En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 47 min 53 sec
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 24 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 21 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 3 heures 51 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 2 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 17 heures 56 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 19 heures 35 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 1 heure 53 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 24 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 2 heures 58 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 3 heures 40 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 5 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 28 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 20 heures 21 min
© Reuters
Margaret Thatcher était de ces personnages qui ne laissent pas indifférent.
© Reuters
Margaret Thatcher était de ces personnages qui ne laissent pas indifférent.
Miss Maggie

Pourquoi l'héritage politique de Margaret Thatcher est tout sauf réductible à son libéralisme économique

Publié le 09 avril 2013
Portée aux nues par les libéraux, considérée dangereuse par les autres, Margaret Thatcher, morte ce lundi à 87 ans, était de ces personnages qui ne laissent personne indifférent. En pleine crise de l'autorité politique, son véritable héritage n'est peut-être pas celui qu'on lui attribue.
Pierre-François Gouiffès et Jacques Leruez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Portée aux nues par les libéraux, considérée dangereuse par les autres, Margaret Thatcher, morte ce lundi à 87 ans, était de ces personnages qui ne laissent personne indifférent. En pleine crise de l'autorité politique, son véritable héritage n'est peut-être pas celui qu'on lui attribue.

Atlantico : En ne rendant hommage qu’à sa politique libérale, ne passe-t-on pas à côté de l'essentiel de ce qui faisait la force du personnage politique de madame Thatcher ? Et en quoi d'ailleurs cette politique libérale a montré ses limites ?

Pierre-François Gouiffès : Les convictions libérales – qu’on les admire ou qu’on les rejette -  constituent une partie importante du bilan thatchérien mais ne permettent de couvrir la profondeur du personnage objectivement hors norme qu’est Margaret Thatcher.

Il y a tout d’abord un destin politique exceptionnel : député à 34 ans, ministre à 45 ans, Premier ministre à 53 ans – la première et l’unique femme de l’histoire politique britannique -, mandat de 11 ans marqué par trois très nettes victoires législatives à la tête du parti conservateurs contre un parti travailliste condamné à l’opposition pendant 18 ans. Le mandat de Margaret Thatcher est par ailleurs marqué par des transformations majeures de son pays, de l’Europe et du monde : structure économique et sociale britannique (privatisations, baisse de la dépense publique, libéralisation financière), Acte unique européen, fin de la Guerre froide et disparition de l’Union soviétique. La « Dame de fer » - expression utilisée pour la première fois dans un article de la Pravda des années 1970 – a ainsi fortement marqué son époque.

Après Thatcher, une quinzaine d’années de croissance relativement forte ont semblé accréditer la pertinence des changements radicaux opérés par Margaret Thatcher. Mais la crise de 2008 a montré au grand jour les limites du modèle, notamment dans les années 2000 avec un environnement favorable à la croissance rapide de la dette sous toutes ses formes : dette publique et dette privée, déficit extérieur, bulle immobilière.

Jacques Leruez : La plus grande des forces de madame Thatcher était sans le moindre doute sa fermeté, sa capacité extraordinaire à ne jamais reculer qui au-delà de sa politique était profondément liée à sa personnalité et à ce qu’elle aimait. L’un de ses conseillers avait lancé le slogan "The Lady is not for turning" qui illustrait parfaitement cette vérité. C’est cela qui a beaucoup marqué les Britanniques et le monde car cela frisait parfois l’entêtement mais que c’était admirable d’énergie. Sur le plan de sa politique, la critique est essentiellement la cause de dérives internationales plutôt que de reproches sur le plan strictement britannique.  En effet, les reformes thatchériennes, au moment où elles ont été faites, ont amené quinze ans de relative prospérité puisque le PIB a augmenté régulièrement à cette époque. De plus, cela a surtout mis fin à une politique de stop and go, de freinages brutaux et de relances qui ont caractérisé la politique économique de la Grande-Bretagne depuis la guerre. Cela a donné la sensation d’une quinzaine glorieuse au pays.

Quelles sont les principales leçons à tirer de la politique façon Thatcher ? Dans quelle mesure nos politiques pourraient-ils s'en inspirer ? 

Pierre-François Gouiffès : J’ai osé un jour comparer Margaret Thatcher à Lénine sur la base des similitudes suivantes : croyance en un dogme puissant porteur d’espoir et presque sacré, détermination absolue à le mettre en œuvre quelles que soient les oppositions, conviction qu’une minorité agissante peut changer l’Histoire.

Une leçon importante de politique pratique de Thatcher consiste donc peut-être à assumer avec courage et ténacité une ligne politique sans se soucier d’une éventuelle descente aux enfers dans les sondages (on a prêté à Margaret Thatcher le nom de « TINA » « there is no alternative » au début de son mandat), tout en étant capable de remonter aux moments clés pour gagner les élections. Bien sûr ce type d’approche du combat politique ne va pas sans dégâts collatéraux et sans ressentiments parfois haineux.

Jacques Leruez : Il est clair que la façon de gouverner de madame Thatcher a pu fonctionner en partie parce qu’elle avait avec elle sa conscience. En bonne protestante certaine de sa morale, elle pouvait avancer avec des certitudes. Il me semble clair que son statut de femme lui a permis de s’imposer auprès de beaucoup d’hommes qui n’étaient pas capables de s’adresser à elle de la même façon qu’ils l’auraient fait avec quelqu’un d’autre. Pour autant, je ne dirais pas que n’importe quelle femme, à l’époque ou aujourd’hui, pourrait profiter de ce statut parce qu’une fois encore cela ne pouvait fonctionner qu’avec une femme comme madame Thatcher. C’est donc peut-être de cela qu’il fallait s’inspirer, de la conviction et de la certitude que l’on est du bon côté pour avancer, qu’on le fait pour le plus grand bien.

Quel était son secret pour continuer à avancer sans se soucier de la critique ? Pour faire passer les réalités économiques avant l'idéologie ? 

Pierre-François Gouiffès : On utilise souvent pour Margaret Thatcher le terme de « conviction politics », et ses mémoires sont d’ailleurs pleins de mépris pour certains de ses contemporains responsables politiques européens, coupables de cynisme et d’absence totale de convictions. Cela ne signifie pas que chez Thatcher il n’y pas de savoir-faire tactique. Au contraire elle a conjugué durablement cette maîtrise de l’art politique avec un corpus puissant de convictions. Mais cela a fini par s’user : elle est finalement éjectée de la vie politique en 1990 du fait de la lassitude qu’elle a généré et de sa volonté de mettre en œuvre ses convictions (opposition farouche au fédéralisme européen, poll tax) à n’importe quel prix, ce qu’elle a effectivement fini par payer.

Jacques Leruez : On parle souvent de pragmatisme mais Margaret Thatcher fonctionnait malgré tout autour d’une doctrine bien définie, qu’on a appelée néolibérale, qui consistait à libéraliser l’économie des contraintes qui s’étaient imposées à elle notamment le système de protection sociale. Les garde-fous sociaux qui avaient été inventés à l’issue de la Seconde Guerre mondiale y ont malgré tout survécu, elle n’a pas laissé de désert social alors que le gouvernement Cameron va peut-être finir par le faire. Elle a surtout enlevé la notion de totale gratuité qui régissait le système de santé avant qu’elle ne le prenne en main.

Les peuples d'Europe sont-ils en train de réclamer davantage de dirigeants capables de combativité sur le modèle de madame Thatcher ?

Pierre-François Gouiffès : Les conditions économiques et sociales sont très différentes de celles d’il y a trente ans sous Thatcher. Ainsi, depuis la crise de 2008, la plupart des gouvernements occidentaux ont été balayés lors des élections. Pour autant, le modèle Thatcher renvoie peut-être à l’idéal ou au fantasme français d’un « homme providentiel » capable de redresser une situation qui semble très compromise.

Jacques Leruez : Il semblerait en effet que de plus en plus de peuples européens réclament des dirigeants capables de s’opposer à l’Europe même si ne le veulent pas forcément pour les mêmes raisons idéologiques que celles pour lesquelles le faisait Margaret Thatcher. Ce qui est sûr c’est qu’elle avait une vision de l’Europe qui prenait la forme du développement du marché intérieur et de la libéralisation des échanges comme dans son propre pays sans pour autant remettre en cause les nations. 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nervall
- 10/04/2013 - 04:47
eviter l'UE
la seule admiration pour elle , c'est d'avoir empeché son pays de s'engouffrer dans cette UE , union euthanasie de groupe avec une monnaie pour dé biles mentaux , vendu de surcroit par les allemands aux USA en 2004 , on a l'etoffe des heros avec giscard et mitterrand , deux malades qui ont detruit la france avec cet euro de malheur
DEL
- 10/04/2013 - 02:36
Libéralisme
Maggie voulaient des riches plus riches, et elle les a eus, comme elle voulaient des pauvres plus pauvres, et elle les a eus aussi: quelques millionnaires de plus pour quelques centaines de milliers de pauvres de plus: c'est le libéralisme.
golvan
- 09/04/2013 - 20:36
@ pihoui
Navré de vous ennuyer mais j'ai bien l'impression de parler de Margaret Thatcher, ce qui semble être le sujet de l'article.
Je fais seulement remarquer qu'en GB on verse autant d'aides sociales qu'en France, Thatcher ou pas.
Et c'est quoi votre avis pihoui ? à supposer que vous en ayez un.