En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

06.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

07.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 39 min 37 sec
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 1 heure 40 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 2 heures 43 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 4 heures 14 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 4 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 16 heures 25 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 18 heures 56 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 1 heure 19 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 2 heures 1 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 3 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 4 heures 14 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 16 heures 44 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 20 heures 19 min
© REUTERS/Kai Pfaffenbach
Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann.
© REUTERS/Kai Pfaffenbach
Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann.
Eco fiction

Ce qu'il se passerait si la BCE réaugmentait ses taux comme le laisse entendre le président de la Bundesbank

Publié le 27 août 2013
Jens Weidmann, le très influent président de la Bundesbank, a déclaré qu'il ne "s'attend pas à ce que les taux [de la BCE] soient bas pendant des années".
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jens Weidmann, le très influent président de la Bundesbank, a déclaré qu'il ne "s'attend pas à ce que les taux [de la BCE] soient bas pendant des années".

Aujourd'hui les banquiers centraux sont confrontés à une situation complexe. Des signaux plus ou moins forts apparaissent pour indiquer que l'économie va mieux. C'est le cas aux Etats-Unis, c'est aussi le cas au Royaume–Uni et cela va un peu mieux en zone Euro. Les banquiers centraux sont cependant bien conscients de la fragilité de cette amélioration. Surtout ils ne veulent pas prendre de risques qui seraient susceptibles de fragiliser ce mouvement d'amélioration.

Pour ce faire et pour prolonger et accentuer l'impact accommodant de leur politique monétaire, ils s'engagent à maintenir très bas leurs taux d'intérêt pendant très longtemps. Cependant, ce type d'engagement n'est pas apparu suffisant et les investisseurs ont réclamé davantage. En effet, il peut être facile pour une banque centrale d'indiquer un engagement, de laisser les investisseurs s'engouffrer en le prenant en compte dans leurs investissements et ensuite de changer les règles. Pour éviter cette tentation les autorités monétaires ont pris des engagements de maintenir leur taux d'intérêt stables à un bas niveau tant que le taux de chômage n'atteindrait pas un certain seuil.

Ben Bernanke en a parlé en Juin lors de sa conférence de presse et MarK Carney le nouveau patron de la Banque d'Angleterre a indiqué un même type d'engagement au Royaume Uni. Le reniement des engagements pèserait lourd sur la crédibilité des banques centrales et cela peut être une incitation suffisante à ne pas le faire.

La BCE de Mario Draghi n'a pas pris ce genre d'engagement. Le président de la BCE est resté sur un engagement verbal indiquant que les taux d'intérêt resteraient bas pendant une période étendue mais sans donner de date ni de facteurs qui pourraient l'inciter à changer de stratégie. Il ne peut pas s'engager sur le taux de chômage comme la Federal Reserve ou la Banque d'Angleterre car l'activité et l'emploi ne font pas partie de ces objectifs.

Cet aspect avait incité Jens Weidmann, le patron de la Bundesbank la Banque centrale allemande, à indiquer la semaine dernière que ce propos du président de la BCE n'avait rien de contractuel et que la BCE pouvait rapidement revenir dessus. Dans son interview d'hier, il indique que les taux d'intérêt très bas ne sont pas là pour rester éternellement. Il indique ainsi que la politique monétaire ne peut pas s'occuper de questions structurelles qui sont du ressort des gouvernements. En conséquence si ces réformes ne sont pas faites ce n'est pas le fait des autorités monétaires et que celles-ci, si la situation l'exigeait, devraient adapter la politique monétaire aux conditions du moment notamment en cas d'accélération de l'inflation.

Le propos de Weidmann est devenu plus prudent car il est davantage dans son propos sur un horizon moyen et long terme alors que la semaine dernière la perception de son discours était sur un horizon plus court. De ce fait, son propos n'est pas incompatible avec celui de Draghi. Ce dernier espère bien que l'amélioration de la situation économique l'incitera peut être en 2015, peut-être en 2016 à remonter ses taux d'intérêt parce que l'environnement économique l'impliquera.

Cependant on voit bien aussi que l'on peut interpréter les propos de Weidmann de la façon suivante : la répartition de la politique économique fait que c'est aux gouvernements de régler les questions structurelles alors que la BCE doit s'occuper des questions d'inflation. Ce n'est pas la même chose et la BCE ne doit pas être entravée par l'absence de réformes. Weidmann ne souhaite pas que l'absence de réformes pénalise in fine la gestion monétaire. Il n'a pas cependant dans son propos de velléités de modifier les taux d'intérêt trop rapidement.

On peut néanmoins s'interroger sur une telle éventualité et son impact sur l'activité. Rappelons d'abord qu'en Avril puis en Juillet 2011, la BCE avait relevé ses taux d'intérêt de 1 à 1.25 puis à 1.50%. Ce n'est pas beaucoup mais cela a perturbé l'ensemble des anticipations des investisseurs alors que l'incertitude sur la zone Euro redevenait plus forte. La récession qui démarre dans la deuxième partie de 2011 n'est pas forcément indépendante de ce changement de stratégie monétaire.

Si aujourd'hui la BCE remontait ses taux directeurs indiquant aussi qu'elle mènerait cette politique pendant un certain temps, cela aurait un impact désastreux. Un changement de stratégie de la part de la banque centrale altère l'ensemble de la structure des taux d'intérêt. Là en l'occurrence, l'inflexion serait à la hausse. On voit bien comment les taux longs américains sont remontés depuis que Ben Bernanke a annoncé un changement de stratégie à la mi-mai confirmé à la mi-juin.

Quand on interroge les entreprises et les ménages ils sont encore inquiets. Si les enquêtes sur l'activité sont un peu meilleures depuis quelques mois lorsque l'on interroge les entreprises on constate néanmoins qu'elles investissent peu. Or, l'investissement est la clé de l'activité dans le futur. Une hausse des taux d'intérêt créerait de l'incertitude et inciterait encore davantage à l'attentisme ou à aller produire ailleurs.

Du côté des ménages beaucoup sont encore endettés et à taux variable. Cela aurait un effet préoccupant notamment en Espagne ou au Pays-Bas où les taux d'endettement sont encore élevés. Enfin, pour les gouvernements les taux d'intérêt très bas permet d'émettre de la dette sans que celle-ci ait un coût excessif. Un changement de tendance sur les taux d'intérêt aurait un impact sur l'équilibre du budget et sur le caractère stabilisant que permet l'émission de dette.

Une hausse des taux d'intérêt très rapide aurait un impact négatif sur la demande or à court terme, c'est celle-ci qui alimente l'activité et l'emploi. Un tel choc pourrait engendrer une nouvelle rechute de l'activité. En d'autres termes, il est encore trop tôt pour imaginer une stratégie de taux d'intérêt plus élevés. Plus tard dans le cycle cela doit être envisagé, lorsque les incertitudes et les risques seront moins forts qu'aujourd'hui. Pour le reste du monde cela serait aussi une mauvaise nouvelle. La récession qui démarre à l'automne 2011 a été un  frein sur l'activité économique globale et sur la dynamique du commerce mondial. Un coup d'arrêt de l'activité en zone Euro aurait des conséquences similaires donc dramatiques parce qu'en retour personne n'a la capacité de tirer l'Europe vers le haut et sortir de la récession. A court terme, ce serait donc une très mauvaise idée. On en reparlera lorsque la situation macroéconomique sera plus robuste mais pas avant 2015.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nervall
- 27/08/2013 - 13:45
l`UE ira dans la cave
pour de bon , car ce sera le remake des hausses de taux de trichet qui a permis au reste du monde d`exporter leur crise vers l`UE ( exportations des produits de meme gamme ) grace a la surevaluation de l`euro en carry trade avec le differentiel des taux d`interets, avec leurs imprimages electroniques...la BCE est la seule BC du monde a ne pas s`occuper de la croissance et l`emploi , une abomination. effarrant ce weidmann , mais logique , leur euromark doit etre fort pour leur dominance economique en europe , le reste de leurope agonisera encore plus
Jean-Francois Morf
- 27/08/2013 - 13:33
Inflater les frais financiers est le plus sûr moyen de...
...créer et la hausse de l'indice des prix à la consommation et la baisse de l'indice de l'emploi!
Rappelons que la crise 2008-2014 est due à la multiplication par 5 des frais financiers de 2004 à 2007, une inflation de +400% des frais financiers américains qui avait provoqué la hausse des prix des constructions, et la ruée sur les constructions de tous les américains qui n'avaient pas compris que ces prix montaient parce que les frais financiers montaient! Puisque Alan Greenspan disait que monter les taux fait baisser l'inflation, ils ont cru ce menteur!