En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 21 min 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 5 heures 46 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 6 heures 39 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 7 heures 43 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 8 heures 19 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 46 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 2 heures 57 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 5 heures 19 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 5 heures 53 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 6 heures 27 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 12 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 7 heures 21 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 8 heures 21 min
Le meilleur des mondes

Les algorithmes sont-ils les véritables maîtres du monde ?

Publié le 20 janvier 2013
Que ce soit dans la finance ou encore dans l’ingénierie, de plus en plus de processus de décision sont gérés par des algorithmes, plus aucun secteur n'y échappe totalement.
Jean-Yves Trépos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Trépos est chercheur en sociologie de l'expertise et des compétences au Laboratoire Lorrain des Sciences Sociales (Strasbourg)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que ce soit dans la finance ou encore dans l’ingénierie, de plus en plus de processus de décision sont gérés par des algorithmes, plus aucun secteur n'y échappe totalement.

Atlantico : Machines de flash-tradings, système binaires, les automatismes semblent avoir pris un rôle croissant dans les processus de décision quotidiens, que ce soit dans la finance ou l’ingénierie. Peut-on dire malgré tout que les algorithmes sont en train de faire main basse sur tous nos processus de décisions ? Y-a-t-il une "sur-rationalisation" de nos sociétés ?

Jean-Yves Trépos : Il me semble important de ne pas inverser les causalités en la matière : c’est la rationalisation des sociétés qui mobilise l’algorithmique et non la multiplication des algorithmes qui entraînerait une accélération de la rationalisation. Au sens strict, le développement même des sociétés, depuis l’Antiquité (pas seulement occidentale) repose sur l’utilisation d’algorithmes : la seule variation tient à leur inégale inscription dans des techniques (Pierre-Maxime Schuhl dans Machinisme et philosophie, en 1938, voyait là l’une des explications du blocage de la science grecque : elle n’avait pas besoin de concrétiser ses algorithmes). Pour s’en tenir aux sociétés que l’on peut appeler "modernes" (en gros les sociétés industrielles jusqu’à la fin du 20ème siècle) : le mouvement de rationalisation de la vie y est fort, peut-être est-ce même l’un des marqueurs de la modernité, si l’on en croit Weber ou Parsons.

Ce mouvement appelle des procédures de décision pariant sur l’absence d’ambiguïté, réitérables de manière rapide (voire presque instantanées comme dans le flash-trading) et sur des univers stables. L’informatique (qui n’est qu’un gigantesque algorithme) a fourni les outils de ce processus.

Mais la machine aurait-elle échappé à son concepteur ? Une telle vision est naïve ou pour le dire mieux : romantique (pré-moderne). D’abord parce que l’algorithme s’adapte mal à l’instabilité : il nécessite des corrections incessantes qui, elles, ne proviennent pas d’algorithmes (c’est ce que j’avais proposé d’appeler "le pifomètre systématique", qu’on pourrait rendre en anglais par le mot-valise « guesstimation »). Ensuite parce qu’il ne faut pas oublier toutes les transactions homme-machine qui sont nécessaires pour que l’opération (par exemple dans un hedge fund) fonctionne. Enfin, parce que l’idée même de modernité vacille, non sous le coup d’une "sur-rationalisation", mais sous les coups de boutoir de la réflexivité des usagers, qui conduisent à mettre en balance le rationnel et le raisonnable. A tout le moins, nous serions dans ce que Giddens appelle "la modernité réflexive", avec des algorithmes ouverts, mais nous pourrions tout aussi bien être dans cette post-modernité qui fait surgir face aux algorithmes en panne, des heuristiques (discipline qui se propose de dégager les règles de la recherche scientifique, ndlr) capables d’éviter la paralysie de l’action en définissant d’autres priorités. Là est en définitive la réponse à toute question en matière de décision : quelles sont nos priorités ? Les discussions autour des conditions de séparation des activités à risques et des activités classiques dans les banques en sont l’une des illustrations.

Quels sont aujourd'hui les secteurs où les algorithmes sont les plus représentés ?

On pense souvent à la finance, mais il faut noter que plus aucun secteur ne peut aujourd’hui se passer de ces outils. Très globalement, ils sont dans les équipements du management des activités humaines et, par conséquent, les secteurs de l’aide à domicile et de la dépendance les voient progressivement s’installer, comme ce fut le cas pour les hôpitaux avec le PMSI dans les années 1980.

L’émergence de ces outils de contrôle automatisés prouve-t-elle que l’organisation du monde dépasse aujourd’hui la compréhension humaine ? Peut-on parler d’une évolution de notre rapport au savoir ?

C’est sans doute difficile à admettre, mais il n’y a pas un monde qu’on comprendrait mieux ou moins bien : nos activités construisent elles-mêmes les limites de notre univers et nous ne lui posons que les questions pour lesquelles nous avons des réponses ! Si notre rapport au savoir est en crise – ce dont je ne suis pas sûr – ce n’est pas parce que nous démissionnons, mais que nous faisons évoluer (très lentement) la dimension de porteur isolé du savoir vers une conception plus collaborative de type wiki.

A terme un rééquilibrage entre contrôle humain et contrôle informatisé est-il souhaitable ? 

Contrairement aux articles qu’on lit parfois, je ne vois pas pourquoi nous devrions avoir peur des algorithmes, y compris ceux des traders. Dès lors qu’on reconnaît qu’il n’y a pas d’un côté les hommes et, de l’autre, les machines (et/ou les animaux), mais un collectif socio-technique qui évolue et se modifie, parfois de manière algorithmique, parfois de manière événementielle. Le problème n'est pas de rétablir un contrôle humain : il est simplement d’expliciter les conditions d’exercice des programmes d’action.

Voyez même en management le développement des "architectures peer to peer", qui permettent de construire de manière décentralisée et fiable des bases de connaissances. Dans ces architectures, chaque pair (centre de recherches, entreprise...) partage la base de connaissance avec les autres pairs. Il peut modifier cette base. Les modifications sont alors propagées sur le réseau et sont intégrées pour chacun des pairs par l’utilisation d’algorithmes de synchronisation adaptés.

Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
totoletoto
- 21/01/2013 - 09:42
Cohérence
Je ne comprends pas la relation entre la photographie et le sujet de l'article...

On pêche des photographies avec des ordinateurs juste pour que ça colle au sujet ??? Car ce que je vois, c'est une jolie LAN entre amis en train de se faire une petite partie de FPS en manipulant QZSD et la souris !

Le sujet de l'article est intéressant mais n'oubliez pas que la désinformation entraîne les suspicions...
benj117
- 20/01/2013 - 20:02
Excellente intervention de MonkeyMan!
Complexe, mais comprehensible! cependant, je ne pense pas que nous soyons plus malins que la nature, car nous sommes la nature! C'est elle qui permet notre folie, et c'est elle qui y mettra un terme!
zelectron
- 20/01/2013 - 19:37
@walküre
notre supériorité sur la machine : nous sommes même capables de raisonner de façon irrationnelle ! ce n'est pas près de se produire en ce qui concerne les robots ...