En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

04.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

07.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

01.

Un concours de sosie de William et Kate Middleton

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Apple Pay
2020 : 99 % des cartes françaises seront compatibles Apple Pay
il y a 12 heures 23 min
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Là où chantent les écrevisses" : un roman qui a déjà conquis 4 millions de lecteurs

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Santé
Un nouveau débat ?

Fongicides : ces lanceurs d’alerte qui plombent les débats scientifiques

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 20 heures 56 min
décryptage > High-tech
Adieu l'intimité !

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Economie
Attention !

Alerte au Coronavirus sur l’économie mondiale : une panique planétaire couve sur les marchés

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Politique
Un parti à bout de souffle ?

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

il y a 22 heures 24 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Coronavirus : l'OMS fait évoluer son évaluation de la menace en la qualifiant "d'élevée" à l'international
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 13 heures 12 min
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 15 heures 57 min
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Politique
Nouvelle technologie

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Politique
Lendemains qui déchantent

L’Europe face à une gueule de bois post Brexit

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Santé
Le fugitif

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Société
Inquiiétude

De l’inquiétant au dramatique : ces réalités diverses qui se cachent derrière le chiffre global de la hausse des actes racistes et xénophobes

il y a 21 heures 31 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit à J-4 : Boris Johnson doit tout changer pour que rien ne bouge

il y a 21 heures 57 min
pépite vidéo > Social
Aucune réponse du gouvernement
Eric Drouet se confie sur sa décision de se retirer du mouvement des Gilets jaunes
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Politique
Officialisation
Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, s’engage dans la campagne des municipales et sera tête de liste à Tourcoing
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
S'il continue de tergiverser, François Hollande devra tôt ou tard expliquer qu'il faut abandonner l'idée d'une politique de relance.
© Reuters
S'il continue de tergiverser, François Hollande devra tôt ou tard expliquer qu'il faut abandonner l'idée d'une politique de relance.
Désillusion

Comment annoncer à la majorité qu'il va falloir abandonner le programme présidentiel : François Hollande face au mur des réalités

Publié le 02 mars 2013
S'il continue de tergiverser, François Hollande devra tôt ou tard expliquer qu'il faut abandonner l'idée d'une politique de relance pour une politique de compétitivité financée par une réduction des dépenses publiques.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S'il continue de tergiverser, François Hollande devra tôt ou tard expliquer qu'il faut abandonner l'idée d'une politique de relance pour une politique de compétitivité financée par une réduction des dépenses publiques.

La semaine de François Hollande s’est terminée vendredi par une sorte de conseil de guerre économique convoqué d’urgence à l’Elysée en début d’après-midi. Il y avait là, le cœur de la gouvernance. Le président et son conseiller Emmanuel Macron ont consulté pendant deux heures, Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici et Michel Sapin. Rien n’a filtré hormis le fait que ce conseil de crise devait examiner les conséquences de l’effondrement des ventes dans l’automobile. Comme si les membres des gouvernements avaient découvert ce matin la situation très critique du secteur.

La semaine de François Hollande a été une fois de plus désastreuse. Une avalanche de mauvaises nouvelles auxquelles, lui et son gouvernement, ont été incapables de répondre par une explication cohérente. S’en est suivie une succession de décisions complètement décalées, contradictoires et même dangereuses. Enfin, une série de voyages et de visites censées lui donner de la hauteur, comme d’habitude, mais qui ont encore flouté son image.

Plus les jours passent, plus le président de la République donne le sentiment de ne plus avoir de stratégie et de visibilité. Tout le monde s’en plaint, à commencer par ses ministres, ses collaborateurs et les dirigeants du Parti socialiste. "Tout remonte désormais à l’Elysée, comme autrefois avec Sarko", dit l’un des ministres. "Ce qui est nouveau avec Hollande, c’est que rien ne redescend". D’où le sentiment de désordre et d’indécision.

En début de semaine, les chiffres du chômage ont complètement affolé la "Hollandie" et provoqué une épouvantable cacophonie d’explications et de justifications. Les 3 169 000 demandeurs d’emplois inscrits au chômage dans la France métropolitaine à fin janvier (40.000 de plus en un mois) ont fait l’effet d’un électrochoc. Ce chiffre est tombé dans un moment où l’économie française nous a offert un bouquet de chiffres particulièrement graves, une croissance zéro en 2012 et 2013, des objectifs de rééquilibrage budgétaire qui ne seront pas atteints, un déficit de compétitivité qui continue de laminer nos positions… Mais avec le chômage, on n’est plus dans le concept ou dans les chiffres abstraits. On est dans la réalité qui va devenir intenable. Parce que si on ajoute aux 3 millions de chômeurs officiellement inscrits tous ceux qui se sont découragés, tous ceux qui ne se sont pas inscrits et qui sont en fin de droits, on dépasse les 5 millions de personnes placées en dehors du marché de l’emploi, soit 15 % de la population active. C’est surtout 25% chez les moins de 30 ans et les plus de 50 ans, d’où les risques d’explosion sociale et de violence dans certaines banlieues que surveille avec inquiétude  le ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

Tout le monde se rend compte que l'on ne peut pas, en l'état actuel des choses, espérer une reprise de l’activité de production, contrairement à ce que le président et le gouvernement avaient annoncé.

Et ce, pour deux raisons. D’une part, le matraquage fiscal infligé aux entreprises et aux créateurs de richesse a étouffé les projets. D’autre part, les facteurs de soutien extérieur sur lesquels on pouvait compter sont très fragiles. Les États-Unis sont en risque de ralentissement compte-tenu des coupes budgétaires. Quant à la Zone euro, elle est à nouveau très perturbée par le désordre italien. Or, la stabilité de l’euro paraissait acquise.

Cette situation renforce ceux qui, au PS, considèrent qu’on ne peut plus aggraver la pression fiscale mais qu’il va falloir développer une vraie politique de compétitivité avec une baisse des coûts (coût du travail, des impôts, de l’énergie et prix de l’euro). Ce qui implique évidemment des baisses de dépenses publiques (des vraies) et des réformes en profondeur d’ordre fiscal et social qu’on a toujours refusées d’aborder pour des raisons politiques évidentes.

Face à ce diagnostic qui n’a échappé à personne, l'Elysée est, cette semaine, resté complètement muet. Du coup les membres du  gouvernement sont partis dans tous les sens. Pierre Moscovici, ministre de l’Économie, qu’on n’entendait pas beaucoup, s’est fendu d’un voyage spectacle à Londres d’une  journée pour expliquer, aux caméras françaises qui le suivaient, que la France allait rester droite dans ses bottes en dépit d’une situation compliquée. Sur place, il a surtout été obligé d’écouter les Français résidents lui expliquer pourquoi ils avaient pris l’Eurostar pour venir travailler dans la City. Et ce n’était pas triste. Il n’y a pas que des bac +5 qui s’enrichissent dans la finance (très souvent d’ailleurs dans les grandes banques françaises qui ont toutes installé leur salle de marché sur la Tamise) mais il y a aussi des Bac-3 qui trouvent le petit boulot complètement impossible à Paris.

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement Productif a, certes, reçu l’appui, un peu puéril mais pas désintéressé, du président France de Coca-Cola, Tristan Faradet, mais il a aussi décidé de changer de registre : "on va désormais visiter les entreprises françaises qui marchent dans l’hexagone", dit un de ses proches. Bonne idée. Parce que si le gouvernement veut véritablement de la croissance, mieux vaut s’occuper des entreprises qui sont capables de la créer.

Encore qu’au patronat, on ne demande que deux choses : qu’on laisse travailler les entreprises en liberté et que l’on accepte que ceux qui créent de la richesse soit récompensés financièrement pour les risques qu’ils prennent. Sinon, ils n’en prendront pas et, s’ils ne prennent pas de risques, il n’y aura pas d’activité. C’est tout simple l’économie. Le jour où les gouvernants auront compris que l’on ne travaille que si on a intérêt à travailler, on aura fait de gros progrès. Le patronat est d’autant plus furieux que la base des patrons est très remontée. Outre la conjoncture, outre la fiscalité sur les dividendes et les plus-values que les patrons ne digèrent pas, la décision prise par le Sénat d’amnistier les faits de violence ou les entraves au droit du travail commis par les syndicalistes leur reste dans la gorge. A quoi sert la concertation et la négociation si on encourage le rapport conflictuel ? Le climat est d'autant plus tendu que le mouvement patronal est entré en campagne pour le renouvellement de la présidence. Alors Laurence Parisot  espère faire un troisième mandat ce qui impliquera un changement des statuts mais ces deux concurrents déclarés, Geoffroy Roux de Bézieux qui représente plutôt les jeunes entreprises et les start-ups et Pierre Gattaz, fils de son père, les entreprises familiales de taille moyenne et plutôt industrielle vont tout faire pour lui barrer la route en surfant sur la grogne et la rogne des chefs d’entreprise.  

De son côté, Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget, qui espère avoir éteint l’incendie qui s’était déclaré dans sa maison à propos d’un soupçon d’évasion fiscale, s’est lui aussi mis au grand écart. Il prévient qu’il faudra que le gouvernement trouve 6 milliards d’euros de plus. Il annonce qu’il faudra réduire les dépenses publiques plutôt qu’augmenter les impôts mais continue de défendre le bien fondé de la politique fiscale qui a été appliquée jusqu’à maintenant… Il va d’ailleurs jusqu’à expliquer le résultat des élections en Italie par l’échec de la politique économique de Mario Monti. Une politique punitive et récessive. Comprenne qui pourra. Il n’ira quand même pas jusqu’à se réjouir de l’éventuel retour de Sylvio Berlusconi. Il y a des limites au grand écart. Bref, le ministre du Budget se prépare lui aussi au changement mais rêve que le PS ne s’en aperçoive pas.

Si on comprend bien, pour le clan des pragmatiques socio-démocrates, les Cahuzac, Moscovici, et même certains jours Jean-Marc Ayrault, tout ce qu’ont fait François Hollande et la majorité c’est forcement  bien… mais il va falloir tout changer !

Ce qui est extraordinaire c’est que même Ségolène Royal est en train de se convertir au libéralisme. A peine nommée vice-présidente à la Banque publique d’investissement, elle a déclaré cette semaine au micro de RMC-BFM que la croissance reviendra par les entreprises. Plus question de redistribuer l’argent public pour créer de la demande et relancer la croissance. Ceux qu’il faut  aider ce sont les entreprises qui marchent par l’investissement et une meilleure compétitivité… Tout arrive mais on croit rêver.

La majorité des militants du PS, et surtout ceux du Front de gauche, ont très bien compris ce qui se préparait et  ne sont guère disposés à l’accepter. D’où la gêne des membres du gouvernement et le silence de l’Élysée.

Comment annoncer à la majorité politique qu’il va falloir abandonner le programme présidentiel, celui sur lequel le président a été élu, et changer de politique économique pour franchir le mur des réalités. François Hollande tergiverse et hésite. Sauf qu’il va bien être obligé de plonger dans le grand bain.

Il est harcelé de partout, à commencer par ses amis, les maires socialistes des grandes villes qui font remonter la grogne. Gérard Colomb, le maire de Lyon ne manque pas une occasion pour lui demander de changer d’attitude. Au point que cette semaine  Jean-Marc Ayrault a invité à dîner à Matignon, les barons PS, représentants les collectivités locales, Les Michel Destot, président des maires des grandes villes, les Christian Pierret pour les villes moyennes et Martin Malvy pour les petites communes. Ce n'est pas le début de la fronde contre l'État mais ça y ressemble. Les responsables des collectivités locales sont loin d'accepter les réductions de dotation (5 milliards en trois ans) sans compensations ou allègements de charges. Bref, ils ne veulent pas être les dindons de la farce budgétaire. Pour les calmer,  le Premier ministre leur a promis d’organiser une conférence nationale des finances locales le 12 mai. En attendant, M. Laignel, le président de la commission de financement local se plaint amèrement d’un gouvernement qui parle sans cesse de croissance et de relance mais qui fait surtout de la rigueur. Bref, une stratégie toujours aussi illisible.

Le pouvoir est également harcelé par  les chefs d’entreprise qui défilent chez Emmanuel Macron le secrétaire général adjoint, par les Allemands, par la commission de Bruxelles et la Banque centrale.

La presse allemande par exemple considère que le désordre en Italie va servir de révélateur aux faiblesses structurelles de la France et s’étonne que des membres du gouvernement puissent se réjouir de l’arrivée des deux clowns "Grillo et Berlusconi" après s’être félicité pendant plus d’un an du sérieux d’un Mario Monti.

Côté Banque centrale, Mario Draghi, lors d’une conférence à Munich, a rassuré les marchés en confirmant qu’il continuera d’alimenter le système en liquidités. Les Allemands n’ont pas réagi. Preuve qu’ils sont eux aussi très inquiets. Mais Mario Draghi a aussi rappelé à l’adresse de la France les règles du contrôle budgétaire. Une fois de plus.

Sur un tout autre plan, l’Élysée ne pourra pas non plus se taire éternellement sur la suppression du jour de carence pour les fonctionnaires qui fait des ravages dans le privé (où il y a trois jours de carence). Bref, il va falloir réagir vite. D’autant que le voyage à Moscou où il n’a pas été très bien reçu, ne lui a pas permis de réoccuper l’espace. Quant à la guerre au Mali, elle ne fait plus recette dans l’opinion publique.

Il lui faudra donc expliquer quel est le cap et comment on passe d’une politique de relance à une politique de compétitivité financée par une réduction des dépenses publiques. Il ne commencera sans doute pas la semaine prochaine, la France est encore en vacances d’hiver, mais les semaines suivantes, il faudra s’attendre à ce qu’il recommence à occuper les écrans de télévision tous les jours. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

04.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

07.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

01.

Un concours de sosie de William et Kate Middleton

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (100)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lesud83
- 07/03/2013 - 07:03
Fallait pas voter à gauche tout simplement !
J'ai lu les commentaires des lecteurs et il apparait que la grande majorité sont vraiment mécontents de la gestion pratiquée. "Les classes moyennes ne seront pas atteintes, plus hausse d'impôts... !" MENSONGES ! On pourrait penser que ces commentateurs ont voté pour la Hollande ? puisqu'ils ont TOUS DECUS ! Si c'est le cas, pour ceux qui sont concernés, TAISEZ-VOUS ! et ASSUMEZ votre imbécilité et votre peu de capacité de séparer et d'analyser les promesses des mensonges que même un enfant sans grande faculté intellectuelle aurait pu détecter. Que penser d'un président qui lors de la soirée de son élection, à la Bastille, assistait avec joie à des centaines de gens qui brandissaient et agitaient des drapeaux de nationalités étrangères tels que par exemple, l'Algérie ! Pendant que les nôtres étaient incendiés!
Alors, il est temps que vous assumiez votre bêtise !!! PAYEZ maintenant ! Soyez fiers de la chute de notre Pays. Mais tout ça, ayez l'élégance de le faire en silence et surtout au lieu de critiquer ceux que vous avez mis en place, continuez à les soutenir ! AYEZ AU MOINS CETTE HONNÊTETE !
Mieux vaut 10 Sarkozy qui n'a pas tout bien fait,,, qu'un demi Hollande Nullissime!!!
pauledesbaux
- 05/03/2013 - 11:15
flanby : la crise est derrière nous hihihi.....
comment annoncer ? mais avec la langue de bois comme d'hab vous ne pensez pas qu'il démissionne pour autant de son incapacité et de sa malhonneté ? déjà faire choisir les émolument de ces comité THEODULES ou l'un ou l'autre, la ségo ? combien cumule-t-elle et les autres ? les alloc de tous ces anciens présidents : voitures appart etc, indemnité de chauffage des sénateurs pourquoi alors que des français ne peuvent pas se chauffer descemment oh j'en oublie encore mais tous les français le savent pourquoi les gouvernements successifs ne rectifient pas leur tirs ?
Flamby
- 03/03/2013 - 19:35
@Imragen Ah oui, oui un poste...avec une euh secrétaire...
...et voiture!
Non euh, ça ne va pas être euh possible; on a déjà euh tout distribué aux militants PS, PC et euh écolos.
Les euh seuls postes qu'on distribue maintenant, c'est euh bénevole, comme mon ex, Ségo la flipo...
Elle, par contre, elle euh va avoir besoin de plusieurs secrétaires pour résoudre les euh dossiers à sa place.
Si euh vous voulez, je vous donne le poste!
Vous pourrez euh prendre la voiture de Montebourg, il sera euh bientôt parti...
Meuh