En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 13 min 33 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 15 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 6 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 23 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 heures 44 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 17 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 38 min 18 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 40 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 8 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 7 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 43 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 40 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 36 min
© Reuters
Le trafic d'organes prévelevait principalement des reins.
© Reuters
Le trafic d'organes prévelevait principalement des reins.
Bonnes feuilles

Guerre du Kosovo : les trafics d'organes organisés par l'Armée de libération

Publié le 01 juin 2013
La première guerre de l'OTAN au Kosovo a été menée au nom des droits de l'homme : frapper fort pour "prévenir un génocide" et stopper les troupes serbes menaçant les populations civiles. Elle était pourtant illégale. Pierre Péan démontre la terrible duplicité de la communauté internationale, Etats-Unis en tête. Extrait de "Kosovo : une guerre juste pour créer un état mafieux" (2/2).
Pierre Péan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Péan est un journaliste d'investigation français. Il a publié une vingtaine d'ouvrages depuis 1975. Certains ont été des succès, comme TF1, un pouvoir, écrit en collaboration avec Christophe Nick, ou l'Argent noir ou encore Une jeunesse française...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La première guerre de l'OTAN au Kosovo a été menée au nom des droits de l'homme : frapper fort pour "prévenir un génocide" et stopper les troupes serbes menaçant les populations civiles. Elle était pourtant illégale. Pierre Péan démontre la terrible duplicité de la communauté internationale, Etats-Unis en tête. Extrait de "Kosovo : une guerre juste pour créer un état mafieux" (2/2).

 En 2003, la MINUK recueille auprès de journalistes d’investigation anglo-saxons les témoignages de plusieurs anciens combattants de l’UÇK, que rongent, semble-t-il, des souvenirs lourds à porter et qui ont souhaité soulager leur conscience. Manifestement terrifiés à l’idée qu’« on » puisse les identifier (et nous verrons qu’ils ont quelques raisons de l’être, dans une région où le taux de mortalité des témoins gênants est important), tous ont requis l’anonymat le plus absolu. Et tous font, peu ou prou, sans s’être concertés, et en s’accusant eux-mêmes(1) d’avoir pris part à des crimes odieux, le même épouvantable récit.

En 1999 et 2000, expliquent-ils, ils ont été chargés par l’UÇK d’emmener dans des camions et des camionnettes, jusqu’à des prisons clandestines situées dans le nord de l’Albanie, des centaines de personnes capturées au Kosovo. Principalement des Serbes, pris entre le mois de juin et le mois d’octobre 1999, soit après l’arrêt des bombardements de l’OTAN sur la République fédérale de Yougoslavie. À partir d’août 1999, on leur a demandé de transférer plusieurs dizaines de ces prisonniers – mais aussi des jeunes femmes, originaires pour la plupart d’Europe de l’Est, qui leur ont été présentées comme des « prostituées »– vers de nouveaux lieux de détention dans le centre de l’Albanie, près de Burrel. Enfin, ces captifs ont été emmenés jusqu’à des cliniques de fortune, notamment une maison peinte en jaune – appelée depuis le début de cette affaire la « Maison jaune » – dans le hameau de Kureshi, au sud de Burrel. Là, des chirurgiens albanais ont prélevé sur ces malheureux – qui ont bien sûr succombé à ce traitement abominable, et dont les dépouilles ont été soigneusement enfouies – des organes qui ont ensuite été transportés jusqu’à l’aéroport de Rinas, près de Tirana, pour être expédiés, par avion, vers de lointaines destinations. En sus de ces prisonniers, les corps d’un nombre indéterminé de civils serbes assassinés au Kosovo ont également été « évacués » vers l’Albanie pour y être enterrés dans des lieux reculés.

Ces repentis ont tous participé à ces sinistres « expéditions ». Ces « livraisons », comme ils les appellent, ont été faites notamment pour le compte d’un « gang » particulièrement dangereux, et bien connu, expliquent-ils, pour l’application qu’il mettait à « tuer des Serbes ». Ils disent leur étonnement lorsque les soldats de l’UÇK, qui leur remettaient leurs « cargaisons » humaines, leur ont ordonné de ne pas porter atteinte à l’intégrité physique des prisonniers : « C’était inhabituel. On ne nous avait jamais demandé ça : en temps normal, nous étions libres de battre les Serbes à volonté. De leur casser un bras, une jambe… »

Très vite, ces convoyeurs ont compris qu’ils étaient impliqués dans « quelque chose » de terrible. « Un jour, explique l’un d’eux, je suis entré dans la “maison jaune”. Il y avait une très forte odeur de médecine, douceâtre, écoeurante, comme dans un hôpital : ça m’a rendu malade. Je voulais sortir de cet endroit… C’est à peu près à ce moment-là que nous avons commencé à entendre parler de prélèvements d’organes – principalement des reins – et de leur acheminement jusqu’à l’aéroport de Rinas. »

Leurs prisonniers serbes ont vite su, eux aussi, ce qui les attendait, s’ils étaient pris, au bout de l’horrible route où les emmenaient leurs gardiens – et ils les ont dès lors suppliés « de les tuer… de ne pas les laisser se faire dépecer… ».

Les témoins dont l’ONU réunit les témoignages se montrent, sur un point, unanimes : tous soutiennent que l’horrible trafic auquel ils ont participé a été coordonné par des responsables de haut – ou de très haut – niveau de l’UÇK, mais ils se montrent réticents à les nommer. Plusieurs d’entre eux, cependant, expliquent que rien ne pouvait être fait, dans la région du Kosovo où ils opéraient, sans l’aval des clans mafieux de Pejë et Prizren.

A lire, l'interview de l'auteur : Pierre Péan : "Dans la guerre du Kosovo, il n'y a pas de bons, ni de méchants"

(1). Quoiqu’en veillant, certaines fois, à minimiser leur propre implication.

 Extrait de "Kosovo : une guerre juste pour créer un état mafieux" (Fayard), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Lampiste
- 02/06/2013 - 17:41
Le tissu de mensonges des prétendues "ONG" fantoches des ricains
Il faut préciser que cette guerre aura surtout servi les intérets des USA, en échange des bombardements sur la Serbie, ils ont pu installer au Kosovo une énorme base, appelée "Bondsteel". Cette base vient en remplacement de celles en Allemagne, inacceptables pour les Allemands depuis la fin de l'URSS, maillon essentiel pour l'application de la stratégie de Madeleine Albrecht (rebaptisée " Allbright"), selon laquelle les USA "ont vocation à s'implanter en Asie Centrale". Gaz et pétrole, bien sur, et aussi cette vieille lune du "containment" de la Russie.
Reste que tout cela constitue des crimes contre l'humanité, sans prescription possible. Cela réserve un bel avenir pour les complices, dont l'administrateur-Gauleiter que nous connaissons bien, et qui devra prouver qu'il ne pouvait être au courant, donc qu'il n'était qu'un pantin aux ficelles des ricains. Après avoir menti sur l'esclavage pratiqué par les tyrans birmans, toujours sur des chrétiens, les Karenes, pour le compte du gazoduc de Total...
Arnaut
- 02/06/2013 - 16:56
écrivain malin
20 ans après la guerre on écrit un livre avec des mensonges que même les serbes les ignoraient.
Le président serbe demande pardon aux bosniaque et il s'agenouille, le général serbe Vlastimir Djordjevic plaide coupable et demande pardon aux albanais et vous, vous faites les malins de laisser des commentaires et je suis sure que vous êtes nés après la guerre.
Glop Glop
- 02/06/2013 - 10:01
UCK...
... c'est une de ces nombreuses variantes uniquement composées de membres de la secte paix et amour.