En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 10 heures 29 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 19 heures 17 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 19 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 20 heures 10 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 21 heures 15 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 11 heures 41 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 14 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 16 heures 29 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 18 heures 51 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 19 heures 24 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 19 heures 59 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 20 heures 43 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 20 heures 53 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 21 heures 22 min
© Flickr / chmop
"On ne compte plus les remplacements de hauts fonctionnaires aux poste-clés de l'Etat depuis l'élection de François Hollande."
© Flickr / chmop
"On ne compte plus les remplacements de hauts fonctionnaires aux poste-clés de l'Etat depuis l'élection de François Hollande."
Consanguinité

Le gouvernement des intouchables ou le hold-up des grands corps de l'Etat sur le pouvoir politique

Publié le 25 janvier 2013
S'il est pragmatique pour un homme politique arrivé au pouvoir de remplacer les hauts fonctionnaires comme l'a fait François Hollande, le problème en France est la main mise des grands corps de l'Etat sur le pouvoir politique.
Séverin Naudet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Séverin Naudet, ancien producteur puis vice-président de Dailymotion, a été 5 ans conseiller Internet de François Fillon à Matignon et initiateur de l’open data français. Il est Président de Socialyse. Son blog : www.severinnaudet.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S'il est pragmatique pour un homme politique arrivé au pouvoir de remplacer les hauts fonctionnaires comme l'a fait François Hollande, le problème en France est la main mise des grands corps de l'Etat sur le pouvoir politique.

Le Directeur Général des Finances publiques, le Directeur Général de la Police nationale, la Directrice des Affaires Criminelles et des Grâces, le Secrétaire Général du Ministère de la Culture, le Directeur Général de l’Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance, les préfets, les ambassadeurs… On ne compte plus les remplacements de hauts fonctionnaires aux poste-clés de l’Etat depuis l’élection du nouveau Président de la République.

 

François Hollande avait dénoncé pendant la campagne "un Etat UMP qui s'est installé (…) un vrai système en place". Il avait alors promis que "ceux qui sont liés à ce système auraient forcément à laisser la place à d'autres". Le président aura au moins tenu cette promesse-là du candidat Hollande et fait le grand ménage dans l’administration. En toute logique, l’actuelle opposition dénonce aujourd’hui une intolérable "chasse aux sorcières".

Chacun est dans son rôle. La gauche et la droite s’accusent toujours mutuellement, avec pleins de sous-entendus douteux, d’installer, une fois au pouvoir un système partisan : "l’Etat UMP" ou "l’Etat socialiste". Comme si le principe même de notre République et de la démocratie n’était pas d’appartenir à un courant d’idée, à un parti ; comme si l’appartenance à un parti politique était dangereux pour la République ; comme si le militantisme et l’intérêt général n’étaient pas compatibles ; comme si la politique n’était pas faite de convictions et de valeurs …

Comment celui ou celle qui a été choisi par les Français au suffrage universel pourrait-il diriger l’Etat efficacement et appliquer son programme politique sans placer à la tête de ses administrations des femmes et des hommes qui lui sont loyaux et qui appliquent ce programme ? Le temps extrêmement court d’un quinquennat renforce d’ailleurs cette exigence.

Il est donc parfaitement normal que les dirigeants d’administrations soient immédiatement remplacés par le nouveau pouvoir. Pourquoi vouloir faire croire qu’il s’agit d’une campagne de moralisation de la vie publique alors que cette pratique relève en réalité d’un pragmatisme permettant une action plus efficace? La vérité, c’est que cette sémantique électoraliste, qui a d’ailleurs pour effet collatéral notable d’accréditer toujours plus les thèses de l’extrême droite, est l’arbre qui cache la forêt d’un lourd dysfonctionnement de notre République très loin de l’idéal démocratique.

Le "politique" a depuis longtemps perdu le pouvoir en France. Les nominations ne sont pas assez politiques parce que nos dirigeants sont majoritairement des "hauts-fonctionnaires" entourés quasi-exclusivement de "hauts-fonctionnaires" qui peuplent leurs "cabinets". Le pouvoir est exercé par des "hauts-fonctionnaires" dont les différences idéologiques n’ont souvent que peu d’importance face au maintien du système auxquels ils appartiennent. La nomination des "hauts-fonctionnaires" suit d’ailleurs un cheminement totalement opaque sans aucun contrôle démocratique.

"Les loups ne se mangent pas entre eux" écrivait Théophile Gautier et j’ai plus souvent assisté à la nomination de dirigeants de l’administration pour satisfaire le fonctionnement des grands corps de l’Etat et de l’administration elle-même que pour faire avancer les réformes d’un candidat devenu président. L’immuable, l’éternelle, la noble machine administrative demeure et assure la "continuité de l’Etat" quand le "politique", lui, ne fait que passer. Cette machine qui a une lourde tendance à confondre continuité et immobilisme s’appartient et se suffit. Un fonctionnaire peut se transformer un temps en femme ou en homme politique si la chance lui sourit mais il sera toujours et à jamais fonctionnaire et le système se charge régulièrement de lui rappeler.

Ce système est l’héritage de la révolution française qui a transmis le relais du pouvoir d’une caste à une autre, de la France féodale à la France des Corps. Nous subissons depuis trop longtemps cette totale confusion des genres. Elle est en grande partie à l’origine de l’absence chronique d’un changement toujours annoncé et de l’abandon de réformes pourtant décisives pour notre pays.

Une grande démocratie exigerait d’abord que les femmes et les hommes qui s’engagent résolument en politique et qui sont élus à un mandat national démissionnent de la Fonction publique. Il n’y a qu’en France où l’on peut rester fonctionnaire lorsqu’on exerce des responsabilités nationales. C’est une condition essentielle à la fin d’un esprit de caste et d’ailleurs la garantie d’une Fonction publique indépendante. Un seul a montré l’exemple jusqu’ici, c’est Bruno Lemaire.

Elle exigerait ensuite la démission de la fonction publique de tous ceux qui conseillent le gouvernement dans les cabinets ministériels. Comment peut-on sereinement être juge et partie, contrôleur et contrôlé ? 

Elle exigerait enfin que la liste des dirigeants d’administrations qui doivent être remplacés à chaque changement de majorité soit établie en toute transparence par le Parlement. Elle exigerait que le gouvernement, lors de son installation, présente ses candidats au parlement pour validation avant qu’ils puissent prendre effectivement leur fonction.

La République doit retrouver les exigences d’une grande démocratie si elle veut regagner la confiance des français et éviter son propre déclin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Papy Geon
- 27/01/2013 - 09:57
Notre gouvernance est de type communiste...
Les gestionnaires de notre pays utilisent un système communiste.
Petit rappel de l’Histoire : c’est le Général De Gaulle, avec Maurice Thorez, respectivement président du conseil et vice-président du conseil du gouvernement provisoire en octobre 1945 qui décidèrent la création d’une administration centralisée à partir d’une école : l’ENA.
Lorsque De Gaulle démissionna en janvier 1946, Maurice Thorez, secrétaire général du parti communiste, se chargea de la mise en application de cette décision, et surtout de la création du statut de la fonction publique (et probablement de l'incitation à la création d’une foule de régimes « spéciaux »).
Conséquences : une forte tendance de dérive vers une nomenklatura omnipotente et omniprésente, et une volonté de maintenir les Français dans l’ignorance.
Au lieu de nous amuser avec les bulletins météo, il serait bénéfique, par exemple, de nous informer au fil des jours des décisions prises à Bruxelles et à Paris : voilà une bonne base pour améliorer notre système démocratique!

titine
- 26/01/2013 - 21:06
Nous sommes
dans un état soviétique qui perdure alors que le père a été tué. Pour s'en défaire, il faudra attendre la mort de toutes les vieilles brebis ; question : la nouvelle génération aurait elle la force de se libérer de l'emprise de la manipulation permanente des esprits ?
JS
- 26/01/2013 - 20:18
Le problème de la Fr est le
Le problème de la Fr est le nombre de parasites de + en + importants qui vivent de l'argent public. Elus et assimilés en tête !!