En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 36 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 9 heures 13 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 56 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 53 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 18 heures 22 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 56 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 58 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 52 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 35 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 17 heures 5 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 18 heures 1 min
© Reuters
La politique monétaire accommodante de la Fed profitait à l'économie mondiale selon Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine.
© Reuters
La politique monétaire accommodante de la Fed profitait à l'économie mondiale selon Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine.
Complètement fou ?

Geyser à billets : à qui profite la politique monétaire de la Fed ?

Publié le 27 mars 2013
Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine, estime officiellement que la politique monétaire accommodante de la Fed profitait à l'économie mondiale et rejette l'idée de dévaluation compétitive.
Alexandra Estiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Estiot est économiste, spécialiste des Etats-Unis chez BNP Paribas.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine, estime officiellement que la politique monétaire accommodante de la Fed profitait à l'économie mondiale et rejette l'idée de dévaluation compétitive.

Atlantico : Ben Bernanke, le président de la Banque centrale américaine, a estimé dans un discours que la politique monétaire de la Fed, en améliorant la situation économique américaine, profitait à l'ensemble de l'économie mondiale. Est-ce vraiment le cas ?

Alexandra Estiot : L'amélioration de la situation conjoncturelle macroéconomique américaine et l'absence de risques sur le système financier mondial sont deux éléments très positifs pour l'économie américaine. Le rôle de la Fed est à la fois d'éviter tout risque systémique et d'assurer la stabilité du système financier américain, deux éléments qui inéluctablement impactent la conjoncture mondiale. N'oublions pas que les Etats-Unis restent la première économie mondiale et que toute amélioration de son économie enlève un poids au reste du monde, surtout en cette période.

Cependant, il faut nuancer les propos de Ben Bernanke sur les effets de la croissance américaine sur le reste du monde. L'intensité de la croissance américaine en importation est moindre que par le passé ce qui signifie qu'à croissance égale, les Etats-Unis importeront moins qu'avant. Les gains pour le reste du monde seront moins importants. Il s'agit cependant d'une bonne nouvelle qui traduit un certain rééquilibre puisque les déficits extérieurs persistants de l'économie américain représentaient un déséquilibre entre épargne et investissement - les ménages investissaient plus qu'ils ne pouvaient se le permettre - qui avaient été en partie à l'origine de la crise de 2008-2009. Les effets bénéfiques d'un retour de la croissance américaine seront donc plus faibles que par le passé mais amorce une plus grande stabilité.

Contrairement à ce que prétend Ben Bernanke, pouvons-nous parler de dévaluation compétitive, comme l'estiment certains pays émergents, par l'affaiblissement du dollar qui résulte de se politique monétaire accommodante ? 

Le niveau du dollar par rapport aux autres devises internationales n'est pas un objectif de la Fed. Tout comme en zone euro, il n'y a pas de politique de change active de la part des Etats-Unis. La dépréciation du dollar n'est qu'une conséquence d'un différentiel de taux d'intérêt. Il s'agit d'un effet secondaire de la politique monétaire accommodante mais en rien d'un effet recherché.

D'ailleurs, les gains issus d'un dollar faible ne sont pas aussi important qu'on pourrait le croire pour les Etats-Unis dans la mesure où il s'agit d'une économie relativement fermée. Les importations représentent moins de 15% de la demande totale. On ne peut donc relancer l'économie américaine via les importations contrairement à une idée reçue.

En revanche, cela a des effets potentiels se traduisant par un moindre attrait des actifs américains et donc de plus faibles entrées de capitaux d'autant que la dépréciation d'une monnaie peut avoir des effets sur l'inflation. Et l'Europe n'est pas particulièrement la première victime de cette politique puisque l'euro reste relativement à son équilibre si l'on regarde les taux de change effectifs.

Faut-il croire le président de la Fed lorsqu'il précise, dans un discours prononcé à la London School of Economics, que presque la totalité des pays du G7 mènent une politique similaire à la sienne ?

Il faut reconnaître que les taux directeurs des banques centrales des pays occidentaux sont presque tous proche de zéro. La Fed et la BCE. En réalité  la BCE n'a tout simplement pas utilisé les mêmes instruments que la Fed, la Banque d'Angleterre ou la Banque du Japon. Pour assurer la liquidité, l’institution de Francfort n'est pas passée par les achats passifs de titres mais par une distribution de liquidités bancaires à coût très faible. Précisons au passage que les deux programmes de LTRO (Opération de refinancement à long terme, des prêts accordés aux banques afin d'éviter un assèchement du crédit, il s'agit d'une des principales mesures non-conventionnelles adoptées par la BCE, ndlr) ont gonflé le bilan de la BCE plus que celui de la Fed.

Les liquidités ne passent tout simplement pas par les mêmes canaux pour des raisons bien particulières qui tiennent à la structure des économies européenne et américaine. Outre-Atlantique, les entreprises non financières se financent en s'endettant de manière importante sur les marchés obligataires alors qu'en zone euro, la grosse majorité du financement passe par du crédit bancaire. Il faut donc assurer la liquidité au niveau bancaire. La Fed n'a pas été plus active que la BCE. Les outils ont simplement divergé pour répondre à deux contextes macroéconomiques différents même si les finalités sont les mêmes.

Alors que la croissance américaine reste encore fragile, Wall Street a récemment atteint de nouveaux records. La politique de la Fed profite t-elle surtout... aux marchés plus qu'à l'économie réelle ?

La croissance américaine est plus forte qu'elle n'y parait même si la nouvelle voie suivie ne sera pas aussi forte que par le passé du fait des efforts de rigueur budgétaire. L'objectif de la Fed consiste à s'occuper du marché obligataire, donc la dette d'Etat. Résultat, les bons du Trésor sont chers ce qui incite les investisseurs à se tourner vers d'autres produits moins coûteux. C'est une façon de réorienter les flux d'épargne des différents agents vers les secteurs productifs de l'économie comme la dette des entreprises, les actions, et via le système bancaire, le crédit aux entreprises...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titine
- 27/03/2013 - 17:23
Ils vont nous plombé
tous, les uns après les autres. Déjà, notre épargne, assurance vie ne sert qu'à boucher les trous des banques et les pays en faillite (après la grèce, l'espagne, chypre...).