En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

07.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 7 heures 48 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 9 heures 24 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 16 heures 50 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 jour 2 heures
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 1 jour 3 heures
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 8 heures 34 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 10 heures 51 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 14 heures 17 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 14 heures 44 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 17 heures 15 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
Et si on changeait de stratégie ?
© Reuters
Et si on changeait de stratégie ?
Occident : comment rester puissant ?

Le seul espoir pour l’Occident de rester puissant est-il... de s’allier avec la Russie ?

Publié le 06 août 2013
Et si l'Europe et la Russie se rejoignaient pour faire face à l'Asie ? Deuxième épisode de notre série "Occident : comment rester puissant ?".
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si l'Europe et la Russie se rejoignaient pour faire face à l'Asie ? Deuxième épisode de notre série "Occident : comment rester puissant ?".

La Guerre froide est terminée depuis la fin des années 1980. Le Mur de Berlin n’est plus qu’un lieu touristique dans une Allemagne réunifiée. La Chancelière, Angela Merkel, elle-même ancienne ressortissante de la RDA communiste, dirige une coalition de centre-droit qui a toujours combattu le communisme. Vladimir Poutine est l’héritier politique de Boris Eltsine, l’homme qui a aboli l’ex-Union soviétique. Pourtant, du côté euro-américain comme du côté russe, les représentations liées au vieux monde de la guerre froide sont encore présentes chez les dirigeants et faiseurs d’opinion. Et l’Occident continue de considérer la Russie post-soviétique comme un danger. Et vice-versa d’ailleurs. A part les positions - assez rares en Europe - de l’ancien président français Nicolas Sarkozy, de son prédécesseur Jacques Chirac ou de l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, et jadis bien sûr le général De Gaulle, attachés à l’alliance euro-russe, la plupart des chefs d’Etats occidentaux semblent adhérer à un « néo-containment » tourné non plus contre l’ex-URSS défunte, mais contre la nouvelle Russie nationaliste.

« Puissance panoccidentale » versus « Impuissance européenne »

La prise de conscience « panoccidentale » du 11 septembre 2001, qui avait inauguré une lune de miel surprenante entre Washington et Moscou, a cédé la place, surtout depuis la seconde guerre du Golfe en 2003, aux vieux réflexes de guerre froide visant à refouler le plus possible la Russie en dehors des frontières de l’Occident, tout en promouvant, d’ailleurs, ce qui peut paraître paradoxal, l’intégration de pays non-occidentaux comme la Turquie néo-ottomane... La raison pour laquelle l’Occident préfère la Turquie, ancien ennemi historique de l’Europe, à la Russie, ancien allié majeur de la France et lui aussi ennemi séculaire de l’Empire turc-ottoman, tient au fait que l’Europe, depuis sa création, en 1957, n’a pas été conçue comme un projet de puissance, mais comme une simple tête de pont de “l’empire américain”, maître de l’Otan et leader incontesté de l’Occident. Or cet ensemble n’est pas défini par les stratèges comme un espace géocivilisationnel et culturel, mais comme un vaste marché commun universel (but du FMI), chargé d’endiguer l’ex-Bloc russo-communiste et ses alliés, adeptes d’un monde multipolaire hostile à “l’Empire” et au démantèlement des souverainetés et identités nationales. Depuis ses origines donc, l’Union européenne est un pion majeur de l’échiquier économico-stratégique atlantiste, dont la vocation n’est autre que de contenir la progression russe vers l’Ouest, d’où la guerre contre l’ex-Yougoslavie dans les années 1990. Bref, l’Europe demeure un « no man’s land » géopolitique composé de nations plus vraiment souveraines mais incapables d’y substituer une vraie souveraineté supranationale. Bref, un empire mou caractérisé par son « impuissance volontaire » et qui prétend ne plus avoir d’autre d’identité que celle, trop abstraite pour emporter les masses, de droits de l’homme et du culte des minorités.

L’Occident ne peut être fort que s’il assume son identité et défend sa civilisation

Pour paraphraser le grand philosophe Emmanuel Levinas, l’«Occident », c’est « la Bible plus les Grecs », c’est-à-dire l’ensemble des pays d’origine européenne marqués par la pensée grecque, hellénistico-romaine et par l’apport monothéiste judéo-chrétien. À cet égard, l’argument selon lequel le monde russe ou « post-byzantin » ne serait pas « occidental », car situé en partie en Asie, ne tient pas. Ensuite, sur le plan des intérêts, les destins respectifs des Européens, des Russes et des Américains sont inextricablement liés par l’Histoire, la culture et les nouvelles menaces communes (islamisme, concurrence déloyale chinoise, etc), pour rendre plausible une opposition durable entre l’Occident catholico-protestant (« nous ») et le monde russo-orthodoxe (« eux »).

L’Europe de l’Ouest, la Russie et les Amériques participent d’une même civilisation judéo-chrétienne, certes largement laïcisée, mais dont l’influence est encore palpable. Russie, UE et Amérique sont les trois composantes d’un même ensemble géocivilisationnel certes divisées sur un certain nombre de valeurs (droits de l’homme, place des minorités, conception de la liberté et gestion politique), mais unis par ce qui compte et rapproche le plus : les appartenances de civilisation. D’où la nécessité d’arrimer la Russie à ce que j’ai appelé le « Panoccident », c’est-à-dire l’ensemble géocivilisationnel qui unit des peuples de culture européenne devant faire face aux mêmes ennemis extérieurs et aux mêmes défis intérieurs (démographie, immigration, problèmes sociaux-économiques). De plus, en période de raréfaction des énergies fossiles - peur du « peak oil » - et de la trop forte dépendance énergétique envers les pays du Golfe, parrains du totalitarisme islamiste, la Russie peut à la fois apporter au futur bloc panoccidental des ressources fossiles dont elle regorge, ainsi que sa formidable profondeur stratégique et sa « force de frappe » militaire et spatiale.

La Russie avertit l’Occident…

Mais un autre élément, encore plus fondamental, doit également être pris en compte : la fierté d’être soi, le sentiment national, cible principale du politiquement correct, et raison pour laquelle la Russie est autant détestée et violemment critiquées dans les médias occidentaux. Certes, la Russie n’est pas le meilleur exemple de démocratie. Mais elle n’a pas toujours tort sur tout ! En l’occurrence, elle rappelle aux Occidentaux que leur prétention à l’universalisme les pousse à l’autodestruction, car la démocratie libérale occidentale n’est plus caractérisée par la loi de la majorité et la défense de l’intérêt du peuple souverain, mais par une “médiacratie” démagogique, tyrannique à sa manière, de plus en plus minée par des Ligues de vertus qui se placent au-dessus des lois et qui terrorisent psychologiquement, médiatiquement et juridiquement tous ceux qui osent défendre une conception enracinée de l’identité. La Russie a-t-elle tort lorsqu’elle rappelle qu’une nation ne survit que si elle se défend contre ceux qui menacent de l’intérieur ou de l’extérieur son mode de vie? La Russie n’est pas anti-occidentale ou anti-européenne. Elle appelle simplement à renoncer à un universalisme dangereux et à lui substituer la simple défense des propres intérêts nationaux dans le cadre d’un monde multipolaire. A ce propos, il est intéressant de réécouter cet extrait d’un discours de Vladimir Poutine tenu le 4 février 2013 devant la Douma : "En Russie vivent les Russes. Toute minorité, d'où qu'elle soit, si elle veut vivre en Russie, travailler et se nourrir en Russie, doit parler Russe et doit respecter les lois Russes. S'ils réfèrent la Sharia, nous leur recommandons de se rendre dans les pays où la Sharia est la loi de l'Etat. La Russie n'a pas besoin des minorités. Les minorités ont besoin de la Russie, nous ne leur accorderons pas de privilèges spéciaux ou n'essayerons pas de changer nos lois pour satisfaire leurs désirs, quels que soient leurs hurlements à propos de la discrimination. Nous devons apprendre du suicide de l'Amérique, de l'Angleterre, de la Hollande et de la France si nous voulons que la Russie survive comme une Nation".

Ce que l’on peut retenir de ce discours du président russe, qui reflète en fait l’opinion de l’écrasante majorité des Russes - et mêmes des Occidentaux “lambda” - est que le pire ennemi de l’Occident est son auto-reniement et sa morbide pulsion autodestructrice. La Russie nous invite à revenir à la Realpolitik, à s’occuper de nos propres affaires (et de notre survie), plutôt que de donner des leçons d’universalisme et de repentance au monde. Il ne s’agit pas d’écraser les minorités, mais entre le fait de défendre les droits individuels de chacun, et donc aussi des membres des minorités pris en tant qu’êtres humains comme les autres, et le fait de donner des droits exorbitants et exceptionnels à chaque minorité jusqu’à remettre en question les règles élémentaires du vouloir-vivre ensemble, il existe un juste milieu. La Russie ne doit pas toujours être uniquement présentée sous ses visages les plus noirs ou négatifs. Elle pourrait apporter à l’Occident, si celui-ci comprenait qu’elle en est “membre de droit”, une vision décomplexée de l’identité et une vision non impérialiste des relations internationales. Et le « patriotisme intégrateur » qu’elle propose, qui consiste à accepter l’autre chez soi à condition que celui-ci s’adapte, est peut-être la clef de notre survie face à l’ouverture des frontières et à l’immigration de masse : notre identité, notre terre et notre histoire vous sont ouvertes, mais à conditions que vous la respectiez et les fassiez vôtres. On est jamais autant respecté par l’autre que lorsque l’on se respecte soi-même et inversement… Elle qui a souffert du totalitarisme communiste et s’en est libérée, la Russie peut apporter à l’Occident une fierté collective auxquels semblent avoir droit aujourd’hui les seuls non-européens. De l’extérieur, les Russes reconnaissent dans le terrorisme intellectuel qui détruit de l’intérieur les pays occidentaux - dont les citoyens sont de moins en moins libres de s’exprimer et sont exposés en permanence au contrôle et au lynchage idéologico-médiatico-judiciaire - l’équivalent de ce qu’ils ont connu avec le marxisme soviétique qui envoyait aux goulags les opposants traités de « bourgeois » ou de « fascistes ». Déjà… Les Russes savent très bien d’où vient le virus de la haine de soi et du politiquement correct, car ils en ont été les premières victimes lorsque, sous l’Union soviétique, empire à prétention universelle comme l’UE, ils n’avaient pas le droit d’être fiers de leur identité russe, diluée dans la pseudo identité idéologique soviétique. Les pays occidentaux expliquent qu’ils se « repentent » pour leur « intolérance passée » et accordent pour cela des droits exorbitants « réparateurs » aux minorités, mêmes les plus tyranniques et les plus réfractaires à leurs valeurs. Ils estiment ainsi « expier des fautes » du passé en persécutant leur propre histoire, leur religion, en niant leur identité. Mais les Russes nous rappellent que les totalitarismes méprisent par-dessus tout la faiblesse... Ils nous renvoient une image de nous-même, capitularde, lâche, méprisable, qui est, certes, caricaturale. Mais dans toute caricature, il y a souvent un fond de réalité.

Avec la Russie en son sein, l’Occident serait plus à même de défendre ses intérêts civilisationnels, notamment face à l’islamisme radical, qui se nourrit de notre faiblesse et se pose en alternative à « Mc World », l’empire marchand anglosaxon mondialisé dont l’Europe n’est qu’une « tête de Pont », selon le grand stratège américain Zbigniew Bzjezinski. Avec la Russie et la requête d’un monde multipolaire que celle-ci émet, l’Occident serait non seulement au complet, plus achevé, mais surtout plus équilibré et moins universaliste au sens donneur de leçon de morale du terme. Il récupérerait son « poumon » orthodoxe ou « post-byzantin », donc ses racines les plus lointaines, hélas méconnues, car Moscou est, selon l’expression consacrée, la « troisième Rome », l’héritière de l’empire byzantin gréco-romain. Et grâce à l’expérience de ceux qui ont subi puis démantelé le totalitarisme soviétique, qui est avant tout un virus révolutionnaire destiné à créer un « homme nouveau » et à détruire pour cela toute identité traditionnelle, l’Occident, devenu « PanOccident », serait plus à même de combattre ses démons intérieurs, les pires, qui ont la même origine philosophique et idéologique que le marxisme, si bien vu encore dans nos médias et universités...

A lire, du même auteur : Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Editions des Syrtes). Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

07.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (41)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ledevois
- 08/08/2013 - 17:11
nous avons besoin de la russie
oui nous en avons besoin pour nos échangent commerciaux dont la Russie à besoin , -- et je trouve dommage que notre diplomatie aille pas dans le bon sens car nos usines en ont besoins ,
poutine disait qu'il lui faudrait bien plus qu'un litre de vodka pour comprendre hollande -- je pense à plus d'un litre tellement cet homme est incohérent , --que voulez vous que je dise sinon que les Russes aiment la France -- ! ils l'adorent mais vont passer les vacances en Espagne ou ils sont mieux reçus - !

vaclav olmac
- 07/08/2013 - 11:08
Une obsession fantasmée ne fait pas une vision stratégique (2).
Ce serait pure folie que de constituer une alliance euro-russe contre cette réalité diverse appelée commodément « Islam ». Comme si l’Europe occidentale pouvait se couper de ses sources d’approvisionnement énergétique du Moyen-Orient pour tomber sous la dépendance russe. Comme si les pays d’Europe centrale et orientale trouveraient ça génial. Comme si nous pouvions ignorer la géopolitique interne de l’Europe occidentale peuplée aussi d’Européens musulmans. Bonjour la vision stratégique !!!!! Si vous voulez faire de Marseille un nouveau Beyrouth en guerre civile, n’hésitez pas, mettez Del Valle au Quai d’Orsay !
Comprenez-moi bien : la Russie n’est pas notre ennemie, elle n’est pas non plus notre alliée par nature.
vaclav olmac
- 07/08/2013 - 11:08
Une obsession fantasmée ne fait pas une vision stratégique (1).
Del Valle continue à nous bassiner avec son obsession antimusulmane. On ne construit pas une vision stratégique avec des obsessions fondées sur des fantasmes. Le monde occidental serait mis en danger par les Musulmans ? Comme si ces derniers représentaient tous ensemble une force organisée, cohérente, unifiée, dotée d’un projet agressif s’appuyant sur des capacités militaires surdéveloppées rivalisant avec l’Occident. Je m’excuse, mais la Russie pourrait très vite être plus proche de cette posture qu’un soi-disant « monde musulman » aujourd’hui encore plus divisé qu’hier et surtout en pleine crise interne.