En direct
Best of
Best Of
En direct
© Flickr
Boulanger, mécanicien ou encore ébéniste :de plus ne plus de cadres sautent le pas et choisissent de mettre la main à la pâte.
Retour à la terre
Troquer une vie de bureau contre un atelier, un four ou un champ ? De plus en plus de cadres sautent le pas
Publié le 22 juillet 2013
Travailler de ses mains, réaliser des choses concrètes, redonner un sens à son activité, etc. Autant d'arguments pour troquer son costume trois pièces contre un bleu de travail ou encore une toque de cuisinier.
Vincent de Gaulejac est professeur de sociologie à l'UFR de Sciences Sociales de l'Université Paris 7 Denis-Diderot.Il est l'auteur du livre Les sources de honte (2011, Point). Il a également publié Manifeste pour sortir du mal-être au trava...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Gaulejac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Gaulejac est professeur de sociologie à l'UFR de Sciences Sociales de l'Université Paris 7 Denis-Diderot.Il est l'auteur du livre Les sources de honte (2011, Point). Il a également publié Manifeste pour sortir du mal-être au trava...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Travailler de ses mains, réaliser des choses concrètes, redonner un sens à son activité, etc. Autant d'arguments pour troquer son costume trois pièces contre un bleu de travail ou encore une toque de cuisinier.

Atlantico : Boulanger, mécanicien ou encore ébéniste. De plus ne plus de cadres sautent le pas et choisissent de mettre la main à la pâte. Comment expliquer cet engouement pour les activités manuelles ? 

Vincent de Gaulejac : Cette tendance peut s’expliquer par deux éléments. C’est un double changement, à la fois vers le manuel : du concret vers l’abstrait. Et il y a cette volonté de posséder à nouveau ce que l’on fait. Les cadres ont de plus en plus l’impression d’être pris dans un univers où leur travail ne fait plus sens. Ils sont dans une contradiction forte entre rester malgré tout pour conserver un emploi, tout en ayant le sentiment d’être dans un paroxysme de non-sens. Paradoxe permanent qui fait que certains d’entre eux pètent les plombs. Si beaucoup se maintiennent, d’autres essayent de retrouver un univers dans lequel leur activité fait sens. Il n’est donc pas étonnant de les retrouver dans des métiers manuels.

L’intérêt du travail manuel est que l’on en voit le résultat que l'on maîtrise.  On sait si on a bien fait son travail ou non. Contrairement aux métiers de cadre, de plus en plus abstraits, déterritorialisés, pris dans des logiques gestionnaires, managériales dont ils ne voient pas l’utilité." Lorsqu’on a le nez dans le guidon, on sait qu’on va dans le mur et on va de plus en plus vite". Beaucoup de cadres sont dans cette logique.

Cela traduit-il un mal-être des cadres ?

Le mal-être des cadres est profond. On en voit les symptômes chez tous les salariés mais particulièrement chez les cadres. Stress, burn-out, dépression, épuisement professionnel, etc. C’est surtout la notion de sens qui les met en difficulté et ainsi ils sont davantage victimes de troubles psychosomatiques plutôt que physiques.  

La crise a-t-elle favorisé cette tendance ?

Nous constations cette tendance avant la crise déjà. Elle n’a fait qu’accentuer ce phénomène et elle a révélé le mal-être d’une population que l’on connaissait moins bien : celle des traders. Ils sont les premiers à être touché par cette contradiction paroxystique dont je parlais plus haut. Et ce, parce qu’il gagne beaucoup d’argent pour faire quelque chose qui n’a plus de sens à leurs yeux. Il est très difficile d’abandonner une activité dans laquelle vous gagner  beaucoup d’argent même si cela vous rend fou. Parce que ce que disent les traders dans les entretiens, c’est que leur travail les rend fous. Le travail manuel est une sorte de planche de salut pour éviter de sombrer dans cette folie.

Quel sont les obstacles que rencontrent les cadres en reconversion ? 

La première difficulté est matérielle parce qu'on a acheté une maison, on a des emprunts sur le dos et l’on est habitué à avoir des revenus de 6000 euros par mois en moyenne. Non seulement on gagne beaucoup moins d’argent mais il faut également investir financièrement, physiquement et psychologiquement pour se reconstituer une activité.

L’autre difficulté relève de la reconnaissance sociale. Ce métier manuel qui refait sens, paradoxalement, d’un point de vue social est beaucoup moins reconnu. S’il est reconnu par le microcosme des personnes qui vous entourent, il ne l’est pas socialement et symboliquement.

Certains métiers sont-ils plus prisés que d’autres par les cadre ?

Il m’est difficile de répondre statistiquement  à cette question mais les interviews qualitatives que j’ai réalisées révèlent une grande hétérogénéité. Par exemple, un ancien informaticien qui vient de passer un CAP de cuisinier et qui va soit monter son restaurant, soit devenir traiteur à domicile. Un autre va se reconvertir en transformant des meubles anciens. Cela me fait penser à Eloge du carburateur : essai sur le sens et la valeur du travail de Matthew Crowford, ancien trader conseiller dans des grands cabinets de consultants et qui travaille maintenant dans un atelier de moto pour les Harley Davidson. On retrouve dans ce choix manuel des hobbies, des envies qui avaient été refoulés.

Par ailleurs, utiliser les catégories habituelles de métier serait mal venu. Ces cadres reconvertis n’exercent pas les métiers de l’artisanat comme le faisait leur grand-père par exemple, s’il viennent d’un milieu d’artisan. Ils le font à leur manière et utilisent leurs compétences de cadre pour transformer ces activités. Ils les subliment.

A noter également, que l’on peut choisir de se reconvertir à plusieurs, en montant une petite entreprise par exemple. Ce ne sera pas la même chose que de travailler seul dans son atelier. On recherchera des nouvelles formes de coopération, de façon d’être bien dans son travail. Sociologiquement, cela est très intéressant car des nouvelles formes de rapport au travail émergent alors. Les activités traditionnelles en sont transformées.

Les cadres peuvent-ils être déçus par leur choix et faire machine arrière ?

Certains d’entre eux galèrent. D’autres réussissent et sont heureux. Cela dépend aussi beaucoup de la trajectoire antérieur et des modèles qu’ils ont eu dans leur enfance sur ce qu’est un métier, un travail. Et la façon dont ils ont vu dans leur vie d’enfant, leur père,leur mère, leur oncle ou leur tante travailler. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
06.
Se lever la nuit pour faire pipi coûte cher à la société
07.
Nuit d'ivresse : Castaner ministre inflexible, Christophe homme flexible (sur les principes); Laeticia Hallyday renfloue ses caisses; Léa Salamé se retire pour Raphaël, Monica Bellucci s'affiche pour Nicolas, Jennifer Lopez passe tout à Alex Rodriguez
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
03.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
warren11
- 22/07/2013 - 17:52
planqués
Il faut même pas creuser , en écoutant les reportages laudatifs sur ces sujets , de gens des médias en gogette , super-cadres à couvert par leur paquet de stock-options à anciens instits en disponibilité donc à l'abri pour leurs retraites, aucun exemple de smicards ou de salariés lambdas, ayant réussis un retour à la terre ou un changement dans son orientation professionnelle..Curieux non, c'est la même chose si vous voulez rire au second degré sur les présentations de start up ds les pages saumon du Figaro..Adrienne de la roche(pseudo) crée un site web de liste de mariage pour ses amis à particules... on sent vraiment là l'incubation à l'américaine....
jerem
- 22/07/2013 - 13:17
vite la cellule psychologique , la fameuse !!!
vite la cellule psychologique pour le pauvre petit trader ..... en mal de sens !!!!

c'est sur c'est dur de faire des achats et ventes qui n'ont rien a voir avec le sous jacent mais ne sont que des actions sur des rumeurs de l'instant jusqu'a la rumeur de l'instant suivant.

C'est dur de gagner de l'argent avec aussi peu de sens .... l'eboueur en bas de la rue est nettement mieux loti , surtout par ce temps de canicule .....

un numero vert pour soutenir une aide aux traders ?
la saucisse intello
- 22/07/2013 - 13:05
Ou bien.......
Sa voiture de fonction contre une 4L fourgonnette !.........mais attention, la "F6", le haut de gamme ! Trés gourmande mais ça passe quasiment partout. Et comme c'est la version longue, on peut dormir dedans. Vous savez, les v.r.p miteux qui pieutent au "formule 1" ne sont guère mieux lotis !