En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 min 6 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 23 min 13 sec
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 54 min 47 sec
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 12 heures 7 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 15 heures 10 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 18 heures 38 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 20 heures 36 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 21 heures 13 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 12 min 18 sec
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 28 min 58 sec
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 11 heures 42 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 14 heures 44 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 15 heures 35 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 17 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 18 heures 52 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 21 heures 42 min
Bonnes feuilles

Scandale Dexia : les secrets du bras de fer entre la banque et la commission européenne

Publié le 21 avril 2013
L’auteur Alain Piffaretti enquête sur la plus grosse faillite bancaire européenne. Extrait du livre "Le scandale Dexia" (2/2).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’auteur Alain Piffaretti enquête sur la plus grosse faillite bancaire européenne. Extrait du livre "Le scandale Dexia" (2/2).

Le 31 décembre 2012, dans une indifférence quasi générale en cette période de trêve des confiseurs, la décision tombe: la Commission européenne accepte enfin le plan de démantèlement de Dexia. Fin d’une guérilla de plus de quatre ans entre l’institution d’une part, et les États et la direction de Dexia, de l’autre. Fin surtout de la lourde incertitude concernant le refinancement de la bad bank de Dexia, mais aussi de la future banque publique de financement des collectivités locales françaises. Cette dernière est appelée à prendre la succession de DCL spécialisée dans le crédit aux collectivités locales et de sa filiale de refinancement DMA. Faute de feu vert de l’Union européenne, ces deux éléments essentiels du dossier étaient en suspens depuis quinze longs mois… ce qui finissait par réveiller le spectre d’une faillite désordonnée de Dexia (et ses éventuels risques systémiques). Et bloquait la résolution de la création de la nouvelle structure de financement des collectivités locales françaises dans un contexte de risque de credit crunch (resserrement du crédit).

Manifestant une sévérité extrême sur le dossier Dexia, la Commission européenne, plus exactement la Direction générale de la concurrence, endosse tout au long de la procédure un rôle proche de celui d’autorité bancaire supranationale. Certes, la fonction manque cruellement depuis l’apparition des géants bancaires transfrontaliers. Mais la régulation bancaire au sein de l’Union européenne ne peut, à notre sens, se lire uniquement sur la base du respect du principe de libre concurrence. Un juriste, bon connaisseur du dossier, livre son analyse : «Depuis quatre ans, la Commission possède une responsabilité de vie ou de mort sur Dexia. Elle s’est imposée de facto comme l’autorité de résolution ordonnée des banques. Mais elle a utilisé ces fonctions dans un cadre de responsabilité qui n’était pas posé. Cela soulève une question d’ordre démocratique. La Commission peut-elle influer sur les choix stratégiques (par exemple contraignant la banque à des pertes considérables entraînées par des cessions) en utilisant le régime juridique du contrôle des aides d’État qui n’avait absolument pas été créé pour cela ! Tout ceci pose la question de l’absence de régulateur européen des banques (depuis la décision a été prise de conférer à la BCE en 2014 des pouvoirs de superviseur bancaire). La Commission s’est improvisée autorité de régulation mais ses services en ont-ils la compétence ? »

La DG concurrence (ou DG « Competition ») entre en scène en novembre 2008, au moment où elle est saisie du premier plan de restructuration de Dexia. Elle doit vérifier que ce dernier (notamment la garantie de 150 milliards des États belge et français) est conforme aux règles de l’Union européenne en matière d’aides d’État. Vu l’urgence de la situation, une autorisation provisoire d’une durée de six mois (avec possibilité de prolongation si la crise persiste) est donnée le 20 novembre 2008. Dexia peaufine son plan de restructuration et les États le présentent à la Commission en février 2009. Dès le début, les tensions sont vives entre l’équipe de Pierre Mariani (c’est essentiellement Alexandre Joly qui est à la manœuvre) et les services de la Commission. Côté services européens, on met en avant des représentants de Dexia agressifs et imbus de leur personne. Chez Joly et Mariani, on affirme que les services s’étaient fait leur religion dès le départ et voulaient la mort de Dexia. Après plusieurs mois de tensions, le 13 mars 2009, la Commission annonce l’ouverture d’une enquête approfondie. C’est la première fois qu’elle utilise cette procédure concernant une banque depuis le début de la crise. Le communiqué de presse déclare que le plan ne garantit pas la viabilité à long terme du groupe. On ne peut pas vraiment reprocher à la DG de posséder une vision négative du modèle global de Dexia tel qu’il a existé jusqu’alors, et souhaiter que l’entreprise réduise ses énormes besoins de liquidités. Mais, embarquée dans cette vision, la Commission n’a-t-elle pas négligé certaines spécificités du dossier? Par exemple, le financement des collectivités locales en France représente un marché très particulier, qui, loin d’attirer une concurrence farouche, fait plutôt ces dernières années office de repoussoir pour les banques (notamment depuis l’annonce des directives Bâle III). On peut également se demander si l’aspect systémique en cas de faillite de la banque n’a pas été sous-estimé par la Commission. En attendant, le communiqué de presse (produit en pleine période d’activité boursière au coeur de la journée) annonçant la décision de la DG va avoir un effet immédiat: l’action se met, une fois de plus, à dévisser sur les marchés.

 Extrait de "Le scandale Dexia" (Nouveau Monde édition), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 21/04/2013 - 12:18
la plus grosse - et c'est reparti
reellement la plus grosse faillite européenne ? ah oui ! dites donc les trous toujours pas comblés des banques nationalisées par Brown et toujorus sous oxugene public sous cameron, c'est pour combien de milliards depuis 2007 ?
L'allemagne et sa petite ecrire inversé sur une opération de rattrapage a 50 milliards c'etait quoi , une pécadille .

RAS LE BOL DE CES PRESENTATIONS

DEXIA , on se demande encore qui a eu la bonne idée de suuprimer le credit local