En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Etre seul tue

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 9 heures 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 9 heures 11 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 11 heures 26 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 12 heures 5 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 17 heures 26 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 1 jour 36 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 17 heures 31 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Après trente ans, les hommes pensent plus à leur bien-être qu'à leurs ambitions.
© Reuters
Après trente ans, les hommes pensent plus à leur bien-être qu'à leurs ambitions.
Baisse de tension

Ça n’arrive pas qu’aux femmes : la plupart des hommes perdent aussi leur ambition une fois la trentaine passée

Publié le 29 juillet 2013
Le pourcentage de travailleurs souhaitant un emploi avec plus de responsabilités chute après la trentaine selon une étude américaine. Un phénomène prononcé autant chez les hommes que les femmes.
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses travaux l'ont mené à écrire deux livres (L'attention, PUF; Sex aequo, le quiproquo des sexes, Albin Michel) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet et Gérard Neyrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses travaux l'ont mené à écrire deux livres (L'attention, PUF; Sex aequo, le quiproquo des sexes, Albin Michel) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le pourcentage de travailleurs souhaitant un emploi avec plus de responsabilités chute après la trentaine selon une étude américaine. Un phénomène prononcé autant chez les hommes que les femmes.

Atlantico : Selon une étude américaine menée par le Families and Work Institute (l'Institut de la famille et du travail, ndlr), l'ambition professionnelle chuterait autant chez les hommes que chez les femmes une fois la trentaine passée. Alors que 69% des hommes souhaitent davantage de responsabilités dans leur emploi entre 18 et 24 ans, ils sont 63% entre 25 et 34 ans. Ce taux chute à 44% entre 35 et 44 ans. Comment expliquer cette baisse d'ambition professionnelle une fois la trentaine passée chez les hommes?

Graphique 1 : Pourcentage de travailleurs qui souhaiteraient avoir davantage
de responsabilités dans leur emploi. Source : Families and Work Institute

Jean-Paul Mialet : L'existence est marquée par la succession de plusieurs étapes : celle de l'adolescence où l'on remet en cause la boussole que les parents ont transmis à leurs enfants afin de s'affirmer, celle de la construction d'un projet personnel qui dure jusqu'à la trentaine d'années avant une phase d'accomplissement qui commence après les 30 ans et dure jusqu'au 40 ans.

Vers la trentaine, il y a une prise de conscience que les projets professionnels ne permettent pas de résumer une existence. Cette dernière étant un accomplissement professionnel et personnel, le second a eu tendance jusqu'à cet âge à être sous-estimé par rapport au premier. Il y a une dynamique de la réussite scolaire, des diplômes, de la concurrence permanente avec les autres afin de se faire une place dans la société et que celle-ci soit la meilleure possible. L'accomplissement personnel est alors mis de côté alors qu'il ne s'exerce pourtant pas en concurrence avec autrui.

Cet accomplissement de soi passe par une vie affective qui se consacre davantage aux plaisirs personnels. Des moments de joies considérés comme récréatifs deviennent alors des éléments importants de la vie. Prioritairement, il s'agit le plus souvent de dégager du temps pour fonder une famille, avoir des enfants mais également avoir du temps pour soi et prendre le temps de vivre. Jusqu'à trente ans, les hommes se construisent les moyens de vivre. A partir de trente ans, ils veulent user de ces moyens de vivre afin de se construire également une vie personnelle.

Un deuxième motif intervient également. Les individus ont vécu un certain nombre de déceptions dues à la réalité des milieux professionnels avant la trentaine. Les ambitions professionnels des jeunes ne sont parfois pas rétribuées à juste titre par les travailleurs plus âgés. La réussite professionnelles ne provient plus uniquement du travail et de la motivation mais également d'opportunités et de la capacité à s'affirmer et de la personnalité. Cette désillusion peut entraîner une baisse des ambitions.

Gérard Neyrand : Il s'agit en l’occurrence d'une étude américaine alors qu'il faut tenir compte des disparités en la matière entre les différents pays. En France, le travail des femmes est plus élevé qu'en Italie, en Allemagne ou en Angleterre. La France, depuis les années 1970, a vu l'investissement professionnel des femmes augmenter très fortement au point que le taux d'activités féminin égale presque le taux masculin. Alors que la France était sur un modèle de femme au foyer dans les années 1960, le couples sont aujourd'hui caractérisés par un modèle à double carrière en France. Ceci est par exemple nettement moins le cas en Allemagne par exemple.

Ce qui est paradoxal est qu'avec cet investissement professionnel des femmes à partir des années 1970 et 1980, nous constatons aujourd'hui un accroissement des valeurs accordés à la vie privée ou encore aux temps de loisir avec la baisse du temps de travail (dont les 35 heures en grande partie). Le développement de la société de consommation a atténué la valeur accordée au travail au profit de la sphère privée et des loisirs. Plus de Français travaillent (notamment grâce à l'arrivée des femmes sur le marché du travail depuis les années 1970) mais l'investissement dans le travail est plus faible. La réalisation de soi passe désormais davantage par la sphère privée et les personnes auxquelles on tient (les enfants, le conjoint et la famille...).

La précarisation du marché du travail joue aussi un rôle prédominant puisqu'il est plus difficile aujourd'hui de trouver l'emploi qui correspond à ses attentes professionnelles. Résultats, l'investissement que l'on consacre à la carrière professionnel diminue.

Ce phénomène s'inscrit-il dans ce que l'on appelle couramment "la crise de la trentaine" ?

Jean-Paul Mialet : La "crise de la trentaine" n'est pas une très grande crise mais juste une dynamique jusqu'alors orientée vers la performance qui devient infléchie par la prise en compte de critères plus personnels comme le bien vivre. Elle est donc largement exagérée. Les ambitions que l'on plaçait dans la reconnaissance professionnelle laissent davantage de place à la reconnaissance émotionnelle et affective.

De quelle manière cette baisse d'ambition affecte la vie privée, le couple et la famille  ?

Gérard Neyrand : Cette baisse de l'ambition professionnelle chez les hommes à partir de la trentaine bouleverse la vie de famille. Ainsi, les pères consacrent davantage de temps à leurs enfants et s'occupent également des bébés ce qui était nettement moins le cas dans les années 1950. Les femmes maintiennent cependant un rapport privilégié aux enfants notamment en occupant encore davantage d'emplois à temps partiel que les hommes.

L'amour et l'affectif deviennent de plus en plus le moteur de la vie familiale et conjugale. Il y a eu une valorisation de l'accomplissement de soi et de l'épanouissement personnel qui va de soi avec la montée de la consommation et des loisirs. On recherche désormais bien plus les moyens de s'épanouir ainsi ce qui s'exerce au détriment de la sphère professionnelle d'autant plus que celle-ci devient très difficile du fait de la précarisation de l'emploi.

Jean-Paul Mialet : La baisse de l'ambition peut effectivement jouer mais il faut avant tout souligner que chaque couple est une alchimie différente. Des évolutions individuelles peuvent avoir des répercussions sur un couple. Par exemple, s'il s'est construit très jeune ou avant les 30 ans, il va passer par des ajustements qui peuvent être plus difficiles car les habitudes et les comportements changent. Après 30 ans, l'ajustement professionnel est plus facile.

Si un couple s'est fondé dès le départ comme l'union de deux ambitions professionnelles et que l'un des deux conjoints "lâche" par rapport à l'autre, le décalage peut être difficile à vivre. Mais un couple est vivant et cela peut être aussi l'occasion d'un réajustement. Celui qui ne lâche pas peut être amené à réfléchir et peut avoir plus de recul sur ces mêmes ambitions. La rupture n'est pas nécessairement une finalité : les évolutions personnelles pèseront sur l'évolution du couple mais ne conduisent pas forcément sur une rupture.

Comment concilier ambitions professionnelles et les nouvelles priorités qui émergent vers la trentaine ?

Gérard Neyrand : La conciliation est difficile et devient de plus en plus délicate. Il y a une plus grande répartition des tâches entre les hommes et les femmes mais il existe des résistances qui ne sont pas uniquement dû aux individus mais également au marché du travail.

Le secteur professionnel continue encore fortement de considérer que l'homme doit travailler et que si l'enfant est malade c'est à la mère de s'en occuper. Le rééquilibrage des tâches au sein du couple devient donc difficile car, si sur le plan personnel il est accepté, il ne l'est pas forcément dans la sphère professionnelle d'autant plus qu'en moyenne, encore aujourd'hui, les hommes gagent en moyenne plus que les femmes.

En cas de difficulté dans le couple, on privilégie et renforce la valorisation que l'on accorde au travail de celui qui gagne le plus. Le travail masculin est donc valorisé par le couple lorsqu'il y a nécessité du maintien, voire du renforcement, de ce travail pour des raisons financières au sein du couple. Si la femme gagne plus que l'homme, c'est alors le travail de la femme qui sera renforcée. Mais aujourd'hui encore les hommes gagnent en moyenne davantage que les femmes.

Jean-Paul Mialet : Tout est une question de priorités. Il faudra nécessairement procéder à un choix tôt ou tard. Si la carrière professionnelle est privilégiée, il y aura moins de place pour la vie de couple ou la famille. Mais le conjoint peut parfois être satisfait d'être en couple avec une personne ambitieuse qui s'implique dans sa vie professionnelle. Dès lors cette ambition peut nourrir le couple par une satisfaction d'accomplissement professionnel par procuration.

Mais si le conjoint n'est pas sur cette ligne, il peut y avoir une certaine déception effectivement. Tout dépend des ajustements au sein du couple, des personnalités et des choix de chacun.

Outre le simple facteur de l'âge, l'étude révèle également qu'en 2008, 44% des hommes et 37% des femmes qui travaillent  ne souhaitent pas davantage de responsabilités contre respectivement 59% et 50% en 1992. Ce phénomène est-il davantage marqué au 21e siècle qu'au siècle précédent ?

Jean-Paul Mialet : Il y a aujourd'hui un retour aux valeurs qui concernent la vie personnelle, émotionnelle, affective et familiale parce que la vie et la réussite professionnelles sont devenus plus douteuses et moins évidente qu'à une certaine époque. La précarité à détourné davantage les individus des seuls objectifs d'ambition et de réussite professionnelles.

Il y a davantage de recul que dans les années 1990 par rapport au travail car la réussite ne dépend plus seulement de la motivation, des talents ou de l'énergie déployé mais aussi de facteurs en dehors du champs d'action individuel. Les ambitions sont par conséquent plus mesurées.

Gérard Neyrand : Le contexte de réalisation professionnel est plus difficile qu'il a 10 ou 20 ans. Les perspectives du marché étaient plus prometteuses. Certains réalisaient même des carrières entières au sein de la même entreprise. Aujourd'hui, la situation est précaire, le nombre d'emplois différents occupés au sein d'une carrière augmente et l'appel au loisir et au temps familiale n'a jamais été aussi important.

Ce rééquilibrage au détriment des ambitions professionnelles s'exerce bien plus au 21e siècle qu'il y a plusieurs décennies. Une exception toutefois, les cadres supérieurs et les professions libérales restent la catégorie qui investit encore le plus fortement dans le travail. Ce phénomène concerne surtout les touches moyennes et populaires qui sont davantage touchés par la précarité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
honnête citoyen
- 30/07/2013 - 13:10
J'ai 35 ans et j'en suis
Après plusieurs rachats d'entreprise par des groupes plus grands, généralement au bout de trois ans d'activités dans ces mêmes entreprises, vous passez du "continues on a besoin de toi, c'est bien" à "vous savez ca fait trois ans que vous travaillez chez nous vous êtes jeune vous allez vous relancer négocions une indemnité". C'est normal qu'on oublie d'avoir des ambitions passé trente ans puisque la culture d'entreprise c'est merci au revoir. Si t'as du réseau, issu d'un bon milieu sociau-professionnel que tu fais du vent avec un tableur excel alors tu peux vendre ton vent à la direction et à bon prix.
DEL
- 29/07/2013 - 23:54
Questions?
Quels sont les influences du type de management et du niveau de salaire sur ce phénomène?
pemmore
- 29/07/2013 - 13:35
C'est plus simple que ça,on n'est pas maso,
l'entreprise si elle avait un peu de jugeotte et avait envie de se développer elle ferait appel à vous au lieu de recruter un débile diplômé coûteux et contre productif.
Et bien on passe à autre chose et l'entreprise ne devient qu'une forme de vache à lait en attendant la prochaine faillite qui ne saurait tarder.