En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 10 heures 5 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 34 sec
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 17 heures 13 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 18 heures 36 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 19 heures 31 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 20 heures 50 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 21 heures 43 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 22 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 11 heures 7 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 13 heures 22 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 20 heures 33 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 22 heures 52 sec
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 22 heures 31 min
© Reuters
Beate Zschäpe est au centre de l'un des plus importants procès néonazis de l'après-guerre en Allemagne.
© Reuters
Beate Zschäpe est au centre de l'un des plus importants procès néonazis de l'après-guerre en Allemagne.
Mauvais souvenir

70 ans après, pourquoi le nazisme fascine toujours autant

Publié le 08 mai 2013
Le procès de Beate Zschäpe, seule survivante d'un groupe néonazi soupçonné de dix assassinats en Allemagne, s'est ouvert lundi à Munich.
Alexandre Dorna est un psychosociologue. Il est professeur de psychologie sociale et d'histoire de la psychologie à l'université de Caen. Il a réalisé des recherches sur la communication, l'influence et le discours politique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Dorna
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Dorna est un psychosociologue. Il est professeur de psychologie sociale et d'histoire de la psychologie à l'université de Caen. Il a réalisé des recherches sur la communication, l'influence et le discours politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le procès de Beate Zschäpe, seule survivante d'un groupe néonazi soupçonné de dix assassinats en Allemagne, s'est ouvert lundi à Munich.

Atlantico : 70 ans après la période nazie, on note toujours la présence de groupes néo-nazis violents et de collectionneurs d'objets de cette période. Comment appréhender la question du nazisme : peut-on parler d'obsession, voire de fascination ?

Alexandre Dorna : On ne peut pas utiliser ces termes car ils sont trop ambigus pour un phénomène qui est situé si loin socialement et historiquement. Aujourd’hui, la situation n’est pas la même que pendant la période du nazisme. Nous sommes devant une interprétation rapide sur des évènements qui peuvent rassembler des faits qui nous amènent à nous remémorer une réalité ancienne. Il faut être très prudent, avoir une lecture de la réalité actuelle et ne pas utiliser le rétroviseur pour décrire une situation. Nous devons faire preuve d’une grande vigilance sur ces problèmes-là. On voit s’accumuler certains phénomènes ces derniers temps : le prince Harry en uniforme avec la croix gammée, un film sur Hitler comme personnage central qui bat des records d’audience, le massacre d’Utoya… Ces événements commencent à faire tâche et à provoquer une sorte d’avalanche dans laquelle la presse s’enlise. C’est un piège mimétique auquel il faut faire attention. 

Rappelons que nous sommes dans une situation de crise généralisée, dans un contexte beaucoup plus large que celui de la Seconde Guerre mondiale. Le nazisme a emprunté tout un code de propagande et de mobilisation de masses : le fascisme implique un état centralisateur et une relation de pouvoir avec les politiques et, les masses, autant que la présence d’un bouc-émissaire visible. Il faut s’interroger sur l’existence de ce type de phénomène aujourd’hui.

Il y a un paradoxe : le fascisme et le nazisme sont associés au totalitarisme et aux dictatures, or nous sommes aujourd’hui devant une expansion démocratique. Cette expansion de la démocratie provoque des phénomènes sectaires, des micros-sociétés qui se durcissent et qui concentrent certaines animosités. La complexité de la société d’aujourd’hui pose un problème psycho-socio-politique nouveau : comme traiter le cumul des ces phénomènes en même temps ? Nous sommes aveuglés par le nombre d’informations à traiter.

On a tendance à observer ces phénomènes avec un regard psychiatrique et moins avec un regard sociétal. Il faut essayer de mieux comprendre pourquoi dans l’actualité il existe des personnes qui ont des idées ultra-violentes, pourquoi il y a tellement de violence et d’agressivité à un moment donné et qui provoque des massacres épisodiques, tout en se cumulant. Il faut faire un diagnostic et une prospective de la crise généralisée. L’analyse psycho-politique commence par une analyse évidement politique : les facteurs et les forces en contradiction, comment la mésentente de la société s’exprime... Même si nous sommes dans des sociétés habituées aux débats, nous observons l’émergence des phénomènes individuels de révolte nihiliste, et moins de révoltes de masses, c’est un paradoxe.

Comment expliquer que le spectre du nazisme soit, encore aujourd'hui, présent de façon insidieuse dans nos sociétés franco-allemandes ? Quelles formes prend-il ?

On généralise un peu trop. Nous avons une perception des situations qui est liée à l’histoire, on regarde les événements à la lumière de ce qu’il s’est passé. La société Allemande d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celle d’il y a 70 ans. Elle doit ressembler au reste des sociétés européennes, nous sommes face une uniformisation des modes de vie. C’est là qu’il faut s’interroger, que ce passe-t-il dans nos société uniformisées ? Quelles sont les possibilités pour les individus de s’exprimer véritablement. Le jugement que nous portons sur une autre société doit se faire avec prudence.

Comment expliquer qu'il soit une forme "d'inspiration" pour certains extrémistes ?

Toute forme de pensée fermée est un cadre qui rassure les personnalités névrosées ou angoissées par des situations extrêmes et troubles. Ce besoin de se rassurer peut les amener à se focaliser sur des idéologies qui donnent un cadre aux actions. Ces idéologies ne sont pas forcément politiques elles peuvent être religieuses. Nous sommes devant un véritable problème des valeurs des sociétés. Notre époque aujourd’hui est conflictuelle, il y a eu une évolution des valeurs qui sont entrées en contradiction.

Est-ce que les générations futures, dans plusieurs décennies,  parleront encore du nazisme ?

Nous avons toujours des cicatrices, des fractures, qui font mal à un moment donné et qui vont perdurer dans la mémoire beaucoup plus que d’autres. Il est fort probable que le phénomène nazi perdure dans le temps de la même manière qu’une grande catastrophe va perdurer dans la mémoire de ce qui l’ont vécu et les générations futures car elle est transmise. Cela n’implique pas forcément une répétition des phénomènes. Il faut être vigilant devant notre capacité à commettre les mêmes erreurs, notre esprit critique doit se développer à chaque instant. Les actes de rappel du nazisme ou du fascisme peuvent fonctionner comme sons de cloche pour trouver les antidotes. Il faut traverser les frontières, et reconnaître l’opinion de l’autre pour dialoguer avec… et se dire que peut-être nous avons tort et que seule la communication peut éviter de tomber dans les extrêmes. Les générations futures sont aussi responsables de garder la mémoire.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Loupdessteppes
- 09/05/2013 - 05:49
La vraie question est :
Porquoi tout extrémisme (religieux, politique, sexuel, social...) fascine ? Pourquoi éviter les vraies questions ? C'est aussi une question...
Quid Novi
- 09/05/2013 - 04:22
Hannah Arendt avait décortiqué ce mal avec brio
notamment dans son analyse du procès Eichmann.
Tous ces faits, actions, idées, si terribles soient-ils, ne sont les fruits que de gens ordinaires.
Comme pour le les nazis jugés après guerre, nous attendons de trouver la faille chez ces fanatiques, cela permettrait de les différencier des gens ordinaires et de les déconnecter de l'histoire commune, mais il n'en est rien, quelle que soit la forme de totalitarisme, il est mené par des gens ordinaires, et c'est cette banalité qui fascine.
L'analyse du procès Eichmann par Arendt est confortée par celle du procès de Nuremberg, en fin de compte, malgré toutes les horreurs et atrocités, nous avons à juger des gens ordinaires.
Primo Levi (si c'est un homme) qui a vécu l'horreur nazi de l'intérieur d'un camp de concentration, décrit lui même toute la banalité de l'ensemble des protagonistes.
L’homosexualité souffre de la même distanciation, il serait tellement pratique de pouvoir étiqueter d'une pathologie, tout ce que la société rejette...
CV68
- 08/05/2013 - 18:50
paradoxe ??
Bonjour,

L'ensemble de l'argumentaire me paraît basé sur la constatation d'une situation paradoxale.
"Il y a un paradoxe : le fascisme et le nazisme sont associés au totalitarisme et aux dictatures, or nous sommes aujourd’hui devant une expansion démocratique" nous dit-on dans l'article...
Or, le paradoxe n'est qu'apparent, nous sommes très loin d'une situation de développement démocratique. Il ne s'agit que d'un trompe l'oeil.
Les signes du muselage de la population sont pourtant devenus tellement apparents !! Les exemples sont tellement nombreux qu'ils apparaissent quotidiennement dans la presse; le nouveau président F.Hollande a même du se fendre, dès l'accès au pouvoir, d'organiser un contre-feu tant la situation était devenue grave (constitution de la fameuse commission Jospin sur la démocratisation); les conclusions de cette commission resteront bien entendu lettre lorte (souvenez-vous des paroles de Clémenceau !).
En réalité, il faut reprendre l'analyse en tenant compte de la FRUSTRATION, qui se généralise dans la population, causée par l'absence de prise en compte des diverses opinions (l'absence de canaux efficients démocratiques).
Au revoir....