En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 4 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 29 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 43 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 20 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 18 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 34 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 13 heures 58 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 33 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 7 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 7 heures 54 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 9 heures 55 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 12 heures 58 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 19 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 33 min
Avis aux fidèles

Mariage homosexuel : un plan de com' en or pour les religions ?

Publié le 11 novembre 2012
Si à court terme, l'opposition au projet de loi sur le mariage homosexuel permettra aux organisations religieuses de fidéliser leur base, elle pourrait, à long terme se révéler contre-productive.
Raphaël Liogier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raphaël Liogier est sociologue et philosophe. Il est professeur des universités à l'Institut d'Études Politiques d'Aix-en-Provence et dirige l'Observatoire du religieux. Il a notamment publié : Le Mythe de l'islamisation, essai sur une obsession...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si à court terme, l'opposition au projet de loi sur le mariage homosexuel permettra aux organisations religieuses de fidéliser leur base, elle pourrait, à long terme se révéler contre-productive.

Atlantico : Les principales organisations religieuses françaises se sont prononcées contre le mariage homosexuel. Le cardinal-archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, Mohamed Moussaoui du Conseil Français du Culte Musulman et Gilles Bernheim, le Grand rabbin de France s’opposent clairement au projet de loi du gouvernement. Le débat autour du mariage homosexuel peut-il constituer une opération de communication bénéfique pour les religions en France ?

Raphaël Liogier : Il faut différencier les conséquences à court terme et à long terme. A court terme, cela peut effectivement être bénéfique pour les organisations religieuses. Il y a une base de fidèles qui est en situation de difficulté identitaire et qui recherche une certaine cohérence traditionnelle. En faisant ce type de déclarations, les instances religieuses fidélisent cette base-là.

En revanche, à moyen et long terme, il se trouve que dans l’ensemble de ces religions, il y a un débat, une dynamique, favorable à l’adoption du mariage homosexuel. Au sein même de l’islam, qui est réputé avoir plus de difficultés avec la modernité et la sécularisation,  il existe des mouvements favorables au « mariage pour tous ». Je pense notamment à l’association HM2F qui participe à cette dynamique de modernisation. Il existe également des prédicateurs, des imams respectés comme Tareq Oubrou à la mosquée de Bordeaux, qui défendent la compatibilité entre le fait d’être un musulman cohérent et de vivre pleinement son homosexualité. Au sein du catholicisme, cette dynamique existe aussi. Elle existe encore plus au sein du judaïsme et du protestantisme.

Le fait de rassurer une base, de se ré-enraciner dans une dogmatique traditionnelle, sera peut-être bénéfique à court terme. Mais avec le temps, dans une société qui continue toujours à se séculariser, les instances religieuses françaises se retrouveront face à un problème et ne pourront pas éviter un dialogue interne plus poussé sur ce sujet.

Plus que de fidéliser leur base, les organisations religieuses peuvent-elles en profiter pour attirer de nouveaux fidèles ?

Comme tout le monde, les instances religieuses essayent de trouver des fenêtres d’opportunité. Mais je ne crois pas que, sur le fond, ces prises de position relève d’une simple opération de communication. Il existe aujourd’hui un impératif pour les religions : rassurer la base sur la cohérence traditionnelle religieuse. C’est un impératif théologique, les représentants des grandes religions traditionnelles essayent d’être le plus cohérent possible du point de vue de leur propre tradition religieuse. C’est leur rôle, ils ne peuvent pas faire autrement, mais ils seront bientôt rattrapés par la dynamique interne. Par l’impact des croyants, la théologie elle-même devra donc se transformer.

Pour l’instant, je pense que c’est le protestantisme qui est avance dans ce domaine-là. Une certaine forme du protestantisme bien-sûr, pas le protestantisme néo-évangélique conservateur… Au sein même de l’Eglise catholique aussi il existe des mouvements comme cela. En apparence, il semble que l’islam soit plus en retard car les traditionalistes occupent davantage le devant de la scène. Au-delà de ce paravent, l’islam n’est pas si en retard que cela du point de vue de sa base et des débats qui ont lieu en ce moment. Il est vrai qu’il y a du machisme dans l’islam, il est vrai qu’il existe un rejet de l’homosexuel mais cette dynamique progressiste et séculaire existe et elle prend de plus en plus de place.

De manière générale, comme s’organise la communication des groupes religieux ? Existe-t-il des différences claires entre ces derniers ?

Il est clair que le groupe religieux le mieux organisé et structuré à ce niveau est l’Eglise catholique. Le Pape a de nombreux conseillers en communication, c’est bien normal. Ce n’est pas horrible, c’est en grande partie pour être sûr de ne pas faire d’impair, pour ne pas dire des choses qui seraient mal interprétées. Aujourd’hui le monde de la communication est tellement complexe que c’est tout à fait nécessaire. Cependant, au niveau des évêques, il doit y avoir, au sommet de la hiérarchie, des conseillers en communication mais je doute que chaque évêques dispose chacun d’un spécialiste du genre.

En ce qui concerne les musulmans, la question de l’islam est devenue tellement sensible que les leaders et personnalités qui comptent dans l’islam ont du mal à savoir quoi dire et comment le dire. A l’évidence, il y a une sorte d’atmosphère paranoïde vis-à-vis de l’islam et ils pensent que tout ce qu’ils disent peut être mal interprété. Ils ont du mal à gérer l’image déplorable de l’islam qui a pu être véhiculée par l’affaire Merah par exemple.

La seconde difficulté de  l’islam réside dans le fait que, par excellence, l’islam est une religion où il n’existe pas de leader unique structuré comme dans l’Eglise catholique. Il peut y avoir une multitude de voix discordantes, tout le monde y va de son avis. L’inconvénient ici est que les médias vont généralement se saisir du pire avis, le plus traditionaliste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
VeLiVoS
- 15/11/2012 - 14:30
Et pour rejoindre les propos de Le Gorille …
et comme écrit là aussi dans mon premier commentaire, le mot "Tango" vient du mot latin "Tangere" à savoir "toucher" en français. Tout est dit là et l'on peut comprendre la réticence de l'Église sur le sujet.
VeLiVoS
- 15/11/2012 - 14:23
ntzsch - 12/11/2012 - 20:06
Le lien que je vous ai adressé ne contredit pas une réticence de certains dans l'Église envers le tango, mon premier post d'ailleurs allait dans ce sens à savoir que je n'étais pas surpris de ça (le rock n'existait pas encore et l'on sortait d'une époque … différente de la notre pour info). Donc m'indiquer que le curé de papy et mamy n'était pas content de ce tango, je ne crois pas avoir dit le contraire, ni le lien que je vous ai adressé, bien au contraire, relisez-le.
Et en passant, relisez en même temps votre premier commentaire (12/11/2012 - 15:26) où vous ne visiez pas quelques prêtres ou communautés religieuses mais directement Pie X et l'Église. Si vous voulez me prouver vos dires sur le sujet alors rien de plus simple. Si PIE X a condamné le tango, il a dû le faire par un écrit et non pas via site internet genre "Libération.fr".
→ Alors retrouvez-moi simplement cette condamnation ÉCRITE (interdiction même, telle que vous en parlez dans votre post - bulle, encyclique, …). J'admettrai aussitôt mes torts et que vous ne calomniez pas un pape et l'Église en passant. Autrement, votre dernier commentaire me paraît sans valeur car hors-sujet vs ce que j'écrivais.
Le gorille
- 13/11/2012 - 00:13
La danse
@ntzsch
Soit le Vatican a interdit le tango... mais avez-vous vous-même vu danser du tango ? Pas le tango édulcoré des bals popu... le vrai tango ! J'ai été stupéfait de la sensualité et des allusions explicites qui s'en dégagent... Dans d'autres civilisations, certaines danses ont été prohibées, non seulement par le Vatican, mais aussi par les Protestants. Il est vrai qu'elles étaient... très, mais très explicites. Le curé d'Ars, que vous connaissez certainement, avait aussi un fameux recul pour la danse, disant qu'on pouvait y perdre son âme... La danse ici est vue comme une occasion de péché. D'où les mises en garde.
Le sujet qui nous préoccupe ici, c'est le mariage "homo". Convenez que ce n'est pas du même ordre que la danse !