En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 1 heure 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 4 heures 42 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 18 heures 3 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 23 heures 57 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 4 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 19 heures 52 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 22 heures 8 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 22 heures 46 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 23 heures 58 min
Pas gagné

Exclusif : un document révèle les vrais points de désaccord entre patronat et syndicats dans la négociation sur la sécurisation de l'emploi

Publié le 04 janvier 2013
Atlantico révèle en exclusivité les documents de travail de la négociation qui a lieu actuellement entre le Medef et les syndicats de salariés sur la sécurisation de l'emploi. Une lecture instructive qui confirme que le "compromis historique" que l'exécutif appelle de ses voeux est tout sauf acquis.
Jean-Yves Archer est spécialiste en conseil de haut de bilan. Il dirige le Cabinet Archer et est gérant de Archer 58 Research, une société de recherches économiques fondée en mai 2012. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'E.N.A, promotion...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer et Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est spécialiste en conseil de haut de bilan. Il dirige le Cabinet Archer et est gérant de Archer 58 Research, une société de recherches économiques fondée en mai 2012. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'E.N.A, promotion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico révèle en exclusivité les documents de travail de la négociation qui a lieu actuellement entre le Medef et les syndicats de salariés sur la sécurisation de l'emploi. Une lecture instructive qui confirme que le "compromis historique" que l'exécutif appelle de ses voeux est tout sauf acquis.

Le Projet d'accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l'emploi a été rédigé par le Medef et a servi de base à la discussion du 20 décembre dernier :


Ce second document, qu'Atlantico a pu se procurer en exclusivité, est un compte-rendu de la discussion du 20 décembre rédigé par un représentant du Medef. Il recense les points de désaccords formulés par les syndicats :



Faute d'être parvenues à un accord en décembre, les parties ont de nouveau rendez-vous les 10 et 11 janvier. Mais le "compromis historique" que l'exécutif appelle de ses voeux est tout sauf acquis. Jean-Yves Archer analyse pour quelles raisons.

En date du 20 décembre 2012, les partenaires sociaux ont engagé une négociation à partir d'un document visant à améliorer la sécurisation de l'emploi et les conditions de déroulement de la carrière professionnelle.

Certains points de cet avant-projet d'accord sont simples et méritent d'être salués comme des éléments qui peuvent participer à l'amélioration des conditions de vie de millions de salariés.

Ainsi, l'article 1 du titre 1 vise à " généraliser la couverture complémentaire des frais de santé " ce qui représente un mieux-disant sanitaire et social incontestable. Les conditions de mise en œuvre semblent juridiquement et financièrement acceptables par les parties. Même remarque pour les articles 2 et 3 qui consistent à améliorer la portabilité de la couverture santé et prévoyance pour les demandeurs d'emploi et à créer des droits rechargeables à l'assurance-chômage.

Plus fondamental en cette période d'expansion du chômage de masse, l'article 16 définit les modalités des " accords de maintien dans l'emploi". Autrement dit, ces accords visent à lutter contre le chômage conjoncturel et à organiser le maintien du travailleur dans l'entreprise. Selon le texte, il s'agit de "trouver un nouvel équilibre dans l'arbitrage global temps du travail / salaire / emploi, au bénéfice de l'emploi". Nous nous situons là au cœur d'une problématique de première importance : notre pays saura-t-il, comme l'exemple danois mais aussi allemand le rapportent, s'engager vers une logique gagnant-gagnant ? Ou devons-nous craindre des accords de portée hasardeuse comme celui des Continental de Clairoix qui avaient accepté – pour préserver l'emploi – de revenir sur l'accord 35 heures alors même que deux ans après le site bénéficiaire voyait sa pérennité remise en cause ?

Deux mots-clefs guident cet article 16 : oui, la mesure est d'opportunité nationale. Non, elle ne va pas être admise aisément par certains employeurs.

Au demeurant, il n'est pas neutre sur le fond et sur la forme que l'immédiat article postérieur ( l'article 17 donc ) prévoit " un nouveau régime unique et simplifié de chômage partiel " dans le cadre, cette fois, d'une négociation tripartite. La réintroduction de l'Etat traduit d'évidence la difficulté à envisager quant au fond sur un sujet qui concerne bien des branches atteintes par l'actuel ralentissement conjoncturel. L'expression patronale consistant à dire " nous sommes d'accord pour accélérer le mouvement " est, reconnaissons-le, assez floue et augure de négociations serrées.

Dans un domaine lié, la position patronale consiste à refuser de subordonner la mobilité interne à un accord collectif préalable. D'un côté, il est clair qu'il ne convient pas de figer les évolutions de poste et de rendre celles-ci dépendantes d'une procédure trop lourde, de l'autre nous sommes dans un pays où la gestion prévisionnelle des carrières doit être approfondie et objectivée pour parer tout type de favoritisme ( ou de discrimination ). Cet article 13 traitant de la mobilité interne inclut, il faut le noter, une mention à une variable complexe et en croissante dégradation : le temps de trajet travail-domicile ( qui n'a jamais pu être inclus dans la notion de pénibilité lors de la réforme des retraites ).

En stricte logique ordinale, il eût été plus opportun de procéder à la rédaction du contenu de l'article 13 avant l'énoncé de l'article 12 qui traite de la gestion prévisionnelle des emplois et du plan de formation. Les réserves formulées par la partie employeur sur cet article 12 attestent de la difficulté à voir appliquées ces mesures dans les PME de moins de 300 salariés.

L'article 6 vise à instaurer une véritable innovation qui peut se révéler féconde tant au plan du salarié qu'au plan macro-économique. Cette innovation vise à créer une "période mobilité sécurisée " permettant " de découvrir un emploi dans une autre entreprise ". Cette idée de fluidité du facteur travail de type inter-entreprise peut amener des fertilisations croisées favorables chères aux sociologues et des regards neufs généralement bénéfiques. La réponse patronale demeure techniquement prudente mais ne s'oppose pas au principe ce qui nous semble une avancée économique crédible.

Là où la situation semble plus complexe, c'est au niveau de l'article 10 qui traite du temps partiel. Clairement, il y a divergences de vues par exemple sur la possibilité d'ajouter , par avenant, des " compléments d'heures choisies " ou d'autres points non explicités par le négociateur.

Même type de fort blocage ( à l'article 21 ) autour de la notion de " contrat à durée indéterminée de projet ". D'un côté, le texte veut mettre en avant un nouveau type de CDI, de l'autre le représentant patronal reconnait le besoin mais n'adhère pas aux modalités qui s'apparentent, selon ses propos, à un CDD.

Pour conclure cet examen non limitatif, nous souhaitons vivement attirer l'attention sur une formulation située au sein de l'article 22 intitulé : " Prévalence du fond sur la forme " qui indique que les signataires demandent que soit inscrit dans le code du travail la règle selon laquelle " sans préjudice des sanctions prévues par la loi applicable, une irrégularité de forme ou de procédure ne peut faire obstacle à la validité ou à la justification de l'acte ou de la mesure en cause".  Par conviction, l'ancien inspecteur du travail Gérard Filoche ne donnerait pas quitus à cette formule. De même l'ancien éminent Professeur Jean-Jacques Dupeyroux. Et probablement pas davantage, le Président Alain Lacabarats ( Chambre sociale de la Cour de cassation ).

Si cette modification majeure est introduite dans notre droit, chacun comprend qu'elle modifierait le cours de nombreuses instances relevant du droit pénal. Chacun sait que des avocats minutieux parviennent à obtenir la libération d'un prévenu sur une faute de procédure.

Concevoir un droit social acceptant l'irrégularité de forme ou de procédure comme un événement négligeable relève, selon notre analyse, d'un obstacle dirimant à une bonne Justice.

C'est bien davantage sur les délais de jugement ( légaux et réels ) et sur la formation de certains magistrats au monde de l'entreprise qu'il faut agir avant d'ouvrir la boîte de Pandore de la " prévalence du fond sur la forme ".

Pour celles et ceux qui ont en mémoire l'histoire de notre droit social, il est loisible d'imaginer la réaction certainement outragée du Doyen Philippe Waquet ( Cour de cassation ) face à une telle conception des rapports juridiques dans l'entreprise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Cap2006
- 05/01/2013 - 09:27
Article confus... avec une perle
il serait créé un nouveau type de contrat.... bien joué la refonte qui devait apporter de la simplification....

une vrai refonte, c'est cela :

1- création d'un contrat de travail UNIQUE pour tout le monde,
- avec un taux de cotisation chomage penalisant le recours aux contrats courts
- avec licenciement facilité et justifié ( baisse d'activité - réorganisation - retour du salarié "titulaire" - fin du projet - etc)
- applicable immédiatement pour toute embauche privée et publique
- accord favorisant le maintien dans l'emploi, le prêt inter entreprise, et la portabilité des droits.
2- migration des contrats CDI actuel vers ce contrat unique, avec des gardes fous transitoires... pour lisser dans le temps le dégats collateraux

3- migration des contrats fonctionnaires vers le contrat unique, avec des gardes fous transitoires... pour lisser dans le temps les dégats....
vangog
- 04/01/2013 - 20:22
Acter le principe de cette géneralisation par accords de branche
.....Ah putain, déjà dans les premières phrases, on sent toute la normalitude de la dialectique syndicale!
Généraliser par accords de branches, cela veut-il dire que chaque branche va "généraliser" à son microcosme les accords syndicaux qui seront le fruit et la conséquence de la loi de la "branche la plus forte syndicalement et la plus monopolistique sur le plan national"?...
Dans ce cas, rien ne va changer et on se dirige vers de nouvelles injustices comme celles qui ont permis aux syndicats de la fonction publique et des entreprises du secteur semi-publique d'assurer les privilèges de leurs salariés en matière de retraites, de lois sociales et de droit du travail.
Avec la "branche" des artistes et celle des journalistes, la "branche" du secteur public et semi-public formera l'arbre de la nouvelle Noblesse de Robe Française...
Vae victis et tous à la Bastille!...
sam84
- 04/01/2013 - 20:13
Les veaux ne sont pas ceux qui hurlent
Les veaux ce sont ceux qui ont acceptés, cautionnés la libre circulation des personnes et des biens Le Medef n'est rien a coté de la puissance des groupes financiers sans loi ni patrie qui pillent le monde au nom du mythe du village multiculturel mondialiste ..Dire qu'il y a des cons pour abonder et qui crient aux scandales sur les conséquences est pour le moins hallucinant