En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Les autorités chinoises ont annoncé un ralentissement de l’économie.
Opportunité
Comment tirer parti du ralentissement de la croissance chinoise
Publié le 22 avril 2013
Le ralentissement de la croissance chinoise, sur lequel Pékin communique avec parcimonie, représente une chance pour les pays occidentaux de réinventer leur modèle économique.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ralentissement de la croissance chinoise, sur lequel Pékin communique avec parcimonie, représente une chance pour les pays occidentaux de réinventer leur modèle économique.

Oui la Chine ralentit, est-ce obligatoirement une catastrophe ?

D’abord, pour les marchés financiers, la nouvelle est mauvaise. Voilà quelques jours en effet que les autorités chinoises ont annoncé un ralentissement de l’économie, de 7,9 % par an en fin d’année vers 7,7 % pour ce début d’année. "L’épaisseur du trait" pour certains, "encore considérable" pour d’autres, sauf que les marchés financiers n’ont pas aimé. Les bourses mondiales ont en effet baissé, les prix des matières premières ont fléchi, le prix du pétrole chuté. A très court terme, cette réaction est normale, car mécanique : la croissance de l’économie chinoise explique en effet la moitié de celle de l’économie mondiale. Si l’économie chinoise ralentit, même un peu, c’est donc le reste qui va et qui ira moins bien, États-Unis et Europe, une Europe qui n’a pas vraiment besoin de ce problème supplémentaire.

Ensuite, à moyen terme, les marchés et les experts s’interrogent. Si la Chine publie ce résultat de croissance, ce n’est pas seulement technique. La statistique chinoise est en effet éminemment politique. Dire officiellement que l’économie va un petit peu moins vite, c’est en réalité reconnaître qu’elle va effectivement moins vite. Et comme les exportations ne sont plus ce qu’elles étaient, avec des États-Unis moins acheteurs et une Europe en récession, c’est donc que "quelque chose" se passe dans la demande interne chinoise. Ce quelque chose vient un peu de la demande des ménages, qui ralentit, mais plus encore des investissements décidés par les grandes entreprises et les régions. Autrement dit par les décideurs politiques, autrement dit le surinvestissement est manifeste, ce surinvestissement destiné à doper la croissance. Et derrière ces décisions politiques d’investissement, des entreprises, des régions et des villes, il y a du crédit bancaire et des obligations – donc une bulle de crédit. Et on sait que les bulles finissent toujours par exploser, avec leur prix en ralentissement plus fort. Un jour viendra où les autorités reconnaîtront le problème et où une part des réserves chinoises ira renflouer les banques ou les régions.

A plus long terme, ceci veut dire que la croissance dopée et le surinvestissement montrent que la solution chinoise n’est pas la bonne. Et c’est une bonne nouvelle pour nous. La command economy chinoise s’est en effet développée par l’export, aujourd’hui c’est évidemment plus compliquée. Elle continue par la demande publique, on voit les limites, et les risques, de l’exercice. Reste donc à développer la demande interne des ménages. Elle passe par des produits plus écologisés, des services plus adaptés, des services de soin, de santé, de banque, d’assurance, de complément de retraite. Dans tous ces nouveaux biens et services, les pays industrialisés ont une expertise croissante. La préoccupation écologique, l’économie durable, la logistique, le croisement entre technologies classiques et nouvelles technologies de l’information et de la communication sont notre transition, et notre avenir à moyen terme. C’est l’avantage que nous avons par rapport aux pays moins chers par le coût de la main-d’œuvre.

Au fond, à la mondialisation du low cost va succéder celle des nouveaux produits, plus riches en services, et des nouveaux services. C’est là que nous devons aller, pour notre propre croissance et pour profiter de la mutation chinoise qui est aujourd’hui en cours. Attention à ne pas la rater !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Quid Novi
- 23/04/2013 - 08:12
Bof
les kinois ont adoptés les mêmes codes que nous, il apparaît donc inéluctable qu'à terme, leur système, tel le notre, finisse par foirer, tout n'est question que de temps.
Vous pensiez que les chinois étaient meilleurs en quelque chose ?
esurlo
- 22/04/2013 - 15:48
Yes man ....
...Cela tombe très mal pour nous , avec une équipe de Bricoleurs aux manettes .... va falloir perdre beaucoup de temps pour leur expliquer , .............et il sera trop tard ...........................