En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 2 heures 5 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 2 heures 53 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 4 heures 23 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 5 heures 40 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 8 heures 1 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 10 heures 10 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 2 heures 29 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 3 heures 39 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 4 heures 59 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 7 heures 24 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 9 heures 36 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 11 heures 42 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 12 heures 22 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 14 heures 14 min
© Reuters
© Reuters
Tu t'es vu quand...

Du berger à la bergère : comment les Allemands réagissent-ils à la vague de German bashing venue du PS ?

Publié le 01 mai 2013
Dans un texte publié le 26 avril, le Parti socialiste prône 'l'affrontement démocratique" avec Berlin, vilipendant la politique de rigueur prônée par Angela Merkel. Comment les médias et les milieux politiques réagissent-ils à la vague de critiques émanant de la gauche française ?
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stefan Seidendorf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un texte publié le 26 avril, le Parti socialiste prône 'l'affrontement démocratique" avec Berlin, vilipendant la politique de rigueur prônée par Angela Merkel. Comment les médias et les milieux politiques réagissent-ils à la vague de critiques émanant de la gauche française ?

Atlantico : Comment l'Allemagne a-t-elle réagi face à l'hostilité affichée du PS français à son égard ? Quelle tonalité les médias allemands ont-ils privilégiée ?

Stefan Seidendorf : L’information étant tombée un weekend, elle n’a pas eu beaucoup d’écho. Ce qui est étonnant, comparé à ce qu’on a vu en France. La position de la chancellerie et de ses soutiens est intelligente : c’est la vie des partis, dans un débat démocratique. Libre au PS de penser ainsi, donc. Pour le gouvernement allemand, le plus important est que son vis-à-vis français donne une autre image en étant coopératif.

Il est intéressant de noter que les socialistes allemands n’ont pas sauté sur l’occasion, car cela donne une image de la gauche à laquelle le SPD (Parti Social-Démocrate) ne veut pas être associé. Ils ont donc envoyé Martin Schultz, Président du Parlement européen, qui fait également partie de la présidence du SPD allemand, déclarer qu’il ne s’agissait pas d’une manière très intelligente de communiquer entre Européens.

Le quotidien Handelsblatt a publié ce mardi des extraits d'un rapport interne du ministère allemand de l'Économie donnant une vision assez critique de la situation de l’économie française. Faut-il y voir une réponse "Made in Germany" à ces attaques ?

Cela fait déjà plusieurs jours que le Handelsblatt publie des documents internes du Ministère des Finances et de la Bundesbank. Il n’est pas impossible qu’ils aient un bon contact avec la branche dure de l’administration ministérielle et banquière.

Le rapport souligne que "l’'industrie française perd de plus en plus en compétitivité, et que la délocalisation à l'étranger des entreprises se poursuit".  Peut-on dire qu’il s’agit du cas typique de l’arroseur arrosé ? Le donneur de leçons mis face à ses propres contradictions ?

Comme je le disais, cela fait déjà belle lurette que ce quotidien publie de tels documents. Ce n’est donc pas une réponse directement adressée aux déclarations du PS. Il est difficile d’imaginer que les choses puissent se faire comme en France, où lorsque le gouvernement veut publier quelque chose, un journal s’exécute, comme c’est le cas du Monde, très proche du gouvernement. Ce cas de figure ne s’applique pas au Handelsblatt : il ne faut pas confondre la ligne de ce quotidien économique, qui est très libérale et dure avec la politique actuelle de la France, avec le gouvernement allemand. Comparable aux Echos, il n’est tout simplement pas tendre avec le PS.

Quelle interprétation les médias et les milieux politiques allemands font-ils de cette animosité grandissante à l'égard de leur pays ? Sont-ils particulièrement déçus de l'attitude française ou simplement blasés ? 

On y voit un juste retour de bâton au comportement d’Angela Merkel, qui avait pris ouvertement parti pour Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle. Les médias libéraux de gauche soulignent une prise de conscience grandissante : l’Allemagne est en train de s’isoler et de laisser son image se détériorer au niveau européen. Il ne faut pas faire de la politique seulement pour les Allemands, mais aussi pour les Européens.

Croient-ils encore au couple franco-allemand ?

Au quotidien, on voit que ça ne tourne pas rond, que Hollande et Merkel essayent de travailler ensemble mais n’arrivent pas à soutenir l’Europe, en vue par exemple du sommet européen qui doit se tenir fin mai. Ils ont annoncé une position commune, qui finalement ne se confirmera sûrement pas.

En revanche, on sait que tous les couples franco-allemands ont eu leur temps d’adaptation pour se comprendre et apprendre à travailler ensemble, et que malgré les difficultés qui peuvent se présenter, le moteur institutionnel oblige depuis le traité de l’Elysée les administrations et les gouvernements à se consulter à des intervalles réguliers. Pas un seul des rendez-vous obligés (un calendrier est prévu dans le traité) n’a été annulé depuis 1962.

Avec les élections allemandes en septembre, les choses seront relativement figées. Les relations franco-allemandes s’arrangeront très certainement par la suite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (37)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 07/05/2013 - 15:43
et Cameron continue sa big society !!! le reve !
apres la flexisecurité par qu'il faut pouvoir débaucher pour embaucher.... Apres la flexibilité des salaires parce que le salairé doit comprendre que son salaire doit baisser , voici donc cameron et son salarié actionnaire .....

les desavantages de l'un et de l'autre , un peu comme ces taxis en location qui bossent un nombre d'heures consequent comme un artisan pour payer un loyer a son loueur comme un bon gerant de superette et finir avec une paie en deca d'un salarié ......

Extrait :
"un nouveau statut de "salarié actionnaire" (employee shareholder). Les entreprises pourront attribuer à leurs salariés un certain montant d'actions en échange de la renonciation par ceux-ci à un ensemble de droits, pas de protection contre le licenciement abusif (sauf discrimination), pas d'indemnité de licenciement, pas de droits à la formation… "


http://www.alternatives-economiques.fr/royaume-uni--toujours-plus-de-flexibilite_fr_art_1214_63707.html

et Axel de Tarlé , grand specialiste economique qui n'en parle pas ...
jerem
- 03/05/2013 - 22:47
@veryliberalguy - 03/05/2013 - 13:24
"Les electeurs semblent qu'en même moin dupe qu'avant l'ère internet. Il savent que les politiques sont des professionnels de la com'."

remarquez qu'avec les vignettes de 10 minutes de Barthes et son petit journal pendant une année , c'est bon on avait l'occasion de voir in situ et en repetition , tous les cas de figure.

Comme pour les guignols il est dommage que cela n'aille pas plus avant . car en plus les politiques sont ravis de se voir pris au piege ....

c'est tellement drole , evidemment les plus cons sont ceux qui continuent a regarder sans plus rien faire d'autre.

veryliberalguy
- 03/05/2013 - 13:24
Merci pour votre lien utile
Au moins, nous nous avons raison de ne pas nous fier aux promesses de campagne. La plupart de gens matent le 20H des grandes chaines généralistes et gobent toux ce qu'on leur raconte comme des brebis matent un TGV passé en broutant de l'herbe.
Les gens rentrent du taff et sont trop fatigués pour lire des analyses de think tank ou des journaux sur le web, qui proposent autre chose que des analyses partielles d'economiste de TF1 ou FR2. Soit, mais lacher youtube le soir et les series americaines en prime-time. Essayez de vous informer 40min/soir sur le web.

Les electeurs semblent qu'en même moin dupe qu'avant l'ère internet. Il savent que les politiques sont des professionnels de la com'. Moscovici (ou Baroin j'sais plus) dans l'Express, disait qu'un ministre moderne c'est 60% de son temps en com' et 40% en gestion de dossier. Du coup, on detourne l'attention l'attention des electeurs en créant en 2010 un ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale ou des polémiques stériles sur le mariage gay.
Les gens vont voter FN ou FdG massivement pour dire "partis de gouvernements traditionnels pensez à nous SINON..."