En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© D.R.
Une équipe de chercheurs américains affirme avoir trouvé des similarités dans le fonctionnement cérébral des enfants doués en mathématiques.
Bonne excuse
La bosse des maths existe-t-elle vraiment ?
Publié le 07 mai 2013
Une équipe de chercheurs américains affirme avoir trouvé des similarités dans le fonctionnement cérébral des enfants doués en mathématiques. L'aptitude aux mathématiques serait-elle innée ?
Michel Vigier est ingénieur et président-fondateur de l'Association pour la prévention de l'innumérisme. Ses travaux ouvrent de nouvelles voies pour une réelle " refondation " des apprentissages mathématiques à l’école. Michel Vigier est le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Vigier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Vigier est ingénieur et président-fondateur de l'Association pour la prévention de l'innumérisme. Ses travaux ouvrent de nouvelles voies pour une réelle " refondation " des apprentissages mathématiques à l’école. Michel Vigier est le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une équipe de chercheurs américains affirme avoir trouvé des similarités dans le fonctionnement cérébral des enfants doués en mathématiques. L'aptitude aux mathématiques serait-elle innée ?

La bosse des maths n'existe pas ! Et donc avec l’IRM, on ne la trouvera pas !

Dans l’expérience de Kaustubh Supekar, la population étudiée est de 24 enfants, ce qui ne correspond pas à une population statistique suffisante pour tirer des conclusions. Laurent Cohen indique que « l’étude se limite à la compréhension des nombres et à l’apprentissage de données, comme les tables de multiplication ». Ces conditions font essentiellement appel à la mémoire et non à une construction mathématique ; on ne peut, donc, être surpris de constater que les progrès notés sont liés à des configurations particulières de l’hippocampe ou de son environnement, cette zone « qui contrôle la mémoire... ».

Faire appel à la « bosse des maths » dans un titre, même si le corps de l’article indique qu’il n’y a pas de déterminisme, est lourd de conséquences. Combien de lecteurs ne retiendront que le titre et seront confortés dans leur erreur ?

Dans l’Association pour la Prévention de l’Innumérisme, nous luttons pour faire disparaître ces lieux communs qui perturbent gravement les familles, les enfants et les enseignants. Il faut l’écrire, le dire, le réécrire, le redire : « La bosse des maths, n’existe pas et son inverse la dyscalculie, non plus, bien sûr !»

« Nos facultés cognitives dépendent autant de l’apprentissage que de l’hérédité ». Tout à fait d’accord, dans le cas des mathématiques, nos propres recherches et expérimentations nous permettent même d’affirmer que « Les facteurs héritables génétiquement ou d’origine environnementale ne sont pas tels qu'ils puissent empêcher un élève d'accéder, dans des délais courts ou raisonnables suivant les savoirs et les compétences déjà acquis, au niveau de base minimal et indispensable en Math (socle commun, niveau 2 OCDE) ».

Nous reconnaissons, bien évidemment, qu’il puisse y avoir une inégalité dans ce que nous recevons de nos parents mais les apprentissages en maths sont suffisamment simples pour être accessibles à tous.

En effet, dans l’apprentissage d’une langue, nous devons nous approprier idéalement, 26 lettres, 300 syllabes ou phonèmes, 80 000 mots, 400 000 acceptions et, si l’on tient compte des règles de grammaire, d’orthographe, de conjugaison, en fait, des millions de concepts ; chacun est une entrée dans notre cerveau, avec une représentation mentale associée. On peut comprendre que tout le monde ne puisse pas devenir  agrégé en lettres, écrivain ou tribun. Nos gènes ont donc une influence ...

Mais en calcul et en maths, au moins jusqu’à la fin du collège « on peut tout apprendre, à tout le monde et à tout âge » Il n’y a qu’une seule entrée, et la progression sur notre échelle des compétences du socle commun s’effectue barreau après barreau. Le saut entre deux barreaux est à la portée de chacun.

Pourquoi alors autant d’échecs ? Un élève sur deux en fin de collège (selon l’Education Nationale et l’OCDE ), 70 % des adultes de 18 à 65 ans, ayant des performances médiocres, ou préoccupantes (selon l’INSEE) !

Les IRM de plusieurs autres laboratoires ont parlé. Notre pédagogie n’est plus du tout adapté au fonctionnement du cerveau tel que nous le découvrons par l’imagerie médicale:

  • Le cerveau est monotâche (Koechlin, INSERM, 2010).

  • La perception consciente nécessite une absence de variation des zones activées dans le cerveau (Fahrenfort, PNAS, 2012).     

Ces découvertes valident les hypothèses de travail de nos modèles.

Quelles sont les difficultés rencontrées sur le terrain (de l’école et du collège) et quelles sont les solutions ?

Le comptage en maternelle a suivi, depuis vingt ans, une orientation qui est non conforme aux notions spontanées (quantités 1, 2 et 3 reconnues à partir de l’âge de 6 mois). La solution, c’est de privilégier le nombre quantité (cardinal) et non le nombre numéro (ordinal). Doigts, chiffres romains, bouliers sont indispensables.

Les irrégularités de la langue française, au nombre de 20, duante, (..., treize, ... quatre vingt dix, ...), sont surmontées avec peine ; elles provoquent retard et aversion ; Les asiatiques n’ont besoin que de dix mots, les anglo-saxons de douze ; la numération de Condorcet (dix-un, dix-deux, ... duante,..., septante, huitante, nonante) éviterait cette difficulté qui va handicaper 850 millions de francophones en 2050. La numération positionnelle est mal assimilée ; c’est normal en l’absence de bouliers didactiques. Les notions de soustraction, de multiplication, de division restent floues et doivent être explicitées par les tableaux.

Les techniques opératoires et les applications dans les situations de la vie (problèmes arithmétiques), soumises à de longues procédures pour contourner la limite monotâche du cerveau doivent utiliser ces mêmes tableaux et le tableur, au lieu de la calculatrice, pour éviter notamment les situations de blocage.

Les quatre-vingt (huitante) notions fondamentales vu en calcul, jusqu’à la fin du collège se construisent avec trois outils, seulement, concrets, tangibles ou informatiques. On évite, ainsi, les variations de présentation qui interdisent la perception consciente. 

Enfin, la liberté pédagogique, est essentielle dans certaines disciplines ; en maths, elle va à l’encontre d’une logique de construction, qui ne laisse rien au hasard et les programmes imposés ne sont pas suffisants à la faire respecter. Le modèle constructiviste légué par les auteurs du siècle dernier : "Transition - Généralisation - Représentation" est incontournable comme les outils concrets pour la formation d’images mentales.

Il restera à trouver une réponse au manque d’attention et au manque de motivation, constatés dans certaines classes et chez certains élèves ...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
05.
France/Allemagne, le match éco ou la preuve par 4 de l’inefficacité de la politique économique d’Emmanuel Macron
06.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mikeb420
- 07/05/2013 - 12:14
A l'envers
Vous prenez le problème à l'envers. Il y a des similitudes de comportement et de raisonnement entre les enfants doué en math, parce que justement ils sont doué en math. Plus on travaille les maths plus on acquiert des compétences, en l'occurence les mathématique. La bosse des maths existent, mais il faut la faire bosser
Ravidelacreche
- 07/05/2013 - 11:11
La bosse des maths existe
C'est là ou on met les piles!