En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 10 heures 46 sec
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 11 heures 33 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 12 heures 48 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 15 heures 25 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 16 heures 29 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 21 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 10 heures 39 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 12 heures 16 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 14 heures 42 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 19 heures 34 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 20 heures 27 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 9 heures
© Flickr/danielmoyle
Les huit budgets de rigueur mis en place en cinq ans ont-ils sauvé l'Irlande ?
© Flickr/danielmoyle
Les huit budgets de rigueur mis en place en cinq ans ont-ils sauvé l'Irlande ?
Mode d'emploi

Italie, Irlande... Existe-t-il des politiques d'austérité efficaces ?

Publié le 24 mars 2013
Le 13 mars, l'Irlande a retrouvé le chemin des marchés financiers en émettant pour la première fois depuis le plan d'aide européen de 2010 des obligations du Trésor à dix ans. Les huit budgets de rigueur mis en place en cinq ans ont-ils sauvé le Tigre celtique ?
Pascal Salin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Salin est Professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Il est docteur et agrégé de sciences économiques, licencié de sociologie et lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.Ses ouvrages les plus récents sont  La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 13 mars, l'Irlande a retrouvé le chemin des marchés financiers en émettant pour la première fois depuis le plan d'aide européen de 2010 des obligations du Trésor à dix ans. Les huit budgets de rigueur mis en place en cinq ans ont-ils sauvé le Tigre celtique ?

Des politiques d'austérité ont été décidées au cours des années ou des mois récents dans de nombreux pays, en particulier en Europe. Mais ce terme – "politiques d'austérité" – est quelque peu ambigu et il recouvre des réalités variées. Peut-être serait-il alors préférable de les désigner par ce qu'elles sont, à savoir des politiques de réduction du déficit budgétaire. Mais pour les évaluer correctement, il convient de rappeler le contexte dans lequel elles ont été décidées. Elles font suite, bien évidemment, à la crise financière et économique des années récentes. Mais peut-être faut-il aussi rappeler que cette crise s'est souvent inscrite dans une situation de plus long terme, que l'on appelle parfois "eurosclérose" et qui est caractérisée par une faible croissance et un taux de chômage élevé. Tel est en particulier le cas de la France. Cette situation est la conséquence directe d'un excès de prélèvements obligatoires qui détruit les incitations productives et d'un excès de réglementations qui paralyse les marchés (en particulier le marché du travail).

Malheureusement, les gouvernements prétendent relancer l'activité économique en pratiquant des politiques de déficit budgétaire (qu'on appelle souvent, précisément mais à tort, des politiques de relance) sous prétexte d'accroître la demande globale et donc d'augmenter les débouchés pour les producteurs. Ce faisant ils appliquent aveuglément les préceptes de la théorie keynésienne. Mais cette théorie est malheureusement totalement erronée.

En effet, on peut démontrer qu'il est impossible d'augmenter ex nihilo la demande globale : l'augmentation des dépenses publiques doit être financée et elle l'est nécessairement aux dépens de la consommation et de l'investissement privés. Un pays comme la France enregistre continuellement des déficits budgétaires depuis quarante ans et la crise a apporté un prétexte supplémentaire pour accroître le déficit. Mais une telle politique est évidemment un échec, puisque la crise ne peut pas s'expliquer par une "insuffisance de demande globale" : elle a été provoquée en particulier par une création monétaire excessive.

Il est tout à fait frappant que quelque années ou quelques mois après s'être lancés dans des politiques d'augmentation des déficits publics (appelées à tort politiques de relance), les gouvernements se trouvent maintenant acculés à pratiquer des politiques de réduction du déficit (appelées "politiques d'austérité"). En effet, ils se rendent compte qu'ils ont des difficultés à rembourser leurs dettes et à payer les intérêts. Ils risquent donc la dégradation de leurs notes par les agences de notation, ce qui conduit à une augmentation des taux d'intérêt qui leur sont demandés. Il peut en résulter un cercle vicieux, l'augmentation des taux d'intérêt accroissant les déficits budgétaires et rapprochant les gouvernements d'une situation de cessation de paiement.

Il aurait certes mieux valu ne pas se lancer dans des politiques continuelles de déficit budgétaire. Mais on ne peut malheureusement pas refaire le passé et il n'y a maintenant pas d'autre solution que de réduire le déficit (et même, si possible, d'obtenir un excédent budgétaire pour rembourser la dette !). Mais il y a deux moyens d'y arriver : en réduisant les dépenses publiques ou en augmentant les impôts. Augmenter les impôts contribue à la destruction des incitations productives, réduit donc le taux de croissance et donc les recettes fiscales futures, au risque d'accroître le déficit.

La bonne politique d'austérité est celle qui consiste à réduire les dépenses publiques. Et on devrait même considérer comme souhaitable une baisse des dépenses publiques tellement importante que l'on pourrait simultanément diminuer la pression fiscale. Comme on le sait, en France on a essentiellement choisi l'augmentation des impôts, en particulier sur ceux qui sont les plus créateurs de richesses, et l'on peut donc s'attendre à une longue période de stagnation et de chômage élevé. Peut-être pourra-t-on même prendre la France comme un modèle d'échec de la politique d'austérité.

Mais existe-t-il des modèles d'austérité réussie ? Aucun ne s'impose véritablement et l'on ne peut guère parler de modèle qu'en termes relatifs. Tel semble être le cas de l'Irlande. En effet, dans ce pays, le gouvernement a essentiellement pratiqué une politique de réduction très vigoureuse des dépenses publiques, mais il s'est efforcé de ne pas trop utiliser l'instrument de la fiscalité : ainsi, il a créé une taxe foncière et augmenté les cotisations sociales, mais il s'est refusé à augmenter le taux de l'impôt sur les sociétés (le taux de 12,5 % est attractif pour les investissements étrangers) ou à accroître la fiscalité sur les revenus ou les patrimoines élevés. Il serait certes excessif de parler d'un "miracle irlandais", mais, compte tenu de la situation extrêmement difficile que ce pays a connue, on peut apprécier le fait qu'il enregistre maintenant un taux de croissance de l'ordre de 1%.

L'Italie a également résisté à la tentation démagogique de s'en prendre aux contribuables les plus riches. Ses gouvernements ont essentiellement augmenté d'un point la TVA, mais surtout pratiqué de larges diminutions des dépenses publiques (impliquant certainement des sacrifices pour les fonctionnaires) et introduit plus de flexibilité sur le marché du travail. Mais il est encore trop tôt pour apprécier le résultat de cette politique dans un pays dont la dette publique est l'une des plus élevées au monde. Il semble cependant que sa croissance, négative en 2012 à un taux de – 2%, se rapproche maintenant de zéro.

La politique d'austérité ne peut évidemment pas avoir d'effets immédiats. Après les immenses distorsions apportées dans les structures productives au cours des années passées par des politiques monétaires et économiques déstabilisatrices, les politiques d'austérité s'imposent. Mais elles impliquent à leur tour des changements structurels qui ne peuvent pas se faire immédiatement. Il faudra encore du temps avant que les bonnes politiques d'austérité donnent véritablement leurs effets. Quant aux politiques d'austérité mal conçues, prendra-t-on conscience rapidement de leurs échecs ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yvonman53
- 24/03/2013 - 22:24
OK
Ça ne marche pas en Grande Bretagne.