En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Le mouvement d'opposition Tamarrud a appelé le chef de l'Etat égyptien Mohamed Morsi, un an jour pour jour après son investiture, à quitter le pouvoir.
Soulèvements
Du Brésil à la Turquie en passant par l'Égypte, les révolutions 2.0 : celles des classes moyennes
Publié le 01 juillet 2013
Le mouvement d'opposition Tamarrud a appelé le chef de l'Etat égyptien Mohamed Morsi, un an jour pour jour après son investiture, à quitter le pouvoir avant mardi, au lendemain de rassemblements qui ont réuni plusieurs millions de personnes à travers le pays.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement d'opposition Tamarrud a appelé le chef de l'Etat égyptien Mohamed Morsi, un an jour pour jour après son investiture, à quitter le pouvoir avant mardi, au lendemain de rassemblements qui ont réuni plusieurs millions de personnes à travers le pays.

y a déjà deux ans, les médias occidentaux célébraient le "printemps arabe", s’extasiant de voir défiler pacifiquement place Tahrir la jeunesse arabe avide de justice, de démocratie, de modernité et réunie à l’appel des blogs. Puis ces mêmes occidentaux - qui ont béatement cru à la synthèse de la démocratie libérale et de l’islamisme - ont fini par admettre que le monde arabe, loin d’être immunisé contre le fascisme vert, pouvait élire démocratiquement (Egypte) les partis islamistes qui ont récupéré et fourvoyé la révolution. Aujourd’hui, ces islamo-démocrates répriment les premiers révolutionnaires laïques qu’ils ont écrasé électoralement, qui demeurent divisés et qui ne disposent ni de l’aide occidentale ni de celles des pétromonarchies sunnites du Golfe qui financent les Frères musulmans et les Salafistes… On est alors rentré dans un long "hiver islamiste", qui a poussé les jeunes protestataires laïques-progressistes à redescendre dans la rue face aux Frères musulmans prêts à en découdre physiquement mais qui sont eux aussi branchés Facebook et téléphones portables. Laïcité moderne contre modernité islamisée… Puis c’est finalement la Turquie elle-même, pourtant prospère et exemple quasi unique de nation musulmane pro-occidentale, laïque et libérale, qui a été frappée par un "Mai 68 turc" ou même un "printemps turc" porté par les progressistes, les libéraux, les blogueurs, les féministes, les laïques (nationalistes comme gauchistes), et les minorités qui dénoncent l’autoritarisme du premier Ministre Recep Taiyyp Erdogan arrogant, accusé de dékémaliser et réislamiser la Turquie au nom de l’Europe et de la démocratie. Il est vrai qu’Erdogan a souvent déclaré dans ses discours que la "démocratie est un tramway dont on descend à la station de son choix", et qu’elle est "un moyen et non une fin…".

Au même moment, en France, face à la dérive autoritaire d’un pouvoir socialiste français qui réprime sans retenues des manifestants pacifiques anti-mariage gay alors que les casseurs pillent et terrorisent impunément, certains protagonistes de la "manifestation pour tous", devenue une révolte civile face à "l’Etat PS", ont évoqué un "printemps français". Durant l’hiver 2012, Vladimir Poutine a lui aussi eu du fil à retordre lorsque son retour à la présidence de la Fédération de Russie fut vivement contesté par les jeunes issus des nouvelles classes moyennes, connectées via les réseaux sociaux, aux jeunes blogueurs du monde entier. Vladimir Poutine dut essuyer les attaques redoutables de centaines de milliers de jeunes russes exigeant son départ, mais il eut l’habilité de ne pas réprimer violemment le mouvement et de le combattre avec les mêmes armes, celles de la guerre psychologique, de l’information et de l’image. Après Erdogan en Turquie, Vladimir Poutine en Russie, deux autres dirigeants dont l’élection n’a même pas été contestée, Mohammed Morsi en Egypte et Dilma Roussef au Brésil, sont aujourd’hui malmenés par les nouvelles masses "e-révolutionnaires" et autres adeptes des révolutions de velours.

Tout sauf des révolutions de prolétaires

On nous dit que les révolutionnaires même pacifiques n’ont que des revendications économiques et ne sont qu’une réaction à l’injustice et à la pauvreté. Or en Russie, en Tunisie, au Maroc, en Egypte ou au Brésil, les révolutions de velours ont été organisées et lancées par les jeunes issus des classes les moins frappées par la pauvreté et les moins victimes d’injustice. Et les vrais pauvres n’ont pas manifesté non plus au printemps 2009 contre la réélection frauduleuse de l’ex-président Ahmadinejad. De toute façon, les révolutions prolétaires ont toujours elles-mêmes été ourdies par des bourgeois… Et pour revenir au Brésil ou à la Turquie, il ne s’agit pas des pays du sud les plus pauvres et malheureux, mais de pays émergeants qui ont suscité l’admiration ces dernières années pour leur croissance.

Dans les deux cas, ce ne sont pas les masses prolétaires ouvrières, les mineurs, les pauvres paysans affamés ou même les syndicalistes encartés ou autres des révolutionnaires de profession qui ont lancé les manifestations, mais des groupes connectés en réseaux sociaux, peu ou pas du tout structurés politiquement mais unis autour de quelques grands thèmes qui tournent toujours autour de la mauvaise gouvernance, de la corruption, etc. Cette jeunesse révolutionnaire brésilienne et turque a beau différer, dans ses revendications, des blogueurs libéraux-progressistes qui ont initié le "printemps arabe", ils ont des points communs avec eux, comme d’ailleurs avec les manifestants anti-Poutine de la "révolution des neiges" (2012). Ces "e-révolutionnaires" interconnectés planétairement et localement revendiquent avant tout plus de transparence, une meilleure gouvernance, une démocratie directe, et des libertés individuelles totales. Ils refusent les gestions politiques patriarcales ou népotistes passées. A Istanbul, place Taksim, ils ont refusé qu’un premier Ministre islamiste se mêle de tout, interdise les débits de boisson, invite les femmes à faire plus d’enfants et surtout favorise son clan politique et sa confrérie religieuse, l’objectif étant de remplacer la vieille garde kémaliste vaincue électoralement depuis 2002 par une nouvelle classe islamiste. Tout cela au détriment des minorités, des laïques, des libéraux, etc. Au Brésil, les "e-révolutionnaires" estiment qu’une dirigeante pourtant démocratiquement élue n’a pas le droit de lancer des travaux pharaoniques liés aux évènements sportifs internationaux alors que les promesses d’améliorer les lamentables réseaux de transports qui pourrissent la vie quotidienne des Brésiliens ne sont pas tenues.

Un nouveau pouvoir planétaire virtuel

Grâce aux réseaux sociaux reliés aux téléphones portables, un pouvoir de contestation et de ré-information à la fois planétaire et localisé d’une force extraordinaire est aujourd’hui capable de paralyser et de discréditer n’importe quel dirigeant, comme on l’a vu avec Recep T. Erdogan, tout à coup redescendu de son piédestal ou avec Zapatero en 2011 face aux "Indignados". Cette "E-révolution pacifique" en marche fait trembler aujourd’hui non plus uniquement les despotes - qui craignent de finir comme Moubarak (Egypte), Ben Ali (Tunisie) ou Kadhafi (Libye) - mais aussi les dirigeants démocratiquement élus du monde entier qui savent que la guerre de l’image peut faire perdre à tout leader - jadis aimé - sa légitimité, ses appuis internes et externes et donc sa puissance. Ce type de révolution pacifique n’est en réalité pas nouveau, il a été initié par Ghandi et Martin Luther King et sa force, décuplée avec le web, réside dans "l’action pacifisme asymétrique", puisque dans une "guerre des représentations", le perdant est celui qui abuse de sa force, même légale. Sous la guerre froide, la méthode redoutable de la révolte non-violente a été conçue de façon scientifique par le professeur américain Gene Sharp [1] et mise en application pour la première fois dans les années 1980 par le syndicat chrétien de Lech Walesa, Solidarnosc, qui fit vaciller sans violence la dictature communiste du général Jaruzelski. Il s’agissait de la première "révolution de velours". Ancien directeur du programme sur les "Sanctions non violentes appliquées aux conflits et à la défense " de Harvard, Gene Sharp est président d'honneur de la fondation Albert Einstein, qui accorde des bourses aux promoteurs de la démocratie dans le monde entier, y compris en Turquie, en Egypte, en Russie ou au Brésil. Sharp et des anciens de Solidarnosk ont formé le mouvement OTPOR en Serbie qui, dans les années 1990, fit tomber pacifiquement le régime de Milosevic, bien plus efficacement que les bombes de l’OTAN... Sharp inspira aussi les "révolutions de velours" des années 2000 (Ukraine, Géorgie, Kirghizistan, etc). On sait aujourd’hui que ses manuels de "révolutions pacifiques" ont inspiré les premiers "e-révolutionnaires" arabes, avant la reprise en main par les mouvements islamistes. Son ouvrage le plus lu et téléchargé sur internet est La dictature à la démocratie (1993), traduit en 30 langues dont l’arabe. Tout homme politique doit lire ce manuel, car il peut un jour ou l’autre être confronté à ce type de contestation du "troisième type", fondée sur un triple phénomène planétaire qui a encore beaucoup d’avenir : primo le refus des jeunes de toute forme d’autorité et de toute hiérarchie, refus véhiculé par la "culture Wc-Word" et les valeurs de la société de consommation et du plaisir ; secundo la généralisation des réseaux sociaux, qui créent de nouveaux types d’appartenances et de mobilisations, tercio, l’exigence d’hyper-transparence et de bonne gouvernance portée par ces phénomènes et par la démocratisation et son corolaire l’égalitarisme.

[1] Gene Sharp est Professeur de sciences politiques à l'université de Dartmouth (Massachusetts). Il a dirigé le programme sur les " Sanctions non violentes appliquées aux conflits et à la défense " à Harvard. Ancien objecteur de conscience pendant la guerre du Vietnam, emprisonné à l’époque pour appel à la désertion, Gene Sharp est président d'honneur de la fondation Albert Einstein, qui accorde des bourses à des promoteurs de la démocratie dans le monde entier.. Inspirateur de Solidarnosc dans les années 1980, du mouvement OTPOR en Serbie dans les années 1990, puis des "révolutions de velours" dans les années 2000 (Ukraine, Géorgie, Kirghizistan, etc), Gene Sharp a également marqué la première phase des révolutions arabes, avant la reprise en main par les mouvements islamistes, notamment les activistes laïques progressistes ou libéraux agissant sur le web comme notamment Wahel Ghonim en Egypte ou Lina Ben Mehnni en Tunisie. Son ouvrage le plus lu et téléchargé sur internet est La dictature à la démocratie (1993), traduit en 30 langues dont l’arabe .

A lire. Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara, par Alexandre Del Valle et Emmanuel Razavi (Editions des Syrtes). Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
La droite après Les Républicains
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 02/07/2013 - 13:44
Charité Chrétienne
La politique actuelle des médias c'est de parler des évènements, mais de ne surtout pas nous fournir des explications qui nous permettraient de comprendre !
On nous donne surtout des informations sans intérêts (démission des ministres) mais on nous a tout de même montré que les manifestants ont brûlé l'immeuble des frères musulmans : l'explication par les commentaires islamophobes, comme ici plus bas, c'est un peu court, jeune homme...
Quand à nous dire, dans l'article, que les révolutionnaires sont des jeunes bourgeois bien nourris, c'est carrément se moquer de notre geule !
L'Egypte est un pays désertique qui importe 80% de sa nourriture, n'a pas de pétrole, et une de ses principales ressources était le tourisme, qui est en chute libre depuis l'arrivée de Morsi... Reste le travail émigré dans les pays du golfe...
Les Frères Musulmans avaient un rôle comparable à celui du Christianisme autrefois : charité et aide aux pauvres... Je sais que cela va en désoler beaucoup, mais l'étape suivante, dans la très sainte Russie, ce fut le communisme... qui vivra, verra !
Titan75
- 02/07/2013 - 04:16
Merci pour cet article
Intéressant et sans langue de bois, comme d'habitude.
Titan75
- 02/07/2013 - 04:14
La jeunesse française "bien élevée" est elle aussi en train de
se soulever contre la répression policière qui s'abat sur elle depuis plusieurs mois, contre le deux poids deux mesures, contre les arrestations arbitraires sans cause réelle, pour seule délit de "bonne gueule" (plus de 1 000 depuis début mai), contre les mises en garde à vue elles aussi arbitraires et sans motif qui s'en suivent souvent (plus de 500 ces deux derniers mois), contre Nicolas premier prisonnier politique de Hollande envoyé deux mois en prison alors qu'avant d'être arrété sans motif il n'avait strictement rien fait alors que la racaille banlieusarde qui casse et qui pille bénéficie de la mansuétude de la justice de Taubira et des juges rouges du mur des cons.
-
Face à cette dérive autoritaire inquiétante, face à ces innombrables abus, face à ces atteintes de plus en plus répétées à la liberté d'expression, des mouvements de protestation pacifiques se montent : les #Veilleurs dans 150 villes en France mais aussi maintenant les #VeilleursDebout qui viennent se poster devant le ministère de la justice Place Vendôme en se relayant 24 h sur 24, ou devant les palais de justice de Paris, Lyon etc... Puisse le #PrintempsFrançais secouer cet exécutif incompétent et sectaire !