En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 15 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 40 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 54 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 30 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 29 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 45 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 9 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 44 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 5 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 5 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 9 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 30 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 44 min
© Reuters
Les vaccins contre la grippe seront disponible à partir de ce vendredi dans la majorité des pharmacies.
© Reuters
Les vaccins contre la grippe seront disponible à partir de ce vendredi dans la majorité des pharmacies.
Allô Docteur ?

Grippe : 33% des Français contre le vaccin, phobie de masse ou risque réel ?

Publié le 28 septembre 2012
Un tiers des Français (34%) prévoit de se faire vacciner contre la grippe. Pour 33% d'entre eux, c'est un "non" catégorique et pour un autre tiers, le doute subsiste.
Pierre Dellamonica et François Choffat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Dellamonica est  professeur de maladies infectieuses et tropicales au CHU de Nice et consultant pour l'Université de Nice-Sofia Antipolis. Il est également auteur de "La vérité sur les vaccins - Comprendre la vaccination et agir au mieux pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un tiers des Français (34%) prévoit de se faire vacciner contre la grippe. Pour 33% d'entre eux, c'est un "non" catégorique et pour un autre tiers, le doute subsiste.

Atlantico : Les vaccins contre la grippe seront disponible à partir de ce vendredi dans la majorité des pharmacies. Un sondage Ifop révèle que seuls 34% des français se feront vacciner, 33% hésitent et le reste (33%) ne le feront pas : existe t-il une phobie de masse face au vaccin ou peut-on parler de risque réel? 

Pierre Dellamonica : Il faut d'abord préciser que les français sont assez peu vaccinés contre la grippe et c'est une caractéristique propre à notre pays. Dans de nombreux pays, le taux de vaccination est bien plus élevé qu'en France. C'est un comportement paradoxal car chez nous, le vaccin est gratuit ou remboursé notamment pour les personnes avec une infection de longue durée ou les plus de 65 ans. C'est d'ailleurs une bonne chose puisque que les complications liées à la grippe dans ces tranches d'âge sont importantes. Je pense que c'est la gratuité qui pose problème. Elle suppose pour les gens que le vaccin n'est pas de qualité et donc ils ne le font pas. C'est faux mais surtout irrationnel. Il y a une réelle désinformation et les Français voient dans les campagnes de vaccination une opposition politique. On en a eu un exemple clair avec la grippe H1N1 et les vaccins en masse proposés par Roselyne Bachelot. Les français étaient réticents pour de mauvaises raisons alors que peu importe le gouvernement, les campagnes se poursuivent.  La grippe provoque 6000 décès par an et  1/3 des français est contaminé chaque année. La vaccination est réellement pratique : vue le degré de contagion de la maladie, on pourrait prévenir un grand nombre de personnes car la grippe est un virus très contagieux,  plus de vaccins permet de stopper le virus et sa propagation et de protéger ainsi les gens les plus vulnérables.

François Choffat: Les gens pensent sûrement aux risques mais surtout à la faible efficacité de ce vaccin. La grippe hivernale tue certes, mais ce sont des personnes qui sont déjà fragilisées soit par une maladie soit par la vieillesse. Si on n’appartient pas à cette minorité, on ne courre aucun risque sanitaire donc d’un point de vue commercial je trouve que ce chiffre de 34% est déjà un miracle et constitue presque un succès commercial. 

Le vaccin de la grippe a-t-il eu auparavant des effets négatifs? Sinon, pourquoi la peur et la méfiance subsistent face au vaccin? Est-ce seulement la crainte de la piqûre?

Pierre Dellamonica: Le risque serait pour les gens allergiques à l’œuf car le vaccin est fabriqué sur des embryons d’œufs donc ils peuvent avoir des réactions mais ce sont des effets marginaux par rapport à tous les bénéfices qu'apporte la vaccination qui ont été prouvés par des essais divers. La grippe apparait pour tous comme une maladie pas très grave mais c'est oublier les décès, les personnes hospitalisées chaque année mais aussi le nombre d'heure perdues par la collectivité locale à cause de gens qui ne peuvent pas venir travailler. Comme effets négatifs du vaccin contre la grippe, on a entendu parler des adjuvants (composé minéral qui renforce la réponse immunologique), montés en épingle par le lobby anti-vaccins. Ce qu'il faut savoir, c'est que ces adjuvants sont utilisés dans moult autres vaccins depuis longtemps et qu'on n'a jamais entendu parler de potentiels effets secondaires. Ce sont des histoires irrationnelles. Au Québec par exemple, 60% de la population a été vaccinée contre la grippe aviaire sans qu'il n'y ait jamais d'effets particuliers visibles. Le problème de la vaccination est un problème français qui prend sa source dans l'irrationnel!

François Choffat : Il y a des personnes vaccinées qui ont développé le syndrome de Guillain-Barré, une inflammation du système nerveux et de la moelle épinière qui peut entrainer des paralysies des jambes notamment. Les médecins ne le disent pas, ce sont les laboratoires qui publient des études et eux ne travaillent pas pour le malade mais pour des actionnaires. Leur logique est commerciale avant tout. C’est un système assez pervers. Dans ce vaccin contre la grippe (comme dans d’autres d’ailleurs), il y a aussi de l’aluminium qui peut-être très nocif pour les personnes âgées mais aussi les bébés. L’aluminium reste dans le cerveau, s’accumule et peut provoquer des dégénérescences cérébrales et autres effets secondaires. Il a plus d’inconvénients que d’avantages à faire ce vaccin.

En plus, il n’y a pas ou peu d’essai clinique. Oui, on teste sur les animaux puis sur un nombre restreint de personnes et ensuite, on vaccine le grand public. Les effets secondaires ne sont pas connus car ils font les frais de deux écueils de la médecine: premièrement, les médecins n’en déclarent que 5% (car beaucoup de paperasses et de formulaire) et deuxièmement, l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) rejette la plupart des déclarations, les officiels jugeant que ces effets secondaires ne sont pas scientifiquement prouvés et que le doute subsiste. Il faudrait plusieurs plaintes pour qu’on arrête de parler de coïncidence. On l’a vu dans le cas du Médiator, il a fallu deux ans avant qu’on daigne retirer ce produit de la vente.

Sur des maladies type grippe A, l’utilité des vaccins est-elle prouvée ou peut-on vivre sans ?

Pierre Dellamonica : Pour les grippes A ou B, les vaccins permettent une protection à hauteur de 70% ce qui empêche la circulation du virus et protège la majorité de la population. Si on ne se vaccine pas, on prend le risque de contracter une grippe peut être bénigne mais aussi grave voire mortelle. L'autre risque c'est de disséminer la maladie au sein de sa famille, de son travail. Pour des gens qui se disent solidaires, occulter le vaccin, c'est être tout l'inverse.

François Choffat: Le taux de mortalité des personnes âgées ou fragilisées ne baissent pas malgré leur vaccination. Vu le nombre de personnes qui vivent sans vaccins et qui n'attrapent pas la grippe, on peut quand même douter de son efficacité. Et puis, quand on se souvient de la vague de vaccination provoquée à l'époque par la grippe H1N1 et la rapidité de la contagion, on a de quoi se poser des questions. Les 66% de personnes qui ne vont potentiellement pas se vacciner cette année ont sans nul doute raison.

Ce sondage révèle également que l'intention de se faire vacciner augmente avec l'âge. A contrario la tranche 25-49 ans est plus réfractaire : pourquoi?

Pierre Dellamonica: Les personnes âgées se font vacciner car les médecins leur apportent beaucoup plus d'information sur l'intérêt du vaccin. Elles sont en plus conscientes de leur vulnérabilité. Chez les 25-49 ans, on est toujours dans l'idée d'immortalité. Ce sont des tranches d'âge dans lesquelles on prend encore des risques. Ne pas se vacciner, c'est comme faire de la moto sans casque. C'est la même démarche dans la vaccination car les gens ont dans l'idée que la grippe n'est pas une maladie grave.

François Choffat: C’est logique puisque les personnes âgées sont les plus exposées à la maladie mais même en étant vaccinées, le facteur mortalité ne se réduit à aucun moment. La tranche 25-49 ne se vaccine pas ou beaucoup moins car elle sait que la grippe n’est pas un danger. Cette maladie a toujours existé et mis à part des complications exceptionnelles, il n’y a pas grand-chose à craindre. Il est bien plus risqué de prendre sa voiture.

Par ailleurs, suite a vent de panique avec le virus H1N1, beaucoup pensent qu’on s’est foutu d’eux. Quand on y repense, c’est complètement absurde. La ministre de la Santé de l’époque, Roselyne Bachelot, a mis à disposition 85.000 doses de vaccin comme pour une épidémie de degré 6. Or, ce degré n’était pas atteint et l’Organisation Mondiale de la Santé a changé le règlement en disant que la contagion était un critère justifiant ce nombre de doses et ce protocole. Pourtant, l’épidémie de H1N1 était bien moins grave que la moyenne des épidémies hivernales. Les experts de l’OMS sont subventionnés par les laboratoires qui fournissent les vaccins, il y a là une forme de connivence.

Finalement que faudrait-il pour réconcilier les Français aux vaccins ?

Pierre Dellamonica  Il faut d'abord réconcilier les français avec la philosophie de Descartes sur la rationalité, leur faire lire les vraies études et qu'ils abandonnent les idées reçues sur des thèmes où il y a quand même beaucoup d'études qui vont dans le même sens. Dans une deuxième temps, il faut qu'au sein de l'école il y ait une vraie promotion d'une éducation sur la santé. Ensuite, il faudrait que les médecins puissent avoir un rôle plus informatif concernant les vaccins.

François Choffat : Il n’y a pas à les réconcilier. Pour moi, la méfiance des Français est justifiée, on vaccine beaucoup trop et beaucoup trop jeune. Je ne dis pas que tous les vaccins sont mauvais mais toute la panoplie dès l’âge de deux mois, c’est une catastrophe écologique majeure. Du point de vue de l’immunité c’est grave. Les maladies de l’immunité (allergies, maladies de peau,…) explose surtout chez les jeunes. Pareil pour les maladies auto-immunes notamment la sclérose en plaques. Ces phénomènes n’existaient pas avant. L’aluminium présent dans les vaccins altère l’immunité.

Le problème qui s’ajoute, c’est que c’est un sujet tabou de la discussion scientifique. Vous ne pouvez pas débattre sur les vaccins sans être taxer « d’anti-vaccinaliste ». L’hépatite B est un bon exemple. On vaccine des enfants très jeunes alors que c’est une maladie qui menace à partir de 16 ans et encore, tout en étant généralement bénigne, elle ne s’attrape que si on a un comportement à risques. On pourrait discuter d’une grosse partie des vaccins sauf qu’on se heurte au commerce et non plus à la santé. Il n’y a plus de grands médicaments ou de grands brevets depuis des années maintenant. Les laboratoires font des coupes drastiques dans le budget de la recherche et élargissent leurs marchés par les vaccins mais aussi par l’abaissement des  normes sur des maladies comme le cholestérol qui atteint les plus de 60 ans mais qu’on commence à soigner dès 40 par des médicaments divers et qui rapportent gros.

Propos recueillis par Valérie Meret

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
bobocleaner
- 29/09/2012 - 00:03
addendum
et c'est effectivement terrible d'avoir mis lapreconisation vaccinale en doute en la galvaudant ;
bobocleaner
- 29/09/2012 - 00:01
le H1N1 a vacciné les Français contre les vaccins
cette psychose ridicule ( on a vraiment été dans le grand guignol ) avec un gachis d'argent incroyable au profit du secteur professionneldont était originaire la ministre de la santé a été un des points d'orgue d'une politique de santé publique à la fois dispendieuse et gaspilleuse mais aussi de plus en plus inefficace en terme de sante publique de base ( il a fallu faire des campagnes sur l'utilite de se laver les mains );
cela est du en partieà la dictature des cadres de sante ( parfois haut fonctionnaire ) qui ni médecins ni pharmaciens appliquent les recettes les plus ahurissantes de notre belle administration;
il y a un lien direct entre le recul des vaccinations et le recul d'une approche rationelle, scientifique et médicale de lasanté au profit d'une logique gestionnaire qui est en plus couteuse ....

sous pretexte de faire des economies on paye cher pour prendre des pseudo decisions des gens qui prennent des decisions sur des criteres d'image ou de cout facial brut , sans parler carrement des modes ou des conflits d'interets;
le resultat est la : les Francais n'ont plus confiance
Sydney
- 28/09/2012 - 22:05
Efficacité en question
La population, échaudée par les excès et mensonges lors de la grippe A H1N1, a développé un esprit critique salutaire.
Les propos de Monsieur Dallamonica ne peuvent donc que renforcer leurs doutes lorsqu’il affirme par exemple que « Pour les grippes A ou B, les vaccins permettent une protection à hauteur de 70% … » alors qu’une étude publiée en 2005 dans le Lancet démontre l’inefficacité de cette vaccination. Le Dr Tom Jefferson, auteur de cette étude, affirme : « En moyenne, sur 100 adultes vaccinés, un déclarera les symptômes de la grippe, contre deux adultes sur 100 non vaccinés, » « Autrement dit, il faut vacciner 100 personnes pour prévenir un symptôme grippal. Et nous n’avons pas de preuves crédibles que la vaccination réduit les complications comme les pneumonies et la mortalité. »