crédit, etc. Les investissements étrangers sont souvent indispensables aux pays émergents mais tout argent n'est pas bon à prendre.

On assiste donc à un phénomène plutôt encourageant à moyen et long terme : le passage des mains faibles (investissement de court terme) aux mains fortes (qui misent sur le long terme et ne s'enfuient pas au moindre soubresaut). Ces mains fortes sont celles qui sont à même d'accompagner une croissance durable dans les économies émergentes. C'est le même phénomène pour l'or.

Ceux qui survivront au "taper"

Malgré les difficultés actuelles, cette purge n'est pas forcément une mauvaise chose pour nombre de pays émergents. En Asie du Sud-est, cela sera aussi l'occasion pour la Chine d'avancer ses pions et de multiplier les investissements dans les pays voisins. Car l'empire du Milieu est intéressé par ce qui se passe au-delà de ses frontières. Les pays de l'Asie du Sud-est peuvent lui fournir matières premières, énergie, main-d'oeuvre bon marché, mais aussi des débouchés pour ses propres produits.

Autre région du monde qui attire mon attention : l'Alliance du Pacifique (Mexique, Chili, Colombie, le Pérou). En 1994, lors du précédent krach obligataire, des pays comme le Mexique avait fait partie des principales victimes à cause de ses liens extrêmement étroits avec les Etats-Unis. Depuis, si ces économies dépendent en grande partie de la demande US, les liens commerciaux, économiques et financiers se sont développés entre eux et l'Alliance du Pacifique pourrait bien mieux résister aux soubresauts obligataires qu'en 1994. Il faut dire que la région ne manque pas d'atouts grâce à une alliance d'industrialisation, de demande intérieure, de compétitivité en matière de coût du travail ou encore de ressources en matières premières.

La zone de turbulence risque donc de se poursuivre encore quelques mois avant de se calmer devant l'impossibilité de la Fed de mettre fin au quantitative easing et la reprise progressive de certaines économies émergentes.

[Pour plus d’analyses et de conseils : demandez gratuitement La Quotidienne d’Agora...]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
EOLE
- 28/08/2013 - 10:51
Fonds de retraite
La FED ne fera rien qui puisse remettre profondément en cause les régimes de retraites par capitalisation des américains. L'important sera donc l'équilibrage entre les actifs détenus par les funds sur les marchés actions et obligations.
Evidemment cet équilibrage ne sera pas simple compte tenu de la sur-réactivité des marchés qui implique que les principaux acteurs soient prévenus pour se donner le temps de sortir de leurs positions trop exposées d'une part et que la FED puisse intervenir puissamment en temps réel pour contre balancer cette sur-réactivité par un ou des intermédiaire(s) à sa botte (Goldman-Sachs?)...