En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 5 min 56 sec
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 2 heures 11 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 3 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 6 heures 3 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 19 heures 26 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 20 heures 47 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 21 heures 26 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 2 heures 31 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 6 heures 19 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 19 heures 59 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 21 heures 6 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 21 heures 45 min
© Reuters
Défense, éducation, budget, services publics : la Cour des comptes pointe depuis des mois les défaillances de l'Etat.
© Reuters
Défense, éducation, budget, services publics : la Cour des comptes pointe depuis des mois les défaillances de l'Etat.
Et ils diagnostiquaient encore et encore

Titanesques : les chantiers qui attendraient la France si elle s’attaquait vraiment aux problèmes soulevés par un an de rapports de la Cour des comptes

Publié le 29 juillet 2013
Défense, éducation, budget, services publics : la Cour des Comptes pointe depuis des mois les défaillances de l'Etat. Tour d'horizon de ses rapports les plus récents.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Défense, éducation, budget, services publics : la Cour des Comptes pointe depuis des mois les défaillances de l'Etat. Tour d'horizon de ses rapports les plus récents.

Le mois d’août arrive, avec l’angoisse des vacances. Que faire sur la plage, loin de sa connexion Internet et de ses livraisons Atlantico favorites?

Voici un résumé des rapports de la Cour des Comptes qu’il faut emmener avec soi pour ne pas bronzer idiot.

1) La France prisonnière du lobby militaro-industriel ?

En avril 2013, la Cour publie un rapport tout à fait édifiant sur le lobby militaro-industriel à la manoeuvre dans les coulisses de la Défense Nationale, intitulé «Les faiblesses de l’État actionnaire d’entreprises industrielles de défense».

Il fut un temps, en effet, où l’armée était tenue et où la politique d’armement était adaptée aux logiques stratégiques: intervention en Allemagne pour prévenir une invasion du territoire, donc forces blindées et aériennes capables d’épauler le mouvement (pratiqué depuis des siècles, au demeurant...). Il existait en France une chaîne intégrée de production où la direction générale de l’armement coordonnait les chantiers.

Depuis une trentaine d’années, cette logique s’est perdue dans les sables africains, orientaux et moyen-orientaux où nous dispersons nos forces. Dans le même temps, la logique de l’Etat actionnaire s’est effilochée au profit d’une stratégie imprimée par les groupes privés.

On citera ici l’histoire croquignolette de Dassault, dont l’héritier Serge adore brocarder l’Etat. Mais enfin, que serait la famille Dassault sans la commande publique et l’intervention du contribuable pour sauver l’entreprise, au début des années 80? Certains en sont guère étouffés par la reconnaissance du ventre.

L’intérêt du rapport de la Cour des Comptes est de mettre le doigt sur les déficiences profondes de cet Etat actionnaire qui n’a pas plus de stratégie industrielle qu’il n’a de stratégie militaire. Si l’on veut savoir, par le menu, comme une puissance de rayonnement international vacille et décline, comment une élite incompétente multiplie les instances (Agence de Participation de l’Etat, Délégation Générale de l’Armement) pour occuper des postes rémunérateurs et diluer à la fois la décision et la responsabilité individuelle, le rapport d’avril 2013 est un moment essentiel de lecture.

2) Mais pourquoi l’Education Nationale est-elle naufragée ?

Vous vous demandez sans doute pourquoi les 60 milliards d’euros que l’Education Nationale engloutit chaque année aboutissent à une déstructuration en règle du cerveau de vos enfants. Ce grand mystère de la France contemporaine trouve une part de son explication dans le rapport de la Cour intitulé « Gérer les enseignants autrement », publié en mai 2013.

Le gouvernement aime bien donner de grandes leçons de gestion aux entreprises, mais déteste les appliquer à ses fonctionnaires. Les dégâts d’une politique de ressources humaines confiées à des directeurs d’administration centrale qui tiennent plus du préposé au télégraphe que du manager sont très bien décrits par ce rapport de la Cour.
Que l’on songe à cette étrange machine où la performance individuelle est niée au profit d’une immense co-gestion syndicale où copinage, népotisme, passe-droits et opacité ont pris le pouvoir pour broyer les bonnes volontés, et l’on a fait une partie du chemin. Que l’on complète ce tableau par l’exploration d’un système qui aboutit à concentrer des moyens élevés au profit des élèves qui en ont le moins besoin, et le spectacle est à peu près complet.

La Cour a le mérite de mettre des mots sur une organisation abandonnée à des organisations syndicales préoccupées par la satisfaction de leurs adhérents, et très peu concernées par la formation des élèves. Cet abandon se traduit notamment par l’affectation des enseignants les moins aguerris auprès des élèves les plus durs, et par l’affection des enseignants les plus qualifiés auprès des élèves les plus faciles.

Définitivement, la Cour montre, avec force détails, l’inutilité d’une politique fondée sur les moyens, qui ne toucherait pas aux règles du jeu. L’Etat employeur est, enfin, mis devant ses responsabilités.

3) Vers un big bang des finances publiques

Le rapport du 27 juin met les pieds dans le plat: il existe un vrai décalage entre le discours gouvernemental sur les finances publiques et la réalité des chiffres.

Cette différence tient à deux paramètres.

Premier paramètre: les recettes sont sur-évaluées. L’impôt ne rend plus. La France a atteint le point d’inflexion où toute augmentation des taux a un effet désincitatif sur l’activité économique et où les recettes baissent. Cette mise en exergue est essentielle au moment où Pierre Moscovici confesse qu’il prévoit une nouvelle pression de 6 milliards supplémentaires pour 2014. La Cour met le gouvernement au pied du mur: il n’est plus possible d’augmenter les impôts en France sans nuire à la prospérité durable du pays.

Second paramètre: les économies annoncées ne sont pas documentées, et ne semblent pas sérieusement préparées. Ainsi, quand le gouvernement annonce plus de 10 milliards d’euros d’économies, son annonce relève plus de la vaine promesse que du travail effectivement préparé. Pire: les dépenses publiques sont reparties à la hausse en 2013.

Pour la Cour, il est donc très probable que le déficit public en fin d’année se rapproche dangereusement de celui de 2012. Pourrait-il lui être supérieur? Cela s’appellerait un big bang financier.

4) Une organisation territoriale de l’Etat totalement obsolète

Le rapport de juillet 2013 consacré à l’organisation territoriale souligne le retard dans l’adaptation de l’Etat à la nouvelle physionomie française. A un moment où il faudrait annoncer des fermetures massives de sous-préfectures, l’Etat freine des 4 fers et conserve, partout où il le peut, des prérogatives qui font doublon avec celles des collectivités.
Surtout, l’émergence de nouveaux espaces peuplés ne s’est pas accompagnée d’une refonte de la carte administrative. Depuis une cinquantaine d’années, la France a assisté à l’émergence de banlieues de plus en plus actives, où l’installation de l’Etat est erratique, dans le meilleur des cas. Le plus souvent, nos banlieues sont vides de service public, alors que nos campagnes à l’abandon en regorgent.

Cette mauvaise allocation des ressources souffre d’une indécision chronique: personne n’ose clairement fermer des services dans les espaces ruraux. Les suppressions de postes qui y sont pratiquées les rendent totalement inefficaces, faute d’une taille critique suffisante. Dans le même temps, les banlieues sont sous-administrées. Une fois de plus, l’enjeu n’est pas dans les moyens, mais dans le pilotage et le management de l’Etat. Un sujet où la haute fonction publique ne fait manifestement pas le boulot qu’on attend d’elle.

Peu à peu, la Cour dessine donc la carte d’une administration obsolète, malade, mal adaptée à son environnement et mal encadrée. On croise les doigts pour que ce travail continue. On attend notamment avec impatience un rapport sur les augmentations de salaire déguisées dans le service public, par exemple par le biais de détachement sur contrat, qui permettent de contourner le blocage du point d’indice.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (71)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MauvaiseFoi
- 31/07/2013 - 07:45
@jerem
Bayrou, disqualifié, même s'il n'a pas dit que des conneries. Barre, le passé qui nous a conduit à Mitterand par VGE et Canard Enchaîné interposés et à ses successeurs. Merci bien.
Avant de regarder à droite, à gauche ou ailleurs, commençons par récurer nos écuries saturées par bientôt 40 ans de merde accumulée et ce en dehors de toute idéologie politique et économique.
Je souscris au programme de départ de la saucisse et comme lui, je suppose, j'ai encore au moins 50 mesures complémentaires sous le coude à mettre en route dans la foulée.
Et toi, à propos, qu'est-ce que tu proposes ?
la saucisse intello
- 31/07/2013 - 02:49
Encore une fois (suite).....
Prenons quelques exemples :
-Suppression du sénat. Normal, 550 millions d'euros/an et il ne sert à rien.
-Suppression des départements.
-200 députés à 3500 euros/mois. On sera élu OU fonctionnaire. Pas les deux.
-8 régions à 25 elu(e)s chacune.
-E.N : TOUS les personnels enseignants enseignent. Pas besoin d'un agrégé de maths pour gérer un centre de vacances.
-Suppression du C.E.S.E. (224 emplois TOTALEMENT fictifs).
-Nettoyage par le vide des agences de l'état (il y en aurait + de 1250 !).
-Cumul STRICT des mandats. Plus de privilèges, régime général retraite et chômage et indemnités plafonnées et imposables à 100%.
Voilà, économe et sans douleur. Les sénateurs rentreront chez eux, ils ont du entasser de quoi vivre, les membres du CESE iront travailler, les élu(e)s supprimé(e)s aussi. Avec eux tous les emplois fictifs des "institur français de ceci", "conseil supérieur de celà", "observatoire (il s'en crée actuellement un par jour) d'autre chose".....ad nauseam ! Et vous verrez, on vit TRES BIEN sans tout ça ! La preuve : Les AUTRES pays, tout simplement !
la saucisse intello
- 31/07/2013 - 02:36
Encore une fois........
L'énarque Verhaeghe a TOUT faux. Pourquoi des chantiers "titanesques" ? Si j'arrive chez moi et si je trouve la maison pleine d'eau, je ferme D'ABORD le compteur d'eau. 1/4 de tour suffit en général à stopper la cause du dégât. Je peux aussi me réunir avec moi-même, me consulter (!!!), analyser les causes, élaborer un plan d'action etc, etc. J'ai le choix entre le comportement intelligent et salutaire d'un citoyen et celui d'un énarque. Chacun jugera du plus efficace !On vous le redit : VINGT mesures simples, immédiates et profitables SANS DELAI aux contribuables et au pays. Vingt......pour commencer.