En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

07.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 5 heures 34 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 11 heures 21 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 12 heures 55 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 13 heures 24 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 14 heures 16 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 15 heures 32 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 17 heures 10 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 10 heures 37 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 12 heures 49 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 13 heures 7 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 13 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 14 heures 44 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 16 heures 7 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 16 heures 38 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 17 heures 35 min
Collecte

Courses de Noël : mesurons-nous vraiment l'ampleur du gaspillage alimentaire ?

Publié le 24 décembre 2012
A l’heure où le pouvoir d’achat des Français est en berne, Guillaume Garot, le ministre délégué chargé de l’Agroalimentaire, veut les inciter à faire des économies en réduisant le gaspillage alimentaire. Une œuvre de longue haleine puisqu’il veut le réduire de moitié d’ici 2025.
Guillaume Garot est ministre délégué à l'Agroalimentaire dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Membre du Parti socialiste, il fut de 2008 à 2012 député-maire de Laval et président de la communauté d'agglomération de Laval.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Garot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Garot est ministre délégué à l'Agroalimentaire dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Membre du Parti socialiste, il fut de 2008 à 2012 député-maire de Laval et président de la communauté d'agglomération de Laval.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’heure où le pouvoir d’achat des Français est en berne, Guillaume Garot, le ministre délégué chargé de l’Agroalimentaire, veut les inciter à faire des économies en réduisant le gaspillage alimentaire. Une œuvre de longue haleine puisqu’il veut le réduire de moitié d’ici 2025.

Atlantico : Pourquoi une telle campagne sur le gaspillage alimentaire ? Comment est-elle organisée ?

Guillaume Garot : Je ne suis pas dans une démarche moralisatrice. La lutte contre le gaspillage, c’est tout d’abord un constat : chaque année, un Français jette entre 20 et 30 kg de nourriture, fraiche ou sous emballage, ce qui équivaut  à une somme d’environ  400 euros. C’est moins que dans certains pays (aux Etats-Unis,  pour le seul jour de Thanksgiving, on a évalué à 282 millions de dollars les restes de dinde jetés le lendemain de la fête, soit un tiers de la viande achetée pour cette occasion, ndlr).

La lutte contre le gaspillage, c’est une  méthode qui part du terrain. Je l’ai engagée au mois d’octobre au moment du Salon International de l’Agroalimentaire (SIAL). Avec un comité de pilotage, nous préparons ensemble le Pacte National contre le gaspillage alimentaire qui sera signé en juin prochain. Entre le moment du lancement et aujourd’hui, le nombre d’acteurs a déjà doublé. On voit même les deux géants mondiaux concurrents Danone et Nestlé dans  le même atelier de réflexion.

Concrètement, nous avons lancé six opérations pilotes avec l’ensemble de la chaine alimentaire, "de l’étable à la table", c'est-à-dire du producteur jusqu’au consommateur, en passant par les transformateurs, la grande distribution, les associations, la restauration collective. Chacun de nous a la capacité en tant que citoyen, comme consommateur responsable, d’agir avec efficacité, à maitriser une part du destin collectif. C’est une façon concrète de lutter contre la société de surconsommation. C’est pourquoi la lutte contre le gaspillage comporte aussi un enjeu éthique.   

Mais la lutte contre le gaspillage est une politique au long cours. Elle doit dépasser les clivages politiques. L’ancien ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire m’a d’ailleurs apporté son soutien. Si on veut réduire le gaspillage de moitié en 2025, on doit fédérer. Ce qui est important, c’est qu’il y ait une mobilisation collective ; ça ne fonctionnera que si la mobilisation est partout dans la société, si sur le terrain chacun s’engage.

Le ministère a créé un site, le gaspillage alimentaire.fr, avec quelques visuels, et ça marche : j’ai été surpris de voir la dynamique que nous avons enclenchée. Nous essayerons de nous inspirer des bonnes pratiques en cours chez nos voisins en Italie, en Allemagne et en Grande-Bretagne. Cette dernière a inventé des campagnes un peu décalées, très ludiques contre le gaspillage alimentaire.  

En quoi consistent ces opérations pilotes ?

La dernière en date c’est l’opération Monoprix : l’enseigne va organiser des promotions différées et on pourra acheter trois pour le prix de deux mais récupérer le troisième lot plus tard. La fondation Monoprix finance par ailleurs des camions réfrigérés pour le transport.

A Tours, grâce à une camionnette mise à disposition, on organise avec les producteurs "Légumes de France" une collecte de denrées directement chez l’habitant. C’est d’ailleurs une conseillère régionale d’opposition qui est en pointe dans cette opération de ramassage.

Ces opérations vont être évaluées mois après mois. On verra ce qui marche bien et moins bien. Mais ce sont les comportements qui doivent évoluer. Par exemple, dans la restauration collective, comment faire en sorte quand on est face à des enfants que des assiettes à moitié pleines ne repartent pas sur les plateaux ? On doit travailler sur la taille de la portion en l’adaptant aux besoins nutritionnels. Un gamin de sixième ne mange pas comme un gamin de troisième. On constate aussi que, que lorsqu’il y a un investissement dans la qualité – avec les circuits courts notamment –cela permet de réduire le gaspillage.

Sur le plan individuel, il faut évoluer dans les comportements d’achats, mieux gérer son frigo en apprenant à acheter moins de yaourts par exemple, pour être sûr de ne pas devoir en jeter après la date limite de consommation, et peut-être évoluer vers des achats en vrac pour les produits secs.

Pourquoi ne pas mettre deux dates sur les produit frais : "consommer de préférence avant…", et la date limite de consommation, comme cela se fait en Suisse ?

Toutes ces questions sont sur la table. Cependant j’ai une ligne jaune, c’est la sécurité sanitaire. Pas question de baisser la garde là dessus. S’il faut des modifications législatives, nous regarderons, mais  cette exigence est fondamentale ! C’est le lien de confiance entre les citoyens et leur alimentation, entre les consommateurs et leur assiette. Il ne faut pas confondre la "date limite de consommation" et la "date limite d’utilisation optimale" (DLUO). Pour des gâteaux secs par exemple, le dépassement de la DLUO ne signifie pas que le produit n’est plus consommable, il peut avoir perdu certaines qualités, son croustillant par exemple, mais il reste parfaitement bon, sain  pour la santé, et ça on ne le sait pas forcément. Je dis oui à une meilleure information.

Ne risque-t-on pas de créer des circuits alimentaires parallèles ?

Pas du tout. C’est au contraire une démarche très respectueuse pour l’alimentation. Quand on prend conscience qu’il ne faut pas jeter, c’est une marque de respect pour les producteurs. La lutte contre le gaspillage a des ressorts profonds, c’est une reconnaissance de la valeur du travail.

Rencontrez-vous des blocages ?

Les blocages sont d’ordre technique et logistique. Une chose est de dire "plutôt que de jeter, je préfère donner", encore faut-il pouvoir savoir comment.

C’est là que se pose la question du ramassage des denrées, n’est-ce pas ?

Oui, bien sûr. Cela vaut pour nous-même, mais aussi pour des producteurs qui ont des invendus. Pour cela, il faut des circuits logistiques, donc il faut du transport, et beaucoup de pédagogie. On ne réussira cette bataille que si elle comporte une dimension éducative.

Propos recueillis par Anita Hausser 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

07.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Glabre et Ingambe
- 26/12/2012 - 16:58
@Robert Marchenoir
Exactement.
Encore une fois les péans du système tapent sur l'ensemble des Français afin de relativiser le comportement abusif de quelques-uns et d'éviter ainsi de les "stigmatiser" et, surtout, de prendre leur part de responsabilité.
Leur devise : «Remets à plus tard ce que tu peux faire le jour même.»
Robert Marchenoir
- 26/12/2012 - 07:29
Que le ministre délégué au bavardage s'occupe de ses fesses
J'aimerais bien qu'on me donne une bonne raison pour lutter contre le "gaspillage alimentaire". Une seule.

Le gaspillage contre lequel il est urgent de lutter, c'est celui de l'argent des Français, qui part en fumée dans le traitement de millions de fonctionnaires. Voilà à quoi devrait s'atteler le gouvernement !

On croit rêver. On paye un ministre pour infantiliser les citoyens, maintenant ! Qu'est-ce que ça peut bien lui foutre, à ce ministricule, que les Français gaspillent la nourriture ? S'ils la gaspillent, ce qui reste à prouver, ils la payent ! C'est donc qu'ils choisissent librement de le faire ! C'est donc que c'est préférable pour eux !

En réalité, il est fort probable que ce pseudo-gaspillage provienne entièrement des grandes surfaces, qui jettent par obligation légale, pour respecter les dates limites de consommation. Et non "des Français" ! Mais tout est bon pour taper sur "les Français", n'est-ce pas ?

"Arrêtez d'emmerder les Français !", disait Georges Pompidou, à une époque où l'Etat était bien moins obèse qu'aujourd'hui.
Ali ce
- 25/12/2012 - 10:46
collectivités
ce sont les collectivités qui jettent le plus, le personnel d'une cantine n'a pas le droit d'emporter le "non-consommé", en plus ils ne trient pas, ils ne compostent pas quand ça pourrait être possible.
la cantine de mes gamins, c'est à hurler, nos poubelles de particuliers sont pesées, nous trions tout, eux rien.
Ce soir, 25/12, avec ma voisine nous faisons un repas "bons restes", on met tous nos restes en commun et on se refait notre soirée Noël... rien ne se perdra.