En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 10 heures 3 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 59 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 17 heures 12 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 18 heures 35 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 20 heures 49 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 21 heures 42 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 22 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 11 heures 6 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 13 heures 21 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 15 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 20 heures 32 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 21 heures 59 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 22 heures 30 min
© Reuters
François Hollande a trouvé un allié solide en la personne d’Enrico Letta, nouveau président du conseil italien.
© Reuters
François Hollande a trouvé un allié solide en la personne d’Enrico Letta, nouveau président du conseil italien.
Hors sujet

François Hollande et Enrico Letta plaident pour une nouvelle donne européenne mais ont-ils vraiment compris la nature de la crise ?

Publié le 02 mai 2013
Le président de la République a reçu, hier mercredi 1er mai, le nouveau président du Conseil italien Enrico Letta. L'occasion pour les deux hommes de montrer leurs convergences de vues sur la politique économique à adopter en Europe.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République a reçu, hier mercredi 1er mai, le nouveau président du Conseil italien Enrico Letta. L'occasion pour les deux hommes de montrer leurs convergences de vues sur la politique économique à adopter en Europe.

François Hollande a pu trouver un allié solide en la personne d’Enrico Letta, nouveau président du conseil italien. De plus, la mesure dans les propos envers Angela Merkel du nouvel arrivant Letta laisse entrevoir la possibilité d’une réelle discussion entre les partisans de l’austérité et leurs contradicteurs. Cette conférence de presse semble bien avoir été le point de départ d’une nouvelle donne européenne, qui sera jugée au regard des nombreux rendez-vous de ces deux prochains mois. 4 axes de sortie de crise sont ici envisagés : le pacte de croissance, l’union bancaire, la coordination des politiques économiques et l’assainissement des déficits. 

Malheureusement, la problématique de fond reste inchangée. Les partisans de la fin de l’austérité souhaitent voir apparaitre un soutien budgétaire, par la voie de relances keynésiennes afin de lutter contre la récession. La première question que soulève une telle doctrine est d’ordre quantitative. A titre de comparaison,  le Japon met en place un plan monétaire à hauteur de 15% de son PIB, soit en équivalence plus de 20 fois  le « pacte de croissance européen» qui ne représente lui que 120 milliards d’euros à ce jour. La prise de conscience de la gravité de la crise fait encore défaut (alors même que le Japon affiche un taux de chômage de l’ordre de 4%).

La seconde question à soulever repose sur le diagnostic même de la crise, à savoir de la volonté idéologique de la gauche européenne de se servir de la relance keynésienne. Cette démarche a échouée en Europe en avril 2011, lorsque la BCE sonnait la fin de la récréation en rehaussant ses taux d’intérêts. Depuis cette date, le chômage a progressé chaque mois sans interruption.

Une relance keynésienne a pour effet de stimuler la croissance par la voie de la dette. Cette relance impactera tout aussi bien les chiffres de la croissance que ceux de l’inflation car toute demande supplémentaire provoque une hausse de l’une et de l’autre mesure. Et la hausse de l’inflation n’est pas permise par la BCE. C’est alors que l’autorité monétaire, de la même façon qu’en 2011, viendra anéantir les efforts déployés par les différents états en venant abaisser le niveau de la demande pour satisfaire à son objectif de maîtrise des prix.

Reste une dette qui n’aura servi à rien d’autre que d’alourdir son propre poids total dans l’économie. Voilà pourquoi le Japon, les Etats Unis, le Royaume Uni ont cessé d’agir de la sorte ; ces politiques sont contreproductives.

Afin de contourner cette difficulté, les Etats cités ont choisi la modification du mandat de leur banque centrale, et ainsi de permettre que celles-ci soutiennent la croissance. L’Europe est aujourd’hui face à cette urgente nécessité de remettre en cause le mandat de la BCE, un mandat de stabilité des prix dont la vocation n’est plus aujourd’hui que de protéger les épargnants de toute hausse des prix au détriment des personnes les plus précaires.

La réalité macroéconomique est claire, une banque centrale ne fait rien d’autre que d’arbitrer le niveau d’activité dans sa zone de compétence, soit un choix entre chômage et inflation. Pourtant, la BCE ne dispose que d’un mandat unique de protection contre la hausse des prix. Mario Draghi rappelait en janvier dernier que son mandat n’était pas le plein emploi, déclaration cynique mais parfaitement juste. Les statuts de la BCE, issus du traité de Maastricht, ont été élaborés dans le sens exclusif de la protection de l’épargnant.

Cet état de fait devient intolérable au regard du taux de chômage de 12,1% qui frappe aujourd’hui la zone Euro. Les gouvernements européens, aujourd’hui conscients de la faillite de l’austérité, doivent parvenir au diagnostic partagé par les Etats Unis, le Japon, le Royaume Uni, mais aussi par le FMI. Cette crise est de nature monétaire et ne pourra être résolue que par la voie monétaire. Une relance keynésienne aura pour effet de redonner un souffle à court terme, mais provoquera la réponse de la BCE à moyen terme. Tout projet sérieux de sortie de crise ne pourra voir le jour sans une modification du mandat de la BCE.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gégé Foufou
- 03/05/2013 - 07:28
Parceque nous en Italie
On n'aime pas la chocroute
Gégé Foufou
- 03/05/2013 - 07:27
Sommet franco italien
Je te montre comment faire la pizza, tu me montres la poule au pot.
Va bene François ??
la saucisse intello
- 03/05/2013 - 01:40
@ jmpbea.....
à notre modeste niveau nous faisons TOUT pour faire en sorte que croissance ET consommation ne passent pas par nous. En temps normal nous faisions entretenir et allions nous promener. Désormais la tondeuse, le taille-haie, la tronçonneuse et un coup de main de Simon et ça roule tout seul ! Pour la piscine pareil. Alors le piscinier, l'entreprise d'espaces verts et le restaurant de midi ne nous voient plus. Ca veut dire que le "tertiaire" qui représente dit-on 70% du PIB a du souci à se faire. Les "emplois de service" de fillon s'évaporent à la suite les uns des autres ! Et puis c'est TRES stimulant intellectuellement de calculer en permanence comment NE PAS nourrir le système. Nous y trouvons bcp de satisfactions ! La preuve : Alors que nous sommes retraités nous épargnons AUTANT qu'en activités avec des revenus inférieurs. Et nous ne faisons ni les poubelles ni les "fins de marché" !