En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 42 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 9 heures 58 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 11 heures 32 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 13 heures 14 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 15 heures 36 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 15 heures 57 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 16 heures 20 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 17 heures 57 sec
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 17 heures 22 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 10 heures 58 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 12 heures 43 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 14 heures 17 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 15 heures 46 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 16 heures 1 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 16 heures 46 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 17 heures 19 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 17 heures 42 min
© Reuters
Des membres de l'Armée syrienne libre.
© Reuters
Des membres de l'Armée syrienne libre.
Les points sur les "i"

Intervention en Syrie : mais à quoi cela servirait-il vraiment ?

Publié le 27 août 2013
L'hypothèse d'une intervention de la communauté internationale en Syrie, après l'usage présumé d'armes chimiques dans plusieurs localités près de Damas, est sur la table.
François Géré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Géré est historien.Spécialiste en géostratégie, il est président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS) et chargé de mission auprès de l’Institut des Hautes études de défense nationale (IHEDN) et directeur de recherches à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'hypothèse d'une intervention de la communauté internationale en Syrie, après l'usage présumé d'armes chimiques dans plusieurs localités près de Damas, est sur la table.

Atlantico : Malgré la pression d'une partie importante de la communauté internationale, en l'absence d'un mandat de l'ONU, les possibilités légales d'intervention sur le sol syrien restent cependant limitées. Pensez vous qu'une "réaction de force" permettrait aujourd'hui de changer concrètement la donne sur le terrain en faveur des rebelles ?

François Géré : Toute action militaire changera forcément la donne. Maintenant reste à savoir quelles en seraient les modalités opérationnelles et le cadre juridique dans lequel sera conduite « l’action de force » - en clair la guerre - qui entrera dans une nouvelle dimension dont nul à ce stade ne peut prévoir sérieusement les développements.

Jusqu’à ce jour la question qui a dérouté toute action est de savoir au service de qui afin de donner le pouvoir à qui ? Intervenir militairement au service de qui ? Le caractère disparate et conflictuel des « rebelles » a rendu impraticable un soutien efficace et bien dirigé. Est-ce que la situation politique a changé ? Non. Est-ce que les combattants jihadistes d’Al Nosra ont atténué leur radicalisme ? Nul n’est en mesure de savoir qui retirerait le meilleur profit d’une intervention occidentale. L’urgence humanitaire, l’indignation face à l’emploi d’armes hideuses ne suffisent pas à déterminer une stratégie efficace afin d’atteindre des objectifs clairs.

Selon Arnaud Danjean, ancien fonctionnaire de la DGSE, trois options sont actuellement à l'étude : augmentation de l'aide à l'Armée Syrienne Libre, frappes chirurgicales depuis un navire sur les forces d'Assad et déclenchement d'une offensive aérienne. En cas d'intervention, quel scénario vous semble le plus plausible ?

Ces options ne sont nullement exclusives les unes des autres. Il ne faut pas concevoir d’illusions sur les frappes chirurgicales. C’est une guerre civile en milieu urbain densément peuplé de civils. Il sera effroyablement facile pour les deux camps de se protéger par des boucliers humains comme on l’a connu en Irak et plus encore en Bosnie. De tous les éléments, le plus important est la volonté des Occidentaux d’envoyer des troupes au sol. Cela transforme complètement la situation. D’autant plus que contrairement à la Libye, il est très difficile de se coordonner avec les « rebelles » au sol. En conséquence, l’idée de couloirs d’interdiction aérienne qui permettraient de protéger des zones de refuge (safe heavens) pour les civils n’a guère de sens.

Un communiqué du ministère des Affaires étrangères de Moscou met en garde contre une répétition de "l'aventure irakienne". Un tel parallèle est-il justifié ? 

A l’heure actuelle pour chacune des parties tout est suspendu à la mission des Nations Unies qui devrait avoir la possibilité d’inspecter des lieux tout récemment frappés par une attaque chimique. S’il leur est possible de mener leur enquête sans entraves dans une zone tenue par les rebelles les inspecteurs seront rapidement capables de déterminer ce qui s’est passé exactement. En fonction des résultats, il sera possible d’accuser Bachar el-Assad ou de le disculper ce qui laissera devant une grave incertitude sur la responsabilité de ce tragique événement.

Moscou  aujourd’hui  fait face à  trois options  : la première est la vérification par l’ONU de l’usage par le régime syrien d’armes chimiques. Ceci voudrait dire que Damas n’a pas tenu compte des recommandations pressantes de Moscou. Au niveau international les Russes auront le sentiment d’avoir été dupés et placés dans un grave embarras. Ceci pourrait les conduire à suspendre leur soutien à Assad aux Nations Unies. 

La seconde est la disculpation du régime syrien dans cette affaire. Si Bachar el-Assad ne peut être tenu pour responsable cela renforcerait la position russe. Cela produirait une grande confusion dans la diplomatie occidentale. Les données de l’éventuelle conférence dite « Genève 2 » s’en trouveraient fortement modifiées.

Troisième cas : sans mandat du Conseil de Sécurité des Nations Unies les Occidentaux engagent une guerre contre Assad et de fait, contre ses alliés (le Hezbollah, l’Iran). La Russie qui n’est plus celle, très affaiblie, de 2003 au moment de l’agression de l’Irak - il importe de le souligner - pourrait renforcer son soutien militaire en fournissant notamment les moyens anti-aériens et anti-missiles que Moscou jusqu’à présent s’était refusé à fournir dans un esprit de retenue.

Doit-on craindre au contraire un scénario "à la libanaise", qui verrait se prolonger sur plusieurs années le conflit sans ingérence étrangère directe ?

La dimension internationale d’un tel conflit interdirait sa prolongation. Le scénario libanais correspondait à une situation très particulière sans enjeux internationaux. Il était donc possible « d’éterniser » un affrontement en l’étouffant géographiquement. Tel n’est pas le cas en Syrie. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (37)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Redomier
- 28/08/2013 - 15:05
A Atlantico
Je ne comprends pas que deux mails envoyés , n'insultant personne mais défendant Israel, aient été censurés .

La ligne éditoriale d'Atlantico a t elle été changée ?

J.R.
winnie
- 28/08/2013 - 08:32
mironton mirotaine,...
HOLLANDE s en vat en guerre mironton,mironton,mirontaine HOLLANDE s en vat en guerre ne sait c,qui s,passera.
Et la suite,vous la connaissez!
casanova
- 27/08/2013 - 22:42
Hollandouille et islamistes rebelles en Syrie
Même combat !