En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > International
"A Tunisian Girl"
Tunisie : mort de Lina Ben Mhenni, symbole de la révolution de 2011
il y a 3 min 5 sec
pépites > Justice
Justice
Patrick Balkany reste en prison après le rejet de la cour d'appel
il y a 1 heure 4 min
décryptage > Société
Insultes et menaces

#JeSuisMila : la France en plein naufrage relativiste

il y a 2 heures 20 min
pépites > France
"Lutter contre l'oubli et le négationnisme"
Emmanuel Macron a inauguré le Mur des Noms rénové au Mémorial de la Shoah
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les feux de l'amour et du hasard" : ce Marivaux revisité en soap américain ne fait pas dans la nuance

il y a 4 heures 14 min
pépites > Politique
Bras de fer politique
Municipales à Paris : Stanislas Guerini, délégué général de LREM, estime que Cédric Villani n'est plus "adhérent"du parti
il y a 5 heures 37 min
décryptage > France
Perception

Bonheur, sens du travail et raison d’être : les attentes légitimes des Français et.... celles qui le sont moins

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Economie
Inquiétudes sur les marchés

Récession mondiale : une forme de virus ? Comment la traiter ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Politique
Une mémoire très sélective…

Quand Macron assimile la guerre d’Algérie à la Shoah !

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Religion
Paradoxe

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

il y a 8 heures 41 min
pépites > Science
Prouesse
Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles
il y a 31 min 10 sec
light > Science
Age bonifié ?
Des scientifiques écossais ont utilisé la datation au carbone 14 afin de prouver l'âge réel des bouteilles et pour lutter contre les fraudes
il y a 1 heure 37 min
pépites > Terrorisme
Terrorisme
L'Etat islamique annonce une "nouvelle phase de son jihad" et menace Israël
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr : du rififi chez les Grecs !

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Pourquoi les Américains et les Chinois sont-ils meilleurs que nous ?

il y a 4 heures 52 min
pépite vidéo > Sport
Immense tristesse
Kobe Bryant, la légende des Los Angeles Lakers, est décédé à l'âge de 41 dans un crash d'hélicoptère
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Politique
Projections financières lacunaires

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Politique
Calendrier électoral

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

il y a 7 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Le vrai coût de l’utilisation de Google et Facebook : notre vie privée et nos données
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Economie
Matières premières

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

il y a 9 heures 23 min
© Reuters
Quelles sont aujourd’hui les réalités et les origines du mal-logement en France ?
© Reuters
Quelles sont aujourd’hui les réalités et les origines du mal-logement en France ?
De l'eau dans le gaz à tous les étages

Mal logement : les raisons pour lesquelles les politiques publiques ne réglent rien

Publié le 01 février 2013
Quand elles n'aggravent pas la situation... La Fondation Abbé Pierre publie aujourd'hui son 18e rapport sur le mal-logement.
Nicolas Costes est économiste spécialiste du logement. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Costes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Costes est économiste spécialiste du logement. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand elles n'aggravent pas la situation... La Fondation Abbé Pierre publie aujourd'hui son 18e rapport sur le mal-logement.

Atlantico : La Fondation Abbé Pierre publie ce vendredi son 18e rapport sur le mal-logement. Quelles sont aujourd’hui les réalités et les origines du mal-logement en France ? 

Nicolas Costes : Le "mal-logement" est une notion assez floue mais chacun perçoit à peu près bien à quoi elle fait référence; le "mal-logement" peut être perçu en référence à l'inconfort sanitaire du logement occupé ou plus généralement aux conditions de son occupation.

L'inconfort sanitaire a très nettement reculé en France ces 30 dernières années. En 1984, 16% des logements ne disposaient pas de l’ensemble des équipements sanitaires de base (eau courante, baignoire ou douche et WC intérieurs), contre 1,5% en 2006. En ne considérant que les logements occupés par les ménages les plus pauvres (1er quintile de revenu, soit les 20% de ménages les plus pauvres), 31,8% étaient considérés comme inconfortables d'un point de vue sanitaire en 1984, contre 3,8% en 2006. La progression des conditions sanitaires est donc très importante.

Aujourd’hui, le "mal-logement" provient essentiellement des conditions d'occupation du logement. La définition du surpeuplement n'est pas harmonisée mais il est généralement convenu qu'un ménage d’une personne est en sur-occupation lourde s’il occupe un logement d’une surface de 9 m² ou moins, et en situation de sur-occupation légère si la surface est comprise entre 10 et 16 m². Pour deux personnes, les seuils sont respectivement de 18 m² et 27 m². En 2010 en France, la sur-occupation lourde concernait 1% des ménages en moyenne. Les plus modestes sont les plus touchés par le phénomène; ainsi, 3,9% des ménages les plus pauvres étaient en situation de sur-occupation, soit près de 4 fois la moyenne nationale...

Le « mal-logement » n’est en réalité que la manifestation du phénomène plus profond qu’est le manque de logement dans certaines zones, et notamment l’Île-de-France et la région Paca. C’est bien le manque chronique de construction depuis près de 30 ans, particulièrement dans ces zones aujourd’hui très tendues, qui génère un « mal-logement » dans la mesure ou l’évolution des prix ne permet plus aux ménages (et notamment aux plus modestes) d’adapter leur logement à l’évolution de leurs besoins.

Ce phénomène est-il bien compris ? Les politiques ne font-ils pas preuve d'un certain aveuglement quant au véritable visage du mal-logement en France ?

L’article 55 de la loi Solidarité et renouvellement urbain datée de 2000 imposant à certaines communes de détenir au moins 20% (ce taux est passé à 25% en fin d’année dernière) de logements sociaux dans l’ensemble des résidences principales fut une tentative de réponse au mal-logement des ménages modestes. Elle devait permettre d’offrir davantage de logements à loyer modéré et donc permettre une meilleure adaptation des logements aux besoins.

Si globalement les communes se conforment à la loi, la production de logements est par nature longue et l’amélioration des conditions de logement des ménages en situation de sur-occupation, lente. Par ailleurs, les logements sociaux construits sont de moins en moins sociaux… Il existe en effet plusieurs catégories de logements sociaux auxquelles sont rattachées différentes modalités de financement. Or, le volume de logements très sociaux (PLAI) représente seulement 15% de l’ensemble des logements sociaux construits chaque année. Le logement accessible aux ménages les plus modestes est donc rare. Ce phénomène est d’autant plus inquiétant pour les conditions de vie de ces ménages qu’ils sont en concurrence avec une grande partie de la population ; en effet, 64% des ménages sont éligibles à un logement social (de type PLUS, 30% pour les PLAI) en France compte tenu des conditions de ressources fixées par les organismes HLM ! Une politique du logement social efficace appelle donc à mieux cibler les bénéficiaires des logements sociaux.

Que faut-il donc penser des objectifs de constructions de logements sociaux fixés aux communes ? Ils apparaissent nécessaires afin de mieux répartir le parc de logements sociaux sur le territoire et ainsi éviter d’accroître la ghettoïsation induite par la trop forte concentration de ce type de construction au sein de quelques communes. Cependant, plutôt que de fixer un objectif unique, il aurait été préférable de tenir compte des besoins locaux afin d’améliorer l’efficacité de cette politique publique. La construction de logements sociaux est subventionnée par l’Etat et très coûteuse. Il apparaît donc inefficace de dépenser de l’argent public pour y loger des ménages non modestes… De ce point de vue, il serait très efficace d’abaisser les plafonds de ressources afin que seuls les ménages modestes soient éligibles au parc social.

Mais parallèlement, il est indispensable de lever les freins à la construction de logements (non sociaux) afin que les ménages plus aisés puissent trouver un logement et ainsi libérer les logements sociaux qu’ils occupent indûment.

Contrôle des prix, réquisitions etc., les solutions avancées jusqu'à présent sont-elles réellement adaptées ?

L’objectif premier de la politique du logement doit consister à assurer à chaque ménage l’accès à un logement adapté à ses besoins, selon ses moyens. L’une des difficultés de la politique du logement provient du fait que le logement est un bien hybride ; il peut à la fois être perçu comme un bien qui procure un service aux ménages et comme un actif qui procure un rendement aux investisseurs.

Si l’Etat a un rôle majeur à jouer dans le financement de logements sociaux notamment, il doit également assurer les conditions du développement de l’offre privée de logements qui émanent d’investisseurs. De ce point de vue, la fiscalité associée au logement joue un rôle majeur en ce qu’elle peut inciter ou désinciter les investisseurs à financer la construction de logements. De même, les contraintes réglementaires comme l’encadrement des loyers, la législation encadrant les relations bailleur-locataire peuvent être perçues négativement par les propriétaires et investisseurs. Elles sont nécessaires pour éviter certains abus mais ne doivent pas relever du symbole politique au risque de produire les effets contraires à ceux recherchés. Nul ne pourra objecter qu’il faille mener une lutte contre les marchands de sommeil mais il existe sans doute des moyens plus appropriés et plus efficace que d’adopter une loi générale qui décourage bon nombre de propriétaires honnêtes d’investir dans la construction d’un logement pour le mettre en location.  

Les politiques s'interdisent-ils des méthodes, éventuellement tabous, qui pourraient être davantage efficaces ? Lesquelles en particulier ?

Au-delà des cas avérés de « mal-logement », il faut libérer l’offre globale de logement, c’est-à-dire permettre la construction de plus de logements, quels que soient leurs types (sociaux et non-sociaux). C’est la condition pour faire sauter tous les goulots d’étranglement que l’on trouve aujourd’hui à chaque maillon de la « chaîne du logement » (parc locatif social, parc locatif privé, marché de l’accession à la propriété) et qui ne permettent plus au ménage d’effectuer un parcours résidentiel ascendant le long de cette chaîne, faute de moyens ou d’offre disponible.

Il faut permettre à ceux qui en ont aujourd’hui les moyens de libérer leur logement social pour aller occuper un logement plus adapté à leurs besoins dans le parc privé. Mais pour cela, il faut s’assurer que ces ménages puissent trouver un logement dans ce parc privé et à un prix abordable…

Sur les marchés les plus tendus, la première des solutions à apporter est de mettre des terrains à disposition des promoteurs immobiliers afin qu’ils puissent construire davantage. Cela suppose que des terrains soient à vendre et/ou qu’ils deviennent constructibles. L’outil fiscal (taxe sur les plus-values notamment) peut là aussi être adapté pour lutter contre la rétention foncière à visée spéculative et accélérer la remise sur le marché de terrains inexploités, pourquoi pas par voie d’expropriation si la fiscalité ne suffisait pas... Cela peut paraître extrême, mais l’intérêt collectif doit primer sur l’intérêt individuel dès lors que le marché connaît des dysfonctionnements graves, comme c’est le cas actuellement dans les zones tendues. En plus d’inciter les propriétaires privés à céder leur terrain, il faut accélérer le processus de terrains publics.

De rares communes connaissent enfin une réelle pénurie de terrains constructibles. C’est notamment le cas de Paris. Les réponses à apporter pour résoudre les problèmes de logements sont plus complexes mais pas insurmontables. Il s’agit alors de densifier l’espace en autorisant des constructions plus hautes. Il n’est pas là question de faire de Paris un nouveau New-York mais simplement de desserrer les contraintes locales d’urbanisme qui empêchent souvent les architectes et promoteurs de construire davantage de logements sur un même terrain.

Les difficultés de logement ne sont pas nouvelles mais ses causes sont aujourd’hui bien identifiées. Le maître mot est « l’offre »… libérer une offre aujourd’hui atone pour satisfaire une demande dynamique et ainsi mécaniquement ralentir la hausse des prix voire la stopper. Le mal-logement n’est que la manifestation d’un dysfonctionnement plus profond du marché du logement sur une partie du territoire. Les solutions qui peuvent être apportées à court-terme aux situations d’urgence sanitaire ou sociale sont certes utiles et nécessaires, mais il ne faut pas s’en contenter ; Il est impératif d’agir structurellement sur les causes du déficit d’offre en agissant notamment sur la libération du foncier et la densification.

Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (45)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PIF31
- 02/02/2013 - 19:05
Les écarts se creusent
De deux chose l'une , ou on construit massivement des logements sociaux pour ceux qui ont peu ou pas d'argent ou on partage équitablement les richesses pour qu'il n'y est plus de pauvres .
A noter que les logements dit "sociaux" sont de plus en plus petits en surface ; surtout quand ils sont construit par des organisme privés .
A l'origine , les office public d'hlm géraient des logements sociaux ou il faisait bon vivre . Sous prétexte qu'ils sont vétustes ou hors normes , alors que c'est parce qu'ils n'ont pas été entretenu , on les démolis .
ClairdeLune
- 02/02/2013 - 17:14
Les fachos sont de retours
Le Ps et l'UMP,sont les collabos de la dette et de la crise,ils ce sont vendus aux fascistes de libéralisme..
DEL
- 02/02/2013 - 16:44
Mal logement: deux questions
Comment nos dirigeants vont-ils obliger ceux qui le peuvent à quitter les logements sociaux alors qu'eux-mêmes les réservent à leur usage personnel ou à celui de leur famille?
Qu-est-ce qui prouve que les promoteurs accepteront de construire pas trop cher pour les classes moyennes alors qu'ils y gagneront beaucoup moins d'argent que pour des logements de luxe?