En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pas d'hommes, pas de problèmes
La saleté à Paris ? "Un problème d'éducation" pour Anne Hidalgo
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 7 heures 42 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Société
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Social
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

il y a 12 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment le nouvel Ipod touch réhabilite un support parfois jugé obsolète
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Religion
Repentance

Abus sexuels dans l’Eglise : ce renouveau spirituel qui devrait accompagner l’appel au témoignage

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Politique
Division des droites ?

LR face à la Convention de la droite : deux droites différentes ou deux générations ?

il y a 13 heures 23 min
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 7 heures 30 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Sport
Se queda

LYON/PSG: O/1 : Grâce à Neymar, les Parisiens s'imposent sans trembler et marquent les esprits

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Finance
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Société
Profit

Comment les géants du porno en ligne profitent du "revenge porn" malgré leurs dénégations

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Economie
En même temps

Martin Wolf 1 - Thomas Piketty 0 : ou comment comprendre les dérives du capitalisme financier sans renoncer au libéralisme

il y a 13 heures 38 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
"Si la France ne fait pas de réformes de structure, elle ne s’en sortira pas."
© Reuters
"Si la France ne fait pas de réformes de structure, elle ne s’en sortira pas."
Ingrats ?

Les Français méritent-ils leurs salaires ?

Publié le 04 février 2013
Interviewé par le Huffington Post, Huw Pill, économiste en chef de la banque d’affaires américaine Goldman Sachs, préconise de baisser les salaires des Français de 30% pour enrayer la crise. Faut-il prendre cette proposition polémique au sérieux ?
Gérard Thoris est agrégé en Sciences sociales, et titulaire d'une maîtrise de 3ème cycle en Sciences économiques de l'Université catholique de Louvain. Professeur agrégé à Sciences Po, il a notamment rédigé une Analyse économique des systèmes ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Thoris et Nicolas Bouzou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Thoris est agrégé en Sciences sociales, et titulaire d'une maîtrise de 3ème cycle en Sciences économiques de l'Université catholique de Louvain. Professeur agrégé à Sciences Po, il a notamment rédigé une Analyse économique des systèmes ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interviewé par le Huffington Post, Huw Pill, économiste en chef de la banque d’affaires américaine Goldman Sachs, préconise de baisser les salaires des Français de 30% pour enrayer la crise. Faut-il prendre cette proposition polémique au sérieux ?

Atlantico : Interrogé par le Huffington Post, Huw Pill, économiste en chef de la banque d’affaire américaine Goldman Sachs, préconise d'amputer les salaires des Français de 30% pour enrayer la crise. Faut-il prendre cette proposition polémique au sérieux ?

Nicolas Bouzou : Cette proposition est à prendre au sérieux dans la mesure où elle relève d’une analyse économique précise. Mais cela reste évidemment une provocation : cette mesure est impossible à mettre en œuvre, l’Etat ne peut pas baisser les salaires en France, ce sont les entreprises qui décident du niveau des salaires et aucune politique économique ne peut en décider.

Si la France ne fait pas de réformes de structure, elle ne s’en sortira pas. La seule façon de redevenir compétitif est de baisser le coût du travail, et de le baisser d’environ 30%. En cela, Huw Pill a raison. Il a mis l’accent sur un véritable sujet, celui des réformes et du coût du travail, bien qu’il soit impossible de baisser le coût du travail de 30% d’un coup.

Cependant, je pense qu’il faut baisser le coût du travail. Il faut faire deux choses en parallèle : à la fois une réforme structurelle, une réforme de l’Etat, une réforme du marché du travail, mais aussi baisser le coût du travail, c’est-à-dire baisser les cotisations patronales, les transférer vers d’autres types d’impôts.

Gérard Thoris : Cette proposition n’a rien de polémique. Elle est simplement un constat. Ce constat est connu de Pierre Moscovici qui, le 16 juillet dernier, confiait au Monde : "Il y a dix ans, nous avions un avantage en matière de coût du travail sur l’Allemagne. Nous l’avons perdu, mais le coût du travail en France n’est pas supérieur de manière significative à celui que l’on trouve outre-Rhin ». Comme toujours les statistiques peuvent être présentées de manière ambiguë et les hommes politiques peuvent se servir de cette ambiguïté pour tirer les conclusions qui les arrangent. Si donc on s’en tient à l’économie ouverte et, dans l’économie ouverte, à l’industrie, il faut suivre l’évolution des coûts horaires dans l’industrie. Sous cet angle, Pierre Moscovici a raison. En 1999, le coût horaire, charges sociales comprises, est de 26,30€ en Allemagne et de 23,86€ en France. En 2011, la France est plus chère, avec 35,31€ contre 34,18€ pour l’Allemagne. Reste néanmoins que, pour retrouver le niveau de compétitivité horaire de 1999, il faudrait baisser les salaires français de 12 % ou augmenter les salaires allemands dans la proportion équivalente.

Néanmoins, il s’agit d’une vérité partielle et, typiquement, partiale. Pendant ces douze années, la productivité a évolué plus rapidement en Allemagne qu’en France. La concurrence porte donc sur les coûts salariaux unitaires, c‘est-à-dire les cous horaires corrigés de la productivité. Dans ce cas, la correction salariale française doit être de 22 %. Cette correction est, en régime de changes fixes, l’équivalent d’une dévaluation. On sait que, pour qu’une dévaluation soit réussie, il vaut mieux qu’elle soit plus importante que de besoin. Le taux de déflation des salaries de 30 % n’est donc pas invraisemblable.

 

Cela revient-il à dire que les Français ne méritent pas leurs salaires ?

Gérard Thoris : L’évolution du salaire est liée aux progrès de productivité. Mais ces derniers peuvent être distribués en baisse de la durée du travail, en baisse de prix au bénéfice des consommateurs, en hausses des impôts au bénéfice des citoyens. Simplement, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, une baisse de la durée du travail et une hausse des salaires. En économie décentralisée, l’unique mérite du salarié, c’est de rendre service aux autres en leur offrant les biens et services qu’ils désirent à un prix auquel ils peuvent accéder. Les concurrents peuvent avoir tort sur le papier, en l’occurrence les syndicats allemands peuvent avoir tort de ne pas négocier de hausses de salaires plus importantes ; à l’arrivée les devis sont plus favorables et ils emportent les commandes.

Nicolas Bouzou : Non, cela revient en revanche à dire que la France vit au-dessus de ses moyens, comme l’avait dit Thierry Breton : c’est très douloureux à entendre mais rigoureusement vrai.

On le voit au niveau macroéconomique : la consommation des ménages est systématiquement supérieure à la croissance du PIB depuis une dizaine d’années, sauf peut-être depuis 2012. Le rythme de la consommation et des dépenses est supérieur à celui de la production, ce qui génère des déséquilibres macroéconomiques de plus en plus importants. Les Français ont donc vécu au-dessus de leurs moyens, et cela devra être corrigé.

 

La France se caractériserait pourtant par une très bonne productivité horaire... Cette affirmation est-elle à nuancer notamment par rapport aux autres pays européens ?

Gérard Thoris : L’évolution de productivité horaire est plus favorable en France (+ 5 % de 1999 à 2011) qu’en Europe du Sud où elle est stable ou en baisse sur la période. Encore faut-il remarquer que la France a d’ores et déjà perdu la partie en matière de robots industriels. Pour 10 000 salariés dans l’industrie, on compte 347 robots en Corée du Sud, 339 au Japon, 261 en Allemagne, 159 en Italie, 135 aux Etats-Unis, 131 en Espagne et 122 en France ! Plus généralement, on vient de voir que la productivité horaire est intégrée dans les coûts salariaux unitaires. Si les coûts salariaux unitaires s’accroissent plus vite en France qu’en Allemagne, c’est d’abord du fait de la hausse des salaires directs et indirects, puis de progrès de productivité moins rapides.

Le problème est-il davantage sectoriel que global ? Une baisse de salaires dans certains secteurs pourrait-elle être salutaire ?  Faut-il également envisager d'allonger la durée du temps de travail ?

Gérard Thoris : Jusqu’à présent, on a parlé de salaires horaires. En conséquence, la hausse du temps de travail n’aurait pas d’impact sur l’indicateur de compétitivité, à moins qu’elle se fasse à salaire global constant. En d’autres termes, il s’agit de travailler plus pour gagner la même chose. C’est plus facile à obtenir au niveau microéconomique que macroéconomique pour deux raisons. D’une part, entreprise par entreprise, les écarts macroéconomiques peuvent être fortement atténués. Pour s’en faire une idée, il suffit de regarder l’effort qui est demandé aux salariés de Renault France – même si c’est par rapport à leurs collègues d’Espagne et non d’Allemagne. D’autre part, les termes de l’échange au niveau microéconomique sont très faciles à percevoir : c’est mon emploi contre un effort supplémentaire.

Cependant, cet effort au niveau microéconomique n’est négocié que si l’entreprise est sous pression des prix internationaux. En d’autres termes, il y aurait une injustice sociale à accorder des hausses de salaire, voire à laisser les salaires en l’état dans le secteur protégé, dont l’administration fait partie.

Nicolas Bouzou : Précisons bien qu’il ne s’agirait pas de baisse des salaires mais de baisse du coût du travail. Le coût du travail comprend les salaires nets et les charges patronales. Il est impossible de baisser les salaires au niveau politique : ce sont les entreprises qui le décident. De plus, à niveau de poste équivalent, il est interdit de baisser les salaires. Il faut donc bien parler de coût du travail.

Faut-il faire une distinction par secteur ? En général, les économistes retiennent que le coût du travail peut augmenter sans créer de chômage là où les gains de productivité sont les plus importants, comme dans certains secteurs industriels.

Là où il n’y a pas de gains de productivité en revanche, comme dans les services à la personne, la restauration, la coiffure, il faudrait sans doute baisser le coût du travail. Mais du point de vue de la faisabilité de la politique économique, il est compliqué d’agir par secteurs.

Si l’on opère un transfert de charges patronales vers la TVA ou vers la CSG, il reste plus simple de le faire au niveau global. Cependant, cela est possible pour certains secteurs : j’ai moi-même proposé de le faire pour le transport routier de marchandise, qui est en très très forte concurrence. Je pense tout de même qu’il est préférable de le faire au niveau global.

 

Politiquement et socialement, de telles mesures seraient-elles acceptables ? Quelles méthodes pourraient être employées ?

Nicolas Bouzou : Baisser le coût du travail de 30% est difficile, mais le diminuer en général me semble nécessaire et acceptable politiquement. C’est ce que Nicolas Sarkozy appelait la TVA sociale, et au fond c’est aussi ce que François Hollande a en tête lorsqu’il parle de réforme de la protection sociale. Car derrière l’idée de la réforme de la protection sociale, il y a celle de la réforme de son financement, l’idée de ce que l’on appelle la fiscalisation, qui consiste à transférer les charges patronales vers des impôts comme la CSG et la TVA. François Hollande souhaite le faire par la négociation avec les partenaires sociaux, ce qui me semble être une très bonne méthode. Il s’agirait de négocier la baisse du coût du travail un peu comme on a fait la réforme du marché du travail, par la négociation, en prenant du temps car le jeu en vaut la chandelle.

Les personnes qui disent que ce n’est pas acceptable politiquement ont peur de leur ombre : si l’on ne peut pas faire cela, je vois mal ce que l’on peut faire.

Gérard Thoris : Jamais rien n’est acceptable tant qu’on n’a pas expliqué pourquoi il faut le faire et comment les efforts seront partagés. L’idéal est que cet effort se fasse sur les salaires directs car cela évite de se poser la question du financement de la sécurité sociale. Comme une telle baisse ne peut en aucune façon être imposée à l’ensemble de l’économie, la préférence française pour l’interventionnisme politique s’est manifestée sous deux formes. D’abord un transfert massif des cotisations sociales sur la TVA ; plus récemment, la construction d’une usine à gaz sous le terme de Crédit d’impôt en faveur de la compétitivité et de l’emploi. Comme le Gouvernement veut utiliser cet instrument pour s’immiscer dans la gestion des entreprises, on peut craindre un effet pervers fondé sur l’argument : "vous bénéficiez d’un crédit d’impôt et, en plus, vous voulez baisser les salaires". Pourtant, si l’argent est utilisé pour investir dans des machines nouvelles et que la rentabilité de ces machines exige les mêmes salaires qu’en Allemagne, il n’y aurait rien à redire !

 

En Grèce ou en Espagne, la baisse des salaires a conduit à la récession. Les mêmes mesures pourraient-elles conduire aux mêmes effets en France ?

Gérard Thoris : Il est évident que la baisse des salaires est un frein à la consommation et pénalise la croissance. Il faut d’abord faire remarquer que la baisse du temps de travail a entraîné, elle aussi, un ralentissement de la consommation, du simple fait qu’elle a été souvent compensée par une moindre augmentation des salaires non dirigés (au-delà du SMIC). D’autre part, l’absence de baisse des salaires se traduira par des pertes d’emploi qui risquent d’accroître le chômage structurel. Finalement, les Français sont bien plus clairvoyants qu’on ne le croît ou qu’on les représente. Ils savent que l’on est dans une impasse. Ils demandent seulement que des gens compétents et courageux leur offrent une porte de sortie et leur disent le coût effectif à payer. Une fois sur le chemin, ils se retroussent les manches. Ce n’est pas la première fois que la solidarité nationale se soude dans l’épreuve !

Nicolas Bouzou : La situation est un peu différente. La Grèce, le Portugal et l’Espagne ont subi une baisse des salaires cette fois, directement, et surtout une explosion du chômage. En Espagne, le taux de chômage a doublé en trois ou quatre ans. Cela a bien sur diminué les coûts des entreprises. Car les licenciements permettent aux entreprises de diminuer leurs coûts de revient et donc de diminuer leurs prix. C’est terrible à dire, mais d’une certaine façon cette méthode a été efficace, mais avec un coût social colossal.

Pour l’instant, ce n’est pas le sujet en France. Cela le deviendra si l’on ne fait rien Si nous ne sommes pas capables de mettre en place des politiques raisonnées de baisse de coût du travail, il se passera ce qui s’est passé en Espagne : un besoin de rehaussement brutal de la compétitivité, qui ne se fera pas par une hausse des charges ou des salaires nets, mais par une explosion du chômage.

Davantage que la récession, c’est donc une explosion du chômage qu’il faut craindre. Cependant, les deux aspects sont liés : l’explosion du chômage entraine une diminution de la demande intérieure, et donc l’arrêt de la croissance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (77)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Anonymous
- 10/02/2013 - 10:48
Le modèle social allemand?
Qu est-ce que c'est? On nous vante le modèle économique, allons voir son pendant obscur, son modèle social:
Son Rmi:
http://www.arte.tv/fr/allemagne-un-rmi-tres-minimal/3032494,CmC=3032980.html
Son Smic qui n'existe toujours pas:
http://www.arte.tv/fr/allemagne-le-salaire-minimum-en-question/2151166,CmC=4266942.html
Générant 20% de travailleurs pauvres:
http://fr.myeurop.info/2011/10/05/la-competitivite-allemande-20-de-travailleurs-pauvres-3490
Ce qui ce traduit par une espérance de vie en baisse:
http://www.nouvelle-europe.eu/l-allemagne-un-pays-o-les-pauvres-meurent-de-plus-en-plus-jeunes
J'ai le droit de ne pas souhaiter ça pour mon pays? Où est-il interdit de penser?
Anonymous
- 10/02/2013 - 10:35
J'ai lu...
Maintenant j'ai lu, en gros l'exemple c'est encore et toujours l'Allemagne, où il n'y a qu'un RMI ridicule et où il n'y a pas de Smic, et où on peut payer un employé à 4€ de l'heure parce qu'il n'a aucun autre choix! Ce n'est plus la génération 1000€ là, c'est la génération 500€, qui existe déjà en France.
Il n'y a presque pas de chômage en Allemagne, très bien, mais ça n’empêche pas les pauvres d’être plus misérables encore qu'en France, mais comme en Allemagne on ne compte pas sur la consommation des ménages mais sur l'exportation pour créer de la croissance, les pauvres peuvent bien crever, tout le monde s'en fout! Je suis désolé, mais la France est une république sociale, c'est écrit dans sa constitution, alors pour le modèle allemand, c'est NEIN!
Anonymous
- 10/02/2013 - 10:18
Avant même de lire...
... Je tiens à préciser à cet économiste que ce qui tire généralement la croissance de la France, c'est la consommation de ses ménages, baisser les salaires de 30% non seulement n'enrayera pas la crise, mais la confortera, et de plus, une telle mesure serait la meilleure façon de créer une situation pré-révolutionnaire dans des classes populaires déjà à genou. Si c'est la guerre civile qu'il cherche, je crois qu'il l'aura. Maintenant je vais lire, je changerai peut être d'avis, qui c'est?