En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 8 min 58 sec
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 27 min 42 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 53 min 42 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 3 heures 29 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 47 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 22 heures 18 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 jour 21 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 26 min 3 sec
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 48 min 38 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 1 heure 32 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 2 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 2 heures 35 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 3 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 58 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 20 heures 15 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 jour 5 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 1 heure
Pas gagné

Exclusif : un document révèle les vrais points de désaccord entre patronat et syndicats dans la négociation sur la sécurisation de l'emploi

Publié le 04 janvier 2013
Atlantico révèle en exclusivité les documents de travail de la négociation qui a lieu actuellement entre le Medef et les syndicats de salariés sur la sécurisation de l'emploi. Une lecture instructive qui confirme que le "compromis historique" que l'exécutif appelle de ses voeux est tout sauf acquis.
Jean-Yves Archer et Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est spécialiste en conseil de haut de bilan. Il dirige le Cabinet Archer et est gérant de Archer 58 Research, une société de recherches économiques fondée en mai 2012. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'E.N.A, promotion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico révèle en exclusivité les documents de travail de la négociation qui a lieu actuellement entre le Medef et les syndicats de salariés sur la sécurisation de l'emploi. Une lecture instructive qui confirme que le "compromis historique" que l'exécutif appelle de ses voeux est tout sauf acquis.

Le Projet d'accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l'emploi a été rédigé par le Medef et a servi de base à la discussion du 20 décembre dernier :


Ce second document, qu'Atlantico a pu se procurer en exclusivité, est un compte-rendu de la discussion du 20 décembre rédigé par un représentant du Medef. Il recense les points de désaccords formulés par les syndicats :



Faute d'être parvenues à un accord en décembre, les parties ont de nouveau rendez-vous les 10 et 11 janvier. Mais le "compromis historique" que l'exécutif appelle de ses voeux est tout sauf acquis. Jean-Yves Archer analyse pour quelles raisons.

En date du 20 décembre 2012, les partenaires sociaux ont engagé une négociation à partir d'un document visant à améliorer la sécurisation de l'emploi et les conditions de déroulement de la carrière professionnelle.

Certains points de cet avant-projet d'accord sont simples et méritent d'être salués comme des éléments qui peuvent participer à l'amélioration des conditions de vie de millions de salariés.

Ainsi, l'article 1 du titre 1 vise à " généraliser la couverture complémentaire des frais de santé " ce qui représente un mieux-disant sanitaire et social incontestable. Les conditions de mise en œuvre semblent juridiquement et financièrement acceptables par les parties. Même remarque pour les articles 2 et 3 qui consistent à améliorer la portabilité de la couverture santé et prévoyance pour les demandeurs d'emploi et à créer des droits rechargeables à l'assurance-chômage.

Plus fondamental en cette période d'expansion du chômage de masse, l'article 16 définit les modalités des " accords de maintien dans l'emploi". Autrement dit, ces accords visent à lutter contre le chômage conjoncturel et à organiser le maintien du travailleur dans l'entreprise. Selon le texte, il s'agit de "trouver un nouvel équilibre dans l'arbitrage global temps du travail / salaire / emploi, au bénéfice de l'emploi". Nous nous situons là au cœur d'une problématique de première importance : notre pays saura-t-il, comme l'exemple danois mais aussi allemand le rapportent, s'engager vers une logique gagnant-gagnant ? Ou devons-nous craindre des accords de portée hasardeuse comme celui des Continental de Clairoix qui avaient accepté – pour préserver l'emploi – de revenir sur l'accord 35 heures alors même que deux ans après le site bénéficiaire voyait sa pérennité remise en cause ?

Deux mots-clefs guident cet article 16 : oui, la mesure est d'opportunité nationale. Non, elle ne va pas être admise aisément par certains employeurs.

Au demeurant, il n'est pas neutre sur le fond et sur la forme que l'immédiat article postérieur ( l'article 17 donc ) prévoit " un nouveau régime unique et simplifié de chômage partiel " dans le cadre, cette fois, d'une négociation tripartite. La réintroduction de l'Etat traduit d'évidence la difficulté à envisager quant au fond sur un sujet qui concerne bien des branches atteintes par l'actuel ralentissement conjoncturel. L'expression patronale consistant à dire " nous sommes d'accord pour accélérer le mouvement " est, reconnaissons-le, assez floue et augure de négociations serrées.

Dans un domaine lié, la position patronale consiste à refuser de subordonner la mobilité interne à un accord collectif préalable. D'un côté, il est clair qu'il ne convient pas de figer les évolutions de poste et de rendre celles-ci dépendantes d'une procédure trop lourde, de l'autre nous sommes dans un pays où la gestion prévisionnelle des carrières doit être approfondie et objectivée pour parer tout type de favoritisme ( ou de discrimination ). Cet article 13 traitant de la mobilité interne inclut, il faut le noter, une mention à une variable complexe et en croissante dégradation : le temps de trajet travail-domicile ( qui n'a jamais pu être inclus dans la notion de pénibilité lors de la réforme des retraites ).

En stricte logique ordinale, il eût été plus opportun de procéder à la rédaction du contenu de l'article 13 avant l'énoncé de l'article 12 qui traite de la gestion prévisionnelle des emplois et du plan de formation. Les réserves formulées par la partie employeur sur cet article 12 attestent de la difficulté à voir appliquées ces mesures dans les PME de moins de 300 salariés.

L'article 6 vise à instaurer une véritable innovation qui peut se révéler féconde tant au plan du salarié qu'au plan macro-économique. Cette innovation vise à créer une "période mobilité sécurisée " permettant " de découvrir un emploi dans une autre entreprise ". Cette idée de fluidité du facteur travail de type inter-entreprise peut amener des fertilisations croisées favorables chères aux sociologues et des regards neufs généralement bénéfiques. La réponse patronale demeure techniquement prudente mais ne s'oppose pas au principe ce qui nous semble une avancée économique crédible.

Là où la situation semble plus complexe, c'est au niveau de l'article 10 qui traite du temps partiel. Clairement, il y a divergences de vues par exemple sur la possibilité d'ajouter , par avenant, des " compléments d'heures choisies " ou d'autres points non explicités par le négociateur.

Même type de fort blocage ( à l'article 21 ) autour de la notion de " contrat à durée indéterminée de projet ". D'un côté, le texte veut mettre en avant un nouveau type de CDI, de l'autre le représentant patronal reconnait le besoin mais n'adhère pas aux modalités qui s'apparentent, selon ses propos, à un CDD.

Pour conclure cet examen non limitatif, nous souhaitons vivement attirer l'attention sur une formulation située au sein de l'article 22 intitulé : " Prévalence du fond sur la forme " qui indique que les signataires demandent que soit inscrit dans le code du travail la règle selon laquelle " sans préjudice des sanctions prévues par la loi applicable, une irrégularité de forme ou de procédure ne peut faire obstacle à la validité ou à la justification de l'acte ou de la mesure en cause".  Par conviction, l'ancien inspecteur du travail Gérard Filoche ne donnerait pas quitus à cette formule. De même l'ancien éminent Professeur Jean-Jacques Dupeyroux. Et probablement pas davantage, le Président Alain Lacabarats ( Chambre sociale de la Cour de cassation ).

Si cette modification majeure est introduite dans notre droit, chacun comprend qu'elle modifierait le cours de nombreuses instances relevant du droit pénal. Chacun sait que des avocats minutieux parviennent à obtenir la libération d'un prévenu sur une faute de procédure.

Concevoir un droit social acceptant l'irrégularité de forme ou de procédure comme un événement négligeable relève, selon notre analyse, d'un obstacle dirimant à une bonne Justice.

C'est bien davantage sur les délais de jugement ( légaux et réels ) et sur la formation de certains magistrats au monde de l'entreprise qu'il faut agir avant d'ouvrir la boîte de Pandore de la " prévalence du fond sur la forme ".

Pour celles et ceux qui ont en mémoire l'histoire de notre droit social, il est loisible d'imaginer la réaction certainement outragée du Doyen Philippe Waquet ( Cour de cassation ) face à une telle conception des rapports juridiques dans l'entreprise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Cap2006
- 05/01/2013 - 09:27
Article confus... avec une perle
il serait créé un nouveau type de contrat.... bien joué la refonte qui devait apporter de la simplification....

une vrai refonte, c'est cela :

1- création d'un contrat de travail UNIQUE pour tout le monde,
- avec un taux de cotisation chomage penalisant le recours aux contrats courts
- avec licenciement facilité et justifié ( baisse d'activité - réorganisation - retour du salarié "titulaire" - fin du projet - etc)
- applicable immédiatement pour toute embauche privée et publique
- accord favorisant le maintien dans l'emploi, le prêt inter entreprise, et la portabilité des droits.
2- migration des contrats CDI actuel vers ce contrat unique, avec des gardes fous transitoires... pour lisser dans le temps le dégats collateraux

3- migration des contrats fonctionnaires vers le contrat unique, avec des gardes fous transitoires... pour lisser dans le temps les dégats....
vangog
- 04/01/2013 - 20:22
Acter le principe de cette géneralisation par accords de branche
.....Ah putain, déjà dans les premières phrases, on sent toute la normalitude de la dialectique syndicale!
Généraliser par accords de branches, cela veut-il dire que chaque branche va "généraliser" à son microcosme les accords syndicaux qui seront le fruit et la conséquence de la loi de la "branche la plus forte syndicalement et la plus monopolistique sur le plan national"?...
Dans ce cas, rien ne va changer et on se dirige vers de nouvelles injustices comme celles qui ont permis aux syndicats de la fonction publique et des entreprises du secteur semi-publique d'assurer les privilèges de leurs salariés en matière de retraites, de lois sociales et de droit du travail.
Avec la "branche" des artistes et celle des journalistes, la "branche" du secteur public et semi-public formera l'arbre de la nouvelle Noblesse de Robe Française...
Vae victis et tous à la Bastille!...
sam84
- 04/01/2013 - 20:13
Les veaux ne sont pas ceux qui hurlent
Les veaux ce sont ceux qui ont acceptés, cautionnés la libre circulation des personnes et des biens Le Medef n'est rien a coté de la puissance des groupes financiers sans loi ni patrie qui pillent le monde au nom du mythe du village multiculturel mondialiste ..Dire qu'il y a des cons pour abonder et qui crient aux scandales sur les conséquences est pour le moins hallucinant