En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 56 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 13 heures 21 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 17 heures 9 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 19 heures 13 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 13 heures 26 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 15 heures 58 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 19 heures 7 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
La politique monétaire accommodante de la Fed profitait à l'économie mondiale selon Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine.
© Reuters
La politique monétaire accommodante de la Fed profitait à l'économie mondiale selon Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine.
Complètement fou ?

Geyser à billets : à qui profite la politique monétaire de la Fed ?

Publié le 27 mars 2013
Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine, estime officiellement que la politique monétaire accommodante de la Fed profitait à l'économie mondiale et rejette l'idée de dévaluation compétitive.
Alexandra Estiot est économiste, spécialiste des Etats-Unis chez BNP Paribas.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Estiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Estiot est économiste, spécialiste des Etats-Unis chez BNP Paribas.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine, estime officiellement que la politique monétaire accommodante de la Fed profitait à l'économie mondiale et rejette l'idée de dévaluation compétitive.

Atlantico : Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine, a estimé dans un discours que la politique monétaire de la Fed, en améliorant la situation économique américaine, profitait à l'ensemble de l'économie mondiale. Est-ce vraiment le cas ?

Alexandra Estiot : L'amélioration de la situation conjoncturelle macroéconomique américaine et l'absence de risques sur le système financier mondial sont deux éléments très positifs pour l'économie américaine. Le rôle de la Fed est à la fois d'éviter tout risque systémique et d'assurer la stabilité du système financier américain, deux éléments qui inéluctablement impactent la conjoncture mondiale. N'oublions pas que les Etats-Unis restent la première économie mondiale et que toute amélioration de son économie enlève un poids au reste du monde, surtout en cette période.

Cependant, il faut nuancer les propos de Ben Bernanke sur les effets de la croissance américaine sur le reste du monde. L'intensité de la croissance américaine en importation est moindre que par le passé ce qui signifie qu'à croissance égale, les Etats-Unis importeront moins qu'avant. Les gains pour le reste du monde seront moins importants. Il s'agit cependant d'une bonne nouvelle qui traduit un certain rééquilibre puisque les déficits extérieurs persistants de l'économie américain représentaient un déséquilibre entre épargne et investissement - les ménages investissaient plus qu'ils ne pouvaient se le permettre - qui avaient été en partie à l'origine de la crise de 2008-2009. Les effets bénéfiques d'un retour de la croissance américaine seront donc plus faibles que par le passé mais amorce une plus grande stabilité.

Contrairement à ce que prétend Ben Bernanke, pouvons-nous parler de dévaluation compétitive, comme l'estiment certains pays émergents, par l'affaiblissement du dollar qui résulte de se politique monétaire accommodante ? 

Le niveau du dollar par rapport aux autres devises internationales n'est pas un objectif de la Fed. Tout comme en zone euro, il n'y a pas de politique de change active de la part des Etats-Unis. La dépréciation du dollar n'est qu'une conséquence d'un différentiel de taux d'intérêt. Il s'agit d'un effet secondaire de la politique monétaire accommodante mais en rien d'un effet recherché.

D'ailleurs, les gains issus d'un dollar faible ne sont pas aussi important qu'on pourrait le croire pour les Etats-Unis dans la mesure où il s'agit d'une économie relativement fermée. Les importations représentent moins de 15% de la demande totale. On ne peut donc relancer l'économie américaine via les importations contrairement à une idée reçue.

En revanche, cela a des effets potentiels se traduisant par un moindre attrait des actifs américains et donc de plus faibles entrées de capitaux d'autant que la dépréciation d'une monnaie peut avoir des effets sur l'inflation. Et l'Europe n'est pas particulièrement la première victime de cette politique puisque l'euro reste relativement à son équilibre si l'on regarde les taux de change effectifs.

Faut-il croire le président de la Fed lorsqu'il précise, dans un discours prononcé à la London School of Economics, que presque la totalité des pays du G7 mènent une politique similaire à la sienne ?

Il faut reconnaître que les taux directeurs des banques centrales des pays occidentaux sont presque tous proche de zéro. La Fed et la BCE. En réalité  la BCE n'a tout simplement pas utilisé les mêmes instruments que la Fed, la Banque d'Angleterre ou la Banque du Japon. Pour assurer la liquidité, l’institution de Francfort n'est pas passée par les achats passifs de titres mais par une distribution de liquidités bancaires à coût très faible. Précisons au passage que les deux programmes de LTRO (Opération de refinancement à long terme, des prêts accordés aux banques afin d'éviter un assèchement du crédit, il s'agit d'une des principales mesures non-conventionnelles adoptées par la BCE, ndlr) ont gonflé le bilan de la BCE plus que celui de la Fed.

Les liquidités ne passent tout simplement pas par les mêmes canaux pour des raisons bien particulières qui tiennent à la structure des économies européenne et américaine. Outre-Atlantique, les entreprises non financières se financent en s'endettant de manière importante sur les marchés obligataires alors qu'en zone euro, la grosse majorité du financement passe par du crédit bancaire. Il faut donc assurer la liquidité au niveau bancaire. La Fed n'a pas été plus active que la BCE. Les outils ont simplement divergé pour répondre à deux contextes macroéconomiques différents même si les finalités sont les mêmes.

Alors que la croissance américaine reste encore fragile, Wall Street a récemment atteint de nouveaux records. La politique de la Fed profite t-elle surtout... aux marchés plus qu'à l'économie réelle ?

La croissance américaine est plus forte qu'elle n'y parait même si la nouvelle voie suivie ne sera pas aussi forte que par le passé du fait des efforts de rigueur budgétaire. L'objectif de la Fed consiste à s'occuper du marché obligataire, donc la dette d'Etat. Résultat, les bons du Trésor sont chers ce qui incite les investisseurs à se tourner vers d'autres produits moins coûteux. C'est une façon de réorienter les flux d'épargne des différents agents vers les secteurs productifs de l'économie comme la dette des entreprises, les actions, et via le système bancaire, le crédit aux entreprises...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titine
- 27/03/2013 - 17:23
Ils vont nous plombé
tous, les uns après les autres. Déjà, notre épargne, assurance vie ne sert qu'à boucher les trous des banques et les pays en faillite (après la grèce, l'espagne, chypre...).