En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 14 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 15 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 18 heures 12 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 11 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 11 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 15 heures 2 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 15 heures 58 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 17 heures 53 sec
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 11 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 14 heures
© Reuters
Quelles sont les catégories qui vont être le plus touchée par les nouvelles mesures de financement de retraites ?
© Reuters
Quelles sont les catégories qui vont être le plus touchée par les nouvelles mesures de financement de retraites ?
A la caisse !!!

Réforme des retraites : à quels Français le gouvernement va-t-il vraiment demander de faire des efforts ?

Publié le 12 mars 2013
Marisol Touraine, la ministre de la Santé et des Affaires sociales, a déclaré dimanche qu'il fallait s'attendre à "des efforts de la part de l'ensemble des Français" pour financer la réforme des retraites à venir. Petit tour d'horizon des heureux élus potentiels.
Philippe Crevel et Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est un spécialiste des questions macroéconomiques, des questions relatives à l’épargne et à la retraite. Il suit particulièrement les dossiers concernant les finances publiques, l’emploi ainsi que les politiques publiques. Jacques Bichot...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marisol Touraine, la ministre de la Santé et des Affaires sociales, a déclaré dimanche qu'il fallait s'attendre à "des efforts de la part de l'ensemble des Français" pour financer la réforme des retraites à venir. Petit tour d'horizon des heureux élus potentiels.

Atlantico : Quelles sont les catégories qui vont être le plus touchée par les nouvelles mesures de financement de retraites ?

Philippe Crevel : La retraite concerne tous les Français, soit en tant que futurs retraités soit en tant que retraités. Notre système de retraite repose sur la répartition qui assure, en effet, plus de 85 % des revenus des retraités ; or selon ce système, ce sont les cotisations acquittées par les actifs et les entreprises qui permettent le financement des pensions. Avec un déficit qui devrait tourner autour d’une vingtaine de milliards d’euros d’ici 2020, les voies et les moyens de la réforme ne peuvent que concerner tout le monde. De manière plus ou moins explicite, le gouvernement et les partenaires sociaux joueront à la fois sur les dépenses (les pensions) et sur les recettes (taxes et cotisations).

Le gouvernement devrait recourir à plusieurs curseurs pour tenter d’équilibrer les comptes des régimes de base. Il pourrait ainsi allonger la durée de cotisation qui est actuellement fixée à 41,5 années. Depuis 2003, elle augmente en fonction de l’espérance de vie à la retraite. Les pouvoirs publics pourraient accélérer le mouvement en la portant à 42 voire 42,5 années. L’inconvénient de cette mesure est son faible rendement à court terme. En revanche, à la différence du report de l’âge légal, elle ne pénalise pas ceux qui ont commencé à travailler tôt. Autre piste qui toucherait l’ensemble des actifs, la modification du mode de calcul des pensions. En lieu et place des vingt cinq meilleures années, le gouvernement pourrait imposer comme le suggère le Conseil d’orientation des retraites l’ensemble de la carrière. Il en résulterait, en moyenne, une baisse des futures pensions. Cette mesure pose un réel problème d’équité car la retraite des fonctionnaires est calculée sur la base de 75 % des six derniers mois.

Les cadres et les retraités risquent d’être les premières victimes de la réforme en préparation. Les négociations en cours de discussion sur l’Agirc et l’Arrco dont les réserves financières disparaitront entre 2016 et 2020 devraient aboutir à une désindexation des pensions plus ou moins longue. Cette disposition frappera en priorité les cadres retraités. Ceux en activité pourraient être également pénalisés à travers une augmentation des cotisations qui n’ouvriraient pas de nouveaux droits pour la retraite.

Les retraités pourraient également être mis à contribution par le relèvement du taux de CSG qui est aujourd’hui inférieur à celui des actifs. De même, le gouvernement pourrait supprimer l’abattement de 10 % applicable aux pensions pour le calcul de l’impôt sur le revenu.

Jacques Bichot : Pour faire des économies, le moyen le plus efficace est de mettre tout le monde à contribution. Et si on demande également aux cotisants et/ou contribuables de mettre la main à la poche, cela est encore plus efficace dans l’immédiat. La pression fiscale et celle des cotisations sociales sont déjà si fortes qu’on ne peut pas en rajouter beaucoup. Ce sont donc les retraités, globalement moins à plaindre que les jeunes, qui devraient logiquement faire le plus gros effort. Je ne crois pas que l’on puisse conserver éternellement le tabou de la protection des retraités qui n’est ni justifié, ni soutenable. Si on ne rééquilibre pas en faveur des jeunes et des travailleurs, la guerre des générations pourrait bien pointer son nez !

Avec là encore un problème à résoudre : certains perçoivent de toutes petites pensions, et il faudrait les exempter de cet effort. Mais la multiplicité des régimes rend cela difficile : quatre ou cinq pensions minimes peuvent au total procurer une réelle aisance. Pour pouvoir organiser les sacrifices de manière équitable, il nous faudrait un régime unique. Quand va-t-on enfin aller dans ce sens ?

La plupart des économies permises par la réforme de 2010 ont porté sur les salariés. Cela va t-il encore être le cas ?

Philippe Crevel : Le régime général des salariés est le premier concerné par les déficits d’où la nécessité de prendre des mesures d’ajustement. Certes, le régime général sert de béquille à de nombreux régimes spéciaux. En outre, la question du financement des retraites des fonctionnaires reste entière même si le taux de cotisation est en cours d’harmonisation. Dans les faits, il est plus facile de prendre des mesures qui impactent les salariés que d’en prendre qui concernent les fonctionnaires ou les bénéficiaires des régimes spéciaux. Le gouvernement pourra-t-il mécontenter sa base qui doit avaler actuellement bien des couleuvres ?

Jacques Bichot : Les travailleurs étant aux neuf dixièmes des salariés du privé ou du public, il est clair que ce sont ceux-là qui procureront la majorité des économies (anciens travailleurs) et des ressources (personnes actuellement en emploi). Les travailleurs indépendants doivent faire un effort équivalent en proportion, pas en volume.

Reste la répartition des efforts entre salariés du privé et du public. Les retraites du public sont incontestablement plus généreuses, donc il ne serait pas anormal que la fonction publique soit globalement davantage mise à contribution.

Va t-on briser le "tabou" des retraités en les mettant directement à contribution ?

Philippe Crevel : Le tabou est déjà tombé. Le gouvernement a, en effet, institué une contribution sur les pensions de 0,3 % qui passera à 0,6 % en 2014 afin que les retraités participent au financement de la dépendance. Les règles de désindexation mises en œuvre depuis 1993 commencent également à réduire le pouvoir d’achat des retraités. Si avant 1993 les pensions étaient indexées aux salaires, elles le sont depuis à l’indice INSEE hors tabac. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault pourrait aller plus loin en désindexant complètement les pensions ce qui pourrait ponctionner le pouvoir d’achat des retraités de plus d’un milliard d’euros en 2013. Il faut, par ailleurs, souligner que les retraités français ne sont pas tous des nantis, la retraite moyenne est inférieur à 1300 euros par mois.

Les hauts revenus et les entreprises avaient été plutôt épargnés en 2010 . Peut-on s'attendre à une plus forte ponction de la part du nouveau gouvernement ?

Philippe Crevel : La retraite par répartition suppose que ce sont les actifs qui paient pour les pensions des actuels retraités. Il s’agit d’une solidarité intergénérationnelle et professionnelle. Ce n’est qu’à titre accessoire et pour financer des actions de solidarité que les revenus non professionnels, c'est-à-dire les revenus issus du patrimoine sont appelés à l’aide. Avec des prélèvements sociaux de 15,5 %, avec l’assujettissement de nombreux produits de l’épargne au barème de l’impôt sur le revenu, il est difficile de trouver de nouvelles recettes à la hauteur des besoins en taxant le patrimoine. Il serait certes envisageable de faire cotiser plus fortement les cadres supérieurs et dirigeants sans constitution de droits pour la retraite mais il faut souligner que le taux de remplacement, c'est-à-dire le montant de la pension par rapport au dernier salaire est déjà faible et est en déclin, il est entre 40 et 55 % voire moins dans certains cas. Aller dans cette direction risquerait d’ouvrir encore plus grande les portes vers l’expatriation des cadres supérieurs.

Les entreprises quant à elles devront payer une partie de l’augmentation des cotisations pour les complémentaires. En ce qui concerne les régimes de base, elles supportent déjà une partie de l’augmentation des cotisations pour financer le retour partiel de la retraite à 60 ans décidée par François Hollande. Une nouvelle augmentation des cotisations serait un très mauvais signal et pourrait avoir dans le contexte économique actuel de lourdes conséquences en matière d’emploi et d’investissement.

Quels sont ceux qui, malgré des beaux discours politiques, pourront échapper à la réforme ?

Philippe Crevel : Sans restauration d’une croissance à 2 %, nul ne pourra échapper à une dure remise en cause de notre système de retraite. Ce dernier a été bâti quand la France comptait peu de retraités, le plein emploi et un taux de croissance supérieur à 3 %. Avec l’arrivée des classes nombreuses du baby boom à la retraite, avec l’allongement de l’espérance de vie et avec une stagnation économique de longue période, nous sommes tous confrontés au problème du financement des retraites. Les digues qui aujourd’hui protègent la fonction publique ne seront pas éternelles. Un gouvernement ambitieux et courageux pourrait opter pour une réforme systémique qui rebattrait l’ensemble des cartes. Une réforme systémique pourrait permettre l’instauration d’un régime unique par points plaçant l’ensemble des actifs en situation d’égalité. Les pensions pourraient être calculées en prenant en compte, comme en Suède, l’espérance de vie à la retraite. Certes, ce système ne résout pas en soi les problèmes de financement, mais il permet sans secousse et de manière neutre d’ajuster les dépenses aux recettes. Une telle réforme a été réalisée en Suède et également en Italie. La CFDT y est favorable tout comme certains économistes proches du PS comme Antoine Bozio ou Thomas Piketty. Alors, pourquoi toujours remettre à demain, cette réforme…

Jacques Bichot : Il faut distinguer entre mesures d’urgence (désindexer les pensions), mesures à moyen terme (augmenter la durée d’assurance requise pour le taux plein, relever encore les âges légaux de la retraite), et les mesures structurelles (unification du système, passage aux points, modification des règles d’attribution des droits à pension en prenant mieux en compte l’investissement dans la jeunesse). Pour les mesures d’urgences, il ne devrait pas y avoir trop d’échappatoires. Pour les autres, ce sera la lutte des lobbies !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (56)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MALUFRA
- 13/03/2013 - 21:03
Enfoiré
Et l'alignement des droits de retraites des fonctionnaires sur le privé?et les retraites dorées de la SNCF? et tout le reste.
zozo26
- 13/03/2013 - 14:08
libéralisme
Encore un problème lié à cet esprit de solidarité franchouillard issu de la République des pourris assassins en 1789. En réalité, le système de répartition est pourri, il a fonctionné à la seule condition qu'il ne viennent pas peu à peu bénéficier aux escrocs de la diversité mais aux français de souche en priorité. ce pays marche sur la tête et nous allons devoir travailler plus longtemps et payer pour toute la bande. il y en a vraiment marre de ce pays; Voyez ce qu'est la corporatisme à l'étranger, je cotise oui , plus longtemps oui, mais pour moi et dans le cadre soit de ma firme ou de ma profession. France = nullité.
yvonman53
- 13/03/2013 - 12:04
retraite
Il ne devrait n'y avoir qu'une seule caisse pour la retraite de base pour tout le monde ,cotisation identiques.
On ne peut que penser qu'il va y avoir une augmentation des prélèvements.