En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 heures 7 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 8 heures 45 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 9 heures 34 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 10 heures 11 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 10 heures 49 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 11 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 13 heures 22 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 7 heures 5 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 8 heures 58 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 9 heures 55 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 10 heures 28 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 11 heures 3 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 12 heures 53 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 13 heures 2 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 13 heures 24 min
© Reuters
Margaret Thatcher était de ces personnages qui ne laissent pas indifférent.
© Reuters
Margaret Thatcher était de ces personnages qui ne laissent pas indifférent.
Miss Maggie

Pourquoi l'héritage politique de Margaret Thatcher est tout sauf réductible à son libéralisme économique

Publié le 09 avril 2013
Portée aux nues par les libéraux, considérée dangereuse par les autres, Margaret Thatcher, morte ce lundi à 87 ans, était de ces personnages qui ne laissent personne indifférent. En pleine crise de l'autorité politique, son véritable héritage n'est peut-être pas celui qu'on lui attribue.
Pierre-François Gouiffès et Jacques Leruez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Portée aux nues par les libéraux, considérée dangereuse par les autres, Margaret Thatcher, morte ce lundi à 87 ans, était de ces personnages qui ne laissent personne indifférent. En pleine crise de l'autorité politique, son véritable héritage n'est peut-être pas celui qu'on lui attribue.

Atlantico : En ne rendant hommage qu’à sa politique libérale, ne passe-t-on pas à côté de l'essentiel de ce qui faisait la force du personnage politique de madame Thatcher ? Et en quoi d'ailleurs cette politique libérale a montré ses limites ?

Pierre-François Gouiffès : Les convictions libérales – qu’on les admire ou qu’on les rejette -  constituent une partie importante du bilan thatchérien mais ne permettent de couvrir la profondeur du personnage objectivement hors norme qu’est Margaret Thatcher.

Il y a tout d’abord un destin politique exceptionnel : député à 34 ans, ministre à 45 ans, Premier ministre à 53 ans – la première et l’unique femme de l’histoire politique britannique -, mandat de 11 ans marqué par trois très nettes victoires législatives à la tête du parti conservateurs contre un parti travailliste condamné à l’opposition pendant 18 ans. Le mandat de Margaret Thatcher est par ailleurs marqué par des transformations majeures de son pays, de l’Europe et du monde : structure économique et sociale britannique (privatisations, baisse de la dépense publique, libéralisation financière), Acte unique européen, fin de la Guerre froide et disparition de l’Union soviétique. La « Dame de fer » - expression utilisée pour la première fois dans un article de la Pravda des années 1970 – a ainsi fortement marqué son époque.

Après Thatcher, une quinzaine d’années de croissance relativement forte ont semblé accréditer la pertinence des changements radicaux opérés par Margaret Thatcher. Mais la crise de 2008 a montré au grand jour les limites du modèle, notamment dans les années 2000 avec un environnement favorable à la croissance rapide de la dette sous toutes ses formes : dette publique et dette privée, déficit extérieur, bulle immobilière.

Jacques Leruez : La plus grande des forces de madame Thatcher était sans le moindre doute sa fermeté, sa capacité extraordinaire à ne jamais reculer qui au-delà de sa politique était profondément liée à sa personnalité et à ce qu’elle aimait. L’un de ses conseillers avait lancé le slogan "The Lady is not for turning" qui illustrait parfaitement cette vérité. C’est cela qui a beaucoup marqué les Britanniques et le monde car cela frisait parfois l’entêtement mais que c’était admirable d’énergie. Sur le plan de sa politique, la critique est essentiellement la cause de dérives internationales plutôt que de reproches sur le plan strictement britannique.  En effet, les reformes thatchériennes, au moment où elles ont été faites, ont amené quinze ans de relative prospérité puisque le PIB a augmenté régulièrement à cette époque. De plus, cela a surtout mis fin à une politique de stop and go, de freinages brutaux et de relances qui ont caractérisé la politique économique de la Grande-Bretagne depuis la guerre. Cela a donné la sensation d’une quinzaine glorieuse au pays.

Quelles sont les principales leçons à tirer de la politique façon Thatcher ? Dans quelle mesure nos politiques pourraient-ils s'en inspirer ? 

Pierre-François Gouiffès : J’ai osé un jour comparer Margaret Thatcher à Lénine sur la base des similitudes suivantes : croyance en un dogme puissant porteur d’espoir et presque sacré, détermination absolue à le mettre en œuvre quelles que soient les oppositions, conviction qu’une minorité agissante peut changer l’Histoire.

Une leçon importante de politique pratique de Thatcher consiste donc peut-être à assumer avec courage et ténacité une ligne politique sans se soucier d’une éventuelle descente aux enfers dans les sondages (on a prêté à Margaret Thatcher le nom de « TINA » « there is no alternative » au début de son mandat), tout en étant capable de remonter aux moments clés pour gagner les élections. Bien sûr ce type d’approche du combat politique ne va pas sans dégâts collatéraux et sans ressentiments parfois haineux.

Jacques Leruez : Il est clair que la façon de gouverner de madame Thatcher a pu fonctionner en partie parce qu’elle avait avec elle sa conscience. En bonne protestante certaine de sa morale, elle pouvait avancer avec des certitudes. Il me semble clair que son statut de femme lui a permis de s’imposer auprès de beaucoup d’hommes qui n’étaient pas capables de s’adresser à elle de la même façon qu’ils l’auraient fait avec quelqu’un d’autre. Pour autant, je ne dirais pas que n’importe quelle femme, à l’époque ou aujourd’hui, pourrait profiter de ce statut parce qu’une fois encore cela ne pouvait fonctionner qu’avec une femme comme madame Thatcher. C’est donc peut-être de cela qu’il fallait s’inspirer, de la conviction et de la certitude que l’on est du bon côté pour avancer, qu’on le fait pour le plus grand bien.

Quel était son secret pour continuer à avancer sans se soucier de la critique ? Pour faire passer les réalités économiques avant l'idéologie ? 

Pierre-François Gouiffès : On utilise souvent pour Margaret Thatcher le terme de « conviction politics », et ses mémoires sont d’ailleurs pleins de mépris pour certains de ses contemporains responsables politiques européens, coupables de cynisme et d’absence totale de convictions. Cela ne signifie pas que chez Thatcher il n’y pas de savoir-faire tactique. Au contraire elle a conjugué durablement cette maîtrise de l’art politique avec un corpus puissant de convictions. Mais cela a fini par s’user : elle est finalement éjectée de la vie politique en 1990 du fait de la lassitude qu’elle a généré et de sa volonté de mettre en œuvre ses convictions (opposition farouche au fédéralisme européen, poll tax) à n’importe quel prix, ce qu’elle a effectivement fini par payer.

Jacques Leruez : On parle souvent de pragmatisme mais Margaret Thatcher fonctionnait malgré tout autour d’une doctrine bien définie, qu’on a appelée néolibérale, qui consistait à libéraliser l’économie des contraintes qui s’étaient imposées à elle notamment le système de protection sociale. Les garde-fous sociaux qui avaient été inventés à l’issue de la Seconde Guerre mondiale y ont malgré tout survécu, elle n’a pas laissé de désert social alors que le gouvernement Cameron va peut-être finir par le faire. Elle a surtout enlevé la notion de totale gratuité qui régissait le système de santé avant qu’elle ne le prenne en main.

Les peuples d'Europe sont-ils en train de réclamer davantage de dirigeants capables de combativité sur le modèle de madame Thatcher ?

Pierre-François Gouiffès : Les conditions économiques et sociales sont très différentes de celles d’il y a trente ans sous Thatcher. Ainsi, depuis la crise de 2008, la plupart des gouvernements occidentaux ont été balayés lors des élections. Pour autant, le modèle Thatcher renvoie peut-être à l’idéal ou au fantasme français d’un « homme providentiel » capable de redresser une situation qui semble très compromise.

Jacques Leruez : Il semblerait en effet que de plus en plus de peuples européens réclament des dirigeants capables de s’opposer à l’Europe même si ne le veulent pas forcément pour les mêmes raisons idéologiques que celles pour lesquelles le faisait Margaret Thatcher. Ce qui est sûr c’est qu’elle avait une vision de l’Europe qui prenait la forme du développement du marché intérieur et de la libéralisation des échanges comme dans son propre pays sans pour autant remettre en cause les nations. 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nervall
- 10/04/2013 - 04:47
eviter l'UE
la seule admiration pour elle , c'est d'avoir empeché son pays de s'engouffrer dans cette UE , union euthanasie de groupe avec une monnaie pour dé biles mentaux , vendu de surcroit par les allemands aux USA en 2004 , on a l'etoffe des heros avec giscard et mitterrand , deux malades qui ont detruit la france avec cet euro de malheur
DEL
- 10/04/2013 - 02:36
Libéralisme
Maggie voulaient des riches plus riches, et elle les a eus, comme elle voulaient des pauvres plus pauvres, et elle les a eus aussi: quelques millionnaires de plus pour quelques centaines de milliers de pauvres de plus: c'est le libéralisme.
golvan
- 09/04/2013 - 20:36
@ pihoui
Navré de vous ennuyer mais j'ai bien l'impression de parler de Margaret Thatcher, ce qui semble être le sujet de l'article.
Je fais seulement remarquer qu'en GB on verse autant d'aides sociales qu'en France, Thatcher ou pas.
Et c'est quoi votre avis pihoui ? à supposer que vous en ayez un.